Archives de catégorie : communication de l’État

La “communication (politique) twitter” est un échec

La fake-news, ou plutôt tentative de désinformation concernant l’envahissement de l’hôpital de La Pitié-Salpêtrière par des manifestants le premier mai, est la goutte d’eau de trop, dans un océan de mensonges et coups-bas ; même l’opposition politique, pourtant pas les premiers à s’attaquer aux figures de pouvoir, demande une démission du ministre de l’intérieur1. Au-delà de tout ce que ça nous dit sur le mode de gouvernement en lui-même, j’aimerais attirer l’attention sur l’échec qu’est la « communication twitter » ; par cette expression j’entends la communication rapide, à base de déclaration courte, faite pour choquer, susciter des émotions de colère ou d’espoir, et dont l’objectif est de mobiliser un soutien, sans plus d’effort que celui d’essayer de toucher une corde sensible – ce qui en dit long sur la manière dont les gouvernants conçoivent les citoyens, c’est-à-dire des idiots n’obéissant qu’à leurs sentiments. Cette « communication twitter », qu’elle se passe sur ce réseau social numérique (RSN) ou un autre, échoue selon trois raisons que je vais développer plus bas.

Continuer la lecture de La “communication (politique) twitter” est un échec

1° La réception critique de la communication politique : réception et domination

Après avoir effectué une thèse sur la communication de l’État, en analysant uniquement les « producteurs » et les « productions », nous ressentons la nécessité d’aller voir du côté des « récepteurs », des cibles, des citoyens à qui les activités de communication sont destinées. À la fin de notre réflexion en doctorat, nous proposions la piste de travail suivante : l’existence d’une critique citoyenne de la communication est-elle une critique d’une façon de gouverner la société française ?

Dans une série de trois billets, nous exposerons un « projet » de recherche indépendante, tant sur le plan financier que sur le plan institutionnel – car il apparaît important de nous laisser des marges de manœuvre suffisante face à la frilosité vis-à-vis d’une conception politique de la science. Ici, nous commencerons par décortiquer la notion de réception, en mettant tout particulièrement l’accent sur un rapport avec une conception des récepteurs et la notion de domination.

Continuer la lecture de 1° La réception critique de la communication politique : réception et domination

La propagande présidentielle pendant les élections européennes : le clip “Renaissance européenne”

N’importe quel citoyen qui a vu le clip de LREM (La République En Marche) pour les élections européennes a dû être frappé par la violence de celui-ci. Non pas tellement parce qu’il comporte des images effectivement violentes, mais parce qu’il est une tentative explicite de manipulation et de coercition. Nous verrons donc dans ce billet que la propagande, bien loin d’avoir disparu de nos « démocraties » représentatives, en est devenue que plus pernicieuse ; avec le clip de LREM elle fait un retour plus éclatant sur scène sans jamais l’avoir quitté.

Continuer la lecture de La propagande présidentielle pendant les élections européennes : le clip “Renaissance européenne”

C’est pas que d’la com ! – mais que foutent les professionnels de la politique sur Twitter ?

Un professionnel de la politique s’est encore illustré sur Twitter par une erreur lamentable sur de nombreux points – politique, stratégique, symbolique, personnel. Dans un échange1 avec Guillaume Barazzone, professionnel suisse de la politique, le président de l’Assemblée nationale française, Richard Ferrand, accuse son interlocuteur de mentir avec l’infamante étiquette « #FakeNews ». Malheureusement pour lui, il a été démasqué, vidéo à l’appui. Dans la série de billet « Ce n’est pas que d’la com ! », je mets l’accent sur la nécessité de ne pas réduire la communication politique au refrain de Dalida. Pourtant, force est de constater que les professionnels de la politique ne cessent de sous-estimer l’importance de la maîtrise de leurs activités communicationnelles sur les réseaux sociaux numériques, en l’occurrence Twitter, réduisant dès lors leurs interventions en façade d’incompétence et d’irrespect.

Continuer la lecture de C’est pas que d’la com ! – mais que foutent les professionnels de la politique sur Twitter ?

Il faut systématiser la violence symbolique à l’égard des puissants

Le mouvement des gilets jaunes démontre qu’il existe en France un désespoir, une colère et une volonté de changements réels. Les élites, les puissants, les dominants, en gros tous ceux qui profitent de l’organisation politique actuelle, sont directement visés. Quoi qu’on dise sur ce mouvement, pour des raisons individuelles voire égoïstes (parce qu’on est resté coincé sur la route par exemple), ou pour des raisons de classe (la bourgeoisie doit voir d’un mauvais œil cette grogne populaire tandis que les aspirants à cette classe profitent, consciemment ou pas, de l’opportunité pour se distancier de leurs origines populaires), les gilets jaunes pointent les bonnes personnes du doigts dans la mesure où elles ont leur part de responsabilité dans la situation sociale actuelle. Le chômage, les inégalités, les menaces de déclassement ne sont pas des manifestations naturelles mais le résultat de politiques gouvernementales et d’une idéologie prédatrice (le néo-libéralisme). En conséquence, j’aimerais avec ce texte apporter ma modeste pierre à l’édifice gigantesque qui consiste à remettre en cause l’organisation politique dans sa globalité ; et si on se moquait automatiquement des puissants ? Et si chacune de leurs activités de communication rencontraient huées et désapprobations ?

