2° La réception critique de la communication politique : la critique citoyenne

Nous avons souligné dans le texte précédent l’activité des récepteurs dans leur pratique de réception. Cette conception s’inscrit dans le refus de penser ces récepteurs passifs quand ils comprennent ou essayent de comprendre une production discursive. Nous finissions alors par interroger une réception critique des activités de communication politique de la part des citoyens. Dans le présent billet, deux taches se présentent à nous pour poursuivre une réflexion sur la dimension critique d’une activité de réception. Dans un premier temps, il s’agit de savoir quelle conception (politique) des citoyens est mobilisée. Est-ce nous nous inscrivons dans une perspective misérabiliste ou populiste, pour reprendre les termes de P. Grignon et J.-C. Passeron (1989) ? Est-il possible de se trouver dans un entre-deux, reconnaissant la force de la domination et les capacités d’émancipation des dominés ? Dans un second temps, nous commencerons à produire notre objet de recherche, la réception critique des activités de communication politique, en faisant le parallèle avec la posture épistémologique choisie.

Continuer la lecture de 2° La réception critique de la communication politique : la critique citoyenne

La communication de l’État et le politique : c’est pas que d’la com

Ce texte se veut un point d’éclaircissement sur une partie déterminante de la façon de gouverner actuelle ; la communication de l’État. Trop souvent, cette dernière est uniquement associée à la politique alors qu’elle est aussi liée au politique. Il n’y a pas que des paillettes dans la communication, il y a également des bottes. Plus exactement, c’est l’alliance de la parole à la violence qui caractérise les rapports de domination en France, rapports très bien illustrés par la communication de l’État.

Continuer la lecture de La communication de l’État et le politique : c’est pas que d’la com

Lexique de vocabulaire scientifique (pour les étudiantes et étudiants)

Propos liminaires (on dit ça pour faire classe et ça veut dire propos introductifs)

Ce lexique a pour objectif de rendre clair certains termes utilisés dans le travail scientifique. Attention toutefois ! Certains de ces termes se retrouvent dans le « langage de tous les jours », cela ne signifie pas qu’ils ont le même sens. Soyez malins, soyez curieux, ne vous contentez pas de ce que vous entendez au quotidien, ni même de ce lexique ; lisez des ouvrages sur l’épistémologie et les théories de la connaissance pour ouvrir vos neurones !

Continuer la lecture de Lexique de vocabulaire scientifique (pour les étudiantes et étudiants)

La “communication (politique) twitter” est un échec

La fake-news, ou plutôt tentative de désinformation concernant l’envahissement de l’hôpital de La Pitié-Salpêtrière par des manifestants le premier mai, est la goutte d’eau de trop, dans un océan de mensonges et coups-bas ; même l’opposition politique, pourtant pas les premiers à s’attaquer aux figures de pouvoir, demande une démission du ministre de l’intérieur1. Au-delà de tout ce que ça nous dit sur le mode de gouvernement en lui-même, j’aimerais attirer l’attention sur l’échec qu’est la « communication twitter » ; par cette expression j’entends la communication rapide, à base de déclaration courte, faite pour choquer, susciter des émotions de colère ou d’espoir, et dont l’objectif est de mobiliser un soutien, sans plus d’effort que celui d’essayer de toucher une corde sensible – ce qui en dit long sur la manière dont les gouvernants conçoivent les citoyens, c’est-à-dire des idiots n’obéissant qu’à leurs sentiments. Cette « communication twitter », qu’elle se passe sur ce réseau social numérique (RSN) ou un autre, échoue selon trois raisons que je vais développer plus bas.

Continuer la lecture de La “communication (politique) twitter” est un échec

Comment rédiger un plan (pour la thèse) ?

Ce billet est une aide méthodologique pour celles et ceux qui galèrent pour écrire un plan. Ce n’est donc pas une recette miracle (pour réussir sans travailler), ni la panacée (pour surmonter toutes les difficultés). Je ne promets donc pas, à la manière d’un gourou des internets, la résolution de tous vos problèmes, mais plutôt je vous propose quelques conseils (que j’aurais aimé avoir au moment de la rédaction de mon plan).

Continuer la lecture de Comment rédiger un plan (pour la thèse) ?

1° La réception critique de la communication politique : réception et domination

Après avoir effectué une thèse sur la communication de l’État, en analysant uniquement les « producteurs » et les « productions », nous ressentons la nécessité d’aller voir du côté des « récepteurs », des cibles, des citoyens à qui les activités de communication sont destinées. À la fin de notre réflexion en doctorat, nous proposions la piste de travail suivante : l’existence d’une critique citoyenne de la communication est-elle une critique d’une façon de gouverner la société française ?

