C’est pas que d’la com ! – pourquoi la communication politique n’entraîne aucune action ?

La communication politique, c’est-à-dire la communication des pros de la politique (en particulier les élu-e-s aux échelons nationaux), pose problème. La critique qui revient le plus souvent peut être résumé comme suit : « C’est que d’la com ! ». Cette expression condense les reproches formulées par les citoyens et citoyennes : la communication triche, ment, exagère et n’entraîne aucun effet. J’ai pu démontrer dans cette série de billet que, au contraire, ce n’est pas que d’la com ! La communication traduit des rapports de domination, de force qui ont lieu entre gouvernants et gouvernés. Par l’intermédiaire de leurs discours, les premiers démontrent qu’ils gouvernent sans volonté d’échange avec le peuple – ils annoncent des réformes, ils ne proposent pas. En exigeant des discours, le peuple réclame une transparence et pose la contrainte, entre autres, de justification aux pros de la politique. Toutefois, pourquoi est-ce que la communication politique semble, si souvent, n’entraîner aucune action – ce qui est annoncé ou promis ne se réalise pas ?

Continuer la lecture de C’est pas que d’la com ! – pourquoi la communication politique n’entraîne aucune action ?

Pourquoi est-ce si dur d’apprendre et d’enseigner la science ?

Pourquoi tant de difficultés pour parler de la science, l’expliquer ? Pourquoi est-ce que les étudiant-e-s ne comprennent pas grand-chose ? Pourquoi est-ce que les directeurs et les directrices de thèse et de mémoire sont globalement mauvaises ? Pourquoi est-ce que c’est si compliqué de transmettre une connaissance proprement pratique de la science ? J’aimerais écarter tout de suite une critique qui pourrait m’être adressée ; non je ne sais pas mieux que tout le monde, je n’ai pas la clé de l’enseignement et de l’apprentissage de la science. Je m’inclus donc  dans les questions ci-dessus et j’ajouterai même que ce billet découle d’une réflexion en profondeur suite à un de mes échecs. J’ai pu échanger avec deux de mes anciennes étudiantes, à qui j’ai donné un cours d’épistémologie, dans lequel j’expliquais à la fois les outils (méthode, problématique, hypothèse, etc.) et les enjeux de la science (open edition, débat entre engagement et neutralité de la science, etc.). Il en ressort que j’ai à demi-échoué dans la mesure où elles ne sont pas en mesure de comprendre les attentes universitaires pour la rédaction d’un mémoire de type scientifique – on peut exclure de l’équation un éventuel défaut d’intelligence du côté des étudiantes en question, car ce sont deux personnes qui ne manquent certainement pas de neurones. La principale interrogation que j’en retire est la suivante : pourquoi les étudiant-e-s ne parviennent-ils pas ou presque à comprendre et mettre en œuvre la science concrètement ?

Continuer la lecture de Pourquoi est-ce si dur d’apprendre et d’enseigner la science ?

Enseigner la science pratique. 7 – L’objet

Dans cette série de billets je me donne l’objectif ambitieux de formuler un programme d’enseignement pour de l’« épistémologie pratique », sans forcément évacuer les questions théoriques. Chaque partie du programme portera sur un élément spécifique (un outil, une activité par exemple) de la « science pratique ». Pour ce billet, il est question de la problématique.

Continuer la lecture de Enseigner la science pratique. 7 – L’objet

Enseigner la science pratique. 6 – La rédaction

Dans cette série de billets je me donne l’objectif ambitieux de formuler un programme d’enseignement pour de l’« épistémologie pratique », sans forcément évacuer les questions théoriques. Chaque partie du programme portera sur un élément spécifique (un outil, une activité par exemple) de la « science pratique ». Pour ce billet, il est question de la rédaction.

Continuer la lecture de Enseigner la science pratique. 6 – La rédaction

Enseigner la science pratique. 5 – La méthode

Dans cette série de billets je me donne l’objectif ambitieux de formuler un programme d’enseignement pour de l’« épistémologie pratique », sans forcément évacuer les questions théoriques. Chaque partie du programme portera sur un élément spécifique (un outil, une activité par exemple) de la « science pratique ». Pour ce billet, il est question de la méthode.

Continuer la lecture de Enseigner la science pratique. 5 – La méthode

Enseigner la science pratique. 4 – Les hypothèses

Dans cette série de billets je me donne l’objectif ambitieux de formuler un programme d’enseignement pour de l’« épistémologie pratique », sans forcément évacuer les questions théoriques. Chaque partie du programme portera sur un élément spécifique (un outil, une activité par exemple) de la « science pratique ». Pour ce billet, il est question des hypothèses.

Continuer la lecture de Enseigner la science pratique. 4 – Les hypothèses

Enseigner la science pratique. 3 – La problématique

Dans cette série de billets je me donne l’objectif ambitieux de formuler un programme d’enseignement pour de l’« épistémologie pratique », sans forcément évacuer les questions théoriques. Chaque partie du programme portera sur un élément spécifique (un outil, une activité par exemple) de la « science pratique ». Pour ce billet, il est question de la problématique.

