Archives de catégorie : Non classé

la justiciabilité des activités de communication et autres sanctions : pourquoi bruno le maire devrait etre sanctionné ?

Et s’il devenait impossible de mentir en politique ? Et si mentir n’était plus une norme du discours politicien ? Et si, en mentant, le ou la pro de la politique s’exposait à des sanctions, allant de l’amende à des peines d’inéligibilité jusqu’à la prison ? La justiciabilité du discours politique, et de toutes les activités de communication politique (tweet, diffusion en direct, interview, tract de campagne, etc.), semble être une bonne solution pour éjecter le mensonge du jeu politique (dont la situation est abordée dans un autre billet). Le mensonge est couramment utilisé en politique et il y a tout lieu de croire que les choses ne vont pas évoluer dans un autre sens – comme le démontre l’exemple de Bruno le Maire que nous le verrons ensemble plus loin. Est-ce que la justice pourrait contribuer à cet effort de « moralisation » ou, tout juste, de respect des citoyen-ne-s ? Peut-on sinon imaginer une autre forme de sanction ?

 

Continuer la lecture de la justiciabilité des activités de communication et autres sanctions : pourquoi bruno le maire devrait etre sanctionné ?

Comment communique le président ? Une ébauche de réponse : un mois avec Manu

Comment communique le président de la cinquième république Manu Macron ? Pour le savoir avec une extrême précision, il faudrait analyser tout ce qu’il a dit, écrit, toutes ses interviews, ses discours, ses tweets, ses vidéos youtube et instagram, ses allocutions rituelles lors de sommets divers, d’hommage, etc. Ce n’est pas ce que je vais faire ci-dessous, n’ayant ni le temps, ni les moyens de le faire – même si un bilan de la communication présidentielle devrait être une obligation dans une organisation politique dans laquelle le souverain est censé être le peuple, ne serait-ce que pour déterminer comment le « souverain »-peuple a été traité. Je propose plutôt une ébauche de réponse en analysant un mois de com macroniennes. Continuer la lecture de Comment communique le président ? Une ébauche de réponse : un mois avec Manu

vivre et faire sa thèse : une enquête pour y voir plus clair

Faire une thèse c’est dur ; la vivre tout autant. Parlez-en à n’importe quel-le docteur-e, les années de doctorat ont été remplies de doutes, de difficultés, d’épreuves, de retours en arrière. Heureusement, il existe des ficelles, des petits trucs, des bons conseils pour à la fois concevoir sa thèse et la traverser. C’est ce que l’enquête que nous souhaitons mener vise : identifier tous ces conseils concrets afin de les partager à tous et toutes pour que, enfin, les doctorant-e-s puissent s’appuyer sur un document complet, dans lequel ils ou elles pourront piocher tout au long de leur thèse.

Cette enquête portera uniquement sur les thèses en sciences humaines et sociales.

 

Continuer la lecture de vivre et faire sa thèse : une enquête pour y voir plus clair

La communication de façade : une démonstration exemplaire de la part de la secrétaire d’Sarah El Haïry

Il est rare pour un chercheur ou une chercheuse de retrouver un exemple parfait, un exemple typique de ce qu’il ou elle a pu trouver dans ses analyses. Le débat auquel a participé la secrétaire d’État chargée de la Jeunesse et de l’Engagement, le 25 avril 2021 sur LCI, a constitué un de ces moments. Sa prestation typique me donnera l’occasion de revenir sur la critique du « c’est que d’la com » ou la communication de façade.

 

Continuer la lecture de La communication de façade : une démonstration exemplaire de la part de la secrétaire d’Sarah El Haïry

C’est quoi la réalité ?

Je sors du visionnage d’une interview où les intervenant-e-s évoquaient la réalité – et donc sa meilleure amie, la vérité – et, comme à chaque fois, une gêne m’a saisi ; de quelle réalité est-il question ? De la réalité construite des constructivistes ou de la réalité véritable des positivistes ? Ou un mélange des deux ? Car là où ça devient compliqué, toujours dans cette interview mais elle est très représentative, c’est qu’une des intervenantes reconnaît que la réalité peut avoir plusieurs formes tout en ne cessant de parler de « la réalité » et non d’« une des réalités ». Ce court billet me servira à faire le point sur ce concept tel que je le conçois (à l’heure actuelle, un certain 28 avril 2020 à 10h17).

Continuer la lecture de C’est quoi la réalité ?

Enseigner la science pratique. 7 – L’objet

Dans cette série de billets je me donne l’objectif ambitieux de formuler un programme d’enseignement pour de l’« épistémologie pratique », sans forcément évacuer les questions théoriques. Chaque partie du programme portera sur un élément spécifique (un outil, une activité par exemple) de la « science pratique ». Pour ce billet, il est question de la problématique.

Continuer la lecture de Enseigner la science pratique. 7 – L’objet

L’entre-soi du monde universitaire – entre regret et désintérêt des étudiants

L’année dernière j’écrivais un billet1 sur les critiques formulées par certains étudiants envers l’utilité des sciences humaines et sociales (SHS). Il ressortait des discussions que j’avais eues avec eux une représentation en partie calquée sur les sciences expérimentales. Les SHS avaient alors les défauts de leur originalité, c’est-à-dire du recours à la langue, une langue compliquée voire pompeuse, pour mener des analyses qui semblent distantes des préoccupations courantes. Cette année, j’ai renouvelé l’expérience et une nouvelle critique est ressortie (les discussions que je mène ne sont jamais préparées à l’avance et je laisse aux étudiants dans un premier temps le choix des sujets) ; il s’agit du regret de l’entre-soi.

Continuer la lecture de L’entre-soi du monde universitaire – entre regret et désintérêt des étudiants

2 – Quelques beautés (merveilleuses) de la thèse

Dans le précédent billet, il a été question de souffrance, de larme, de colère, de cerne et de boule à l’estomac. L’exercice de thèse n’est pourtant le rêve torturé d’un emo, sourcils froncés et cinq centimètres de mascara autour des yeux, il existe de beaux moments, de merveilleux moments mêmes, où le thésard trouve enfin le bout de l’arc-en-ciel, tout proche de lui. Ce billet sera peut-être plus subjectif que le premier car, la plainte étant dans les gènes culturels des Français, j’ai honnêtement passé plus de temps à jacasser sur ce qui n’allait pas que sur ce qui était fait de soleil. Donc, ma plume, ou plutôt mon clavier a moins d’éléments partagés à partager avec vous dans ce partage. À nouveau, ces beautés (merveilleuses) sont adressées en priorité aux thèses en SHS, et tout particulièrement en sciences de l’information et de la communication.

Continuer la lecture de 2 – Quelques beautés (merveilleuses) de la thèse

Point-virgule

Je suis doctorant en science de la communication. La thématique principale du carnet est celle de la communication de l’État, analysée comme une communication politique. Je compte aussi mobiliser des concepts transversaux (comme celui des deux corps du roi par exemple) pour tester différentes hypothèses et développer des notions importantes qui sont liées à ma thèse (comme événement, temps, crise,…). Comme je compte effectuer une carrière dans l’enseignement, ce carnet sera aussi l’occasion de m’entraîner à vulgariser des concepts et proposer des réflexions qui concernent directement la « société civile ». L’objet de ce carnet est donc multiple, aussi bien scientifique que citoyen, mais il convient parfaitement à ce dont j’aspire pour le futur.