Archives de catégorie : épistémologie

Face aux blocages de la thèse : quelques solutions

Face aux blocages qui surviennent pendant la gestation d’une thèse, il importe de prendre un moment pour souffler un bon coup, comme cette petit bise en été qui vient rappeler que la météo sait produire autre chose que l’air d’un radiateur de voiture. Ce billet se veut être un petit moment de repos pour les cerveaux essorés par le travail de réflexion, les doigts qui n’en peuvent plus de toucher un clavier qui ne leur apporte plus aucun plaisir.

Continuer la lecture de Face aux blocages de la thèse : quelques solutions

Les positivistes et la vérité : courte réflexion sur l' »affaire (dans l’affaire) EU Disinfolab »

Sur Twitter, l’« affaire Benalla » ne cesse de faire parler ; mieux encore, elle entraîne des affaires dans les affaires. C’est le cas récemment d’EU DisinfoLab, un cabinet, un laboratoire, qui a mené une enquête sur les tweets et retweets autour de l’« affaire Benalla » et est arrivé à la conclusion, aussi surprenante qu’une happy end dans un Disney, que ce sont les russophiles qui ont propagé des rumeurs sur Macron et Benalla. On ne parlera pas dans ce billet du rôle « tête de turc » joué par les Russes récemment mais plutôt du lien entre une pensée du monde et de la recherche et l’établissement de la vérité.

Continuer la lecture de Les positivistes et la vérité : courte réflexion sur l’ »affaire (dans l’affaire) EU Disinfolab »

4 – Quelques conseils sur l’écriture de la thèse

L’écriture est l’étape de montagne de la thèse ; il faut y aller bien préparé, bien équipé, bien motivé et ne pas avoir peur des efforts à fournir si l’on veut porter ce magnifique maillot blanc à pois rouges. Dans un précédent billet, j’avais donné quelques conseils pour aider à traverser le « giro », la « vuelta », le « tour » de la thèse et c’est volontairement que j’avais mis de côté l’écriture, tant elle mérite un billet à elle seule. En réalité, l’écriture est plus qu’une étape, ce terme donnant l’idée d’un déroulé mécanique, alors que la thèse est organique à souhait, elle bouge, elle souffre, elle respire. Autrement dit, la « phase » de l’écriture est remplie d’autant d’hésitation, d’allers-retours, de satisfaction, de désespoir, de dispute et de réconciliation (avec son objet), qu’un couple cherchant le prénom idéal de leur premier chien, avant de se diriger vers un « top 10 » pour y trouver de l’inspiration. Ci-dessous donc, on trouvera de quoi finir au sommet en vie et appeler, avec joie, sa boule de poils préférée.

Avant de poursuivre, il faut garder en tête que les techniques présentées ci-dessous n’ont rien d’universelles. Elles sont tirées de mon expérience personnelle ainsi que celle d’autres doctorants avec qui j’ai pu discuter de la question. À vous de les utiliser selon vos préférences et surtout de les arranger à votre sauce car, même s’il n’y a pas de recette miracle, cela ne signifie pas que l’on ne peut pas bien manger.

Continuer la lecture de 4 – Quelques conseils sur l’écriture de la thèse

3 – Quelques conseils (indispensables) concernant la thèse

Les bons conseils de grand-mère ou de grand-père pour faire de la « bonne recherche » existent et il n’est pas rare de se transformer en « bon père l’Expérience » une fois que l’on a fini une tâche sur laquelle les autres sont en train de passer leurs calories. Je respecte cette tradition et soumet à la populace quatre conseils que j’aurais aimé avoir avant de commencer ou même, et surtout, avant de finir et m’exclamer, en me frappant le front, « mais c’est ça qu’j’aurais dû faire !! ». Ces conseils ne sont en aucun cas les quatre commandements vers la réussite et le salut de l’âne ; je ne garantis pas que vous ne porterez pas de bonnet en les suivant à la lettre car, au final, l’exercice de la thèse demeure un exercice en solitaire et chacun a ses petites ficelles, en accord avec sa personnalité. En ce qui concerne l’écriture, je rédigerai un billet à part entière car c’est un trop gros morceau pour être cuisiné ici.

