Désétatiser l’État pour sauver l’État et améliorer la société

L’État est une grosse machine, qui occupe un espace quasiment incommensurable dans la société française, et c’est illusoire de penser qu’il est juste là pour reproduire la bourgeoisie. Il est implanté si profondément dans notre société qu’on ne pourrait pas l’enlever a la façon d’une mauvaise herbe. Il faut donc jeter le pire de l’État pour garder le meilleur, une opération de désossage comme on en a l’habitude avec la dinde de Noël. Ce billet est une discussion personnelle à bâton rompu, veuillez donc excuser son ambition et son manque de rigueur.

Continuer la lecture de Désétatiser l’État pour sauver l’État et améliorer la société

Désacraliser la soutenance : une solution pour la violence institutionnelle à l’Université ?

Il y a urgence à désacraliser la soutenance, faire descendre de son piédestal un rite qui frôle parfois le ridicule et peut ressembler de temps en temps à un lynchage en public. Compte tenu de mon expérience vis-à-vis de ce rite, il est logique que je défende ce point de vue – j’en ai fait le récit ici. Toutefois, ce point de vue est aussi logique en lui-même car il s’inscrit dans une lutte contre la violence institutionnelle.

Continuer la lecture de Désacraliser la soutenance : une solution pour la violence institutionnelle à l’Université ?

Trois décentrements à opérer : une question en isme

Ce billet s’adresse à la fois aux personnes qui commencent un doctorat et aux personnes qui souhaitent s’interroger sur elles-mêmes et la société qui les englobe. Autrement dit, d’un côté, c’est un conseil épistémologique, savoir comment poser une réflexion critique à propos d’un sujet scientifique, et, de l’autre côté, des conseils citoyens pour apprendre à se détacher de trois manières de concevoir le monde qui enferment la pensée.

Continuer la lecture de Trois décentrements à opérer : une question en isme

Récit de ma soutenance horrible : pourquoi ce n’est pas la fin du monde

Ci-dessous vous trouverez le bref récit de ma soutenance – un grand échec à n’en pas douter –, dans laquelle se sont mêlées des réelles erreurs de ma part mais aussi de la violence institutionnelle. C’est le récit d’un tabassage en règles universitaires, où, derrière des fausses sympathies, est tombé le couperet du jugement des représentants. L’objectif ici n’est pas de jouer la carte de la victime ou de chercher de la pitié mais plutôt de rassurer celles et ceux qui sont passé-e-s par là ou qui le craignent ; après l’échec d’une thèse, même soutenue, il y a une vie, il y a de la joie et, surtout, il y a du soulagement à quitter un monde où l’écart vis-à-vis des normes est sanctionné avec une sévérité militaire.

Continuer la lecture de Récit de ma soutenance horrible : pourquoi ce n’est pas la fin du monde

Psychanalyse VS Thérapies comportementales et cognitives : comment guérir les difficultés psychologiques ?

A la sortie de la lecture de l’Anti-livre de la psychanalyse, ouvrage d’attaque (les auteurs insistent là-dessus) contre Le livre noir de la psychanalyse, une question me hante ; comment guérir les souffrances psychologiques ? En lisant les deux ouvrages, nous sommes face à une impasse tant la psychanalyse et les thérapies comportementales et cognitives (TCC) sont décrites comme étant des erreurs voire des escroqueries. Sur ce point, il faut reconnaître que les psychanalystes se sont montrés particulièrement virulents, pour ne pas dire ridicules parfois, en associant sans plus d’arguments nazisme, fascisme et TCC. Toutefois, ce n’est pas ce qui nous intéressent ici. Regardons plutôt très brièvement la discussion épistémologique et thérapeutique qui s’engage.

Continuer la lecture de Psychanalyse VS Thérapies comportementales et cognitives : comment guérir les difficultés psychologiques ?

