Enseigner la science pratique. 6 – La rédaction

Dans cette série de billets je me donne l’objectif ambitieux de formuler un programme d’enseignement pour de l’« épistémologie pratique », sans forcément évacuer les questions théoriques. Chaque partie du programme portera sur un élément spécifique (un outil, une activité par exemple) de la « science pratique ». Pour ce billet, il est question de la rédaction.

Continuer la lecture de Enseigner la science pratique. 6 – La rédaction

Enseigner la science pratique. 5 – La méthode

Dans cette série de billets je me donne l’objectif ambitieux de formuler un programme d’enseignement pour de l’« épistémologie pratique », sans forcément évacuer les questions théoriques. Chaque partie du programme portera sur un élément spécifique (un outil, une activité par exemple) de la « science pratique ». Pour ce billet, il est question de la méthode.

Continuer la lecture de Enseigner la science pratique. 5 – La méthode

Enseigner la science pratique. 4 – Les hypothèses

Dans cette série de billets je me donne l’objectif ambitieux de formuler un programme d’enseignement pour de l’« épistémologie pratique », sans forcément évacuer les questions théoriques. Chaque partie du programme portera sur un élément spécifique (un outil, une activité par exemple) de la « science pratique ». Pour ce billet, il est question des hypothèses.

Continuer la lecture de Enseigner la science pratique. 4 – Les hypothèses

Enseigner la science pratique. 3 – La problématique

Dans cette série de billets je me donne l’objectif ambitieux de formuler un programme d’enseignement pour de l’« épistémologie pratique », sans forcément évacuer les questions théoriques. Chaque partie du programme portera sur un élément spécifique (un outil, une activité par exemple) de la « science pratique ». Pour ce billet, il est question de la problématique.

Continuer la lecture de Enseigner la science pratique. 3 – La problématique

Enseigner la science pratique. 2 – Le questionnement

Dans cette série de billets je me donne l’objectif ambitieux de formuler un programme d’enseignement pour de l’« épistémologie pratique », sans forcément évacuer les questions théoriques. Chaque partie du programme portera sur un élément spécifique (un outil, une activité par exemple) de la « science pratique ». Pour ce billet, il est question du questionnement.

Continuer la lecture de Enseigner la science pratique. 2 – Le questionnement

Enseigner la science pratique. 1 – Le choix du sujet

Dans cette série de billets je me donne l’objectif ambitieux de formuler un programme d’enseignement pour de l’« épistémologie pratique », sans forcément évacuer les questions théoriques. Chaque partie du programme portera sur un élément spécifique (un outil, une activité par exemple) de la « science pratique ». Pour ce billet, il est question du sujet.

Continuer la lecture de Enseigner la science pratique. 1 – Le choix du sujet

Neutralité et science : les leçons principales de l’ouvrage Et si la recherche scientifique pouvait ne pas être neutre ?

Avant toute chose, voici un avertissement afin de ne pas créer des fausses attentes aux lecteurs et lectrices de ce billet ; il ne s’agit ni d’une recension, ni d’une synthèse, mais plutôt d’une discussion à partir de ce qui me semblent être les leçons principales de l’ouvrage Et si la recherche scientifique pouvait ne pas être neutre ? En bref, cet ouvrage met en avant des « grosses choses », des « trucs » bien importants qu’il est nécessaire d’avoir en tête lorsque l’on pense neutralité et science. Par ailleurs, fidèle à l’exercice de réflexivité auxquels se sont adonné-e-s certains et certaines auteures de cet ouvrage, je ponctuerai cette discussion d’exemples tirés de mon expérience – plus en guise d’illustration que de preuve bien entendu.

Continuer la lecture de Neutralité et science : les leçons principales de l’ouvrage Et si la recherche scientifique pouvait ne pas être neutre ?

Peut-on rire de tout ? Et qui le peut ? Pourquoi ? Comment ?

Après le bannissement temporaire d’un streamer de la plateforme Twitch, suite à une blague raciste (je donnerai ni les noms, ni les détails, car cela importe peu pour la discussion qui va suivre ci-dessous), l’éternelle question sur l’humour noir et ses interdictions ont fait leur retour ; peut-on rire de tout ? Et j’ajouterai : qui peut rire de tout ? Ce billet servira à exposer mon avis sur ces questions, questions qui, il faut bien l’avouer, me titillent les neurones depuis de nombreuses années.

Continuer la lecture de Peut-on rire de tout ? Et qui le peut ? Pourquoi ? Comment ?

