Archives de catégorie : épistémologie

Dans la tête des doctorants

Ce billet est spéculatif et servira avant-tout à coucher sur papiers des intuitions, des impressions, des réflexions ; bref du condensé de matière grise. Étant doctorant, je côtoie des personnes de la même espèce et j’en rencontre souvent qui sont dans un malaise par rapport à leur thèse. Le malaise peut être, bien sûr, de différentes envergures, mais il me semble caractériser un rapport à la connaissance, et surtout à la connaissance scientifique. J’aimerais donc voyager un peu dans la tête des doctorants pour exprimer ce que ce malaise semble impliquer.

Continuer la lecture de Dans la tête des doctorants

Comment traiter la question des effets

Quand les étudiants doivent trouver des problématiques pour travailler sur des sujets divers, la question des effets revient souvent comme un fantôme qui hante la pensée, un peu comme si les étudiants étaient seulement intéressés par ces institutions qui sont en mesure d’influencer leur quotidien. Alors l’enseignant a, comme un réflexe gravé au fer rouge, l’habitude de refuser la problématique des effets, sachant bien – à raison – que les étudiants sont à bord d’un véhicule lancé à pleine vitesse avec une seule destination ; le mur. Pourtant, nous aimerions dans ce billet présenter une manière de traiter les effets tout en prenant des gants et en évitant la surface en béton dressée face à ceux qui ne ralentissent pas.

Continuer la lecture de Comment traiter la question des effets

L’intérêt des sciences humaines et sociales : une remise en question courante de la part des étudiants

Pendant les cours d’épistémologie d’une discipline en sciences humaines et sociales (SHS) ou dans ces dernières en général, la question de leur intérêt pour la société revient souvent sur la table. Les étudiants s’interrogent en effet sur l’utilité sociale d’une spécialisation de l’interrogation du monde quand celle-ci est si peu « compréhensible », si « théorique pour faire théorique », si peu « concrète » dans ses résultats ; autrement dit, quelle est la fonction de ces SHS dont nous ne saisissons pas le fonctionnement et les codes ? Ce billet servira à mettre en avant quelques éléments qui ressortent des discussions entretenues avec les étudiants à qui j’enseigne une matière comportant une dimension épistémologique et méthodologique, et permettra d’avancer des débuts d’explication vis-à-vis de ce manque de légitimité dans une société où l’humeur utilitariste semble dominer.

Continuer la lecture de L’intérêt des sciences humaines et sociales : une remise en question courante de la part des étudiants

Quand dire stop ? La peur de ne pas avoir assez de matières à analyser

Dans ce billet je vais aborder le sujet de la peur de ne pas avoir assez de matières à analyser. Certains de mes camarades sont pris de difficultés quand il s’agit de mettre un point final à leur terrain, comme s’ils craignaient de manquer ce détail qui changerait toute leur recherche ou d’oublier ce p’tit morceau que les membres de leur jury ne manqueront pas de souligner – de toute manière, c’est une mauvaise habitude dans les jurys de critiquer ce qui n’a pas été fait plutôt que ce qui a été fait. Pourtant, il existe quelques façons (parmi d’autres) pour se soulager face à l’angoisse d’en terminer enfin. On va passer en revue ces techniques, destinées avant tout à calmer ceux qui comptent se gâcher la dégustation de foie gras au prétexte qu’ils en finiront jamais (dans certaines mesures ce billet s’adresse également à des étudiants de master).

Continuer la lecture de Quand dire stop ? La peur de ne pas avoir assez de matières à analyser

La consubstantialité des individus et de la société

Notre réflexion sur le rôle de la communication de l’État dans le gouvernement de la société française s’accompagne d’une approche épistémologique particulière. Celle-ci est un effort d’abstraction permettant de dépasser la simple description à partir du « terrain ». Comme l’indique S. Olivesi, « la « connaissance » suppose toujours un travail d’abstraction qui ne se résume nullement à partir de données empiriques pour s’élever au ciel des idées ou, inversement, à contempler la réalité du haut selon une vision surplombante. »1 Pour cette raison nous souhaitons expliquer la consubstantialité des individus et de la société. En bref, cette approche justifie notre compréhension de la communication de l’État en tant que manière de gouverner. D’un côté, l’État, en tant qu’une des institutions dominantes de la société, prend part à la constitution des comportements et des modes de pensée des individus. De l’autre côté, ceux-ci intériorisent ces comportements et ces modes de pensée et contribuent à reproduire la domination de l’État. Cette intériorisation a lieu car les êtres humains évoluent dans des sociétés qui ne dépendent pas exclusivement de leurs conditions biologiques. C’est ce que nous allons voir ci-dessous.

Continuer la lecture de La consubstantialité des individus et de la société

Quatre conceptions typiques de l’État en sciences de l’information et de la communication : l’apport des travaux de N. Elias et P. Bourdieu sur la socio-genèse de l’État

Nous verrons dans ce billet quatre types de conceptions de l’État en sciences de l’information et de la communication (SIC) et expliquerons en quoi elles peuvent bénéficier de l’apport des théories de N. Elias et P. Bourdieu sur la formation de l’État moderne.

