Les multiples sens de la notion de politique

De façon courante, la notion de « politique » ne correspond qu’à un terme, ou plutôt deux mais ils se recouvrent. On parle en effet de la politique pour désigner la compétition entre les acteurs d’un champ spécialisé et professionnalisé – le champ politique – pour le contrôle des monopoles étatiques. On fait aussi référence, de manière plus distante voire peut-être inconsciente, au gouvernement des citoyens, la politique en tant qu’organisation de la direction de la Cité et des citoyens qui la composent ; une direction autant morale, matérielle que spatiale1. Le sens commun de la politique est donc d’abord une définition de ce que les individus perçoivent le plus, particulièrement par l’intermédiaire des médias ; une mise en scène, pas tellement au sens de théâtral mais plutôt de mise à disposition pour une catégorie d’acteurs d’une scène – en partie médiatique mais pas seulement – sur laquelle ils peuvent s’affronter, c’est la scène politique nationale. Ce sens commun concerne aussi, et nous pensons plus en retrait, l’organisation des relations entre individus formant une société par la loi, la police mais aussi par des institutions – au sens large2, donc autant des institutions physiques qui se traduisent par une bureaucratie et l’investissement de lieux physiques que des modes de vie, des normes et des valeurs. Ces deux sens de la notion de politique sont indéniablement justes mais ils méritent, contre la confusion, une distinction plus claire ; nous parlerons de la politique et du politique.

La politique : compétition et mise en scène

Déjà dans l’antiquité grecque, avec l’avènement de la Polis entre le VIIIe et le VIIIe avant J.-C., l’accès à la décision politique ne se faisait pas sans une mise en scène où la parole et le débat étaient centraux3. À cette époque, le centre de la politique est l’Agora et nous pouvons penser que celle-ci constitue la scène politique par excellence. Néanmoins aujourd’hui, il est plus difficile de déterminer un lieu pour la scène politique nationale, si bien qu’elle apparaît comme étant abstraite quoi que réelle. Bien entendu elle s’actualise dans des débats télévisés, des émissions comme Des paroles et des actes, où l’acteur politique y intervient pour défendre son image – ou plutôt son capital politique – et sa position, tout en s’y réclamant,dans le champ politique.

L’idée de compétition est importante car comme l’indique P. Braud, celle-ci se déroule  « selon des règles singulières minutieusement codées par les usages, la loi et la Constitution »4. Autrement dit, il est nécessaire de la penser dans un rapport avec le régime politique qui la structure. Et c’est bien ce que fait l’historien français P. Rosanvallon tout au long de son œuvre en proposant une réflexion des formes du politique liées à un processus démocratique qui s’étale sur les siècles depuis la Révolution française5. L’institutionnalisation de la compétition politique, comme nous le verrons plus loin dans le dernier point (cf. La Politique ou le système politique français), est une histoire de la légitimité et d’une dispute pour l’incarnation de la souveraineté.

J.-L. Loubel Del Bayle donne une autre définition de la politique ; « compétition et les conflits entre les individus et les groupes qui se développent pour contrôler le pouvoir décisionnel et orienter les décisions prises »6. Bien que celle-ci correspond au point de vue que nous avons développé plus haut, nous pensons qu’elle est trop large en incluant « les individus et les groupes ». Non pas que ces derniers ne peuvent pas avoir de pratiques politiques. Il s’agit plutôt pour nous d’insister sur une forme spécifique de compétition politique dont la victoire donne droit à un contrôle, ou au moins une capacité d’influence plus forte qu’un citoyen « normal », sur la police, la justice, les administrations, la législation, l’économie, etc. Puisque, effectivement, la forme la plus « tape-à-l’œil » de cette compétition, celle dont on pourrait facilement dire sans se tromper qu’elle est très théâtrale, est l’élection présidentielle. Cette dernière mobilise énormément de ressources, autant humaines, que financières et techniques, et illustre bien la mise à disposition pour les candidats d’une scène, où ils peuvent se combattre, en présentiel ou à distance.