Continuer la lecture de Il faut systématiser la violence symbolique à l’égard des puissants

Courte réflexion sur l'”affaire Benalla” : ce n’est pas que de la communication

Est-il besoin de présenter l’« affaire » Benalla ? Oui ? Alors pour faire court ; c’est l’histoire d’un type qui obtient des privilèges incroyables parce que c’est le copain du président de la République et, un jour, on s’aperçoit que sa situation et son comportement sont inadmissibles. Ce billet ne s’arrêtera pas sur les dimensions politiques, symboliques et juridiques de cette « affaire » ; on ne parlera pas par exemple de ses dominants qui peuvent transmettre, au-delà des normes juridiques et sociales, des avantages à leurs familles ou amis. En revanche, on traitera de la communication, seul moyen de défense utilisé explicitement pour tenter de limiter les dégâts du côté de la présidence.

Continuer la lecture de Courte réflexion sur l’”affaire Benalla” : ce n’est pas que de la communication

Évidence et effet politique du discours

Un discours qui se donne pour objectif d’avoir des effets politiques – c’est-à-dire d’entraîner des comportements particuliers allant dans le sens de l’organisation politique (notamment le règlement des relations entre individus) – tourne autour d’un rapport entre évidence et prudence ou doute. C’est ce que nous allons détailler ci-dessous en mettant en parallèle le recours de la pensée dominante à l’évidence.

Continuer la lecture de Évidence et effet politique du discours

Finance et État : ce que prouve l’analyse de la communication de l’État

Dans l’idéal néo-libéral, l’État se distance de la finance en laissant celle-ci se gérer toute seule. Pourtant, comme le montrent les volontés du gouvernement et de la présidence actuels de libéraliser/privatiser/« marchétiser » la SNCF, c’est l’État qui donnent les moyens à certains secteurs de se “libérer”; la finance ne peut donc se passer d’une intervention de l’État pour sa liberté. Elle peut encore moins se passer de l’État en situation de crise. L’analyse de la communication, en période de crise financière, révèle les rapports que l’État entretient avec la finance. En particulier, elle permet de démontrer deux choses essentielles ; la finance n’est pas une institution naturelle et l’intervention de l’État est indispensable pour que les marchés financiers fonctionnent.

Continuer la lecture de Finance et État : ce que prouve l’analyse de la communication de l’État

C’est pas que d’la com ! – L’insulte et la moquerie sur Twitter

Dans une petite étude faite maison, publiée récemment sur ce carnet, nous avons relevé que les activités de communication du premier ministre Édouard Philippe subissait moquerie et insulte. Plus généralement, ses tweets s’inscrivent dans une pratique critique de la part des usagers de Twitter qui profitent du réseau social numérique pour attaquer l’action du gouvernement. Nous présentons ici des éléments de réflexion qui approfondissent à la fois notre idée du « c’est pas d’la com ! » et le questionnement de la communication de l’État sur les réseaux sociaux numériques.

Continuer la lecture de C’est pas que d’la com ! – L’insulte et la moquerie sur Twitter

Pourquoi communiquer sur Twitter quand on est membre de l’exécutif ? (2/2)

La semaine dernière nous avons évoqué (un peu) la partie « théorique » et la partie « méthodologique » pour analyser les activités de communication du premier ministre sur le réseau social numérique Twitter. Ci-dessous nous allons présenter les résultats et les analyser assez brièvement. Pour finir, nous proposerons des éléments de réflexion qui surgissent au sortir de cette petite étude.

