Les 3 types de discours politiques et leurs implications dans les rapports de domination

En complément de l’interview que j’ai donnée à Kawa TV, des vidéastes indépendants (je vous recommande fortement le visionnage de leurs vidéos, c’est un excellent travail de vulgarisation et d’explication des enjeux politiques de différents sujets abordés), ce billet approfondira une question effleurée dans cette interview, celle des types de discours politiques. Je commencerai par présenter 3 types de discours politiques puis j’expliquerai les implications politiques de ceux-ci dans les rapports de domination, c’est-à-dire les rapports par défaut inégalitaires dans la société, en particulier les rapports politiques.

Continuer la lecture de Les 3 types de discours politiques et leurs implications dans les rapports de domination

Communication de l’Etat et COVID-19 : un tout petit commentaire sur l’infantilisation

Comment résister à l’envie de commenter la communication étatique en ces temps de crise alors qu’on a fait une thèse sur ce sujet ? Hé bien on peut pas… du coup je me sens dans l’obligation – citoyenne et personnelle – de livrer un petit commentaire qui, s’il n’aura pas la force de l’originalité, servira peut-être à mettre des mots sur des impressions présentes chez certaines personnes ; l’État et ses représentant-e-s nous prennent pour des gamins ! Pourquoi ?

Continuer la lecture de Communication de l’Etat et COVID-19 : un tout petit commentaire sur l’infantilisation

Le danger logique de la confusion entre membre de classe et classe

S’il y a bien une chose qui m’étonne, c’est la capacité de professionnel-le-s de la politique, des experts à la mode, des éditorialistes, en gros des défenseur-e-s d’une hégémonie néo-libérale, à croire que leurs idées et pensées épuisent totalement la réalité. C’est dingue non ? Imaginez pouvoir faire le tour de rien de plus complexe et vaste que la réalité, la société ou le politique avec vos seules idées et pensées. Comme j’hésite à qualifier cette opération intellectuelle de pathologique, je tomberai alors plus facilement du côté du cynisme en soulignant que c’est une technique rhétorique, destinée à pour imposer son avis.

Continuer la lecture de Le danger logique de la confusion entre membre de classe et classe

Résultats bruts de l’enquête sur la communication politique

Cette page ne contient aucun élément d’analyse ou d’interprétation. Elle présente seulement les résultats du questionnaire que j’ai effectué dans le cadre d’une étude indépendante – sur le plan financier et institutionnel – à propos de la réception de la communication politique. Il s’agissait de savoir ce que les citoyens et les citoyennes françaises pensaient de la communication des professionnels de la politique.

Continuer la lecture de Résultats bruts de l’enquête sur la communication politique

3° La réception critique de la communication politique : méthode et méthodologie

Ce billet fait suite aux deux billets de réflexion théorique sur la réception et la critique citoyenne. Ici, j’entame une réflexion sur la méthodologie à employer pour mener à bien cette recherche sur la réception critique citoyenne des activités communicationnelles des professionnel-les de la politique. Etant donné que c’est ce que pensent les citoyennes et citoyens qui m’intéressent, il est logique de se tourner vers la méthode des entretiens. Dans un premier temps, je justifierai ce choix en indiquant le type d’entretien choisi et ses raisons. Dans un second temps, je proposerai une manière de travailler avec ces entretiens pour la suite de la recherche.

Continuer la lecture de 3° La réception critique de la communication politique : méthode et méthodologie

Peut-on guérir le président et son gouvernement ? Entre névrose voire psychose et conflits de réalité

Les déclarations de nos membres de l’exécutif – président et ministres – m’inquiètent, ou plus exactement, suscitent chez moi, observateur de la vie politique, un profond sentiment d’incompréhension. S’il s’agissait de voisins un peu farfelus, je saurais fermer l’œil ; mais là il est tout de même question de personnes prenant des décisions impactant le quotidien de dizaines de millions d’individus. Il y a en effet de quoi se ronger les ongles ! La principale source d’agitation de mes sourcils, qui en deviendraient froncés à la verticale, concerne le rapport pathologique que les membres de l’exécutif entretiennent  avec la réalité. Je poserai alors la question suivante ; peut-on guérir le président et son gouvernement ?

Continuer la lecture de Peut-on guérir le président et son gouvernement ? Entre névrose voire psychose et conflits de réalité

C’est pas que d’la com ! – pourquoi la communication politique n’entraîne aucune action ?

