Les solutions des citoyen-nes pour améliorer la communication politique

Dans un précédent billet, j’avais indiqué l’importance de respecter les critiques citoyennes de la communication politique. Ce faisant, il est possible de discerner et d’entendre des solutions présentes dans ces critiques. Ce billet s’inscrit dans l’exploration d’une étude que j’ai menée en 2020-2021, à l’aide d’entretien auprès de 50 personnes. Nous allons voir ci-dessous les différentes solutions proposées par ces personnes pour améliorer la communication politique. Ce billet peut alors être lu comme une première phase dans l’élaboration d’une réflexion pour effectivement changer cette communication politique qui pose tant de problèmes – lire le précédent billet pour avoir un aperçu de l’étendu de ces problèmes.

Continuer la lecture de Les solutions des citoyen-nes pour améliorer la communication politique

Marre de me transformer en marchandise et produit

C’est un billet plus personnel que les autres, une réflexion qui me hante depuis un moment ; j’en ai marre de me transformer en marchandise et en produit. Ce billet est à lire sans prétention scientifique, donc ne vous embêtez pas à chercher de la justesse terminologique ; j’ai décidé arbitrairement, sans effort de vérification, que marchandise renvoyait à un aspect logistique, et produit à un aspect marketing. Et j’ai en marre d’orienter ma vie selon ces deux aspects.

Continuer la lecture de Marre de me transformer en marchandise et produit

Comment savoir qu’on a assez de données ? Arrêter son terrain en SHS

Ce billet est une reformulation d’un vieux billet afin d’aller à l’essentiel et de rentrer plus dans le concret. Il s’agit de donner des moyens clairs pour identifier la possibilité d’arrêter son terrain. Comme je l’ai écrit dans le billet évoqué plus haut, mettre fin à sa méthode, à ses analyses, aux entretiens, aux observations, etc., peut être difficile dans la mesure où l’on craint de manquer quelque chose, de passer à côté d’un élément essentiel, de rater l’info qu’il fallait. Or, à moins d’enfermer tout le monde en cage, la marche du monde est un processus inévitable et l’arbitraire fait partie du jeu scientifique. Toutefois, les conseils ci-dessous vous permettront de rendre ce choix plus justifiable et, aussi j’espère, de ne plus vous torturer en poursuivant la phase de terrain à l’infini .

Je ne pourrai pas malheureusement aborder toutes les méthodes en SHS – car je n’ai pas les compétences et les connaissances suffisantes – et parlerais principalement de deux : l’analyse de corpus et les entretiens. Autre précision, je ne parlerai également que des raisons internes à votre recherche, mais d’autres raisons externes, au hasard une crise sanitaire planétaire ou l’impossibilité d’accéder à telle ou telle archive, peuvent tout à fait mettre fin au terrain.

Continuer la lecture de Comment savoir qu’on a assez de données ? Arrêter son terrain en SHS

Qu’est-ce que nous n’aimons pas dans la communication politique ?

Les résultats présentés dans ce billet sont le fruit d’une étude indépendante que j’ai réalisée en 2020-2021. Cette étude a consisté à interroger cinquante citoyen-nes, selon la méthode de l’entretien libre ou non-directif. Les entretiens ont été analysés à l’aide d’une typologie fine, détaillée en différentes catégories et sous-catégories. Une de ces catégories – englobant plusieurs sous-catégories – portait sur les critiques négatives formulées à l’encontre de la communication politique. Je vais donc vous présenter de façon résumée les critiques négatives citoyennes de la communication politique, telles qu’elles apparaissent dans les entretiens et après l’analyse – il existe un manuscrit bien plus détaillé de cette étude, mais transformé en billet de blog d’une centaine de pages, ça le ferait moyen.

Continuer la lecture de Qu’est-ce que nous n’aimons pas dans la communication politique ?

Les meetings et l’illusion démocratique

Pendant la campagne des législatives de cette année (2022), j’ai assisté à un meeting de la NUPES, avec deux candidates de la coalition de partis. Leur prestation et les idées défendues pendant ce meeting ne sont pas pertinentes par rapport aux propos de ce billet. Celui-ci intervient dans une réflexion et une analyse récurrente que, sans doute, beaucoup de personnes formulent ; nous ne vivons pas en démocratie et, selon moi, le meeting en est la parfaite démonstration.

Continuer la lecture de Les meetings et l’illusion démocratique

s’y retrouver dans la jungle bibliographique

Le début de la thèse, surtout si le sujet est relativement neuf par rapport à nos connaissances développées pendant les années de master, peut s’apparenter à un largage en pleine jungle bibliographique : des auteur-es qui volent de partout comme des insectes, des montagnes de livres et d’articles, des monticules de conférences et d’actes de colloques, une pléthore de théories et d’Écoles de pensée qui fourmillent, et des doctorant-es perdues, en pleine crise de nerf, qui poussent des cris de saïmiri. Il existe pourtant plusieurs manières de se diriger plus sereinement dans cette forêt luxuriante : je vais les lister et les présenter ci-dessous.

