Archives de catégorie : société

Le streaming : télévision 2.0 ?

Parler de télévision 2.0 est sans doute une erreur car j’imagine qu’on a déjà dû promettre l’avènement d’une « télé du futur », que ce soit chez les professionnels du secteur un peu trop enthousiastes, ou un chercheur muni d’une boule de cristal. Toutefois, et c’est l’idée défendue dans ce billet, le streaming est une forme de diffusion qui renouvelle en profondeur la consommation de contenus audiovisuels tout en apportant des expériences différentes ou correspondant en quelque sorte au « 2.0 » du web, où les interactions sont centrales. Le renouvellement ici (et c’est un mot trop peu souvent défini donc réparons cette injustice) signifie à la fois le fait de refaire ce que la télévision propose, mais le faire en partie de façon différente ou identique, et offrir des services carrément nouveaux par rapport à la télévision.

Continuer la lecture de Le streaming : télévision 2.0 ?

Pourquoi les gangsta rappeurs américains sont plus intelligents que Macron et consort ?

Macron, pur produit d’un libéralisme violent en guerre contre tout ce qui pourrait baisser les revenus d’une petite caste élitiste, est bête ; je répète, Macron est bête. Ou alors il s’agit d’un idéologue tout à fait conscient de ce qu’il dit et défend une vision particulière du monde – où l’ordre social doit être dévoué au dégagement de bénéfices pour les « winners ». En face, nous avons des gangsta rappeurs américains, pas réputés pour leur capacité de réflexion ou d’ouverture d’esprit ; ce sont des personnes arrogantes, hautaines et revendiquant comme une fierté la violence qu’elles infligent au quotidien (envers leurs adversaires, les femmes, la police, etc.). Et pourtant, quand on sort de cette lecture focalisée, il apparaît comme une évidence que les gangsta rappeurs américains sont plus intelligents que les néo-libéraux macroniens.

Continuer la lecture de Pourquoi les gangsta rappeurs américains sont plus intelligents que Macron et consort ?

L’entre-soi du monde universitaire – entre regret et désintérêt des étudiants

L’année dernière j’écrivais un billet1 sur les critiques formulées par certains étudiants envers l’utilité des sciences humaines et sociales (SHS). Il ressortait des discussions que j’avais eues avec eux une représentation en partie calquée sur les sciences expérimentales. Les SHS avaient alors les défauts de leur originalité, c’est-à-dire du recours à la langue, une langue compliquée voire pompeuse, pour mener des analyses qui semblent distantes des préoccupations courantes. Cette année, j’ai renouvelé l’expérience et une nouvelle critique est ressortie (les discussions que je mène ne sont jamais préparées à l’avance et je laisse aux étudiants dans un premier temps le choix des sujets) ; il s’agit du regret de l’entre-soi.

Continuer la lecture de L’entre-soi du monde universitaire – entre regret et désintérêt des étudiants

Il faut systématiser la violence symbolique à l’égard des puissants

Le mouvement des gilets jaunes démontre qu’il existe en France un désespoir, une colère et une volonté de changements réels. Les élites, les puissants, les dominants, en gros tous ceux qui profitent de l’organisation politique actuelle, sont directement visés. Quoi qu’on dise sur ce mouvement, pour des raisons individuelles voire égoïstes (parce qu’on est resté coincé sur la route par exemple), ou pour des raisons de classe (la bourgeoisie doit voir d’un mauvais œil cette grogne populaire tandis que les aspirants à cette classe profitent, consciemment ou pas, de l’opportunité pour se distancier de leurs origines populaires), les gilets jaunes pointent les bonnes personnes du doigts dans la mesure où elles ont leur part de responsabilité dans la situation sociale actuelle. Le chômage, les inégalités, les menaces de déclassement ne sont pas des manifestations naturelles mais le résultat de politiques gouvernementales et d’une idéologie prédatrice (le néo-libéralisme). En conséquence, j’aimerais avec ce texte apporter ma modeste pierre à l’édifice gigantesque qui consiste à remettre en cause l’organisation politique dans sa globalité ; et si on se moquait automatiquement des puissants ? Et si chacune de leurs activités de communication rencontraient huées et désapprobations ?

