Comment rédiger une problématique (thèse SHS) ?

Comme disait un de mes anciens professeurs (un des rares à avoir eu l’honnêteté de m’expliquer que l’encadrement en thèse laissait le plus souvent à désirer et qu’en conséquence ça me faciliterait le transit intestinal), la problématique pour les thésard-es, c’est un serpent de mer. Vous avez une problématique ou vous pensez avoir une vague idée de ce que vous cherchez ? Est-ce que vous changez de problématique en fonction de la saison ? Est-ce que votre GPS scientifique est cassé et vous naviguez à vue ? Une thèse sans problématique est comme une voiture sans pilote, ça avance quand même, mais on se demandera tout au long de votre travail final ce que vous avez clairement voulu faire. Ce billet est destiné à vous aider à rédiger votre problématique dans sa version finale, c’est-à-dire au moment de la rédaction du manuscrit.

Continuer la lecture de Comment rédiger une problématique (thèse SHS) ?

Vote et culpabilité : formule de l’ “ancien monde”

Alors que l’affiche désolante et désastreuse du second tour des présidentielles est rejouée, après avoir été préparée par les principaux prescripteurs de la « réalité » (médias, commentateurs et commentatrices en tous genre, pros de la politique, intellectuel-les, etc.) pendant cinq ans, une partie de la société joue un refrain bien connu, celui de la culpabilité. Ne pas voter représente un acte honteux et déshonorant, encore plus quand « l’extrême droite est à nos portes »1 (il conviendrait par ailleurs de déterminer qui a favorisé cette marche vers nos portes…). Ne pas voter, c’est contribuer « au déferlement de haine »2 et donc s’affranchir de son devoir républicain en aidant les ennemi-es de la République (il conviendrait par ailleurs de mettre en lumière les personnes qui ont contribué à la partition de l’extrême droite en reprenant ses thèmes en chœur…). Ne pas voter Macron, « c’est voter Poutine »3 (celle-là se passe de commentaire). Et tout le monde s’y met, à gauche comme à droite – des associations étudiantes, des observatoires, des pros de la politique, des médias, des scientifiques, des artistes, etc. –, tout le monde s’adonne à cette critique bilatérale qui sent bon l’ancien monde. C’est pourquoi la gauche aurait tout intérêt à se distancer de cette opération de culpabilisation.

Continuer la lecture de Vote et culpabilité : formule de l’ “ancien monde”

injonctions paradoxales et thèse

La thèse fait souffrir les individus qui la produisent. Les raisons sont nombreuses et découlent aussi bien des défauts organisationnels de l’université, que des manques dans l’encadrement ou des situations dangereuses (comme le harcèlement moral ou sexuel) ; bref les raisons ne manquent pas de souffrir sur le plan psychologique pendant la thèse. J’aimerais ici m’arrêter sur une raison en particulier, prenant ses racines dans les différentes dimensions de la thèse : les injonctions paradoxales.

 

Continuer la lecture de injonctions paradoxales et thèse

pourquoi vous devriez lire david graeber

David Graeber est le genre d’intellectuel qui vous fait faire des bonds neuronaux, à la fois en proposant des réflexions profondes et stimulantes, et en remettant radicalement en question votre compréhension du monde. La lecture de ses ouvrages est un acte nécessaire pour toute personne qui se pense vraiment à gauche, plus encore pour un-e anarchiste. Toutefois, les réflexions de Graeber ne sont pas justes un impératif liée à un positionnement politique et idéologique ; pour toutes les raisons qui suivent vous devriez lire cet anthropologue.

Attention, ce billet n’est pas une synthèse des travaux de David Graeber, que je n’ai pas tous lu par ailleurs, mais une sélection de ses idées et conclusions qui me semblent les plus pertinentes à connaître dans une optique de questionnement critique du monde, et, pourquoi pas, pour une mise en pratique de ce questionnement.

Continuer la lecture de pourquoi vous devriez lire david graeber

Comment rédiger un bon mémoire ? éviter les pièges de la pensée facile

Dans ce billet, je parle de la pensée, de la manière dont vos neurones s’expriment, non pas tant dans le style, la forme, que dans la structure des idées formulées. On parle parfois de posture épistémo, d’école de pensée, mais, plus simplement, on parlera aussi de la base de votre pensée. Vous ne trouverez donc pas de conseils sur le style (écrivez simplement, évitez les figures de style, le style littéraire, etc. – pour des conseils de ce style, reportez-vous à ce billet) mais des conseils sur la manière de construire votre pensée et d’ensuite la mettre sur papier, ou écran

 