Dans une série de trois billets, nous exposerons un « projet » de recherche indépendante, tant sur le plan financier que sur le plan institutionnel – car il apparaît important de nous laisser des marges de manœuvre suffisante face à la frilosité vis-à-vis d’une conception politique de la science. Ici, nous commencerons par décortiquer la notion de réception, en mettant tout particulièrement l’accent sur un rapport avec une conception des récepteurs et la notion de domination.

Continuer la lecture de 1° La réception critique de la communication politique : réception et domination

Le streaming : télévision 2.0 ?

Parler de télévision 2.0 est sans doute une erreur car j’imagine qu’on a déjà dû promettre l’avènement d’une « télé du futur », que ce soit chez les professionnels du secteur un peu trop enthousiastes, ou un chercheur muni d’une boule de cristal. Toutefois, et c’est l’idée défendue dans ce billet, le streaming est une forme de diffusion qui renouvelle en profondeur la consommation de contenus audiovisuels tout en apportant des expériences différentes ou correspondant en quelque sorte au « 2.0 » du web, où les interactions sont centrales. Le renouvellement ici (et c’est un mot trop peu souvent défini donc réparons cette injustice) signifie à la fois le fait de refaire ce que la télévision propose, mais le faire en partie de façon différente ou identique, et offrir des services carrément nouveaux par rapport à la télévision.

Continuer la lecture de Le streaming : télévision 2.0 ?

La propagande présidentielle pendant les élections européennes : le clip “Renaissance européenne”

N’importe quel citoyen qui a vu le clip de LREM (La République En Marche) pour les élections européennes a dû être frappé par la violence de celui-ci. Non pas tellement parce qu’il comporte des images effectivement violentes, mais parce qu’il est une tentative explicite de manipulation et de coercition. Nous verrons donc dans ce billet que la propagande, bien loin d’avoir disparu de nos « démocraties » représentatives, en est devenue que plus pernicieuse ; avec le clip de LREM elle fait un retour plus éclatant sur scène sans jamais l’avoir quitté.

Continuer la lecture de La propagande présidentielle pendant les élections européennes : le clip “Renaissance européenne”

Les secrets de polichinelle de l’encadrement de thèse

Au début de mon doctorat, j’avais l’impression que l’encadrement de thèse faisait l’objet d’une omerta dans le milieu, à la façon de ces choses que tous les mafieux connaissent, mais que tous préfèrent taire par crainte ou intérêt. En réalité, il apparaît bien que les difficultés et les mauvaises pratiques des encadrants et encadrantes sont des secrets de polichinelle, tant tout le monde (autres profs, doctorants, étudiants, personnels administratifs) s’épanche avec vigueur sur le sujet quand on se trouve dans une situation de confiance. Ce billet est là pour faussement dévoiler – puisque tout le monde le sait – ces soi-disant secrets démontrant que l’encadrement de thèse devrait subir une refonte en profondeur, tout comme la recherche en général. Ils témoignent en effet de dysfonctionnements graves dans la Science. Loin de l’image véhiculée en master, pour attirer les candidats, où le doctorat est décrit comme un temple dédié à la réflexion, où la Raison est le facteur principal d’avancée des neurones, où la thèse est une expérience unique et gratifiante durant laquelle le doctorant sera bien accompagné, l’encadrement est dans les faits souvent le lieu où s’exprime un chantage à la signature, où l’on joue les petites mains, où l’on bénéficiera peut-être des faveurs des maîtres, où l’on subit les querelles d’Église, où l’on se rend compte que les directeurs et directrices n’ont jamais été formés pour cela, où ceux-ci peuvent très bien disparaître du jour au lendemain ou nous confier à qui veut bien en cas de problème, où, tout simplement, on comprend qu’aujourd’hui, il est presque impossible pour un être humain d’encadrer convenablement son thésard.

Continuer la lecture de Les secrets de polichinelle de l’encadrement de thèse

Pourquoi les gangsta rappeurs américains sont plus intelligents que Macron et consort ?

Macron, pur produit d’un libéralisme violent en guerre contre tout ce qui pourrait baisser les revenus d’une petite caste élitiste, est bête ; je répète, Macron est bête. Ou alors il s’agit d’un idéologue tout à fait conscient de ce qu’il dit et défend une vision particulière du monde – où l’ordre social doit être dévoué au dégagement de bénéfices pour les « winners ». En face, nous avons des gangsta rappeurs américains, pas réputés pour leur capacité de réflexion ou d’ouverture d’esprit ; ce sont des personnes arrogantes, hautaines et revendiquant comme une fierté la violence qu’elles infligent au quotidien (envers leurs adversaires, les femmes, la police, etc.). Et pourtant, quand on sort de cette lecture focalisée, il apparaît comme une évidence que les gangsta rappeurs américains sont plus intelligents que les néo-libéraux macroniens.