Nota bene : pour rendre la lecture de ce billet plus fluide, plus vivante, sans pédantisme pour le dire crûment, les auteurs et discussions théoriques sont envoyés en note de bas de page.

Continuer la lecture de 3 – Quelques conseils (indispensables) concernant la thèse

2 – Quelques beautés (merveilleuses) de la thèse

Dans le précédent billet, il a été question de souffrance, de larme, de colère, de cerne et de boule à l’estomac. L’exercice de thèse n’est pourtant le rêve torturé d’un emo, sourcils froncés et cinq centimètres de mascara autour des yeux, il existe de beaux moments, de merveilleux moments mêmes, où le thésard trouve enfin le bout de l’arc-en-ciel, tout proche de lui. Ce billet sera peut-être plus subjectif que le premier car, la plainte étant dans les gènes culturels des Français, j’ai honnêtement passé plus de temps à jacasser sur ce qui n’allait pas que sur ce qui était fait de soleil. Donc, ma plume, ou plutôt mon clavier a moins d’éléments partagés à partager avec vous dans ce partage. À nouveau, ces beautés (merveilleuses) sont adressées en priorité aux thèses en SHS, et tout particulièrement en sciences de l’information et de la communication.

Continuer la lecture de 2 – Quelques beautés (merveilleuses) de la thèse

1 – Quelques vérités (crues) sur la thèse

La thèse n’est pas un exercice facile. Personne dira le contraire, à commencer par ceux qui ont accouché de la bête. Au minimum 36 mois de gestation pour pondre plusieurs centaines de pages, sans césarienne. Le taux de mortalité – mort social et psychologique – n’est pas négligeable, même si le bonheur d’entendre son enfant se faire insulter et complimenter pendant la soutenance est un plaisir certain, à mi chemin entre la joie coupable de voir un marmot geignard ramasser une mandale, et la constatation, par pur délire égotique, que sa progéniture est plus belle que celle des autres. Une précision avant d’aller plus loin, je parle des thèses en SHS, et plus spécifiquement pour des thèses en sciences de l’information et de la communication (SIC), discipline dans laquelle j’ai essoré mon cerveau ces dernières années. Ce billet s’appuie avant tout sur mes expériences pendant le doctorat. Il s’appuie également sur autant de sentiments, de réflexions partagées ou individuelles, d’observations, de luttes dans lesquelles j’ai été inséré volontairement ou pas ; en bref il ne faut pas s’attendre à une description scientifique et chiffrée mais à un retour d’expérience cynique et honnête. Les livres « comment faire une thèse » existent pourtant il manque sans doute un compte-rendu qui relève la laideur, la puanteur de l’exercice, qui explique en fait en quoi cet exercice est en droit de vous faire du mal.

Continuer la lecture de 1 – Quelques vérités (crues) sur la thèse

Dans la tête des doctorants

Ce billet est spéculatif et servira avant-tout à coucher sur papiers des intuitions, des impressions, des réflexions ; bref du condensé de matière grise. Étant doctorant, je côtoie des personnes de la même espèce et j’en rencontre souvent qui sont dans un malaise par rapport à leur thèse. Le malaise peut être, bien sûr, de différentes envergures, mais il me semble caractériser un rapport à la connaissance, et surtout à la connaissance scientifique. J’aimerais donc voyager un peu dans la tête des doctorants pour exprimer ce que ce malaise semble impliquer.