Continuer la lecture de Il faut systématiser la violence symbolique à l’égard des puissants

La violence de l’institution : pour une inversion des rapports de domination

Dans ce texte, nous proposons une réflexion qui court dans le sens d’une séparation entre représentation d’une institution et position de pouvoir au sein de celle-ci. Les institutions font souvent preuve de violence en imposant, par l’intermédiaire de leurs représentants, des normes et des valeurs à leurs membres. Elles ont aussi un rôle « positif », en permettant notamment aux individus de se diriger au quotidien et de former des collectifs. Toutefois, il demeure toujours le risque d’un « abus de pouvoir » ou d’un échec dans le comportement de la part de celles et ceux à qui on a délégué la fonction de représentation.

Continuer la lecture de La violence de l’institution : pour une inversion des rapports de domination

Les positivistes et la vérité : courte réflexion sur l'”affaire (dans l’affaire) EU Disinfolab”

Sur Twitter, l’« affaire Benalla » ne cesse de faire parler ; mieux encore, elle entraîne des affaires dans les affaires. C’est le cas récemment d’EU DisinfoLab, un cabinet, un laboratoire, qui a mené une enquête sur les tweets et retweets autour de l’« affaire Benalla » et est arrivé à la conclusion, aussi surprenante qu’une happy end dans un Disney, que ce sont les russophiles qui ont propagé des rumeurs sur Macron et Benalla. On ne parlera pas dans ce billet du rôle « tête de turc » joué par les Russes récemment mais plutôt du lien entre une pensée du monde et de la recherche et l’établissement de la vérité.

Continuer la lecture de Les positivistes et la vérité : courte réflexion sur l’”affaire (dans l’affaire) EU Disinfolab”

Faire comprendre le travail scientifique : quelques suggestions

Ayant assisté à un certain nombre de conférences scientifiques, où parfois des publics non-spécialisés étaient présents, j’en suis venu à m’interroger sur la capacité des chercheurs à expliquer le travail scientifique. Force est de constater que des blocages dans la compréhension de ce travail par ces publics interviennent assez souvent. L’objectif de ce billet n’est pas de pointer du doigt en nommant les erreurs des chercheurs ou celles des publics – j’en serais bien incapable –, mais plutôt de suggérer quelques façons d’aborder la communication du travail scientifique, pour potentiellement mieux se faire comprendre quand on est chercheur en sciences sociales.

Continuer la lecture de Faire comprendre le travail scientifique : quelques suggestions

L’intérêt des sciences humaines et sociales : une remise en question courante de la part des étudiants

Pendant les cours d’épistémologie d’une discipline en sciences humaines et sociales (SHS) ou dans ces dernières en général, la question de leur intérêt pour la société revient souvent sur la table. Les étudiants s’interrogent en effet sur l’utilité sociale d’une spécialisation de l’interrogation du monde quand celle-ci est si peu “compréhensible”, si “théorique pour faire théorique”, si peu “concrète” dans ses résultats ; autrement dit, quelle est la fonction de ces SHS dont nous ne saisissons pas le fonctionnement et les codes ? Ce billet servira à mettre en avant quelques éléments qui ressortent des discussions entretenues avec les étudiants à qui j’enseigne une matière comportant une dimension épistémologique et méthodologique, et permettra d’avancer des débuts d’explication vis-à-vis de ce manque de légitimité dans une société où l’humeur utilitariste semble dominer.

Continuer la lecture de L’intérêt des sciences humaines et sociales : une remise en question courante de la part des étudiants

Le temps et le doctorant

Trois ans est la durée d’une thèse « en règle général »1 et, au maximum six ans2. Pour les sciences sociales, qui ont toujours regardé les sciences dures comme le modèle, la durée idéale serait plutôt de trois ans, surtout pour les thèses financées. Cette accélération du temps du doctorat reflète l’accélération globale de la société, très bien décrite par H. Rosa3. Quelques minutes – pas plus – de réflexion sur le sujet nous amène à questionner les logiques contradictoires derrière cette volonté de donner un coup de pression temporelle aux doctorants.

Continuer la lecture de Le temps et le doctorant

La parole dans les débats citoyens

Ce billet est un retour d’expérience sur ma participation à quelques débats citoyens. Des réflexions centrées sur l’utilisation de la parole par les citoyens me sont venues en réfléchissant à ces moments d’échanges entre inconnus. Malheureusement, les différents constat formulés par P. Breton, par rapport à ses propres expériences dans des débats qu’il avait organisé et dont l’ouvrage L’incompétence démocratique1 est tiré, semblent tout à fait appropriés. Quelques éléments méritent toutefois d’être creusés, d’où ce modeste billet.