C’est pas que d’la com ! – D’autres types de communication 2

Ce billet est une suite du billet sur la signification concrète du gouvernement par la communication. On avait conclu, en partant de la sagesse populaire qui oppose action et communication (disant « ils ne font que parler et rien d’autre »), que la communication politique revenait à s’appuyer sur la croyance confiée par les citoyens en la réalisation des actions proposées lors des activités de communication. Bien entendu, ces dernières défendent des normes, valeurs et mythes collectif, mais j’avais insisté sur cette dimension pousse-au-crime-éthique du gouvernement par la communication, c’est-à-dire le risque constant de manipulation et tromperie dans l’utilisation de la communication pour diriger la société. Pourtant ce n’est pas la fin du monde-communication, il est possible de faire autrement, et cette différence doit nous interroger sur la communication et le gouvernement. Après avoir résumé différents types de communication possible – plus détaillés ici -, je reviendrai, dans un second temps, sur les implications politiques d’un changement radical dans la communication.

Continuer la lecture de C’est pas que d’la com ! – D’autres types de communication 2

C’est pas que d’la com ! – ca veut dire quoi concrètement gouverner par la communication ?

Gouverner par la communication ça veut dire quoi concrètement ? Habituellement, en sciences humaines et sociales et dans le milieu professionnel de la communication (communication publique et communication politique comprises), on obtient deux réponses. Tout d’abord, il s’agit d’instaurer des normes nouvelles ou de les maintenir, surtout quand les « pouvoirs publics » sont dans l’incapacité de forcer ces normes ou de vérifier qu’elles sont suivies (voir l’exemple préféré des chercheurs et chercheuses sur le préservatif). Ensuite, il est question de fabriquer une cohésion commune, en produisant et entretenant des valeurs et mythes collectifs (république, fraternité, justice, « sauver la planète », égalité homme/femme).

Continuer la lecture de C’est pas que d’la com ! – ca veut dire quoi concrètement gouverner par la communication ?

De quoi parleront les pro de la politique lors de la prochaine crise financière ?

Alors que l’on annonce une grosse crise financière (internationale) à venir, ici1 et là2, on peut déjà s’interroger sur la réponse ou les réponses apportées par les professionnels de la politique, surtout celles et ceux qui nous dirigent. En partant de l’analyse de contenu menée pendant ma thèse, je vais jouer avec une boule de cristal et prédire les discours des futur-e-s ministres et du président (voire de la présidente mais faut pas trop rêver quant à l’état d’esprit ouvert envers les femmes dans l’« arène politique »).

Pour info, cette analyse de contenu a porté sur trois événements de crise financière ; le krach boursier de 1987, la crise asiatique de 1997-1998 et la crise des subprimes de 2007-2008. J’en ai retiré des ressemblances assez fortes dans les discours des membre de l’exécutif (ministres + président) qui me font dire qu’elles feront aussi leur apparition lors de la prochaine crise financière.

Continuer la lecture de De quoi parleront les pro de la politique lors de la prochaine crise financière ?

La courbe au point 5. Peut-on réellement se connaître soi ?

L’interrogation de soi, l’introspection, l’auto-analyse voire l’auto-psychanalyse pour les personnes les plus ambitieuses, peu importe le nom qu’on le donne à l’activité consistant à se connaître soi-même, est une opération nécessaire. Que ce soit pour des objectifs scientifiques, la réflexivité chère à P. Boubour, pour des objectifs thérapeutiques, guérir des blessures psychologiques ou des problèmes comportementaux, ou la simple curiosité d’en savoir plus, sur soi s’entend ; il n’est jamais superflu et toujours intelligent de prendre du temps pour réaliser ce travail de minage de sa « grotte » psychique, de la psyché de sa « caverne », en fait reprenez n’importe quelle image pour figurer comme un lieu situé à l’intérieur de l’être humain et vous y êtes, ou presque. Pourtant peut-on réellement se connaître soi ? Cette question titille mon petit cerveau et je vais y réfléchir sans y répondre totalement et sans grande ambition, si ce n’est, encore une fois, celle de coucher sur données binaires les fourmillements de mes neurones.

Continuer la lecture de La courbe au point 5. Peut-on réellement se connaître soi ?

Critiquer la communication politique ; pour quelle raison ?