Continuer la lecture de Dans la tête des doctorants

Comment traiter la question des effets

Quand les étudiants doivent trouver des problématiques pour travailler sur des sujets divers, la question des effets revient souvent comme un fantôme qui hante la pensée, un peu comme si les étudiants étaient seulement intéressés par ces institutions qui sont en mesure d’influencer leur quotidien. Alors l’enseignant a, comme un réflexe gravé au fer rouge, l’habitude de refuser la problématique des effets, sachant bien – à raison – que les étudiants sont à bord d’un véhicule lancé à pleine vitesse avec une seule destination ; le mur. Pourtant, nous aimerions dans ce billet présenter une manière de traiter les effets tout en prenant des gants et en évitant la surface en béton dressée face à ceux qui ne ralentissent pas.

Continuer la lecture de Comment traiter la question des effets

L’intérêt des sciences humaines et sociales : une remise en question courante de la part des étudiants

Pendant les cours d’épistémologie d’une discipline en sciences humaines et sociales (SHS) ou dans ces dernières en général, la question de leur intérêt pour la société revient souvent sur la table. Les étudiants s’interrogent en effet sur l’utilité sociale d’une spécialisation de l’interrogation du monde quand celle-ci est si peu « compréhensible », si « théorique pour faire théorique », si peu « concrète » dans ses résultats ; autrement dit, quelle est la fonction de ces SHS dont nous ne saisissons pas le fonctionnement et les codes ? Ce billet servira à mettre en avant quelques éléments qui ressortent des discussions entretenues avec les étudiants à qui j’enseigne une matière comportant une dimension épistémologique et méthodologique, et permettra d’avancer des débuts d’explication vis-à-vis de ce manque de légitimité dans une société où l’humeur utilitariste semble dominer.

Continuer la lecture de L’intérêt des sciences humaines et sociales : une remise en question courante de la part des étudiants

Quand dire stop ? La peur de ne pas avoir assez de matières à analyser

Dans ce billet je vais aborder le sujet de la peur de ne pas avoir assez de matières à analyser. Certains de mes camarades sont pris de difficultés quand il s’agit de mettre un point final à leur terrain, comme s’ils craignaient de manquer ce détail qui changerait toute leur recherche ou d’oublier ce p’tit morceau que les membres de leur jury ne manqueront pas de souligner – de toute manière, c’est une mauvaise habitude dans les jurys de critiquer ce qui n’a pas été fait plutôt que ce qui a été fait. Pourtant, il existe quelques façons (parmi d’autres) pour se soulager face à l’angoisse d’en terminer enfin. On va passer en revue ces techniques, destinées avant tout à calmer ceux qui comptent se gâcher la dégustation de foie gras au prétexte qu’ils en finiront jamais (dans certaines mesures ce billet s’adresse également à des étudiants de master).

Continuer la lecture de Quand dire stop ? La peur de ne pas avoir assez de matières à analyser

La consubstantialité des individus et de la société

Notre réflexion sur le rôle de la communication de l’État dans le gouvernement de la société française s’accompagne d’une approche épistémologique particulière. Celle-ci est un effort d’abstraction permettant de dépasser la simple description à partir du « terrain ». Comme l’indique S. Olivesi, « la « connaissance » suppose toujours un travail d’abstraction qui ne se résume nullement à partir de données empiriques pour s’élever au ciel des idées ou, inversement, à contempler la réalité du haut selon une vision surplombante. »1 Pour cette raison nous souhaitons expliquer la consubstantialité des individus et de la société. En bref, cette approche justifie notre compréhension de la communication de l’État en tant que manière de gouverner. D’un côté, l’État, en tant qu’une des institutions dominantes de la société, prend part à la constitution des comportements et des modes de pensée des individus. De l’autre côté, ceux-ci intériorisent ces comportements et ces modes de pensée et contribuent à reproduire la domination de l’État. Cette intériorisation a lieu car les êtres humains évoluent dans des sociétés qui ne dépendent pas exclusivement de leurs conditions biologiques. C’est ce que nous allons voir ci-dessous.