La communication politique, c’est-à-dire la communication des pros de la politique (en particulier les élu-e-s aux échelons nationaux), pose problème. La critique qui revient le plus souvent peut être résumé comme suit : « C’est que d’la com ! ». Cette expression condense les reproches formulées par les citoyens et citoyennes : la communication triche, ment, exagère et n’entraîne aucun effet. J’ai pu démontrer dans cette série de billet que, au contraire, ce n’est pas que d’la com ! La communication traduit des rapports de domination, de force qui ont lieu entre gouvernants et gouvernés. Par l’intermédiaire de leurs discours, les premiers démontrent qu’ils gouvernent sans volonté d’échange avec le peuple – ils annoncent des réformes, ils ne proposent pas. En exigeant des discours, le peuple réclame une transparence et pose la contrainte, entre autres, de justification aux pros de la politique. Toutefois, pourquoi est-ce que la communication politique semble, si souvent, n’entraîner aucune action – ce qui est annoncé ou promis ne se réalise pas ?

Continuer la lecture de C’est pas que d’la com ! – pourquoi la communication politique n’entraîne aucune action ?

C’est pas que d’la com ! – D’autres types de communication 2

Ce billet est une suite du billet sur la signification concrète du gouvernement par la communication. On avait conclu, en partant de la sagesse populaire qui oppose action et communication (disant « ils ne font que parler et rien d’autre »), que la communication politique revenait à s’appuyer sur la croyance confiée par les citoyens en la réalisation des actions proposées lors des activités de communication. Bien entendu, ces dernières défendent des normes, valeurs et mythes collectif, mais j’avais insisté sur cette dimension pousse-au-crime-éthique du gouvernement par la communication, c’est-à-dire le risque constant de manipulation et tromperie dans l’utilisation de la communication pour diriger la société. Pourtant ce n’est pas la fin du monde-communication, il est possible de faire autrement, et cette différence doit nous interroger sur la communication et le gouvernement. Après avoir résumé différents types de communication possible – plus détaillés ici -, je reviendrai, dans un second temps, sur les implications politiques d’un changement radical dans la communication.

Continuer la lecture de C’est pas que d’la com ! – D’autres types de communication 2

C’est pas que d’la com ! – ca veut dire quoi concrètement gouverner par la communication ?

Gouverner par la communication ça veut dire quoi concrètement ? Habituellement, en sciences humaines et sociales et dans le milieu professionnel de la communication (communication publique et communication politique comprises), on obtient deux réponses. Tout d’abord, il s’agit d’instaurer des normes nouvelles ou de les maintenir, surtout quand les « pouvoirs publics » sont dans l’incapacité de forcer ces normes ou de vérifier qu’elles sont suivies (voir l’exemple préféré des chercheurs et chercheuses sur le préservatif). Ensuite, il est question de fabriquer une cohésion commune, en produisant et entretenant des valeurs et mythes collectifs (république, fraternité, justice, « sauver la planète », égalité homme/femme).

Continuer la lecture de C’est pas que d’la com ! – ca veut dire quoi concrètement gouverner par la communication ?

De quoi parleront les pro de la politique lors de la prochaine crise financière ?

Alors que l’on annonce une grosse crise financière (internationale) à venir, ici1 et là2, on peut déjà s’interroger sur la réponse ou les réponses apportées par les professionnels de la politique, surtout celles et ceux qui nous dirigent. En partant de l’analyse de contenu menée pendant ma thèse, je vais jouer avec une boule de cristal et prédire les discours des futur-e-s ministres et du président (voire de la présidente mais faut pas trop rêver quant à l’état d’esprit ouvert envers les femmes dans l’« arène politique »).

Pour info, cette analyse de contenu a porté sur trois événements de crise financière ; le krach boursier de 1987, la crise asiatique de 1997-1998 et la crise des subprimes de 2007-2008. J’en ai retiré des ressemblances assez fortes dans les discours des membre de l’exécutif (ministres + président) qui me font dire qu’elles feront aussi leur apparition lors de la prochaine crise financière.

Continuer la lecture de De quoi parleront les pro de la politique lors de la prochaine crise financière ?

Critiquer la communication politique ; pour quelle raison ?

