Tous les articles par Mathieu Fusi

Pourquoi le gouvernement et le président sont en train de tuer l’humour politique ?

Imaginez ce que ça fait aujourd’hui d’être un-e humoriste qui commente l’actualité politique. Imaginez que votre métier vous amène à caricaturer, exagérer, créer des situations absurdes pour susciter le rire. Maintenant imaginez que vous voulez faire une blague sur la déconnexion des ministres avec la réalité quotidienne des Français-es, et que vous voyez la ministre de l’Éducation inventer une vie scolaire à ses enfants. Imaginez bricoler une scénette se moquant du fait que les pros de la politique mentent sans arrêt et constater que le ministre de l’Économie et des Finances vous vole la vedette avec des mensonges sur les prévisions budgétaires. Imaginez ridiculiser des ministres en leur créant un réflexe de prononciation de phrases sans logique, et entendre Gabriel Attal justifier la nouvelle réforme du chômage en expliquant qu’en diminuant la durée d’indemnisation du chômage, les personnes concernées vont trouver un emploi plus rapidement. Imaginez rédiger une situation fictive, dans laquelle le gouvernement dit quelque chose et fait l’inverse, avant d’apprendre que Bruno le Maire discourt sur la nécessité de ne pas vendre des armes aux régimes autoritaires. N’auriez-vous pas alors l’impression que votre métier est en train de changer ?

En effet, des questions se posent à propos des humoristes qui s’attaquent à la vie politique ; sont-ils et elles encore des humoristes ou sont-ils et elles de simples compteurs et compteuses ? La fiction qu’ils et elles peignent ne ressemblerait-elle pas de plus en plus à la « réalité » ? Peut-on seulement se moquer d’une situation si absurde qu’elle écrit elle-même son propre récit humoristique ? Ne suffit-il pas de simplement décrire pour faire rire de la politique et du gouvernement ?

Si cette réflexion pèche volontairement par un grossissement, l’intérêt est de porter la loupe sur une dynamique que je considère croissante dans la manière de gouverner : un détachement vis-à-vis d’une congruence dans la construction de la réalité. Si l’on suit le sociologue allemand Norbert Elias, la congruence à la réalité crée dans les discours un lien entre les objets décrits et les connaissances, comprises ici comme des éléments sociaux partagés, notamment par le langage (Elias, 2015). J’ajouterais que la congruence appelle une forme de logique qui ouvre, a minima, la possibilité de rattacher un propos à du concret. Sinon on baigne totalement dans l’imaginaire, le flou ou la désinformation. Dit autrement, en ce qui nous concerne, les membres de l’exécutif, dans leurs activités de communication, semblent peu soucieux et soucieuses de faire preuve d’une cohérence globale, d’adjoindre les faits qu’ils établissent à d’autres faits, de donner des connaissances qui résonnent avec des faits que tout le monde peut constater, de lier entre eux les discours prononcés, de contraindre leurs expressions à respecter une logique, qui permettrait à chacun-e de comprendre aisément leurs propos. Ce billet interroge donc les conséquences de l’absurde en politique et son rapport avec l’humour politique.

Continuer la lecture de Pourquoi le gouvernement et le président sont en train de tuer l’humour politique ?

De quoi la méthode est-elle le nom ?

Ce billet m’a été inspiré par une discussion que j’ai eue plus tôt dans le mois avec une personne qui propose une rupture méthodologique. Les ruptures, au même titre que les crises pour les phénomènes sociaux, révèlent les éléments au fondement de l’activité concernée. En proposant quelque chose de nouveau, qui questionne les barrières posées entre méthodes qualitatives et quantitatives, la rupture méthodologique met en lumière le caractère théorique, trop lisse dirais-je, des méthodes. C’est sur ce point que j’aimerais rapidement insister dans ce billet.

Continuer la lecture de De quoi la méthode est-elle le nom ?

A-t-on encore le droit d’être au chômage ?

Cette question, volontairement provocante, me frappe souvent l’esprit depuis que je suis au chômage. Le traitement qui m’a été réservé par Pole Emploi-France Travail, ainsi que les retours que j’ai des différentes personnes qui subissent le même sort, m’amène à penser que le chômage est en train de perdre sa qualité de droit. Il deviendrait une sorte de droit conditionné au mérite, une sorte de droit d’élu-es, qui ne s’obtiendrait qu’après démonstration qu’on a bien ce qu’il faut pour le mériter. Ce billet se situe donc à mi-chemin entre le journal de bord et la réflexion plus large (pauvre petite bête réflexif que je suis).

Continuer la lecture de A-t-on encore le droit d’être au chômage ?