Continuer la lecture de Quatre conceptions typiques de l’État en sciences de l’information et de la communication : l’apport des travaux de N. Elias et P. Bourdieu sur la socio-genèse de l’État

Exercice de l’auto-analyse : mieux se connaître pour mieux connaître

Quand la posture scientifique se reconnaît comme ne pouvant être neutre, il faut, pour le chercheur, prendre la peine de se connaître. Ce travail d’introspection permet d’évaluer et de comprendre les limites et les biais qui influencent la réflexion sur un objet de recherche.

Continuer la lecture de Exercice de l’auto-analyse : mieux se connaître pour mieux connaître

Dialogue entre deux dogmatiques

La question de la neutralité en sciences sociales est débattue depuis longtemps. Déjà, au début du XXe siècle, M. Weber1 s’interrogeait sur la « neutralité » de la sociologie naissante et la rapportait à la relation entre chercheur et valeurs. Il n’était pourtant pas radical sur ces relations et soutenait que les chercheurs pouvaient avoir des jugements de valeur, à condition de les signaler aux lecteurs – et à eux-mêmes –, c’est-à-dire qu’ils aient conscience de formuler des jugements de ce type2. L’autre fondateur de la sociologie, É. Durkheim reconnaissait le rôle du chercheur quant à l’amélioration de la réalité. Comme l’indique dans la préface de la seconde édition De la division du travail social, « Si nous séparons avec soin les problèmes théoriques des problèmes pratiques, ce n’est pas pour négliger ces derniers : c’est, au contraire, pour nous mettre en état de mieux les résoudre »3. Toutefois, É. Durkheim rappelle que les idéaux ne doivent pas influencer l’analyse du réel. Au contraire, pour le sociologue français, il faut observer le réel et définir l’idéal à partir de cette observation – l’idéal doit reposer sur des faits. En citant ces immenses auteurs des sciences sociales, nous souhaitons souligner que la question de la neutralité n’est pas radicalement tranchée, n’en déplaisent à ceux qui se cachent derrière l’autorité de M. Weber et d’É. Durkheim pour se donner raison en proposant une lecture partiale et partielle de ces auteurs. Le texte qui suit propose un dialogue imaginaire entre deux dogmatiques, deux enseignants-chercheurs de notre époque, chacun campant sur ses positions, comme deux armées se font face ; l’un défend la neutralité de la science comme vérité indépassable ; l’autre défend l’engagement de la science comme injonction inévitable. Pour la caricature, nous nommerons le premier Max et le second Émile.

Continuer la lecture de Dialogue entre deux dogmatiques

Neutralité et sciences sociales : une courte réflexion

Cette question épistémologique revêt pour nous une importance qui dépasse le cadre du champ scientifique. Bien entendu, en disant cela, nous prenons position en sous-entendant que les sciences sociales ont leur rôle à jouer dans la société. C’est sur ce rôle que les divergences peuvent se faire les plus fortes entre les chercheurs. Parmi les défenseurs de la neutralité scientifique, la perspective d’une position politique pour les sciences sociales est une erreur, pire c’est les subvertir à des intérêts particuliers, leur faisant perdre un caractère objectif. Pourtant, selon nous, il ne fait aucun doute que les apports réflexifs de la science sont proprement indispensables pour une lutte citoyenne face à un ordre social, politique et économique qui se constitue comme un danger pour l’ensemble de la société.

Continuer la lecture de Neutralité et sciences sociales : une courte réflexion

La justesse du mot. Un « art » de chercheur

La différence principale entre un poète et un chercheur ? Le premier peut se permettre de laisser un monde d’interprétation symbolique dans un mot ; le second doit trouver le mot juste pour limiter le plus possible le nombre d’interprétation possible. Bien entendu, on trouvera ça et là des jeux de mots, des obscurités, des ambiguïtés, mais dans l’idéal le chercheur en science sociale se doit d’être très précis, donnant souvent à son discours des allures peu séduisantes. Nous allons voir ici les quelques raisons qui font que le discours scientifique apparaît difficile, voire alambiqué – les plus vulgaires diront même que cela relève de la masturbation des neurones. Pourtant, si certains peuvent prendre un malin plaisir à « parler compliqué », il faut remettre la production de ce discours dans ses contraintes sociales.

Continuer la lecture de La justesse du mot. Un « art » de chercheur

Penser le social : introduction à une pensée épistémologique

Dans la lignée de l’article sur le déterminisme communicationnel1, nous allons voir une manière de penser scientifique. Cette fois par contre nous prendrons un étage supérieur – non pas dans la hiérarchie mais dans la généralité – pour parler du social. Il ne s’agira pas de conseils pour penser spécifiquement la communication, phénomène et processus social, mais de conseils pour penser le social, cette « matière » que l’on veut disséquer et analyser.

