Archives de catégorie : État

A-t-on encore le droit d’être au chômage ?

Cette question, volontairement provocante, me frappe souvent l’esprit depuis que je suis au chômage. Le traitement qui m’a été réservé par Pole Emploi-France Travail, ainsi que les retours que j’ai des différentes personnes qui subissent le même sort, m’amène à penser que le chômage est en train de perdre sa qualité de droit. Il deviendrait une sorte de droit conditionné au mérite, une sorte de droit d’élu-es, qui ne s’obtiendrait qu’après démonstration qu’on a bien ce qu’il faut pour le mériter. Ce billet se situe donc à mi-chemin entre le journal de bord et la réflexion plus large (pauvre petite bête réflexif que je suis).

Continuer la lecture de A-t-on encore le droit d’être au chômage ?

L’envie de représentation : paradoxe de la méfiance et la défiance envers les pros de la politique ou le crève-cœur de l’anarchie

Il existe chez certain-es citoyen-nes, même situé-es bien à gauche, une envie de représentation, une envie d’être défendu-es par un-e représentant-e : c’est le constat que j’ai formulé à l’analyse d’une cinquantaine d’entretien à propos de la communication politique. Et ce constat m’est revenu de plein fouet ces derniers temps, lorsque je réfléchissais sur les électorats du FN/RN ici et . C’est le paradoxe souligné par Gaxie (2017) : de nombreux électeurs et électrices se déclarent méfiantes et défiantes envers les institutions étatiques et les pros de la politique, mais ils et elles votent tout de même. J’ai donc décidé de déterrer cet extrait – remanié pour être plus lisible dans le cadre d’un billet de blog – d’un ouvrage non publié, que j’ai écrit sur la réception critique citoyenne de la communication politique. Dit autrement, j’ai analysé à l’aide d’entretiens ce que pensaient les citoyen-nes de la communication politique.La réflexion que je développe ci-dessous permet, selon moi, d’apporter des éléments de réponse à la question suivante : pourquoi des personnes qui critiquent négativement la communication politique voire pour certain-es la démocratie représentative, continuent à voiler être représentées ?

A garder en tête dans la lecture de cet extrait : il a été écrit principalement entre 2020 et 2021. Continuer la lecture de L’envie de représentation : paradoxe de la méfiance et la défiance envers les pros de la politique ou le crève-cœur de l’anarchie

Marine Le Pen, la cassos institutionnelle typique

Dans un autre billet, je proposais une redéfinition de l’insulte « cassos » afin de pointer du doigt les vrais profiteurs et profiteuses du « système ». Après un court rappel de la définition du ou de la cassos institutionnelle, je vais développer un exemple typique, à savoir Marine le Pen (MLP). Son cas est d’autant plus intéressant que son parti attire un vote « anti-système » (Marchand-Lagier, 2017 ; Mayer, 2002), alors qu’elle est objectivement la digne représentante de cette classe profiteuse de l’organisation politique qu’elle prétend combattre. Les contradictions n’épargnent en effet pas ce parti xénophobe, comme leur discours « anti-média » alors que ses différent-es membres développent des stratégies pour y passer (Dahani, 2017). Toutefois, je pense indispensable de casser l’image de faux-rebelles que le RN/FN se donne. Si ce parti pratiquait vraiment une politique dégagiste une fois au pouvoir, MLP en serait la première victime.

Ce billet s’inscrit dans une réflexion et une démonstration, en deux parties, à propos de la déjà candidate aux présidentielles de 2027 Marine Le Pen. Cette dernière n’est pas l’amie du peuple populaire, n’est pas non plus la présidente d’un parti respectable, débarrassé de toute forme de racisme et de discrimination. À l’aide de la littérature scientifique sur le FN/RN et sur Marine Le Pen, ainsi que des exemples tirés de sa biographie et de l’actualité politique, je vais démontrer ci-dessous en quoi Marine le Pen est une cassos institutionnelle dans toute sa splendeur. Et dans un prochain billet, je répondrai de façon critique aux raisons de voter le FN/RN.

