La méthode de l’entretien, libre ou semi-directif ?

Les entretiens sont très utiles pour récupérer des témoignages et des réflexions sur une population et sur un sujet qui nous intéressent. L’éternelle question se pose alors ; faut-il mieux faire des entretiens semi-directifs ou libres ? Je vais développer plus bas l’idée que la distinction entre ces deux types d’entretien importe assez peu au final, tant la personnalité de l’interviewé-e et la relation sociale qui se noue, durant l’entretien, sont déterminantes.

Continuer la lecture de La méthode de l’entretien, libre ou semi-directif ?

Corpus de terrain, corpus théorique : pour quoi faire ?

Ce court billet servira à mettre au clair la différence entre un corpus de terrain et un corpus théorique. Un corpus est un ensemble de documents sélectionnés selon des critères cohérents en vue de réaliser un objectif spécifique.

Continuer la lecture de Corpus de terrain, corpus théorique : pour quoi faire ?

Pourquoi est-ce si dur d’apprendre et d’enseigner la science ?

Pourquoi tant de difficultés pour parler de la science, l’expliquer ? Pourquoi est-ce que les étudiant-e-s ne comprennent pas grand-chose ? Pourquoi est-ce que les directeurs et les directrices de thèse et de mémoire sont globalement mauvaises ? Pourquoi est-ce que c’est si compliqué de transmettre une connaissance proprement pratique de la science ? J’aimerais écarter tout de suite une critique qui pourrait m’être adressée ; non je ne sais pas mieux que tout le monde, je n’ai pas la clé de l’enseignement et de l’apprentissage de la science. Je m’inclus donc  dans les questions ci-dessus et j’ajouterai même que ce billet découle d’une réflexion en profondeur suite à un de mes échecs. J’ai pu échanger avec deux de mes anciennes étudiantes, à qui j’ai donné un cours d’épistémologie, dans lequel j’expliquais à la fois les outils (méthode, problématique, hypothèse, etc.) et les enjeux de la science (open edition, débat entre engagement et neutralité de la science, etc.). Il en ressort que j’ai à demi-échoué dans la mesure où elles ne sont pas en mesure de comprendre les attentes universitaires pour la rédaction d’un mémoire de type scientifique – on peut exclure de l’équation un éventuel défaut d’intelligence du côté des étudiantes en question, car ce sont deux personnes qui ne manquent certainement pas de neurones. La principale interrogation que j’en retire est la suivante : pourquoi les étudiant-e-s ne parviennent-ils pas ou presque à comprendre et mettre en œuvre la science concrètement ?

Continuer la lecture de Pourquoi est-ce si dur d’apprendre et d’enseigner la science ?

Enseigner la science pratique. 7 – L’objet

Dans cette série de billets je me donne l’objectif ambitieux de formuler un programme d’enseignement pour de l’« épistémologie pratique », sans forcément évacuer les questions théoriques. Chaque partie du programme portera sur un élément spécifique (un outil, une activité par exemple) de la « science pratique ». Pour ce billet, il est question de la problématique.

Continuer la lecture de Enseigner la science pratique. 7 – L’objet

Enseigner la science pratique. 6 – La rédaction

Dans cette série de billets je me donne l’objectif ambitieux de formuler un programme d’enseignement pour de l’« épistémologie pratique », sans forcément évacuer les questions théoriques. Chaque partie du programme portera sur un élément spécifique (un outil, une activité par exemple) de la « science pratique ». Pour ce billet, il est question de la rédaction.

Continuer la lecture de Enseigner la science pratique. 6 – La rédaction

Enseigner la science pratique. 5 – La méthode

Dans cette série de billets je me donne l’objectif ambitieux de formuler un programme d’enseignement pour de l’« épistémologie pratique », sans forcément évacuer les questions théoriques. Chaque partie du programme portera sur un élément spécifique (un outil, une activité par exemple) de la « science pratique ». Pour ce billet, il est question de la méthode.

Continuer la lecture de Enseigner la science pratique. 5 – La méthode

Enseigner la science pratique. 4 – Les hypothèses

Dans cette série de billets je me donne l’objectif ambitieux de formuler un programme d’enseignement pour de l’« épistémologie pratique », sans forcément évacuer les questions théoriques. Chaque partie du programme portera sur un élément spécifique (un outil, une activité par exemple) de la « science pratique ». Pour ce billet, il est question des hypothèses.

Continuer la lecture de Enseigner la science pratique. 4 – Les hypothèses

Enseigner la science pratique. 3 – La problématique

Dans cette série de billets je me donne l’objectif ambitieux de formuler un programme d’enseignement pour de l’« épistémologie pratique », sans forcément évacuer les questions théoriques. Chaque partie du programme portera sur un élément spécifique (un outil, une activité par exemple) de la « science pratique ». Pour ce billet, il est question de la problématique.

