Évidence et effet politique du discours

Un discours qui se donne pour objectif d’avoir des effets politiques – c’est-à-dire d’entraîner des comportements particuliers allant dans le sens de l’organisation politique (notamment le règlement des relations entre individus) – tourne autour d’un rapport entre évidence et prudence ou doute. C’est ce que nous allons détailler ci-dessous en mettant en parallèle le recours de la pensée dominante à l’évidence.

Continuer la lecture de Évidence et effet politique du discours

La thèse est un rapport de force ; 2° L’exemple des remerciements

L’exemple choisi pour démontrer que la thèse est un rapport de force est d’apparence relativement anodine. Il s’agit des remerciements présents en tout début de manuscrit. Nous partons de l’idée que remercier montre qu’on se soumet. Ensuite, la nécessaire discrétion pour un doctorant critique dans les remerciements s’inscrit dans le même ordre d’idée.

Continuer la lecture de La thèse est un rapport de force ; 2° L’exemple des remerciements

La thèse est un rapport de force ; 1° Pourquoi un rapport de force ?

La thèse n’est pas qu’un exercice individuel, où l’étudiant-chercheur est testé dans ses capacités à respecter un ensemble de consignes plus ou moins explicites. En fait, elle peut s’analyser de façon plus sociologique, en prenant en compte la configuration de relations qui la constituent. Plus encore, une thèse est un rapport de force et, dans un premier billet, nous expliquerons pourquoi avant, dans un second billet, de donner un exemple.

Continuer la lecture de La thèse est un rapport de force ; 1° Pourquoi un rapport de force ?

Faire comprendre le travail scientifique : quelques suggestions

Ayant assisté à un certain nombre de conférences scientifiques, où parfois des publics non-spécialisés étaient présents, j’en suis venu à m’interroger sur la capacité des chercheurs à expliquer le travail scientifique. Force est de constater que des blocages dans la compréhension de ce travail par ces publics interviennent assez souvent. L’objectif de ce billet n’est pas de pointer du doigt en nommant les erreurs des chercheurs ou celles des publics – j’en serais bien incapable –, mais plutôt de suggérer quelques façons d’aborder la communication du travail scientifique, pour potentiellement mieux se faire comprendre quand on est chercheur en sciences sociales.

Continuer la lecture de Faire comprendre le travail scientifique : quelques suggestions

Finance et État : ce que prouve l’analyse de la communication de l’État

Dans l’idéal néo-libéral, l’État se distance de la finance en laissant celle-ci se gérer toute seule. Pourtant, comme le montrent les volontés du gouvernement et de la présidence actuels de libéraliser/privatiser/« marchétiser » la SNCF, c’est l’État qui donnent les moyens à certains secteurs de se « libérer »; la finance ne peut donc se passer d’une intervention de l’État pour sa liberté. Elle peut encore moins se passer de l’État en situation de crise. L’analyse de la communication, en période de crise financière, révèle les rapports que l’État entretient avec la finance. En particulier, elle permet de démontrer deux choses essentielles ; la finance n’est pas une institution naturelle et l’intervention de l’État est indispensable pour que les marchés financiers fonctionnent.

Continuer la lecture de Finance et État : ce que prouve l’analyse de la communication de l’État

Dans la tête des doctorants

Ce billet est spéculatif et servira avant-tout à coucher sur papiers des intuitions, des impressions, des réflexions ; bref du condensé de matière grise. Étant doctorant, je côtoie des personnes de la même espèce et j’en rencontre souvent qui sont dans un malaise par rapport à leur thèse. Le malaise peut être, bien sûr, de différentes envergures, mais il me semble caractériser un rapport à la connaissance, et surtout à la connaissance scientifique. J’aimerais donc voyager un peu dans la tête des doctorants pour exprimer ce que ce malaise semble impliquer.

Continuer la lecture de Dans la tête des doctorants

Comment traiter la question des effets

Quand les étudiants doivent trouver des problématiques pour travailler sur des sujets divers, la question des effets revient souvent comme un fantôme qui hante la pensée, un peu comme si les étudiants étaient seulement intéressés par ces institutions qui sont en mesure d’influencer leur quotidien. Alors l’enseignant a, comme un réflexe gravé au fer rouge, l’habitude de refuser la problématique des effets, sachant bien – à raison – que les étudiants sont à bord d’un véhicule lancé à pleine vitesse avec une seule destination ; le mur. Pourtant, nous aimerions dans ce billet présenter une manière de traiter les effets tout en prenant des gants et en évitant la surface en béton dressée face à ceux qui ne ralentissent pas.

Continuer la lecture de Comment traiter la question des effets

C’est pas que d’la com – d’autres types de communication

Si l’on postule qu’il existe en France une critique de la communication politique, qu’elle soit d’État ou pas, nous pouvons proposer d’autres types de communication susceptibles de répondre à cette critique. Avant de les évoquer, nous détaillerons brièvement la communication politique jugée mauvaise.

Continuer la lecture de C’est pas que d’la com – d’autres types de communication

L’intérêt des sciences humaines et sociales : une remise en question courante de la part des étudiants

Pendant les cours d’épistémologie d’une discipline en sciences humaines et sociales (SHS) ou dans ces dernières en général, la question de leur intérêt pour la société revient souvent sur la table. Les étudiants s’interrogent en effet sur l’utilité sociale d’une spécialisation de l’interrogation du monde quand celle-ci est si peu « compréhensible », si « théorique pour faire théorique », si peu « concrète » dans ses résultats ; autrement dit, quelle est la fonction de ces SHS dont nous ne saisissons pas le fonctionnement et les codes ? Ce billet servira à mettre en avant quelques éléments qui ressortent des discussions entretenues avec les étudiants à qui j’enseigne une matière comportant une dimension épistémologique et méthodologique, et permettra d’avancer des débuts d’explication vis-à-vis de ce manque de légitimité dans une société où l’humeur utilitariste semble dominer.