Continuer la lecture de Penser le social : introduction à une pensée épistémologique

Le déterminisme communicationnel ou la communication qui dirige le monde

Quand on enseigne à des étudiants niveau licence en leur demandant de produire une réflexion approfondie en sciences de l’information et de la communication, on se rend rapidement compte que la grande majorité recourt à un déterminisme communicationnel qui ne dit pas son nom. Sans aucun doute faut-il voir ici à l’œuvre les prénotions de E. Durkheim1, on pourrait dire ces idées préconçues – faites de mythes, de fantasmes, de stéréotypes et de généralités – définissant le monde qui nous entoure. Bien sûr, elles sont nécessaires car l’Homme ne peut pas vivre sans fabriquer du sens sur son environnement. S’y arrêter néanmoins est une erreur et il faut toujours procéder à un effort pour s’en défaire et les interroger ; c’est que nous allons faire dans cet article2.

Continuer la lecture de Le déterminisme communicationnel ou la communication qui dirige le monde

Configuration de champs, un bricolage épistémologique fait maison

Nous avons déjà pu parler des concepts de N. Elias et P. Bourdieu ; nous considérons qu’ils sont très importants pour quiconque désire conceptualiser de manière complexe et relationnelle les rapports humains en société. Néanmoins, ils possèdent chacun des limites expliquant qu’ils ne correspondent pas tout à fait aux objectifs épistémiques du chercheur. Tout d’abord, le champ bourdieusien ne prend pas en compte les luttes trans-champs et semble trop limité à un secteur professionnel. Le sociologue français a bien tenté, d’après S. Olivesi1, de faire une théorie sociale générale avec le concept de champ du pouvoir, développée entre autres dans La noblesse d’État2, mais nous considérons également que le champ du pouvoir est un concept trop abstrait, et dont la définition paraît trop floue pour être saisie sans risque. Ensuite, il a été reproché au sociologue allemand d’avoir une méthodologie floue3, sans doute pas aidé par son concept de configuration qui apparaît comme n’étant pas assez clair dans certaines de ses applications potentielles – en clair comment utiliser le concept de configuration dans des cas concrets. Il faut toutefois, pour bien comprendre sa posture épistémologique ne pas oublier sa volonté de ne pas séparer l’individu et la société et sa neutralité axiologique, qui le font s’éloigner à tout prix des idéologies. Selon N. Elias, ce n’est que dans la distanciation que le chercheur peut fournir une théorie valide des processus sociaux.

Continuer la lecture de Configuration de champs, un bricolage épistémologique fait maison

Qu’est-ce qu’une configuration éliasienne ?

Le concept éliasien de configuration se rapproche du concept de champ de P. Bourdieu. Ils ont en commun une approche dynamique des relations et, dans les deux cas, le pouvoir est conçu comme étant une lutte, au lieu d’être une « possession » – approche essentialiste. Le sociologue allemand en donne son concept comme une « figure toujours changeante que forment les joueurs ; elle inclut non seulement leur intellect, mais toute leur personne, les actions et les relations réciproques [ ; elle] forme un ensemble de tensions »1. La ressemblance avec le concept bourdieusien va donc encore au-delà. Deux points sont similaires et méritent d’être soulevés. Premièrement, dans le champ comme dans la configuration, les acteurs doivent prendre part à un jeu, jeu dont ils doivent accepter les règles et les enjeux, et contribuant à former leurs comportements et habitudes mentales. Secondement, le jeu est formée d’un ensemble de luttes chez P. Bourdieu ou de tensions chez N. Elias, d’où une non-fixité dans les relations entre acteurs.

Continuer la lecture de Qu’est-ce qu’une configuration éliasienne ?

Qu’est-ce qu’un champ ?

Le concept de champ illustre, certes de manière grossière mais parfaitement compréhensible, le combat épistémique d’un concept. Il s’agit tout d’abord de l’enfermement dans le langage naturel et le nécessaire dépassement de la notion première. J. C. Passeron1 souligne que les sciences sociales ne peuvent pas se re-sémantiser, se traduire dans un langage propre leur permettant de dégager des significations non ambiguës, comme le peuvent les mathématiques par exemple – 1+1 sera toujours ce qu’il est, une opération de calcul au résultat inchangeable. Elles doivent donc faire avec le langage naturel, ce qui pose de nombreux problèmes ; limitation à un ou plusieurs sens ne traduisant pas la conceptualisation du chercheur, caractère justement ésotérique du concept scientifique dépassant ce ou ces sens premiers, ésotérisme absolu si invention d’un mot nouveau ou reprise d’un mot peu usité (habitus bourdieusien par exemple), recours à des formulations prudentes et élaborées paraissant comme « détachées de la réalité » et alambiquées voire traduisant un élitisme du chercheur…

Continuer la lecture de Qu’est-ce qu’un champ ?