Continuer la lecture de Comment rédiger un bon mémoire ? éviter les pièges de la pensée facile

lettre ouverte aux électoralistes : pourquoi je ne vote pas

Les présidentielles approchent et, avec elles, l’injonction à voter, comme un garde du corps agressif qui ne supporterait pas le moindre risque d’égratignure de sa protégée. Certaines personnes se découvrent alors des passions civiques, des poussées républicaines irritantes, qui provoquent d’autant plus le sourire ou la grimace quand ce sont, parfois, les mêmes personnes qui critiquent vivement les manifestations, les nouvelles revendications progressistes ou simplement les idées remettant en cause des habitudes bien ancrées. N’y aurait-il qu’une seule forme d’expression politique pour le peuple ? Même la « gauche » voire la gauche de la gauche voient dans les élections le principal outil politique pour les classes populaires. Erreur ou faute politique ? Naïveté peut-être ? Peu importe, il faut voter ! Sinon c’est l’exclusion de la communauté politique, de la communauté tout court même, c’est le stigmate de la honte du ou de la mauvaise citoyenne (de seconde zone) : comment osons-nous ne pas voter ?! Hé bien je vais vous le dire, sans prétendre parler pour toutes et tous les abstentionnistes.

Continuer la lecture de lettre ouverte aux électoralistes : pourquoi je ne vote pas

C’est quoi le problème ? réflexion sur le malaise dans la société

C’est quoi le problème ? Pourquoi existe t-il un tel malaise dans la société ? La dépression semble ne plus être un état mais une norme qui pendouille de la structure sociétale ; en somme une tumeur qui embrasse tout le monde et finit par être presque plus grosse que ce à quoi elle est attachée. Ce malaise n’est donc pas qu’une passade, pour les jeunes générations gâtées qui ne supporteraient plus rien, qui se plairaient dans le rôle de la victime et blablabla. A vrai dire, cette analyse à la petite semaine se trouve confronter à un problème de poids : il y a presque 100 ans, Freud publiait un livre qui s’attachait à décrire les raisons de ce malaise. Ainsi, si ce malaise persiste depuis un siècle, il est indispensable de l’affronter, de l’interroger, d’en analyser les raisons et, in fine, d’en trouver des portes de sorties.

Continuer la lecture de C’est quoi le problème ? réflexion sur le malaise dans la société

les mots et les souffrances : violence dans la communication de l’Etat

Les mots décrivent, saisissent la réalité pour la transcrire plus ou moins fidèlement. Certes, il y a des mensonges, des manipulations, des erreurs, des incompréhensions sur des termes (par exemple la démocratie ne peut pas être représentative), mais quand il s’agit de souffrances, psychologiques ou physiques, les mots sont importants pour soulager. Ils font l’objet d’une lutte pour représenter voire défendre au mieux la situation des concerné-es. Et pourtant, ici encore, les représentant-es de l’État peuvent faire preuve d’une violence remarquable et choquante.

Continuer la lecture de les mots et les souffrances : violence dans la communication de l’Etat

Peut-on vraiment enseigner la science ? réflexions sur l’épistémologie pratique

Les cours de méthodologie ou, plus précisément, d’épistémologie pratique, sont une étape décisive et indispensable pour la réussite des étudiant-es lors du fameux mémoire. Les attentes varient selon les formations mais, globalement, il s’agit de formuler une problématique qui permettra l’analyse plus ou moins détaillée d’un secteur professionnel ou d’une question de société. Ces cours sont censés alors donner des bases pour pratiquer la science, ou dit autrement, faire une ébauche de travail scientifique. Or, et j’ai pu le constater pendant plusieurs années, les bases sont difficilement acquises et quelques fois ne le sont pas du tout. Et si le problème venait d’une mauvaise conception de la science, reléguée à une théorie sans pratique, à un exercice de pensée abstraite, sans sueur, sans cambouis, sans échecs et tribulations ? Et si, plus généralement, les ambitions concernant l’enseignement de la science devaient être revues à la baisse. Je vais dans ce billet réfléchir à la question de l’incompatibilité entre pratique de la science et enseignement de l’épistémologie pratique.

Continuer la lecture de Peut-on vraiment enseigner la science ? réflexions sur l’épistémologie pratique

TOP 10 des conseils pour reussir sa these

Ce billet est un immonde article putaclic, dans une démarche assumée. Aucune recette miracle ne vous permettra jamais de faire votre thèse, sans effort, sans réflexion intense. Cependant, il existe des conseils que j’estime – je, donc pas forcément partagés par tout le monde – indispensables pour se faciliter la vie en thèse. J’en profite pour attirer votre attention sur la présence de certains articles, formations, podcast au titre et aux propos assez trompeurs, un peu comme le titre de ce billet. Méfiez-vous des marabouts qui vous promettent qu’en 1 heure de votre temps, tous vos soucis liés à la thèse seront réglés. Cela étant dit, ne vous privez d’écouter des conseils et de les adapter à vos besoins.