Continuer la lecture de La consubstantialité des individus et de la société

Quatre conceptions typiques de l’État en sciences de l’information et de la communication : l’apport des travaux de N. Elias et P. Bourdieu sur la socio-genèse de l’État

Nous verrons dans ce billet quatre types de conceptions de l’État en sciences de l’information et de la communication (SIC) et expliquerons en quoi elles peuvent bénéficier de l’apport des théories de N. Elias et P. Bourdieu sur la formation de l’État moderne.

Continuer la lecture de Quatre conceptions typiques de l’État en sciences de l’information et de la communication : l’apport des travaux de N. Elias et P. Bourdieu sur la socio-genèse de l’État

Exercice de l’auto-analyse : mieux se connaître pour mieux connaître

Quand la posture scientifique se reconnaît comme ne pouvant être neutre, il faut, pour le chercheur, prendre la peine de se connaître. Ce travail d’introspection permet d’évaluer et de comprendre les limites et les biais qui influencent la réflexion sur un objet de recherche.

Continuer la lecture de Exercice de l’auto-analyse : mieux se connaître pour mieux connaître

Dialogue entre deux dogmatiques

La question de la neutralité en sciences sociales est débattue depuis longtemps. Déjà, au début du XXe siècle, M. Weber1 s’interrogeait sur la « neutralité » de la sociologie naissante et la rapportait à la relation entre chercheur et valeurs. Il n’était pourtant pas radical sur ces relations et soutenait que les chercheurs pouvaient avoir des jugements de valeur, à condition de les signaler aux lecteurs – et à eux-mêmes –, c’est-à-dire qu’ils aient conscience de formuler des jugements de ce type2. L’autre fondateur de la sociologie, É. Durkheim reconnaissait le rôle du chercheur quant à l’amélioration de la réalité. Comme l’indique dans la préface de la seconde édition De la division du travail social, « Si nous séparons avec soin les problèmes théoriques des problèmes pratiques, ce n’est pas pour négliger ces derniers : c’est, au contraire, pour nous mettre en état de mieux les résoudre »3. Toutefois, É. Durkheim rappelle que les idéaux ne doivent pas influencer l’analyse du réel. Au contraire, pour le sociologue français, il faut observer le réel et définir l’idéal à partir de cette observation – l’idéal doit reposer sur des faits. En citant ces immenses auteurs des sciences sociales, nous souhaitons souligner que la question de la neutralité n’est pas radicalement tranchée, n’en déplaisent à ceux qui se cachent derrière l’autorité de M. Weber et d’É. Durkheim pour se donner raison en proposant une lecture partiale et partielle de ces auteurs. Le texte qui suit propose un dialogue imaginaire entre deux dogmatiques, deux enseignants-chercheurs de notre époque, chacun campant sur ses positions, comme deux armées se font face ; l’un défend la neutralité de la science comme vérité indépassable ; l’autre défend l’engagement de la science comme injonction inévitable. Pour la caricature, nous nommerons le premier Max et le second Émile.

Continuer la lecture de Dialogue entre deux dogmatiques

Neutralité et sciences sociales : une courte réflexion

Cette question épistémologique revêt pour nous une importance qui dépasse le cadre du champ scientifique. Bien entendu, en disant cela, nous prenons position en sous-entendant que les sciences sociales ont leur rôle à jouer dans la société. C’est sur ce rôle que les divergences peuvent se faire les plus fortes entre les chercheurs. Parmi les défenseurs de la neutralité scientifique, la perspective d’une position politique pour les sciences sociales est une erreur, pire c’est les subvertir à des intérêts particuliers, leur faisant perdre un caractère objectif. Pourtant, selon nous, il ne fait aucun doute que les apports réflexifs de la science sont proprement indispensables pour une lutte citoyenne face à un ordre social, politique et économique qui se constitue comme un danger pour l’ensemble de la société.

Continuer la lecture de Neutralité et sciences sociales : une courte réflexion