Archives de catégorie : Non classé

L’entre-soi du monde universitaire – entre regret et désintérêt des étudiants

L’année dernière j’écrivais un billet1 sur les critiques formulées par certains étudiants envers l’utilité des sciences humaines et sociales (SHS). Il ressortait des discussions que j’avais eues avec eux une représentation en partie calquée sur les sciences expérimentales. Les SHS avaient alors les défauts de leur originalité, c’est-à-dire du recours à la langue, une langue compliquée voire pompeuse, pour mener des analyses qui semblent distantes des préoccupations courantes. Cette année, j’ai renouvelé l’expérience et une nouvelle critique est ressortie (les discussions que je mène ne sont jamais préparées à l’avance et je laisse aux étudiants dans un premier temps le choix des sujets) ; il s’agit du regret de l’entre-soi.

Continuer la lecture de L’entre-soi du monde universitaire – entre regret et désintérêt des étudiants

2 – Quelques beautés (merveilleuses) de la thèse

Dans le précédent billet, il a été question de souffrance, de larme, de colère, de cerne et de boule à l’estomac. L’exercice de thèse n’est pourtant le rêve torturé d’un emo, sourcils froncés et cinq centimètres de mascara autour des yeux, il existe de beaux moments, de merveilleux moments mêmes, où le thésard trouve enfin le bout de l’arc-en-ciel, tout proche de lui. Ce billet sera peut-être plus subjectif que le premier car, la plainte étant dans les gènes culturels des Français, j’ai honnêtement passé plus de temps à jacasser sur ce qui n’allait pas que sur ce qui était fait de soleil. Donc, ma plume, ou plutôt mon clavier a moins d’éléments partagés à partager avec vous dans ce partage. À nouveau, ces beautés (merveilleuses) sont adressées en priorité aux thèses en SHS, et tout particulièrement en sciences de l’information et de la communication.

Continuer la lecture de 2 – Quelques beautés (merveilleuses) de la thèse

Point-virgule

Je suis doctorant en science de la communication. La thématique principale du carnet est celle de la communication de l’État, analysée comme une communication politique. Je compte aussi mobiliser des concepts transversaux (comme celui des deux corps du roi par exemple) pour tester différentes hypothèses et développer des notions importantes qui sont liées à ma thèse (comme événement, temps, crise,…). Comme je compte effectuer une carrière dans l’enseignement, ce carnet sera aussi l’occasion de m’entraîner à vulgariser des concepts et proposer des réflexions qui concernent directement la « société civile ». L’objet de ce carnet est donc multiple, aussi bien scientifique que citoyen, mais il convient parfaitement à ce dont j’aspire pour le futur.