Continuer la lecture de La parole dans les débats citoyens

Maman : quelques éléments d’étymologie et de psychanalyse

Pour la fête des mères, le bon fils que je suis voulais rédiger une petite note très simple sur les origines du mot « mère ». Malheureusement, rien de très flatteur n’est ressorti d’une lecture d’un ouvrage d’É. Benveniste, alors je suis allé voir du côté de la psychanalyse, pour montrer à quel point les mères sont irremplaçables dans la vie d’un individu.

Continuer la lecture de Maman : quelques éléments d’étymologie et de psychanalyse

Durkheim et le brevet de secourisme

Il ne fait pas de doute que trouver un travail est une préoccupation première dans notre société – il n’y a qu’à constater le manque de respect dont font l’objet ceux qui échappent, volontairement ou pas, au marché du travail. Nos vies sont en conséquence orientées vers une finalité productive (contribuer au PIB) ou une finalité utilitariste (servir à quelque chose de productif). Les étudiants à qui j’enseigne l’ « art » d’écrire des CV et des lettres de motivation ont très bien compris cela ; peut-être même trop si l’on en juge par le cynisme, bien révélateur, avec lequel ils approchent les compétences sociales et les qualités humaines. La question de la morale, tel que Durkheim a pu la traiter, peut-elle alors se poser ?1

Continuer la lecture de Durkheim et le brevet de secourisme

Faisons-nous de la politique comme les grands singes ?

La politique est de partout en ce moment. Plus que d’habitude même étant donné qu’un petit groupe de professionnel se mettent en scène pour essayer d’obtenir le contrôle de l’État, ou au moins d’une partie de celui-ci, pendant cinq ans. Ces personnes pavanent, serrent des paluches, sourient et grondent devant les caméras, touchent voire embrassent les futurs électeurs. En bref, ils sont en campagne pour obtenir le maximum de soutiens. Les hommes n’ont pas le monopole de cette mise en scène des relations de domination. Les grands singes, c’est-à-dire les chimpanzés, les bonobos, les gorilles et autres, savent aussi chercher des alliés et s’assurer de leur statut de dominant. À vrai dire, nous formons avec eux la famille des primates, il n’est donc pas surprenant que nous partageons des caractères sociaux. Plus généralement, nous gagnons à descendre du piédestal sur lequel nous nous sommes mis, comme êtres vivants soit-disant supérieurs, pour nous rendre compte à quel point nous ressemblons aux grands singes, même dans ces caractéristiques culturelles que nous croyons si uniques.

Continuer la lecture de Faisons-nous de la politique comme les grands singes ?

Le désintéressement chez les élus/élites : l’intérêt de se dire désintéressé

Pourquoi aller voter franchement ? Hé bien parce que tous les candidats nous promettent qu’ils prendront soin de nous, qu’ils défendront les intérêts de la France, qu’ils veilleront à augmenter le bien-être commun, que les intérêts privés passeront après l’intérêt général, que jamais, ô grand jamais, ils ne feront bénéficier à leur propre personne ou leur entourage des bénéfices de leurs fonctions.

Continuer la lecture de Le désintéressement chez les élus/élites : l’intérêt de se dire désintéressé

Mais pourquoi tant de colère et de dédain envers les non-votants ?

Je dois le dire ; je ne compte pas voter pour les élections présidentielles de 2017. Non pas parce que je me range derrière l’idée simpliste d’un « tous pourris », ou parce que je n’ai pas envie de faire de la politique, ou parce que ça ne m’intéresse pas, ou encore parce que je sais que mon vote ne changera pas la société. Tout au contraire, mon choix, car j’ai choisi ma position politique et l’assume en conséquence, est le fruit d’un engagement politique qui reconnaît la complexité du gouvernement d’une société. Il reconnaît également l’indispensable intérêt que chaque citoyen doit apporter à la vie politique. Il reconnaît enfin que les choix citoyens sont à l’origine de véritables changements. Pourtant, alors que j’expose cet avis argumenté, trop souvent j’ai affaire à la colère ou le dédain, parfois les deux, envers le choix de m’abstenir.

Continuer la lecture de Mais pourquoi tant de colère et de dédain envers les non-votants ?