L’envie de représentation : paradoxe de la méfiance et la défiance envers les pros de la politique ou le crève-cœur de l’anarchie

Il existe chez certain-es citoyen-nes, même situé-es bien à gauche, une envie de représentation, une envie d’être défendu-es par un-e représentant-e : c’est le constat que j’ai formulé à l’analyse d’une cinquantaine d’entretien à propos de la communication politique. Et ce constat m’est revenu de plein fouet ces derniers temps, lorsque je réfléchissais sur les électorats du FN/RN ici et . C’est le paradoxe souligné par Gaxie (2017) : de nombreux électeurs et électrices se déclarent méfiantes et défiantes envers les institutions étatiques et les pros de la politique, mais ils et elles votent tout de même. J’ai donc décidé de déterrer cet extrait – remanié pour être plus lisible dans le cadre d’un billet de blog – d’un ouvrage non publié, que j’ai écrit sur la réception critique citoyenne de la communication politique. Dit autrement, j’ai analysé à l’aide d’entretiens ce que pensaient les citoyen-nes de la communication politique.La réflexion que je développe ci-dessous permet, selon moi, d’apporter des éléments de réponse à la question suivante : pourquoi des personnes qui critiquent négativement la communication politique voire pour certain-es la démocratie représentative, continuent à voiler être représentées ?

A garder en tête dans la lecture de cet extrait : il a été écrit principalement entre 2020 et 2021. Continuer la lecture de L’envie de représentation : paradoxe de la méfiance et la défiance envers les pros de la politique ou le crève-cœur de l’anarchie

Pourquoi voter pour le FN/RN ? Réponses critiques au choix de l’extrême droite

Ce billet s’inscrit dans une réflexion en deux parties sur Marine Le Pen (MLP) et son parti. Dans le premier, j’ai examiné les éléments prouvant le caractère de cassos institutionnelle de la cheffe du Rassemblement national. Ci-dessous, je vais examiner les trois grandes raisons, telles qu’elles se dégagent dans les analyses que j’ai pu lire, qui semblent expliquer le vote FN/RN. J’opposerai à chacune de ces raisons des arguments pour démontrer qu’elles sont infondées politiquement.

Continuer la lecture de Pourquoi voter pour le FN/RN ? Réponses critiques au choix de l’extrême droite

Marine Le Pen, la cassos institutionnelle typique

Dans un autre billet, je proposais une redéfinition de l’insulte « cassos » afin de pointer du doigt les vrais profiteurs et profiteuses du « système ». Après un court rappel de la définition du ou de la cassos institutionnelle, je vais développer un exemple typique, à savoir Marine le Pen (MLP). Son cas est d’autant plus intéressant que son parti attire un vote « anti-système » (Marchand-Lagier, 2017 ; Mayer, 2002), alors qu’elle est objectivement la digne représentante de cette classe profiteuse de l’organisation politique qu’elle prétend combattre. Les contradictions n’épargnent en effet pas ce parti xénophobe, comme leur discours « anti-média » alors que ses différent-es membres développent des stratégies pour y passer (Dahani, 2017). Toutefois, je pense indispensable de casser l’image de faux-rebelles que le RN/FN se donne. Si ce parti pratiquait vraiment une politique dégagiste une fois au pouvoir, MLP en serait la première victime.

Ce billet s’inscrit dans une réflexion et une démonstration, en deux parties, à propos de la déjà candidate aux présidentielles de 2027 Marine Le Pen. Cette dernière n’est pas l’amie du peuple populaire, n’est pas non plus la présidente d’un parti respectable, débarrassé de toute forme de racisme et de discrimination. À l’aide de la littérature scientifique sur le FN/RN et sur Marine Le Pen, ainsi que des exemples tirés de sa biographie et de l’actualité politique, je vais démontrer ci-dessous en quoi Marine le Pen est une cassos institutionnelle dans toute sa splendeur. Et dans un prochain billet, je répondrai de façon critique aux raisons de voter le FN/RN.

Continuer la lecture de Marine Le Pen, la cassos institutionnelle typique

Macron est-il l’incarnation du mythe de l’entrepreneur politique ?

Cette question vient spontanément à l’esprit quand on observe le président parler et ses soutiens – médias dominants, pros de la politique, leaders d’opinions en tous genre (intellectuel-les, éditorialistes) – parler de lui. Dans un premier temps, je vais essayer de constater si Manu possède bien les caractéristiques de l’entrepreneur, telles que Galluzzo les a définies. Il faudra bien sûr nuancer car un professionnel de la politique n’est pas un agent économique. Dans un second temps, à l’aide d’une pirouette effectuée avec la plus grande agilité, j’aimerais insister sur le fait qu’on s’en fout. Mais, justement, le fait qu’on puisse se poser la question amène d’autres questions, bien plus pertinentes pour l’analyse de l’organisation politique dans une perspective critique.

 

Continuer la lecture de Macron est-il l’incarnation du mythe de l’entrepreneur politique ?

Pourquoi je me suis fait défoncer pendant ma soutenance de thèse ?

Dans un autre billet, j’ai longuement exposé l’expérience affreuse que fut ma soutenance : une humiliation longue, publique et violente . Presque sept ans plus tard, avec le recul nécessaire, des connaissances et des expériences supplémentaires à l’université, j’aimerais m’interroger sur les raisons de ce défonçage en règles. Ce texte sera plus personnel que les habituels, parce que me replonger dans cet événement me rend mal à l’aise. Toutefois, je crois qu’il y a des enseignements précis à retirer, même s’ils font partie d’une réflexion à l’interrogatif.