Dans ce carnet j’ai insisté de nombreuses fois sur l’importance de la communication dans le gouvernement de la société française en remettant en cause l’expression classique « c’est que d’la com ». Je le répète encore une fois, une critique de la communication politique formulée ainsi passe à côté du principal ; la communication s’insère dans des rapports de domination et sert au gouvernement de la société. Si elle n’était qu’une apparence elle n’aurait pas tant de place dans la vie politique nationale, ni ne serait l’objet de tant de discussions ; dans une organisation politique, même les illusions laissent des traces physiques, même la communication quand elle est trompeuse et n’est suivie d’aucun acte, reste au service d’une tentative de contrôle des citoyens et citoyennes, donc au service d’une manipulation des corps et des esprits – précisons jamais absolue et jamais sans échec. J’aimerais alors m’arrêter dans ce billet sur une distinction cruciale à opérer quand on parle de critique de la communication politique ; est-ce une critique qui porte sur l’apparence, le vent, le refrain Dalida de la com, ou est-ce une critique concernant la caractéristique gouvernementale de la communication ?

Continuer la lecture de Critiquer la communication politique ; pour quelle raison ?

2° La réception critique de la communication politique : la critique citoyenne

Nous avons souligné dans le texte précédent l’activité des récepteurs dans leur pratique de réception. Cette conception s’inscrit dans le refus de penser ces récepteurs passifs quand ils comprennent ou essayent de comprendre une production discursive. Nous finissions alors par interroger une réception critique des activités de communication politique de la part des citoyens. Dans le présent billet, deux taches se présentent à nous pour poursuivre une réflexion sur la dimension critique d’une activité de réception. Dans un premier temps, il s’agit de savoir quelle conception (politique) des citoyens est mobilisée. Est-ce nous nous inscrivons dans une perspective misérabiliste ou populiste, pour reprendre les termes de P. Grignon et J.-C. Passeron (1989) ? Est-il possible de se trouver dans un entre-deux, reconnaissant la force de la domination et les capacités d’émancipation des dominés ? Dans un second temps, nous commencerons à produire notre objet de recherche, la réception critique des activités de communication politique, en faisant le parallèle avec la posture épistémologique choisie.

Continuer la lecture de 2° La réception critique de la communication politique : la critique citoyenne

La communication de l’État et le politique : c’est pas que d’la com

Ce texte se veut un point d’éclaircissement sur une partie déterminante de la façon de gouverner actuelle ; la communication de l’État. Trop souvent, cette dernière est uniquement associée à la politique alors qu’elle est aussi liée au politique. Il n’y a pas que des paillettes dans la communication, il y a également des bottes. Plus exactement, c’est l’alliance de la parole à la violence qui caractérise les rapports de domination en France, rapports très bien illustrés par la communication de l’État.

Continuer la lecture de La communication de l’État et le politique : c’est pas que d’la com

Lexique de vocabulaire scientifique (pour les étudiantes et étudiants)

Propos liminaires (on dit ça pour faire classe et ça veut dire propos introductifs)

Ce lexique a pour objectif de rendre clair certains termes utilisés dans le travail scientifique. Attention toutefois ! Certains de ces termes se retrouvent dans le « langage de tous les jours », cela ne signifie pas qu’ils ont le même sens. Soyez malins, soyez curieux, ne vous contentez pas de ce que vous entendez au quotidien, ni même de ce lexique ; lisez des ouvrages sur l’épistémologie et les théories de la connaissance pour ouvrir vos neurones !

Continuer la lecture de Lexique de vocabulaire scientifique (pour les étudiantes et étudiants)

La “communication (politique) twitter” est un échec

La fake-news, ou plutôt tentative de désinformation concernant l’envahissement de l’hôpital de La Pitié-Salpêtrière par des manifestants le premier mai, est la goutte d’eau de trop, dans un océan de mensonges et coups-bas ; même l’opposition politique, pourtant pas les premiers à s’attaquer aux figures de pouvoir, demande une démission du ministre de l’intérieur1. Au-delà de tout ce que ça nous dit sur le mode de gouvernement en lui-même, j’aimerais attirer l’attention sur l’échec qu’est la « communication twitter » ; par cette expression j’entends la communication rapide, à base de déclaration courte, faite pour choquer, susciter des émotions de colère ou d’espoir, et dont l’objectif est de mobiliser un soutien, sans plus d’effort que celui d’essayer de toucher une corde sensible – ce qui en dit long sur la manière dont les gouvernants conçoivent les citoyens, c’est-à-dire des idiots n’obéissant qu’à leurs sentiments. Cette « communication twitter », qu’elle se passe sur ce réseau social numérique (RSN) ou un autre, échoue selon trois raisons que je vais développer plus bas.

Continuer la lecture de La “communication (politique) twitter” est un échec