Continuer la lecture de Enseigner la science pratique. 3 – La problématique

Enseigner la science pratique. 2 – Le questionnement

Dans cette série de billets je me donne l’objectif ambitieux de formuler un programme d’enseignement pour de l’« épistémologie pratique », sans forcément évacuer les questions théoriques. Chaque partie du programme portera sur un élément spécifique (un outil, une activité par exemple) de la « science pratique ». Pour ce billet, il est question du questionnement.

Continuer la lecture de Enseigner la science pratique. 2 – Le questionnement

Enseigner la science pratique. 1 – Le choix du sujet

Dans cette série de billets je me donne l’objectif ambitieux de formuler un programme d’enseignement pour de l’« épistémologie pratique », sans forcément évacuer les questions théoriques. Chaque partie du programme portera sur un élément spécifique (un outil, une activité par exemple) de la « science pratique ». Pour ce billet, il est question du sujet.

Continuer la lecture de Enseigner la science pratique. 1 – Le choix du sujet

Lexique de vocabulaire scientifique (pour les étudiantes et étudiants)

Propos liminaires (on dit ça pour faire classe et ça veut dire propos introductifs)

Ce lexique a pour objectif de rendre clair certains termes utilisés dans le travail scientifique. Attention toutefois ! Certains de ces termes se retrouvent dans le « langage de tous les jours », cela ne signifie pas qu’ils ont le même sens. Soyez malins, soyez curieux, ne vous contentez pas de ce que vous entendez au quotidien, ni même de ce lexique ; lisez des ouvrages sur l’épistémologie et les théories de la connaissance pour ouvrir vos neurones !

Continuer la lecture de Lexique de vocabulaire scientifique (pour les étudiantes et étudiants)

Comment rédiger un plan (pour la thèse) ?

Ce billet est une aide méthodologique pour celles et ceux qui galèrent pour écrire un plan. Ce n’est donc pas une recette miracle (pour réussir sans travailler), ni la panacée (pour surmonter toutes les difficultés). Je ne promets donc pas, à la manière d’un gourou des internets, la résolution de tous vos problèmes, mais plutôt je vous propose quelques conseils (que j’aurais aimé avoir au moment de la rédaction de mon plan).

Continuer la lecture de Comment rédiger un plan (pour la thèse) ?

Le combat contre l’horloge : quelques astuces pour gagner du temps en thèse

Commençons directement par une salve d’honnêteté ; finir sa thèse en trois ans, en SHS, relève du miracle. Nous avons expliqué dans un autre billet1 que cette impossibilité traduisait une contradiction dans l’Université, entre sa volonté de fonctionner comme une entreprise – avec ses démarches de rationalisation du temps – et son fonctionnement bureaucratique – avec ses lenteurs rituelles. Ce n’est toutefois pas la peine de tirer un trait à l’encre indélébile sur la possibilité de « gagner du temps » ; il existe des astuces, des manières de faire, dont je me rends compte, après avoir fini l’exercice de la thèse, qu’elles m’ont aidé à ne pas courir après le calendrier.

Continuer la lecture de Le combat contre l’horloge : quelques astuces pour gagner du temps en thèse

Face aux blocages de la thèse : quelques solutions

Face aux blocages qui surviennent pendant la gestation d’une thèse, il importe de prendre un moment pour souffler un bon coup, comme cette petit bise en été qui vient rappeler que la météo sait produire autre chose que l’air d’un radiateur de voiture. Ce billet se veut être un petit moment de repos pour les cerveaux essorés par le travail de réflexion, les doigts qui n’en peuvent plus de toucher un clavier qui ne leur apporte plus aucun plaisir.

Continuer la lecture de Face aux blocages de la thèse : quelques solutions

3 – Quelques conseils (indispensables) concernant la thèse

Les bons conseils de grand-mère ou de grand-père pour faire de la « bonne recherche » existent et il n’est pas rare de se transformer en « bon père l’Expérience » une fois que l’on a fini une tâche sur laquelle les autres sont en train de passer leurs calories. Je respecte cette tradition et soumet à la populace quatre conseils que j’aurais aimé avoir avant de commencer ou même, et surtout, avant de finir et m’exclamer, en me frappant le front, « mais c’est ça qu’j’aurais dû faire !! ». Ces conseils ne sont en aucun cas les quatre commandements vers la réussite et le salut de l’âne ; je ne garantis pas que vous ne porterez pas de bonnet en les suivant à la lettre car, au final, l’exercice de la thèse demeure un exercice en solitaire et chacun a ses petites ficelles, en accord avec sa personnalité. En ce qui concerne l’écriture, je rédigerai un billet à part entière car c’est un trop gros morceau pour être cuisiné ici.

Nota bene : pour rendre la lecture de ce billet plus fluide, plus vivante, sans pédantisme pour le dire crûment, les auteurs et discussions théoriques sont envoyés en note de bas de page.

Continuer la lecture de 3 – Quelques conseils (indispensables) concernant la thèse