Archives de catégorie : domination

L’envie de représentation : paradoxe de la méfiance et la défiance envers les pros de la politique ou le crève-cœur de l’anarchie

Il existe chez certain-es citoyen-nes, même situé-es bien à gauche, une envie de représentation, une envie d’être défendu-es par un-e représentant-e : c’est le constat que j’ai formulé à l’analyse d’une cinquantaine d’entretien à propos de la communication politique. Et ce constat m’est revenu de plein fouet ces derniers temps, lorsque je réfléchissais sur les électorats du FN/RN ici et . C’est le paradoxe souligné par Gaxie (2017) : de nombreux électeurs et électrices se déclarent méfiantes et défiantes envers les institutions étatiques et les pros de la politique, mais ils et elles votent tout de même. J’ai donc décidé de déterrer cet extrait – remanié pour être plus lisible dans le cadre d’un billet de blog – d’un ouvrage non publié, que j’ai écrit sur la réception critique citoyenne de la communication politique. Dit autrement, j’ai analysé à l’aide d’entretiens ce que pensaient les citoyen-nes de la communication politique.La réflexion que je développe ci-dessous permet, selon moi, d’apporter des éléments de réponse à la question suivante : pourquoi des personnes qui critiquent négativement la communication politique voire pour certain-es la démocratie représentative, continuent à voiler être représentées ?

A garder en tête dans la lecture de cet extrait : il a été écrit principalement entre 2020 et 2021. Continuer la lecture de L’envie de représentation : paradoxe de la méfiance et la défiance envers les pros de la politique ou le crève-cœur de l’anarchie

Pourquoi je me suis fait défoncer pendant ma soutenance de thèse ?

Dans un autre billet, j’ai longuement exposé l’expérience affreuse que fut ma soutenance : une humiliation longue, publique et violente . Presque sept ans plus tard, avec le recul nécessaire, des connaissances et des expériences supplémentaires à l’université, j’aimerais m’interroger sur les raisons de ce défonçage en règles. Ce texte sera plus personnel que les habituels, parce que me replonger dans cet événement me rend mal à l’aise. Toutefois, je crois qu’il y a des enseignements précis à retirer, même s’ils font partie d’une réflexion à l’interrogatif.

Continuer la lecture de Pourquoi je me suis fait défoncer pendant ma soutenance de thèse ?

Qui sont les cassos ? Pour une redéfinition d’une insulte de classe

Traiter quelqu’un de cassos n’est pas anodin. J’aimerais revenir brièvement sur les caractéristiques de cette insulte, avant d’en proposer une redéfinition pour viser les vrais profiteurs et profiteuses de notre société. Selon moi, il ne fait aucun doute qu’une personne qui bénéficie du RSA n’a rien d’une cassos, tandis que, par exemple, un haut fonctionnaire ou une secrétaire d’État qui fait sa carrière dans les services de l’État avant d’aller pantoufler rassemble tous les critères pour être traitée de cassos.

Continuer la lecture de Qui sont les cassos ? Pour une redéfinition d’une insulte de classe

Les meetings et l’illusion démocratique

Pendant la campagne des législatives de cette année (2022), j’ai assisté à un meeting de la NUPES, avec deux candidates de la coalition de partis. Leur prestation et les idées défendues pendant ce meeting ne sont pas pertinentes par rapport aux propos de ce billet. Celui-ci intervient dans une réflexion et une analyse récurrente que, sans doute, beaucoup de personnes formulent ; nous ne vivons pas en démocratie et, selon moi, le meeting en est la parfaite démonstration.

Continuer la lecture de Les meetings et l’illusion démocratique

Vote et culpabilité : formule de l’ “ancien monde”

Alors que l’affiche désolante et désastreuse du second tour des présidentielles est rejouée, après avoir été préparée par les principaux prescripteurs de la « réalité » (médias, commentateurs et commentatrices en tous genre, pros de la politique, intellectuel-les, etc.) pendant cinq ans, une partie de la société joue un refrain bien connu, celui de la culpabilité. Ne pas voter représente un acte honteux et déshonorant, encore plus quand « l’extrême droite est à nos portes »1 (il conviendrait par ailleurs de déterminer qui a favorisé cette marche vers nos portes…). Ne pas voter, c’est contribuer « au déferlement de haine »2 et donc s’affranchir de son devoir républicain en aidant les ennemi-es de la République (il conviendrait par ailleurs de mettre en lumière les personnes qui ont contribué à la partition de l’extrême droite en reprenant ses thèmes en chœur…). Ne pas voter Macron, « c’est voter Poutine »3 (celle-là se passe de commentaire). Et tout le monde s’y met, à gauche comme à droite – des associations étudiantes, des observatoires, des pros de la politique, des médias, des scientifiques, des artistes, etc. –, tout le monde s’adonne à cette critique bilatérale qui sent bon l’ancien monde. C’est pourquoi la gauche aurait tout intérêt à se distancer de cette opération de culpabilisation.

Continuer la lecture de Vote et culpabilité : formule de l’ “ancien monde”

injonctions paradoxales et thèse

La thèse fait souffrir les individus qui la produisent. Les raisons sont nombreuses et découlent aussi bien des défauts organisationnels de l’université, que des manques dans l’encadrement ou des situations dangereuses (comme le harcèlement moral ou sexuel) ; bref les raisons ne manquent pas de souffrir sur le plan psychologique pendant la thèse. J’aimerais ici m’arrêter sur une raison en particulier, prenant ses racines dans les différentes dimensions de la thèse : les injonctions paradoxales.