Continuer la lecture de Marine Le Pen, la cassos institutionnelle typique

Qui sont les cassos ? Pour une redéfinition d’une insulte de classe

Traiter quelqu’un de cassos n’est pas anodin. J’aimerais revenir brièvement sur les caractéristiques de cette insulte, avant d’en proposer une redéfinition pour viser les vrais profiteurs et profiteuses de notre société. Selon moi, il ne fait aucun doute qu’une personne qui bénéficie du RSA n’a rien d’une cassos, tandis que, par exemple, un haut fonctionnaire ou une secrétaire d’État qui fait sa carrière dans les services de l’État avant d’aller pantoufler rassemble tous les critères pour être traitée de cassos.

Continuer la lecture de Qui sont les cassos ? Pour une redéfinition d’une insulte de classe

Vote et culpabilité : formule de l’ “ancien monde”

Alors que l’affiche désolante et désastreuse du second tour des présidentielles est rejouée, après avoir été préparée par les principaux prescripteurs de la « réalité » (médias, commentateurs et commentatrices en tous genre, pros de la politique, intellectuel-les, etc.) pendant cinq ans, une partie de la société joue un refrain bien connu, celui de la culpabilité. Ne pas voter représente un acte honteux et déshonorant, encore plus quand « l’extrême droite est à nos portes »1 (il conviendrait par ailleurs de déterminer qui a favorisé cette marche vers nos portes…). Ne pas voter, c’est contribuer « au déferlement de haine »2 et donc s’affranchir de son devoir républicain en aidant les ennemi-es de la République (il conviendrait par ailleurs de mettre en lumière les personnes qui ont contribué à la partition de l’extrême droite en reprenant ses thèmes en chœur…). Ne pas voter Macron, « c’est voter Poutine »3 (celle-là se passe de commentaire). Et tout le monde s’y met, à gauche comme à droite – des associations étudiantes, des observatoires, des pros de la politique, des médias, des scientifiques, des artistes, etc. –, tout le monde s’adonne à cette critique bilatérale qui sent bon l’ancien monde. C’est pourquoi la gauche aurait tout intérêt à se distancer de cette opération de culpabilisation.

Continuer la lecture de Vote et culpabilité : formule de l’ “ancien monde”

Concurrence à l’etat de nature : idée au service de l’etat

Il existerait à l’état de nature une concurrence de toutes et tous entre toutes et tous. C’est le règne de la loi du plus fort, du plus vile, de celui ou celle qui manipule, abuse et contraint le mieux. Partant de ce postulat, l’existence de l’État se justifie puisque ce dernier, avec la loi, la police et ses nombreuses institutions, nous protégerait. J’aimerais dans ce billet retourner la logique de ce postulat et la déconstruire ; et si c’était l’État qui maintenait une concurrence entre individus ? Plus généralement, je vais essayer de démontrer pourquoi ce postulat de la concurrence naturelle sert l’État.

 

Continuer la lecture de Concurrence à l’etat de nature : idée au service de l’etat

La communication, ca va devenir n’importe quoi !

La communication politique, ça va devenir n’importe quoi. Ce constat argumenté et éclairé est sans appel. Il ne laisse même pas le temps de lever la main pour objecter tant il est évident. Expertise cnewsienne à part, je vais dans ce billet essayer d’expliquer pourquoi la communication politique, en témointe de l’évolution de la politique, se dirige très probablement vers un capharnaüm, un bordel comme dirait l’autre, dans lequel il sera de plus en plus difficile de distinguer la promotion, la manipulation, la défense des idées et les égos en quête de querelle et d’attention.

 

Continuer la lecture de La communication, ca va devenir n’importe quoi !

Peut-on guérir le président et son gouvernement ? Entre névrose voire psychose et conflits de réalité

Les déclarations de nos membres de l’exécutif – président et ministres – m’inquiètent, ou plus exactement, suscitent chez moi, observateur de la vie politique, un profond sentiment d’incompréhension. S’il s’agissait de voisins un peu farfelus, je saurais fermer l’œil ; mais là il est tout de même question de personnes prenant des décisions impactant le quotidien de dizaines de millions d’individus. Il y a en effet de quoi se ronger les ongles ! La principale source d’agitation de mes sourcils, qui en deviendraient froncés à la verticale, concerne le rapport pathologique que les membres de l’exécutif entretiennent  avec la réalité. Je poserai alors la question suivante ; peut-on guérir le président et son gouvernement ?