Continuer la lecture de s’y retrouver dans la jungle bibliographique

Remo et la santé mentale à l’université

Du 27 au 30 juin (2022) s’est tenue une formation pour les ambassadeurs et ambassadrices de ReMO (Researcher Mental Health Observatory). Ce billet est un retour d’expérience sur cette initiative européenne qui, disons-le tout de suite, va clairement dans la bonne direction.

Les problèmes de bien-être à l’université, que ce soit le stress, l’anxiété, les burn-out, la dépression, etc., sont répandus. La littérature à ce sujet ne laisse plus aucun doute et c’est pour cette raison qu’il faut agir.  Voici un chiffre parmi tant d’autres : 32 % des doctorant-es risquent de développer un trouble psychiatrique, en particulier la dépression (Levecque et. al., 2017). Je vous invite à consulter les nombreux travaux déjà réunis par ReMO pour vous faire une idée plus précise.

Que faire alors ? Durant ces journées de formation, j’ai compris que nous pouvions agir à différents niveaux. Tout d’abord, nous pouvons changer nos propres pratiques de chercheurs et chercheuses : ne pas être obsédé-e par notre position au détriment de notre santé et de celle des autres, soutenir celles et ceux qui en ont besoin, partager les bonnes pratiques. Ensuite, nous pouvons nous investir dans nos institutions pour défendre la santé mentale. Nous pouvons faire la promotion de ce sujet et engager une discussion avec les différentes parties prenantes afin, selon le contexte, d’expliquer le problème ou d’entreprendre des actions préventives par exemple. Puis, nous pouvons, en fonction de nos connaissances et compétences, prendre part à la construction d’une connaissance élargie sur la question de la santé mentale à l’université. Ici le travail des doctorant-es qui se penchent sur le sujet me semble particulièrement précieux. Enfin, nous pouvons rencontrer les décideurs et décideuses politiques. Nous avons l’opportunité de leur apporter des preuves et des témoignages, ce à quoi ils et elles n’ont pas forcément accès, ainsi que des propositions de solution.

En tant que membre d’une association – Ma Thèse Émoi – qui oeuvre pour la santé mentale en thèse, ces journées de formation m’ont permis de faire le plein d’idées, de conseils pratiques et d’énergie pour améliorer le bien-être à l’université. Les initiatives et les volontés ne manquent pas, nous pouvons changer les choses !

Que faire des fiches de lecture ?

Si vous avez succombé au virus de la prise des notes, vous avez sûrement accumulé des centaines, voire des milliers de fiches de lecture. Vient alors la question fatale : que faire de toutes ces informations ? Avant toute chose, si vous commencez votre thèse, vous vous demandez peut-être l’utilité d’une fiche de lecture. Je commencerai donc par vous expliquer à quoi elles servent, sans chercher à vous convaincre de rejoindre la communauté ecclésiastique des lectrices et lecteurs griffonneurs. Pour les déjà converti-es, je vous donnerai quelques conseils afin de transformer vos fiches en aide précieuse.

Continuer la lecture de Que faire des fiches de lecture ?

Comment rédiger une problématique (thèse SHS) ?

Comme disait un de mes anciens professeurs (un des rares à avoir eu l’honnêteté de m’expliquer que l’encadrement en thèse laissait le plus souvent à désirer et qu’en conséquence ça me faciliterait le transit intestinal), la problématique pour les thésard-es, c’est un serpent de mer. Vous avez une problématique ou vous pensez avoir une vague idée de ce que vous cherchez ? Est-ce que vous changez de problématique en fonction de la saison ? Est-ce que votre GPS scientifique est cassé et vous naviguez à vue ? Une thèse sans problématique est comme une voiture sans pilote, ça avance quand même, mais on se demandera tout au long de votre travail final ce que vous avez clairement voulu faire. Ce billet est destiné à vous aider à rédiger votre problématique dans sa version finale, c’est-à-dire au moment de la rédaction du manuscrit.

Continuer la lecture de Comment rédiger une problématique (thèse SHS) ?

Vote et culpabilité : formule de l’ “ancien monde”

Alors que l’affiche désolante et désastreuse du second tour des présidentielles est rejouée, après avoir été préparée par les principaux prescripteurs de la « réalité » (médias, commentateurs et commentatrices en tous genre, pros de la politique, intellectuel-les, etc.) pendant cinq ans, une partie de la société joue un refrain bien connu, celui de la culpabilité. Ne pas voter représente un acte honteux et déshonorant, encore plus quand « l’extrême droite est à nos portes »1 (il conviendrait par ailleurs de déterminer qui a favorisé cette marche vers nos portes…). Ne pas voter, c’est contribuer « au déferlement de haine »2 et donc s’affranchir de son devoir républicain en aidant les ennemi-es de la République (il conviendrait par ailleurs de mettre en lumière les personnes qui ont contribué à la partition de l’extrême droite en reprenant ses thèmes en chœur…). Ne pas voter Macron, « c’est voter Poutine »3 (celle-là se passe de commentaire). Et tout le monde s’y met, à gauche comme à droite – des associations étudiantes, des observatoires, des pros de la politique, des médias, des scientifiques, des artistes, etc. –, tout le monde s’adonne à cette critique bilatérale qui sent bon l’ancien monde. C’est pourquoi la gauche aurait tout intérêt à se distancer de cette opération de culpabilisation.