Continuer la lecture de L’intérêt des sciences humaines et sociales : une remise en question courante de la part des étudiants

C’est pas que d’la com ! – L’insulte et la moquerie sur Twitter

Dans une petite étude faite maison, publiée récemment sur ce carnet, nous avons relevé que les activités de communication du premier ministre Édouard Philippe subissait moquerie et insulte. Plus généralement, ses tweets s’inscrivent dans une pratique critique de la part des usagers de Twitter qui profitent du réseau social numérique pour attaquer l’action du gouvernement. Nous présentons ici des éléments de réflexion qui approfondissent à la fois notre idée du « c’est pas d’la com ! » et le questionnement de la communication de l’État sur les réseaux sociaux numériques.

Continuer la lecture de C’est pas que d’la com ! – L’insulte et la moquerie sur Twitter

Pourquoi communiquer sur Twitter quand on est membre de l’exécutif ? (2/2)

La semaine dernière nous avons évoqué (un peu) la partie « théorique » et la partie « méthodologique » pour analyser les activités de communication du premier ministre sur le réseau social numérique Twitter. Ci-dessous nous allons présenter les résultats et les analyser assez brièvement. Pour finir, nous proposerons des éléments de réflexion qui surgissent au sortir de cette petite étude.

Continuer la lecture de Pourquoi communiquer sur Twitter quand on est membre de l’exécutif ? (2/2)

Pourquoi communiquer sur Twitter quand on est membre de l’exécutif ? (1/2)

Les observateurs de la vie politique française ont sans doute remarqué que la communication de l’État s’était portée sur les réseaux sociaux numériques, Facebook et Twitter entre autre. Cela a contribué a démultiplié les activités de communication à plusieurs dizaines de fois par jour et il devient difficile de parler d’activités de communication de l’État sans perdre en précision. Entre les comptes « personnels » des membres de l’exécutif, des membres de ministère et de la présidence mais aussi des institutions elles-mêmes telles que le gouvernement, le ministère de l’intérieur, le ministère de la Culture, etc., la communication de l’État est éclatée. Précisons tout de suite que nous nous intéressons à l’État incarné par les membres de l’exécutif (les ministres et le Président). Ce billet vise donc à interroger la communication de l’État quand elle passe par des tweets. Disons le d’emblée, cette activité intense de communication nous paraît surprenante compte tenu de l’accueil négatif (moquerie, ironie, accusation d’instrumentalisation, dénonciation des incohérences, voire insultes déguisées) qui lui est réservé. Pourquoi est-ce que les membres de l’exécutif communiquent sur Twitter alors même que les utilisateurs de ce réseau social semblent, en majorité, hostiles à cette communication ? C’est en tous cas l’impression que nous retirons d’une observation, non systématique mais attentive, de plusieurs comptes Twitter rattachés à l’État français. Nous comptons exposer quelques réflexions ainsi qu’une ébauche de méthode et de résultats pour proposer un début de réponse à la question posée plus haut.

Continuer la lecture de Pourquoi communiquer sur Twitter quand on est membre de l’exécutif ? (1/2)

Quand dire stop ? La peur de ne pas avoir assez de matières à analyser

Dans ce billet je vais aborder le sujet de la peur de ne pas avoir assez de matières à analyser. Certains de mes camarades sont pris de difficultés quand il s’agit de mettre un point final à leur terrain, comme s’ils craignaient de manquer ce détail qui changerait toute leur recherche ou d’oublier ce p’tit morceau que les membres de leur jury ne manqueront pas de souligner – de toute manière, c’est une mauvaise habitude dans les jurys de critiquer ce qui n’a pas été fait plutôt que ce qui a été fait. Pourtant, il existe quelques façons (parmi d’autres) pour se soulager face à l’angoisse d’en terminer enfin. On va passer en revue ces techniques, destinées avant tout à calmer ceux qui comptent se gâcher la dégustation de foie gras au prétexte qu’ils en finiront jamais (dans certaines mesures ce billet s’adresse également à des étudiants de master).

Continuer la lecture de Quand dire stop ? La peur de ne pas avoir assez de matières à analyser

La désubjectivation de l’opinion

Avoir une opinion est facile ; la défendre est plus compliqué. Une des tendances que j’ai pu observer est le recours à la désubjectivation pour se donner raison. Autrement dit, il s’agit de dissimuler la réflexion personnelle, le subjectif, de l’argumentation pour la rattacher au concret de la réalité, l’objectivité.

Continuer la lecture de La désubjectivation de l’opinion

La communication implicite : quelques réflexions sur le théâtre

Ce court billet servira à coucher sur « papier » une réflexion qui m’est venue après avoir assisté à plusieurs représentations de théâtre. Il s’agissait toujours de la même pièce, jouée par les mêmes acteurs. Ainsi, une comparaison m’est venue presque naturellement vis-à-vis du comportement des acteurs et du public à chaque représentation.

Continuer la lecture de La communication implicite : quelques réflexions sur le théâtre

Pour réfléchir sur la communication de l'État ; et autres…