Pourquoi et comment commencer à écrire sa thèse le plus tôt possible ?

Comme j’ai pu l’écrire ailleurs, la rédaction est l’étape de montagne d’une thèse : endurance, douleur, transpiration, envie d’abandon, montée d’adrénaline. On a tout le cocktail faisant de cette expérience une véritable épreuve. Pourtant, au même titre qu’un défi sportif, le jour de l’épreuve ne doit pas constituer le premier pas, mais, au contraire, un geste répété. Autrement dit, il faut s’entraîner à l’écriture d’une thèse pour que la rédaction soit la plus « simple » possible, ou au moins la plus agréable. Je vais donc insister dans ce billet sur le fait, le principe même, de commencer à écrire sa thèse le plus tôt possible.

Continuer la lecture de Pourquoi et comment commencer à écrire sa thèse le plus tôt possible ?

Merci Trump

Merci Trump ! Non pas pour le personnage que tu as incarné ou les idées que tu as défendues (bien qu’elles ne soient pas toutes à jeter par la fenêtre), ou les différents scandales que tu as entretenus pour soigner ton égo en manque constant d’attention (mes compatriotes sauront reconnaître un certain président français souffrant du même mal). Non rien de ça ; merci Trump pour avoir mis en lumière avec autant d’éclats tous les problèmes qui traversent la communication politique aujourd’hui et que je vais discuter rapidement ci-dessous.

Continuer la lecture de Merci Trump

Pourquoi les pros de la politique mentent ?

Pourquoi les pros de la politique mentent ? Cette question revient souvent dans la réflexion des personnes qui s’interrogent sur la vie politique. Je vais tenter d’apporter plusieurs réponses. Après cette introduction la plus brève de l’histoire, rentrons dans le vif du sujet.

Continuer la lecture de Pourquoi les pros de la politique mentent ?

La méthodologie est un joyeux bordel

Les doutes et le cafouillage s’exposent difficilement dans la science, tant et si bien que lorsqu’un ou une chercheuse parle de ses travaux, il se dégage une impression de maîtrise absolue. Rien n’est moins vrai – à part peut-être pour quelques génies évoluant dans un environnement où tout est contrôlable. Il ne faut donc pas stresser ou s’en vouloir si vous pensez faire n’importe quoi avec votre méthodo, à moins de faire vraiment n’importe quoi. J’expliquerai donc dans un premier temps comment mettre en œuvre une méthodologie si ignoble qu’elle répugnerait même les théoriciens les plus abstraits. Dans un deuxième temps, je m’attarderai sur les raisons qui font de la science un joyeux bordel, avant, dans un troisième temps, d’illustrer comment ce bordel se déploie dans la méthodologie – en l’occurrence la mienne pendant ma thèse.

Continuer la lecture de La méthodologie est un joyeux bordel

Pourquoi l’absence de changement réel de Macron était prévisible ?

Manu Macron avait parlé du changement, de la réinvention, de la remise en question, en bref de la survenue d’un « monde d’après ». Les plus cyniques avaient pouffé de rire, les autres, celles et ceux qui voulaient y croire, ont désormais de quoi être déçu-e-s. Réforme des retraites relancée, réforme du chômage annoncée, lenteur de la prise de décision pour le « capitalisme vert », un remaniement de façade, une arrogance et une incapacité à reconnaître ses erreurs toujours aussi présentes dans ses discours, Macron n’a pas du tout changé. Au-delà, certain-e-s pourraient regretter aussi l’absence d’un discours réellement « nouveau », critiquant le néo-libéralisme et la mondialisation voire la construction européenne – bien trop orientée vers la libre concurrence. Pourtant, en dressant un parallèle entre deux événements de crise, le covid et les crises financières internationales, il est possible de comprendre que la critique des idéologies dominantes n’est pas le point fort des membres de l’exécutif français, et que cette absence ou presque de critique est révélatrice d’un engagement dans ces idéologies.

Continuer la lecture de Pourquoi l’absence de changement réel de Macron était prévisible ?

C’est pas que de la com ! – c’est du foutage de gueule aussi

Un court billet pour parler de ce cher Alain Carignon (AC), candidat aux élections municipales de Grenoble 2020. Afin d’assurer sa promotion, AC a cru bon, dans un geste purement écolo, d’imprimer un petit bouquin intitulé « Alain Carignon est un homme libre ». Bien entendu je ne l’ai pas lu en entier, je ne peux pas supporter autant d’ironie et de discours, que d’aucun qualifieront de novlangue, d’autres de blabla ; pour moi c’est surtout un pur discours de campagne, où il importe de se construire l’image la plus séduisante possible tout en jouant avec les atouts et les défauts que l’on possède. Malgré tout on retiendra une chose, la communication politique c’est quand même bien du foutage de gueule parfois. Ce billet sera donc plus un message de ras-le-bol d’un citoyen qui aimerait bien qu’on le respecte au lieu de le prendre pour un idiot et qu’on poste dans sa boite aux lettres des documents tout juste bons à finir dans la poubelle (bleue) – je précise aussi que je ne soutiens aucun parti, ni ne vote, il ne s’agit donc pas d’une attaque politique déguisée.