Continuer la lecture de TOP 10 des conseils pour reussir sa these

Concurrence à l’etat de nature : idée au service de l’etat

Il existerait à l’état de nature une concurrence de toutes et tous entre toutes et tous. C’est le règne de la loi du plus fort, du plus vile, de celui ou celle qui manipule, abuse et contraint le mieux. Partant de ce postulat, l’existence de l’État se justifie puisque ce dernier, avec la loi, la police et ses nombreuses institutions, nous protégerait. J’aimerais dans ce billet retourner la logique de ce postulat et la déconstruire ; et si c’était l’État qui maintenait une concurrence entre individus ? Plus généralement, je vais essayer de démontrer pourquoi ce postulat de la concurrence naturelle sert l’État.

 

Continuer la lecture de Concurrence à l’etat de nature : idée au service de l’etat

Pourquoi une telle effusion de merci a l’université ? Respect de l’ordre institutionnel et violence institutionnelle

Quelque chose m’a toujours frappé, et gêné, c’est l’abondance de remerciements pendant une soutenance de thèse ou une conférence universitaire : « merci d’être ici », « merci de m’avoir invité », « merci pour votre présentation », « merci pour votre question », « merci pour votre réponse », « merci pour vos pistes de réflexion », « merci pour votre travail », etc. Je me suis donc souvent interrogé sur cette effusion de bon sentiment, d’une sympathie étalée si excessivement. Pourquoi tant de merci ? Pourquoi est-ce que les membres d’un échange à l’université ressentent tant ce besoin ou, au moins, sans parler de besoin, affichent avec tant d’ostentation la reconnaissance qu’ils et elles ont envers leurs partenaires ? S’agit-il seulement de reconnaissance ? Est-ce autre chose ? Je vais exposer dans ce billet mon hypothèse, première ébauche d’idée qui réclamerait une vérification empirique, que l’on peut résumer comme suit : l’effusion de merci est une manière pour les participant-es à la communication de montrer patte blanche, de prouver qu’ils et elles ne contreviendront pas à l’échange et, in fine, à l’ordre de l’institution ; et cet acquiescement à l’ordre est d’autant plus important que l’institution universitaire est violente.

Continuer la lecture de Pourquoi une telle effusion de merci a l’université ? Respect de l’ordre institutionnel et violence institutionnelle

La communication, ca va devenir n’importe quoi !

La communication politique, ça va devenir n’importe quoi. Ce constat argumenté et éclairé est sans appel. Il ne laisse même pas le temps de lever la main pour objecter tant il est évident. Expertise cnewsienne à part, je vais dans ce billet essayer d’expliquer pourquoi la communication politique, en témointe de l’évolution de la politique, se dirige très probablement vers un capharnaüm, un bordel comme dirait l’autre, dans lequel il sera de plus en plus difficile de distinguer la promotion, la manipulation, la défense des idées et les égos en quête de querelle et d’attention.

 

Continuer la lecture de La communication, ca va devenir n’importe quoi !

la justiciabilité des activités de communication et autres sanctions : pourquoi bruno le maire devrait etre sanctionné ?

Et s’il devenait impossible de mentir en politique ? Et si mentir n’était plus une norme du discours politicien ? Et si, en mentant, le ou la pro de la politique s’exposait à des sanctions, allant de l’amende à des peines d’inéligibilité jusqu’à la prison ? La justiciabilité du discours politique, et de toutes les activités de communication politique (tweet, diffusion en direct, interview, tract de campagne, etc.), semble être une bonne solution pour éjecter le mensonge du jeu politique (dont la situation est abordée dans un autre billet). Le mensonge est couramment utilisé en politique et il y a tout lieu de croire que les choses ne vont pas évoluer dans un autre sens – comme le démontre l’exemple de Bruno le Maire que nous le verrons ensemble plus loin. Est-ce que la justice pourrait contribuer à cet effort de « moralisation » ou, tout juste, de respect des citoyen-ne-s ? Peut-on sinon imaginer une autre forme de sanction ?

 

Continuer la lecture de la justiciabilité des activités de communication et autres sanctions : pourquoi bruno le maire devrait etre sanctionné ?

Comment communique le président ? Une ébauche de réponse : un mois avec Manu

Comment communique le président de la cinquième république Manu Macron ? Pour le savoir avec une extrême précision, il faudrait analyser tout ce qu’il a dit, écrit, toutes ses interviews, ses discours, ses tweets, ses vidéos youtube et instagram, ses allocutions rituelles lors de sommets divers, d’hommage, etc. Ce n’est pas ce que je vais faire ci-dessous, n’ayant ni le temps, ni les moyens de le faire – même si un bilan de la communication présidentielle devrait être une obligation dans une organisation politique dans laquelle le souverain est censé être le peuple, ne serait-ce que pour déterminer comment le « souverain »-peuple a été traité. Je propose plutôt une ébauche de réponse en analysant un mois de com macroniennes. Continuer la lecture de Comment communique le président ? Une ébauche de réponse : un mois avec Manu

Posons des questions et abusons du point-virgule

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search