La courbe au point 6. Arrêtons de parler de système, nommons les choses

Il n’est pas rare d’entendre des critiques du « système » ; c’est de sa faute, il nous contrôle, certains profitent du « système », il est mal fait, on doit le changer, etc. Pourtant, et comme pour toutes luttes politiques, il existe un combat sémantique à mener pour donner une véritable portée à la critique du « système ». J’évoquerai brièvement dans ce billet différents points importants concernant la nécessité d’arrêter de parler de « système » et les dégâts causés par ce terme.

Paradoxe individualisme/holisme

Commençons par un paradoxe qui m’amuse ; parfois en dénonçant le système et ses mauvais travers, on fait comme si celui-ci était une bestiole qui dominait le monde entier. Supérieure aux humains, elle les tiendrait d’une main de fer et serait la cause de tous les comportements et pensées. Cette conception est un véritable holisme, qu’un aficionados de Durkheim dopé au café ne renierait pas.

Là où ça devient paradoxale c’est que cette conception du « système » cohabite avec la conception, bien prégnante, d’une société individualiste. Comment peut-on être individualiste dans une société où tous les choix découlent d’un tout composé d’un collectif ? A quel moment, les choix individualistes, la nature humaine égoïste, sa disposition – supposée universelle – aux calculs d’intérêts privés, sont-ils indépendants de la bestiole systémique qui décide de tout ? Il n’y a alors plus d’individu mais des robots sans sens de la cohésion et du collectif. On le voit là, la critique du « système » se prend un peu les pieds dans le tapis si elle s’accompagne d’une revendication à l’individualisme. En bref, faire cohabiter individualisme et holisme avec une critique du « système » revient à dire que seuls les individus comptent dans la société mais que, dans le même temps, ceux-ci sont entièrement déterminés par le « système ».

Critique de la responsabilité qui s’ignore et comprendre la déresponsabilisation

Deux points sont à noter dans le recours de la notion de « système » : premièrement, c’est une critique de la responsabilité qui s’ignore et, secondement, c’est une façon de se déresponsabiliser qui mériterait une attention particulière.

En pointant du doigt les défauts du système, je peux être tenté de constater qu’il existe des profiteurs ; la liste pourrait être longue. Ainsi, c’est un effort sociologique qui est effectué puisque, écartant cette philosophie systémique de fin de soirée, j’énonce le fait que le « système » n’existe pas en tant que tel, mais qu’il existe que parce qu’il est peuplé d’individus, qui le reproduisent, qui le défendent et qui en profitent. La critique du « système » est donc proche d’une imputabilité, d’une distribution de cartes de responsabilité. Il s’agit dans ce sens de ne plus parler uniquement de « système » mais de voir (sans mauvais jeu de mot) systématiquement au-delà ; qui le composent ? Qui sont les dominés et dominants ? Quels sont les rapports de force ? Qui peuvent prendre des décisions ?

La critique de la critique du « système » revient souvent sur l’idée que c’est une façon de ne pas reconnaître sa responsabilité propre dans une situation. La rengaine est toujours la même, « tu n’assumes pas tes choix, tes actes, tu mets tout sur le dos du « système » ». Alors oui, ça peut paraître enfantin de se débarrasser du rôle que l’on joue soi-même dans la direction de nos vies pour le faire endosser au « système ». Malgré tout, c’est aussi la reconnaissance d’un universel anthropologique, que les économistes néo-classiques n’arrivent toujours pas à comprendre ; l’être humain n’existe pas que par lui mais à travers des institutions collectives diverses (dans cette catégorie institution on peut en mettre des choses : normes, histoire, institutions physiques en tous genre) qui influencent sa pensée et son comportement. La déresponsabilisation est en somme à prendre au sérieux car, au lieu d’être vue comme un geste d’ado en crise qui cherche un autre coupable que lui, elle peut traduire un sentiment de détresse et d’impuissance face aux institutions qui peuplent notre quotidien ; on ne parvient plus à les comprendre, à savoir ce qu’elles font précisément et on imagine que leur influence est déterminante et première dans notre quotidien ; on se sent menacé et faible face à une machine qui paraît incontrôlable et incontrôlé.

Notons également que la déresponsabilisation peut avoir un autre sens ; elle concerne potentiellement la dénonciation de la bestiole systémique au prix de l’ignorance de ses opérateurs. En critiquant le « système », comme si c’était lui le seul responsable, on oublie les profiteurs, celles et ceux qui prennent part à la construction du « système » et à sa reproduction, et qui en tirent les bénéfices.

Gagner en précision : exemple de l’« organisation politique »

Parler de « système » est également une perte de précision pour une analyse critique. En gros, de quoi parle t-on exactement quand on dit « système » ? Prenons l’exemple de la démocratie représentative, souvent qualifiée de « système » quand on critique, à juste titre, la politique et politique en France.

Personnellement je préfère parler d’organisation politique afin de souligner que, derrière un « tout », il y a des individus qui œuvrent pour organiser. L’ajout de politique permet de situer sans laisser de doute la nature de cette organisation ; elle est politique, rentre donc dans des rapports de force et de domination. Le terme « système » est trop faible d’un point de vue critique car trop flou. Pire encore, il est contre-productif quand il tombe dans la déresponsabilisation des « profiteurs ». Dénoncer un « système » car il est mal foutu, mauvais et dangereux c’est potentiellement se condamner à ne pas le comprendre si on ne lui rattache pas les individus qui le le font fonctionner.

Dès lors en utilisant l’organisation politique, on cherche la composition :qui y prend part, qui domine, qui est dominé, les relations enter les participants à cette organisation, les relations entre participants et non participants, les implications des déséquilibres dans les relations, les constats sur les rapports de force et domination, etc.

Le terme « système » n’est pas une aide pour faire un travail critique rigoureux. Et ici j’évoque la notion de « système » dans son acception courante ; un vocabulaire systémique à la Edgar Morin fait très bien le travail, mais c’est parce qu’elle va dans la complexité.

crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.