Continuer la lecture de C’est pas que de la com ! – c’est du foutage de gueule aussi

Quelques arguments pour (imposer) le vote et une réponse critique

Il y a quelques temps une personne m’a tenu un discours sur l’importance du vote auxquels je n’ai pas répondu, les circonstances ne s’y prêtant pas. Pourtant, ce discours, dont je reprendrai les idées essentielles, était extrêmement intéressant car il condensait en quelques minutes, les principaux arguments présentant, ou plutôt imposant le vote comme une nécessité indépassable de la vie politique. Je ne remettrai pas en cause l’importance du vote dans la démocratie représentative, mais je n’en ferai sûrement pas l’alpha et l’oméga de la participation et de l’engagement citoyen.Voici donc quelques réponses critiques à ces arguments.

Continuer la lecture de Quelques arguments pour (imposer) le vote et une réponse critique

La méthode de l’entretien, libre ou semi-directif ?

Les entretiens sont très utiles pour récupérer des témoignages et des réflexions sur une population et sur un sujet qui nous intéressent. L’éternelle question se pose alors ; faut-il mieux faire des entretiens semi-directifs ou libres ? Je vais développer plus bas l’idée que la distinction entre ces deux types d’entretien importe assez peu au final, tant la personnalité de l’interviewé-e et la relation sociale qui se noue, durant l’entretien, sont déterminantes.

Continuer la lecture de La méthode de l’entretien, libre ou semi-directif ?

Corpus de terrain, corpus théorique : pour quoi faire ?

Ce court billet servira à mettre au clair la différence entre un corpus de terrain et un corpus théorique. Un corpus est un ensemble de documents sélectionnés selon des critères cohérents en vue de réaliser un objectif spécifique.

Continuer la lecture de Corpus de terrain, corpus théorique : pour quoi faire ?

C’est quoi la réalité ?

Je sors du visionnage d’une interview où les intervenant-e-s évoquaient la réalité – et donc sa meilleure amie, la vérité – et, comme à chaque fois, une gêne m’a saisi ; de quelle réalité est-il question ? De la réalité construite des constructivistes ou de la réalité véritable des positivistes ? Ou un mélange des deux ? Car là où ça devient compliqué, toujours dans cette interview mais elle est très représentative, c’est qu’une des intervenantes reconnaît que la réalité peut avoir plusieurs formes tout en ne cessant de parler de « la réalité » et non d’« une des réalités ». Ce court billet me servira à faire le point sur ce concept tel que je le conçois (à l’heure actuelle, un certain 28 avril 2020 à 10h17).

Continuer la lecture de C’est quoi la réalité ?

Les 3 types de discours politiques et leurs implications dans les rapports de domination

En complément de l’interview que j’ai donnée à Kawa TV, des vidéastes indépendants (je vous recommande fortement le visionnage de leurs vidéos, c’est un excellent travail de vulgarisation et d’explication des enjeux politiques de différents sujets abordés), ce billet approfondira une question effleurée dans cette interview, celle des types de discours politiques. Je commencerai par présenter 3 types de discours politiques puis j’expliquerai les implications politiques de ceux-ci dans les rapports de domination, c’est-à-dire les rapports par défaut inégalitaires dans la société, en particulier les rapports politiques.

Continuer la lecture de Les 3 types de discours politiques et leurs implications dans les rapports de domination

Communication de l’Etat et COVID-19 : un tout petit commentaire sur l’infantilisation

Comment résister à l’envie de commenter la communication étatique en ces temps de crise alors qu’on a fait une thèse sur ce sujet ? Hé bien on peut pas… du coup je me sens dans l’obligation – citoyenne et personnelle – de livrer un petit commentaire qui, s’il n’aura pas la force de l’originalité, servira peut-être à mettre des mots sur des impressions présentes chez certaines personnes ; l’État et ses représentant-e-s nous prennent pour des gamins ! Pourquoi ?

Continuer la lecture de Communication de l’Etat et COVID-19 : un tout petit commentaire sur l’infantilisation

Le danger logique de la confusion entre membre de classe et classe

S’il y a bien une chose qui m’étonne, c’est la capacité de professionnel-le-s de la politique, des experts à la mode, des éditorialistes, en gros des défenseur-e-s d’une hégémonie néo-libérale, à croire que leurs idées et pensées épuisent totalement la réalité. C’est dingue non ? Imaginez pouvoir faire le tour de rien de plus complexe et vaste que la réalité, la société ou le politique avec vos seules idées et pensées. Comme j’hésite à qualifier cette opération intellectuelle de pathologique, je tomberai alors plus facilement du côté du cynisme en soulignant que c’est une technique rhétorique, destinée à pour imposer son avis.

Continuer la lecture de Le danger logique de la confusion entre membre de classe et classe

Analyse du questionnaire : les principaux enseignements

Ce billet est la suite directe des résultats bruts du questionnaire sur la communication politique que j’ai mené pendant quelques mois. Au total, 71 personnes ont répondu, ce qui est assez peu mais suffisant pour une porte d’entrée. En effet, je suis plutôt intéressé par la méthode par les entretiens libres, plus efficaces pour obtenir des informations détaillées sur ce que pensent les citoyen-ne-s de la communication politique. Dans ce billet, j’expose ce qui sont, selon moi, les principaux enseignements du questionnaire

Continuer la lecture de Analyse du questionnaire : les principaux enseignements