Continuer la lecture de Pourquoi je me suis fait défoncer pendant ma soutenance de thèse ?

Ces fausses bonnes idées sur la thèse

La thèse baigne dans un flou artistique. Un-e doctorant-e ne sait pas toujours ce qu’il ou elle fait, ni ce qu’on attend de lui ou elle. Il existe bien des attentes, mais quand on pousse les énonciateurs et énonciatrices de ces attentes à exprimer clairement ce qu’ils et elles veulent bah… c’est le vide. Je me souviens, désormais avec amusement, de la parade de ma directrice de thèse pour éviter de reconnaître son ignorance : « allez voir la thèse ou la thèse d’un-e tel-le ». En gros, elle me renvoyait à la tambouille interne d’un-e autre doctorant-e pour ne pas avoir à reconnaître l’existence de cette tambouille – qui est présente dans n’importe quelle recherche en fait. Mon expérience de thèse fut aussi entachée par quelques fausses bonnes idées, des odes à peine déguisés au productivisme, à l’hyperspécialisation, à l’abandon du soin de soi, au sur-engagement et au sacrifice de soi pour un avenir incertain… Ces fausses bonnes idées contribuent au flou artistique de la thèse car elles ne sont jamais clairement expliquées et correspondent à des normes implicites, des pressions supplémentaires qui sont cachées dans l’ombre.

Continuer la lecture de Ces fausses bonnes idées sur la thèse

Qui sont les cassos ? Pour une redéfinition d’une insulte de classe

Traiter quelqu’un de cassos n’est pas anodin. J’aimerais revenir brièvement sur les caractéristiques de cette insulte, avant d’en proposer une redéfinition pour viser les vrais profiteurs et profiteuses de notre société. Selon moi, il ne fait aucun doute qu’une personne qui bénéficie du RSA n’a rien d’une cassos, tandis que, par exemple, un haut fonctionnaire ou une secrétaire d’État qui fait sa carrière dans les services de l’État avant d’aller pantoufler rassemble tous les critères pour être traitée de cassos.

Continuer la lecture de Qui sont les cassos ? Pour une redéfinition d’une insulte de classe

Conseils pour les étudiant-es

Je suis pas un vieux prof, mais quand on passe la trentaine, qu’on commence à avoir des cheveux blancs et mal au dos tous les matins au réveil, on se sent enthousiaste à l’idée de partager quelques bons conseils de vie. Dans ce billet, je m’adresse directement aux étudiant-es, mes étudiant-es et les autres, à propos de manières de faire, d’attitudes à adopter, des dispositions intellectuelles dans lesquelles se glisser, qui me semblent indispensables pour à la fois réussir mais aussi, et surtout, apprécier ses études. Voici donc les bons conseils de M. FUSI ® !

Continuer la lecture de Conseils pour les étudiant-es

Les limites du monopole de la représentation-incarnation – réflexions sur la communication de l’État

Dans ce billet, je vais expliquer pourquoi l’analyse de la communication politique, qui affiche typiquement le fonctionnement de l’organisation politique, est un bon moyen les mises en cause de cette organisation politique. Les critiques adressées à la communication politique et les difficultés dans lesquelles se trouvent empêtrées les pros de la politique au plus haut niveau trouvent, selon moi, une parfaite démonstration dans les limites de la représentation-incarnation. Autrement dit, la légitimité des pros de la politique du plus haut niveau, à savoir les membres de l’exécutif (président et ministres), à incarner l’État ne rencontre plus du tout la même adhésion et fait l’objet d’une remise en cause que les pros de la politique ne parviennent pas à conjurer. Ce billet sera bâtard par essence, à mi-chemin entre spéculations et données empiriques.

Continuer la lecture de Les limites du monopole de la représentation-incarnation – réflexions sur la communication de l’État

Qu’est-ce que la communication du gouvernement et de la majorité concernant la réforme des retraites nous apprend sur l’organisation politique ?

Pendant ma thèse, je suis parti du postulat qu’une situation de crise mettait en avant les éléments fondateurs, structurants d’une société. La réforme des retraites, sans pour autant être une « situation de crise » à proprement parler, révèle, selon moi, les mêmes éléments. Elle fait ressortir des choses si grossières et si caractéristiques qu’elle est un moment privilégié pour analyser ce qui est au fondement de notre organisation politique. Et à nouveau, la communication politique est une porte d’entrée particulièrement intéressante pour analyser cette organisation. Je vais donc m’interroger sur ce que les activités de communication des ministres et des député-es de la majorité à propos de la réforme de la retraite nous apprennent sur notre « démocratie représentative ».

Continuer la lecture de Qu’est-ce que la communication du gouvernement et de la majorité concernant la réforme des retraites nous apprend sur l’organisation politique ?