Le politique : formation et gouvernement de la cité

L’expression « le politique » est déjà moins courante que son homologue féminin, à moins qu’elle serve à désigner un acteur politique. Pourtant, comme nous l’avons exprimé dans le paragraphe introductif, on peut retrouver de son sens dans la pré-notion qu’est la politique utilisée quotidiennement. Le politique contient par essence dans une démocratie l’idée de gouvernement des hommes et de la Cité. Toutefois, la forme du gouvernement et les institutions qui lui sont attachées pour entretenir un esprit démocratique n’est pas clairement défini, comme en témoigne les différentes évolutions autour du jacobinisme, ou la culture politique de la généralité7 pour reprendre l’expression de P. Rosanvallon. Cet autour souligne que cette culture a toujours fait l’objet de résistance, et cela dès la moitié du XIXe. Elle a même subi des évolutions, ou plutôt des résiliences qui ne sont pas sans rappeler la capacité du capitalisme à intégrer ses critiques pour évoluer8. En somme, le politique s’étant développé en France avec une culture jacobine n’est pas certainement pas fixe et est donc destiné à changer encore.

Par ailleurs, et il s’agit bien ici d’une des caractéristiques de l’être humain, le politique doit faire avec l’élasticité des relations sociales. C’est-à-dire que les échanges entre les individus ne possèdent pas partout et à chaque époque les mêmes formes, les mêmes déroulements, les mêmes normes. C’est bien ce que nous montre N. Elias en décrivant le processus de civilisation qui a lieu en France dans les deux derniers siècles de l’Ancien régime9. Une pacification des mœurs, là où la violence et saleté constituées le quotidien des dominants comme des dominés10, a permis d’instaurer des relations différentes entre les individus. L’État n’est bien entendu pas innocent dans ce développement de la société française. À nouveau comme l’explique N. Elias dans La dynamique de l’occident11, la formation de l’État, notamment autour du monopole de la violence, a donné lieu à une économie psychique répondant aux exigences de la civilisation – ce qui démontre par ailleurs le lien entre les structures sociales et les structures psychiques.

Le politique semble alors être ce « mécanisme du processus décisionnel qui permet de prendre des décisions engageant la collectivité »12 selon J.-L. Loubel Del Bayle, mais encore une fois il est nécessaire d’aller plus loin et de prendre en considération l’État. Ce « mécanisme du processus décisionnel » est de nature étatique. Il nous faut à nouveau préciser que les pratiques politiques peuvent se dérouler en dehors des sphères de l’État. Toutefois, quel groupe peut se clamer d’autant de légitimité et d’autorité que l’État pour engager la collectivité dans sa totalité de par ses décisions ? Nous répondons aucune et, avec P. Rosanvallon, nous pouvons rappeler que la culture de la généralité, dès son origine, est une volonté étatique d’unifier la nation. Ainsi, « la culture politique de la généralité est restée dans les têtes avec toutes ses conséquences en termes de conception de la souveraineté ou de l’intérêt général »13. Le politique français actuel est en conséquence le fruit de l’histoire, en particulier celle de l’État et de ses manières, par ses différentes institutions, de gouverner les citoyens. De plus, d’après P. Rosanvallon, il est « tout ce qui constitue une cité »14 et, en ce sens, le véritable enjeux, plus encore que la politique, pour toute réelle transformation de la démocratie et de la société.

La Politique ou le système politique français : entre compétition et gouvernement

Entre la compétition et le gouvernement de la cité et de ses citoyens, il n’existe pas selon nous de fossé qui les différencierait radicalement. C’est peut-être notre objet d’étude, la communication de l’État, qui nous pousse à dire ça, mais force est de constater que l‘issu de la compétition a des effets sur le politique. Par ailleurs, c’est bien un certain régime politique, la démocratie, qui présente les élections – la compétition – comme la façon la plus légitime de se gouverner. Pour P. Braud même, la politique est une scène pour cacher « la nature réelle – contraignante, oligarchique – de l’État »15. Le politologue français va encore plus loin en parlant d’une dé-réalisation à cause d’une théâtralisation des problèmes de société, utilisés comme arguments pour vaincre l’adversaire. Les exemples concernant les promesses d’élection et leur-non réalisation sont très nombreux ; certains sites proposent même de lister les promesses non-tenues par le président de la République François Hollande16. Nous souscrivons à la critique d’une dé-réalisation de la politique – le spectacle désolant du président François Hollande et de l’inversion de la courbe du chômage le prouve, par contre nous ne pensons pas que cette mise en scène serve à cacher la domination étatique. Bien au contraire, elle est une expression de cette domination tout comme la communication de l’État.