Dans ce carnet j’ai insisté de nombreuses fois sur l’importance de la communication dans le gouvernement de la société française en remettant en cause l’expression classique « c’est que d’la com ». Je le répète encore une fois, une critique de la communication politique formulée ainsi passe à côté du principal ; la communication s’insère dans des rapports de domination et sert au gouvernement de la société. Si elle n’était qu’une apparence elle n’aurait pas tant de place dans la vie politique nationale, ni ne serait l’objet de tant de discussions ; dans une organisation politique, même les illusions laissent des traces physiques, même la communication quand elle est trompeuse et n’est suivie d’aucun acte, reste au service d’une tentative de contrôle des citoyens et citoyennes, donc au service d’une manipulation des corps et des esprits – précisons jamais absolue et jamais sans échec. J’aimerais alors m’arrêter dans ce billet sur une distinction cruciale à opérer quand on parle de critique de la communication politique ; est-ce une critique qui porte sur l’apparence, le vent, le refrain Dalida de la com, ou est-ce une critique concernant la caractéristique gouvernementale de la communication ?

Continuer la lecture de Critiquer la communication politique ; pour quelle raison ?

2° La réception critique de la communication politique : la critique citoyenne

Dans le billet précédent, j’ai souligné l’activité des récepteurs dans leur pratique de réception. Cette conception s’inscrit dans le refus de penser ces récepteurs passifs quand ils comprennent ou essayent de comprendre une production discursive. J’ai fini alors par interroger une réception critique des activités de communication politique de la part des citoyen-nes. Dans le présent billet, deux taches se présentent pour poursuivre une réflexion sur la dimension critique d’une activité de réception. Dans un premier temps, il s’agit de savoir quelle conception (politique) des citoyens est mobilisée. Est-ce je m’inscris dans une perspective misérabiliste ou populiste, pour reprendre les termes de P. Grignon et J.-C. Passeron (1989) ? Est-il possible de se trouver dans un entre-deux, reconnaissant la force de la domination et les capacités d’émancipation des dominés ? Dans un second temps, je commencerai à produire notre objet de recherche, la réception critique des activités de communication politique, en faisant le parallèle avec la posture épistémologique choisie.

Continuer la lecture de 2° La réception critique de la communication politique : la critique citoyenne

La communication de l’État et le politique : c’est pas que d’la com

Ce texte se veut un point d’éclaircissement sur une partie déterminante de la façon de gouverner actuelle ; la communication de l’État. Trop souvent, cette dernière est uniquement associée à la politique alors qu’elle est aussi liée au politique. Il n’y a pas que des paillettes dans la communication, il y a également des bottes. Plus exactement, c’est l’alliance de la parole à la violence qui caractérise les rapports de domination en France, rapports très bien illustrés par la communication de l’État.

Continuer la lecture de La communication de l’État et le politique : c’est pas que d’la com

La « communication (politique) twitter » est un échec

La fake-news, ou plutôt tentative de désinformation concernant l’envahissement de l’hôpital de La Pitié-Salpêtrière par des manifestants le premier mai, est la goutte d’eau de trop, dans un océan de mensonges et coups-bas ; même l’opposition politique, pourtant pas les premiers à s’attaquer aux figures de pouvoir, demande une démission du ministre de l’intérieur1. Au-delà de tout ce que ça nous dit sur le mode de gouvernement en lui-même, j’aimerais attirer l’attention sur l’échec qu’est la « communication twitter » ; par cette expression j’entends la communication rapide, à base de déclaration courte, faite pour choquer, susciter des émotions de colère ou d’espoir, et dont l’objectif est de mobiliser un soutien, sans plus d’effort que celui d’essayer de toucher une corde sensible – ce qui en dit long sur la manière dont les gouvernants conçoivent les citoyens, c’est-à-dire des idiots n’obéissant qu’à leurs sentiments. Cette « communication twitter », qu’elle se passe sur ce réseau social numérique (RSN) ou un autre, échoue selon trois raisons que je vais développer plus bas.

Continuer la lecture de La « communication (politique) twitter » est un échec

1° La réception critique de la communication politique : réception et domination

Après avoir effectué une thèse sur la communication de l’État, en analysant uniquement les « producteurs » et les « productions », je ressens la nécessité d’aller voir du côté des « récepteurs », des cibles, des citoyens à qui les activités de communication sont destinées. À la fin de ma réflexion en doctorat, je proposais la piste de travail suivante : l’existence d’une critique citoyenne de la communication est-elle une critique d’une façon de gouverner la société française ?

Dans une série de trois billets, j’exposerai un « projet » de recherche indépendante, tant sur le plan financier que sur le plan institutionnel – car il apparaît important de me laisser des marges de manœuvre suffisante face à la frilosité vis-à-vis d’une conception politique de la science. Ici, je commencerai par décortiquer la notion de réception, en mettant l’accent sur un rapport entre cette notion et des conceptions possibles des récepteurs ainsi qu’avec la notion de domination.

Continuer la lecture de 1° La réception critique de la communication politique : réception et domination