Continuer la lecture de Pourquoi communiquer sur Twitter quand on est membre de l’exécutif ? (2/2)

Pourquoi communiquer sur Twitter quand on est membre de l’exécutif ? (1/2)

Les observateurs de la vie politique française ont sans doute remarqué que la communication de l’État s’était portée sur les réseaux sociaux numériques, Facebook et Twitter entre autre. Cela a contribué a démultiplié les activités de communication à plusieurs dizaines de fois par jour et il devient difficile de parler d’activités de communication de l’État sans perdre en précision. Entre les comptes « personnels » des membres de l’exécutif, des membres de ministère et de la présidence mais aussi des institutions elles-mêmes telles que le gouvernement, le ministère de l’intérieur, le ministère de la Culture, etc., la communication de l’État est éclatée. Précisons tout de suite que nous nous intéressons à l’État incarné par les membres de l’exécutif (les ministres et le Président). Ce billet vise donc à interroger la communication de l’État quand elle passe par des tweets. Disons le d’emblée, cette activité intense de communication nous paraît surprenante compte tenu de l’accueil négatif (moquerie, ironie, accusation d’instrumentalisation, dénonciation des incohérences, voire insultes déguisées) qui lui est réservé. Pourquoi est-ce que les membres de l’exécutif communiquent sur Twitter alors même que les utilisateurs de ce réseau social semblent, en majorité, hostiles à cette communication ? C’est en tous cas l’impression que nous retirons d’une observation, non systématique mais attentive, de plusieurs comptes Twitter rattachés à l’État français. Nous comptons exposer quelques réflexions ainsi qu’une ébauche de méthode et de résultats pour proposer un début de réponse à la question posée plus haut.

Continuer la lecture de Pourquoi communiquer sur Twitter quand on est membre de l’exécutif ? (1/2)

Trois chiffres qui obsèdent l’État

L’État a le souci des chiffres, c’est-à-dire le souci de représenter la société de façon objective. Avec les chiffres et les statistiques, le gouvernement et la présidence sont en mesure de produire, selon A. Desrosières, « un langage à visée universaliste »1. Les plus hauts représentants de l’État, les ministres et le président, affirment la capacité de l’État à décider de l’universel dans la société française. P. Bourdieu2 souligne lui aussi l’universalisation entraînée par une concentration de capitaux aux mains de l’État. En bref, il semble intéressant de se poser la question de l’utilisation du « monopole de l’universel » par les ministres et le président de la République, au travers des chiffres qui les obsèdent ; que nous révèlent ces chiffres sur les priorités de l’État ? à quoi ces chiffres correspondent-ils d’un point de vue idéologique ? quelles sont les implications politiques ces chiffres ? quels sont leurs rôles dans le gouvernement de la société française ? Et plus particulièrement, quels liens sont établis entre la communication et la construction de la réalité via la diffusion et le commentaire des chiffres de l’État ? Nous ne pourrons certainement pas répondre à ces différentes questions dans ce billet, mais nous tenterons de lancer quelques pistes de réflexion, surtout concernant la dernière question.

Continuer la lecture de Trois chiffres qui obsèdent l’État

L’État et la communication : voir au delà des apparences

Les apparences de la communication de l’État sont simples ; des hommes politiques essayent de convaincre, tromper, séduire à l’aide de discours. Dès lors, la communication se montre comme un apparat dispensable et trop utilisé par les professionnels de la politique. Celle-ci est une compétition poussant les joueurs à se mettre en scène constamment par l’intermédiaire de la communication.

Continuer la lecture de L’État et la communication : voir au delà des apparences

Une brève analyse d’un discours de campagne électorale

La pratique de l’achat d’adresse email semble être « en marche ». Ce n’est donc pas surprenant que j’ai reçu un appel à aller voter pour la candidate de ce « mouvement » pour la neuvième circonscription de l’Isère, même si je n’ai jamais effectué la moindre démarche pour donner le moyen à ces individus de tenter de me séduire. L’occasion est alors bonne de présenter une brève analyse de cette lettre de la candidate, Elodie Jacquier-Laforge. On retrouvera, bien loin du discours de renouvellement, des impératifs présents dans le discours politique de l’exécutif français depuis au moins quarante ans, si l’on se base sur mes analyses de corpus effectuées dans le cadre de ma thèse. On se posera la question de la signification de la présence de ces impératifs.

Continuer la lecture de Une brève analyse d’un discours de campagne électorale

Les rapports entre la communication de l’État et la communication européenne : quelques réflexions

À partir de corpus de communications (interviews, discours, conférences de presse) de l’exécutif français, mais aussi de l’exécutif européen (en plus petit nombre), de nombreuses réflexions nous sont venues sur les rapports entre communication de l’État et communication européenne. Les différents éléments présents dans ce texte sont une présentation de ces réflexions ou plutôt une ébauche de réflexion, encore trop abstraite et qui mériterait d’être complétée, vérifiée, modifiée par un travail de terrain plus conséquent1. Nous proposons alors ici, sans prétention, quelques idées qui pourraient expliquer les raisons d’un monopole symbolique, toujours aux mains de l’État, qui pourrait se vérifier justement par les rapports entre communication européenne et communication de l’État pendant une crise financière internationale.

Continuer la lecture de Les rapports entre la communication de l’État et la communication européenne : quelques réflexions