Continuer la lecture de Pourquoi les gangsta rappeurs américains sont plus intelligents que Macron et consort ?

Les gardiens des frontières 2 : communication politique et publique

Ce texte est une critique d’un des chapitres de l’ouvrage Dynamiques des recherches en sciences de l’information et de la communication portant sur la « communication publique et transformations des modes de gouvernement ». Il servira à mettre en perspective la définition des gardiens des frontières concernant le domaine (de pratiques et de pensées) « communication publique et politique » face à ma conception critique engagée de la recherche. Il s’arrêtera aussi sur un choix rédactionnel favorisant la compréhension de tous mais nuisant à la discussion et l’approfondissement des thèmes abordés. Enfin, il s’étendra sur la volonté de présenter la discipline SIC comme innovante.

Continuer la lecture de Les gardiens des frontières 2 : communication politique et publique

L’entre-soi du monde universitaire – entre regret et désintérêt des étudiants

L’année dernière j’écrivais un billet1 sur les critiques formulées par certains étudiants envers l’utilité des sciences humaines et sociales (SHS). Il ressortait des discussions que j’avais eues avec eux une représentation en partie calquée sur les sciences expérimentales. Les SHS avaient alors les défauts de leur originalité, c’est-à-dire du recours à la langue, une langue compliquée voire pompeuse, pour mener des analyses qui semblent distantes des préoccupations courantes. Cette année, j’ai renouvelé l’expérience et une nouvelle critique est ressortie (les discussions que je mène ne sont jamais préparées à l’avance et je laisse aux étudiants dans un premier temps le choix des sujets) ; il s’agit du regret de l’entre-soi.

Continuer la lecture de L’entre-soi du monde universitaire – entre regret et désintérêt des étudiants

Les gardiens des frontières : une critique de “La dynamique de la recherche en SIC”

Ce texte est une critique d’un ouvrage à mi-chemin entre épistémologie et méthodologie, présentant les principales thématiques abordées par les sciences de l’information et de la communication (SIC) et rédigé par des dominants de la discipline.

Continuer la lecture de Les gardiens des frontières : une critique de “La dynamique de la recherche en SIC”

C’est pas que d’la com ! – mais que foutent les professionnels de la politique sur Twitter ?

Un professionnel de la politique s’est encore illustré sur Twitter par une erreur lamentable sur de nombreux points – politique, stratégique, symbolique, personnel. Dans un échange1 avec Guillaume Barazzone, professionnel suisse de la politique, le président de l’Assemblée nationale française, Richard Ferrand, accuse son interlocuteur de mentir avec l’infamante étiquette « #FakeNews ». Malheureusement pour lui, il a été démasqué, vidéo à l’appui. Dans la série de billet « Ce n’est pas que d’la com ! », je mets l’accent sur la nécessité de ne pas réduire la communication politique au refrain de Dalida. Pourtant, force est de constater que les professionnels de la politique ne cessent de sous-estimer l’importance de la maîtrise de leurs activités communicationnelles sur les réseaux sociaux numériques, en l’occurrence Twitter, réduisant dès lors leurs interventions en façade d’incompétence et d’irrespect.

Continuer la lecture de C’est pas que d’la com ! – mais que foutent les professionnels de la politique sur Twitter ?

Il faut systématiser la violence symbolique à l’égard des puissants

Le mouvement des gilets jaunes démontre qu’il existe en France un désespoir, une colère et une volonté de changements réels. Les élites, les puissants, les dominants, en gros tous ceux qui profitent de l’organisation politique actuelle, sont directement visés. Quoi qu’on dise sur ce mouvement, pour des raisons individuelles voire égoïstes (parce qu’on est resté coincé sur la route par exemple), ou pour des raisons de classe (la bourgeoisie doit voir d’un mauvais œil cette grogne populaire tandis que les aspirants à cette classe profitent, consciemment ou pas, de l’opportunité pour se distancier de leurs origines populaires), les gilets jaunes pointent les bonnes personnes du doigts dans la mesure où elles ont leur part de responsabilité dans la situation sociale actuelle. Le chômage, les inégalités, les menaces de déclassement ne sont pas des manifestations naturelles mais le résultat de politiques gouvernementales et d’une idéologie prédatrice (le néo-libéralisme). En conséquence, j’aimerais avec ce texte apporter ma modeste pierre à l’édifice gigantesque qui consiste à remettre en cause l’organisation politique dans sa globalité ; et si on se moquait automatiquement des puissants ? Et si chacune de leurs activités de communication rencontraient huées et désapprobations ?

Continuer la lecture de Il faut systématiser la violence symbolique à l’égard des puissants

Pour réfléchir sur la communication de l'État ; et autres…