Continuer la lecture de Enseigner la science pratique. 3 – La problématique

Enseigner la science pratique. 2 – Le questionnement

Dans cette série de billets je me donne l’objectif ambitieux de formuler un programme d’enseignement pour de l’« épistémologie pratique », sans forcément évacuer les questions théoriques. Chaque partie du programme portera sur un élément spécifique (un outil, une activité par exemple) de la « science pratique ». Pour ce billet, il est question du questionnement.

Continuer la lecture de Enseigner la science pratique. 2 – Le questionnement

Enseigner la science pratique. 1 – Le choix du sujet

Dans cette série de billets je me donne l’objectif ambitieux de formuler un programme d’enseignement pour de l’« épistémologie pratique », sans forcément évacuer les questions théoriques. Chaque partie du programme portera sur un élément spécifique (un outil, une activité par exemple) de la « science pratique ». Pour ce billet, il est question du sujet.

Continuer la lecture de Enseigner la science pratique. 1 – Le choix du sujet

Neutralité et science : les leçons principales de l’ouvrage Et si la recherche scientifique pouvait ne pas être neutre ?

Avant toute chose, voici un avertissement afin de ne pas créer des fausses attentes aux lecteurs et lectrices de ce billet ; il ne s’agit ni d’une recension, ni d’une synthèse, mais plutôt d’une discussion à partir de ce qui me semblent être les leçons principales de l’ouvrage Et si la recherche scientifique pouvait ne pas être neutre ? En bref, cet ouvrage met en avant des « grosses choses », des « trucs » bien importants qu’il est nécessaire d’avoir en tête lorsque l’on pense neutralité et science. Par ailleurs, fidèle à l’exercice de réflexivité auxquels se sont adonné-e-s certains et certaines auteures de cet ouvrage, je ponctuerai cette discussion d’exemples tirés de mon expérience – plus en guise d’illustration que de preuve bien entendu.

Continuer la lecture de Neutralité et science : les leçons principales de l’ouvrage Et si la recherche scientifique pouvait ne pas être neutre ?

Peut-on rire de tout ? Et qui le peut ? Pourquoi ? Comment ?

Après le bannissement temporaire d’un streamer de la plateforme Twitch, suite à une blague raciste (je donnerai ni les noms, ni les détails, car cela importe peu pour la discussion qui va suivre ci-dessous), l’éternelle question sur l’humour noir et ses interdictions ont fait leur retour ; peut-on rire de tout ? Et j’ajouterai : qui peut rire de tout ? Ce billet servira à exposer mon avis sur ces questions, questions qui, il faut bien l’avouer, me titillent les neurones depuis de nombreuses années.

Continuer la lecture de Peut-on rire de tout ? Et qui le peut ? Pourquoi ? Comment ?

La courbe au point 6. Arrêtons de parler de système, nommons les choses

Il n’est pas rare d’entendre des critiques du « système » ; c’est de sa faute, il nous contrôle, certains profitent du « système », il est mal fait, on doit le changer, etc. Pourtant, et comme pour toutes luttes politiques, il existe un combat sémantique à mener pour donner une véritable portée à la critique du « système ». J’évoquerai brièvement dans ce billet différents points importants concernant la nécessité d’arrêter de parler de « système » et les dégâts causés par ce terme.

Continuer la lecture de La courbe au point 6. Arrêtons de parler de système, nommons les choses

Désétatiser l’État pour sauver l’État et améliorer la société

L’État est une grosse machine, qui occupe un espace quasiment incommensurable dans la société française, et c’est illusoire de penser qu’il est juste là pour reproduire la bourgeoisie. Il est implanté si profondément dans notre société qu’on ne pourrait pas l’enlever a la façon d’une mauvaise herbe. Il faut donc jeter le pire de l’État pour garder le meilleur, une opération de désossage comme on en a l’habitude avec la dinde de Noël. Ce billet est une discussion personnelle à bâton rompu, veuillez donc excuser son ambition et son manque de rigueur.

Continuer la lecture de Désétatiser l’État pour sauver l’État et améliorer la société

Désacraliser la soutenance : une solution pour la violence institutionnelle à l’Université ?

Il y a urgence à désacraliser la soutenance, faire descendre de son piédestal un rite qui frôle parfois le ridicule et peut ressembler de temps en temps à un lynchage en public. Compte tenu de mon expérience vis-à-vis de ce rite, il est logique que je défende ce point de vue – j’en ai fait le récit ici. Toutefois, ce point de vue est aussi logique en lui-même car il s’inscrit dans une lutte contre la violence institutionnelle.

Continuer la lecture de Désacraliser la soutenance : une solution pour la violence institutionnelle à l’Université ?