 

Continuer la lecture de injonctions paradoxales et thèse

Le danger logique de la confusion entre membre de classe et classe

S’il y a bien une chose qui m’étonne, c’est la capacité de professionnel-le-s de la politique, des experts à la mode, des éditorialistes, en gros des défenseur-e-s d’une hégémonie néo-libérale, à croire que leurs idées et pensées épuisent totalement la réalité. C’est dingue non ? Imaginez pouvoir faire le tour de rien de plus complexe et vaste que la réalité, la société ou le politique avec vos seules idées et pensées. Comme j’hésite à qualifier cette opération intellectuelle de pathologique, je tomberai alors plus facilement du côté du cynisme en soulignant que c’est une technique rhétorique, destinée à pour imposer son avis.

Continuer la lecture de Le danger logique de la confusion entre membre de classe et classe

Désétatiser l’État pour sauver l’État et améliorer la société

L’État est une grosse machine, qui occupe un espace quasiment incommensurable dans la société française, et c’est illusoire de penser qu’il est juste là pour reproduire la bourgeoisie. Il est implanté si profondément dans notre société qu’on ne pourrait pas l’enlever a la façon d’une mauvaise herbe. Il faut donc jeter le pire de l’État pour garder le meilleur, une opération de désossage comme on en a l’habitude avec la dinde de Noël. Ce billet est une discussion personnelle à bâton rompu, veuillez donc excuser son ambition et son manque de rigueur.

Continuer la lecture de Désétatiser l’État pour sauver l’État et améliorer la société

Désacraliser la soutenance : une solution pour la violence institutionnelle à l’Université ?

Il y a urgence à désacraliser la soutenance, faire descendre de son piédestal un rite qui frôle parfois le ridicule et peut ressembler de temps en temps à un lynchage en public. Compte tenu de mon expérience vis-à-vis de ce rite, il est logique que je défende ce point de vue – j’en ai fait le récit ici. Toutefois, ce point de vue est aussi logique en lui-même car il s’inscrit dans une lutte contre la violence institutionnelle.

Continuer la lecture de Désacraliser la soutenance : une solution pour la violence institutionnelle à l’Université ?

Récit de ma soutenance horrible : pourquoi ce n’est pas la fin du monde

Ci-dessous vous trouverez le bref récit de ma soutenance – un grand échec à n’en pas douter –, dans laquelle se sont mêlées des réelles erreurs de ma part mais aussi de la violence institutionnelle. C’est le récit d’un tabassage en règles universitaires, où, derrière des fausses sympathies, est tombé le couperet du jugement des représentants. L’objectif ici n’est pas de jouer la carte de la victime ou de chercher de la pitié mais plutôt de rassurer celles et ceux qui sont passé-e-s par là ou qui le craignent ; après l’échec d’une thèse, même soutenue, il y a une vie, il y a de la joie et, surtout, il y a du soulagement à quitter un monde où l’écart vis-à-vis des normes est sanctionné avec une sévérité militaire.

Continuer la lecture de Récit de ma soutenance horrible : pourquoi ce n’est pas la fin du monde

La communication de l’État et le politique : c’est pas que d’la com

Ce texte se veut un point d’éclaircissement sur une partie déterminante de la façon de gouverner actuelle ; la communication de l’État. Trop souvent, cette dernière est uniquement associée à la politique alors qu’elle est aussi liée au politique. Il n’y a pas que des paillettes dans la communication, il y a également des bottes. Plus exactement, c’est l’alliance de la parole à la violence qui caractérise les rapports de domination en France, rapports très bien illustrés par la communication de l’État.

Continuer la lecture de La communication de l’État et le politique : c’est pas que d’la com

1° La réception critique de la communication politique : réception et domination

Après avoir effectué une thèse sur la communication de l’État, en analysant uniquement les « producteurs » et les « productions », je ressens la nécessité d’aller voir du côté des « récepteurs », des cibles, des citoyens à qui les activités de communication sont destinées. À la fin de ma réflexion en doctorat, je proposais la piste de travail suivante : l’existence d’une critique citoyenne de la communication est-elle une critique d’une façon de gouverner la société française ?

Dans une série de trois billets, j’exposerai un « projet » de recherche indépendante, tant sur le plan financier que sur le plan institutionnel – car il apparaît important de me laisser des marges de manœuvre suffisante face à la frilosité vis-à-vis d’une conception politique de la science. Ici, je commencerai par décortiquer la notion de réception, en mettant l’accent sur un rapport entre cette notion et des conceptions possibles des récepteurs ainsi qu’avec la notion de domination.

Continuer la lecture de 1° La réception critique de la communication politique : réception et domination

La violence de l’institution : pour une inversion des rapports de domination

Dans ce texte, nous proposons une réflexion qui court dans le sens d’une séparation entre représentation d’une institution et position de pouvoir au sein de celle-ci. Les institutions font souvent preuve de violence en imposant, par l’intermédiaire de leurs représentants, des normes et des valeurs à leurs membres. Elles ont aussi un rôle « positif », en permettant notamment aux individus de se diriger au quotidien et de former des collectifs. Toutefois, il demeure toujours le risque d’un « abus de pouvoir » ou d’un échec dans le comportement de la part de celles et ceux à qui on a délégué la fonction de représentation.

Continuer la lecture de La violence de l’institution : pour une inversion des rapports de domination