Continuer la lecture de Vote et culpabilité : formule de l’ “ancien monde”

injonctions paradoxales et thèse

La thèse fait souffrir les individus qui la produisent. Les raisons sont nombreuses et découlent aussi bien des défauts organisationnels de l’université, que des manques dans l’encadrement ou des situations dangereuses (comme le harcèlement moral ou sexuel) ; bref les raisons ne manquent pas de souffrir sur le plan psychologique pendant la thèse. J’aimerais ici m’arrêter sur une raison en particulier, prenant ses racines dans les différentes dimensions de la thèse : les injonctions paradoxales.

 

Continuer la lecture de injonctions paradoxales et thèse

pourquoi vous devriez lire david graeber

David Graeber est le genre d’intellectuel qui vous fait faire des bonds neuronaux, à la fois en proposant des réflexions profondes et stimulantes, et en remettant radicalement en question votre compréhension du monde. La lecture de ses ouvrages est un acte nécessaire pour toute personne qui se pense vraiment à gauche, plus encore pour un-e anarchiste. Toutefois, les réflexions de Graeber ne sont pas justes un impératif liée à un positionnement politique et idéologique ; pour toutes les raisons qui suivent vous devriez lire cet anthropologue.

Attention, ce billet n’est pas une synthèse des travaux de David Graeber, que je n’ai pas tous lu par ailleurs, mais une sélection de ses idées et conclusions qui me semblent les plus pertinentes à connaître dans une optique de questionnement critique du monde, et, pourquoi pas, pour une mise en pratique de ce questionnement.

Continuer la lecture de pourquoi vous devriez lire david graeber

Comment rédiger un bon mémoire ? éviter les pièges de la pensée facile

Dans ce billet, je parle de la pensée, de la manière dont vos neurones s’expriment, non pas tant dans le style, la forme, que dans la structure des idées formulées. On parle parfois de posture épistémo, d’école de pensée, mais, plus simplement, on parlera aussi de la base de votre pensée. Vous ne trouverez donc pas de conseils sur le style (écrivez simplement, évitez les figures de style, le style littéraire, etc. – pour des conseils de ce style, reportez-vous à ce billet) mais des conseils sur la manière de construire votre pensée et d’ensuite la mettre sur papier, ou écran.

 

Continuer la lecture de Comment rédiger un bon mémoire ? éviter les pièges de la pensée facile

lettre ouverte aux électoralistes : pourquoi je ne vote pas

Les présidentielles approchent et, avec elles, l’injonction à voter, comme un garde du corps agressif qui ne supporterait pas le moindre risque d’égratignure de sa protégée. Certaines personnes se découvrent alors des passions civiques, des poussées républicaines irritantes, qui provoquent d’autant plus le sourire ou la grimace quand ce sont, parfois, les mêmes personnes qui critiquent vivement les manifestations, les nouvelles revendications progressistes ou simplement les idées remettant en cause des habitudes bien ancrées. N’y aurait-il qu’une seule forme d’expression politique pour le peuple ? Même la « gauche » voire la gauche de la gauche voient dans les élections le principal outil politique pour les classes populaires. Erreur ou faute politique ? Naïveté peut-être ? Peu importe, il faut voter ! Sinon c’est l’exclusion de la communauté politique, de la communauté tout court même, c’est le stigmate de la honte du ou de la mauvaise citoyenne (de seconde zone) : comment osons-nous ne pas voter ?! Hé bien je vais vous le dire, sans prétendre parler pour toutes et tous les abstentionnistes.

Continuer la lecture de lettre ouverte aux électoralistes : pourquoi je ne vote pas

C’est quoi le problème ? réflexion sur le malaise dans la société

C’est quoi le problème ? Pourquoi existe t-il un tel malaise dans la société ? La dépression semble ne plus être un état mais une norme qui pendouille de la structure sociétale ; en somme une tumeur qui embrasse tout le monde et finit par être presque plus grosse que ce à quoi elle est attachée. Ce malaise n’est donc pas qu’une passade, pour les jeunes générations gâtées qui ne supporteraient plus rien, qui se plairaient dans le rôle de la victime et blablabla. A vrai dire, cette analyse à la petite semaine se trouve confrontée à un problème de poids : il y a presque 100 ans, Freud publiait un livre qui s’attachait à décrire les raisons de ce malaise. Ainsi, si ce malaise persiste depuis un siècle, il est indispensable de l’affronter, de l’interroger, d’en analyser les raisons et, in fine, d’en trouver des portes de sorties.

Continuer la lecture de C’est quoi le problème ? réflexion sur le malaise dans la société

Posons des questions et abusons du point-virgule

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search