La courbe au point 6. Arrêtons de parler de système, nommons les choses

Il n’est pas rare d’entendre des critiques du « système » ; c’est de sa faute, il nous contrôle, certains profitent du « système », il est mal fait, on doit le changer, etc. Pourtant, et comme pour toutes luttes politiques, il existe un combat sémantique à mener pour donner une véritable portée à la critique du « système ». J’évoquerai brièvement dans ce billet différents points importants concernant la nécessité d’arrêter de parler de « système » et les dégâts causés par ce terme.

Continuer la lecture de La courbe au point 6. Arrêtons de parler de système, nommons les choses

Désétatiser l’État pour sauver l’État et améliorer la société

L’État est une grosse machine, qui occupe un espace quasiment incommensurable dans la société française, et c’est illusoire de penser qu’il est juste là pour reproduire la bourgeoisie. Il est implanté si profondément dans notre société qu’on ne pourrait pas l’enlever a la façon d’une mauvaise herbe. Il faut donc jeter le pire de l’État pour garder le meilleur, une opération de désossage comme on en a l’habitude avec la dinde de Noël. Ce billet est une discussion personnelle à bâton rompu, veuillez donc excuser son ambition et son manque de rigueur.

Continuer la lecture de Désétatiser l’État pour sauver l’État et améliorer la société

Désacraliser la soutenance : une solution pour la violence institutionnelle à l’Université ?

Il y a urgence à désacraliser la soutenance, faire descendre de son piédestal un rite qui frôle parfois le ridicule et peut ressembler de temps en temps à un lynchage en public. Compte tenu de mon expérience vis-à-vis de ce rite, il est logique que je défende ce point de vue – j’en ai fait le récit ici. Toutefois, ce point de vue est aussi logique en lui-même car il s’inscrit dans une lutte contre la violence institutionnelle.

Continuer la lecture de Désacraliser la soutenance : une solution pour la violence institutionnelle à l’Université ?

Trois décentrements à opérer : une question en isme

Ce billet s’adresse à la fois aux personnes qui commencent un doctorat et aux personnes qui souhaitent s’interroger sur elles-mêmes et la société qui les englobe. Autrement dit, d’un côté, c’est un conseil épistémologique, savoir comment poser une réflexion critique à propos d’un sujet scientifique, et, de l’autre côté, des conseils citoyens pour apprendre à se détacher de trois manières de concevoir le monde qui enferment la pensée.

Continuer la lecture de Trois décentrements à opérer : une question en isme

Récit de ma soutenance horrible : pourquoi ce n’est pas la fin du monde

Ci-dessous vous trouverez le bref récit de ma soutenance – un grand échec à n’en pas douter –, dans laquelle se sont mêlées des réelles erreurs de ma part mais aussi de la violence institutionnelle. C’est le récit d’un tabassage en règles universitaires, où, derrière des fausses sympathies, est tombé le couperet du jugement des représentants. L’objectif ici n’est pas de jouer la carte de la victime ou de chercher de la pitié mais plutôt de rassurer celles et ceux qui sont passé-e-s par là ou qui le craignent ; après l’échec d’une thèse, même soutenue, il y a une vie, il y a de la joie et, surtout, il y a du soulagement à quitter un monde où l’écart vis-à-vis des normes est sanctionné avec une sévérité militaire.

Continuer la lecture de Récit de ma soutenance horrible : pourquoi ce n’est pas la fin du monde

Psychanalyse VS Thérapies comportementales et cognitives : comment guérir les difficultés psychologiques ?

A la sortie de la lecture de l’Anti-livre de la psychanalyse, ouvrage d’attaque (les auteurs insistent là-dessus) contre Le livre noir de la psychanalyse, une question me hante ; comment guérir les souffrances psychologiques ? En lisant les deux ouvrages, nous sommes face à une impasse tant la psychanalyse et les thérapies comportementales et cognitives (TCC) sont décrites comme étant des erreurs voire des escroqueries. Sur ce point, il faut reconnaître que les psychanalystes se sont montrés particulièrement virulents, pour ne pas dire ridicules parfois, en associant sans plus d’arguments nazisme, fascisme et TCC. Toutefois, ce n’est pas ce qui nous intéressent ici. Regardons plutôt très brièvement la discussion épistémologique et thérapeutique qui s’engage.

Continuer la lecture de Psychanalyse VS Thérapies comportementales et cognitives : comment guérir les difficultés psychologiques ?