Continuer la lecture de Peut-on guérir le président et son gouvernement ? Entre névrose voire psychose et conflits de réalité

Désétatiser l’État pour sauver l’État et améliorer la société

L’État est une grosse machine, qui occupe un espace quasiment incommensurable dans la société française, et c’est illusoire de penser qu’il est juste là pour reproduire la bourgeoisie. Il est implanté si profondément dans notre société qu’on ne pourrait pas l’enlever a la façon d’une mauvaise herbe. Il faut donc jeter le pire de l’État pour garder le meilleur, une opération de désossage comme on en a l’habitude avec la dinde de Noël. Ce billet est une discussion personnelle à bâton rompu, veuillez donc excuser son ambition et son manque de rigueur.

Continuer la lecture de Désétatiser l’État pour sauver l’État et améliorer la société

1° La réception critique de la communication politique : réception et domination

Après avoir effectué une thèse sur la communication de l’État, en analysant uniquement les « producteurs » et les « productions », je ressens la nécessité d’aller voir du côté des « récepteurs », des cibles, des citoyens à qui les activités de communication sont destinées. À la fin de ma réflexion en doctorat, je proposais la piste de travail suivante : l’existence d’une critique citoyenne de la communication est-elle une critique d’une façon de gouverner la société française ?

Dans une série de trois billets, j’exposerai un « projet » de recherche indépendante, tant sur le plan financier que sur le plan institutionnel – car il apparaît important de me laisser des marges de manœuvre suffisante face à la frilosité vis-à-vis d’une conception politique de la science. Ici, je commencerai par décortiquer la notion de réception, en mettant l’accent sur un rapport entre cette notion et des conceptions possibles des récepteurs ainsi qu’avec la notion de domination.

Continuer la lecture de 1° La réception critique de la communication politique : réception et domination

La propagande présidentielle pendant les élections européennes : le clip “Renaissance européenne”

N’importe quel citoyen qui a vu le clip de LREM (La République En Marche) pour les élections européennes a dû être frappé par la violence de celui-ci. Non pas tellement parce qu’il comporte des images effectivement violentes, mais parce qu’il est une tentative explicite de manipulation et de coercition. Nous verrons donc dans ce billet que la propagande, bien loin d’avoir disparu de nos « démocraties » représentatives, en est devenue que plus pernicieuse ; avec le clip de LREM elle fait un retour plus éclatant sur scène sans jamais l’avoir quitté.

Continuer la lecture de La propagande présidentielle pendant les élections européennes : le clip “Renaissance européenne”

Évidence et effet politique du discours

Un discours qui se donne pour objectif d’avoir des effets politiques – c’est-à-dire d’entraîner des comportements particuliers allant dans le sens de l’organisation politique (notamment le règlement des relations entre individus) – tourne autour d’un rapport entre évidence et prudence ou doute. C’est ce que nous allons détailler ci-dessous en mettant en parallèle le recours de la pensée dominante à l’évidence.

Continuer la lecture de Évidence et effet politique du discours

Réfléchir sur les actions de l’État

L’État est une machine, une grande machine. Il fonctionne par une multitude d’acteurs, de pratiques, d’objets et de symboles, qui se mélangent avec une multitude d’acteurs, de pratiques, d’objets et de symboles. En fait, l’État apparaît comme une méta-institution, une institution au-dessus des autres qui sert de guide et d’arbitre. Pour cette raison, il peut être difficile de réfléchir ce que fait l’État. Dans ce court texte, nous proposerons une façon de conceptualiser l’État pour travailler sur ses actions.

Continuer la lecture de Réfléchir sur les actions de l’État

Pourquoi l’État est libéral d’un point de vue financier ?

L’État se définit dans ses relations aux choses, aux individus et aux institutions. C’est la conceptualisation que nous avons développée ailleurs. Celle-ci supporte notre approche épistémologique de la consubstantialité individu/société et met en lumière la figure politique abstraite de l’État, à laquelle participe la communication en tant que manière de gouverner le social. La communication n’est toutefois pas la seule manière par laquelle l’État entreprend de donner une direction à la société française. Les lois sont à ce titre un exemple éclairant du traitement politique adressé au secteur financier à travers ce que l’on a appelé la libéralisation financière. Se pose ainsi la question de l’État libéral et nous allons commencer par rappeler les grandes lois et mesures politiques de cette libéralisation.

Continuer la lecture de Pourquoi l’État est libéral d’un point de vue financier ?