L‘État n’a pas à prendre de détour pour affirmer son autorité sur les citoyens, d’autant plus que celle-ci fait l’objet d’une adhésion des citoyens. En effet, si l’État devait perdre son autorité, il devrait faire face à un épisode de révolution et à vrai dire, comme l’indique P. Bourdieu, la domination ne peut se faire sans l’adhésion des dominés. P. Braud lui-même précise que le suffrage universel sert à renforcer la domination de l’État ; c’est peut-être une question de vocabulaire mais la différence n’est pas négligeable entre « cacher » et « renforcer ». Dès lors, selon cet auteur chaque suffrage renforce cette domination par l’acquiescement à la légitimité de l’État. Il ne fait pas de doute que la répétition d’un rite à travers les années contribue à assurer sa viabilité, seulement la désaffection traduite par des taux d’abstentions élevés pousserait à s’interroger sur le suffrage universel comme instrument définitif de la légitimité étatique.

Ce que nous voulons proposer ici c’est la prise en compte d’une relation dialectique entre la politique et le politique, relation d’autant plus relevée par la communication de l’État que cette dernière participe aux deux. Pour éviter la confusion entre les deux, nous aimerions parler de la Politique, avec une majuscule ou du système politique français. Formuler autrement, nous aimerions parler penser avec un seul mot ou une seule expression ce qui a trait à un lien entre la direction des hommes dans une cité et la mise en scène d’une compétition pour le contrôle de cette direction. Comme nous l’avons déjà indiqué, c’est cette compétition qui recueille l’adhésion des citoyens. Le suffrage universel est même à l’origine d’une « légitimité dérivée de la reconnaissance sociale d’un pouvoir »17.

Il nous reste à indiquer pourquoi la communication de l’État est un témoin de la relation dialectique entre la politique et le politique. Ailleurs, nous avons parlé du monopole d’un corps de métier de la représentation de l’État. Autrement dit, les membres de l’exécutif sont des professionnels du champ politique avec une position particulière ; ils sont parmi les seuls individus pouvant représenter l’État en train de faire. Et une des formes les plus fréquentes de cette action de l’État en action réside dans la communication du président et des ministres. La communication de l’État est une expression symbolique forte, permettant l’incarnation par les membres de l’exécutif de cette figure abstrait mais ô combien puissante qu’est l’État. C’est en ce sens que les membres de l’exécutif ont deux corps, en référence à la théorie de E. Kantorowicz18. Ensuite, cette communication, quand elle prend la forme d’un discours, a des effets performatifs. Pendant la crise financière de 2008, le fameux discours de Toulon de Nicolas Sarkozy a marqué les mémoires avec une phrase comme « C’est un engagement solennel que je prends ce soir : quoi qu’il arrive, l’État garantira la sécurité et la continuité du système bancaire et financier français » 19. Il ne fait aucun doute que ce discours était plus qu’un simple discours, il exprimait la volonté de l’État par un président qui l’incarne. Il est d’ailleurs frappant ici de noter le changement de sujet entre « engagement […] que je prends » et « l’État garantira », comme si l’ancien président de la République ; d’un côté le professionnel de la politique utilisant son capital politique et de l’autre, l’État représenté qui par son délégué premier exprime ce qu’il va faire. Sans insister, soulignons que ce discours n’est certainement pas été sans effet, c’est la caractéristique d’un langage performatif qui fait ce qu’il dit en le disant, qui réalise en disant.

Voilà ce que nous voulons exprimer en parlant de la Politique avec une majuscule ou du système politique français ; le gouvernement de la cité et de ses citoyens, qui découle d’une histoire ayant accouché de formes légitimes et autoritaires – non définitives et toujours discutées – de son déroulement au travers du développement de l’État, ainsi que d’une compétition, elle aussi fruit de l’histoire, pour pouvoir justement assumer la direction de cette cité et de ses citoyens. Loin de s’opposer ou de simplement se distinguer, comme la communication de l’État le prouve, les deux composantes de la Politique sont liées entre elles, si bien qu’aujourd’hui le régime représentatif n’en est pas un sans l’une ou l’autre.

1Selon M. Foucault, l’étymologie du mot « gouvernement » observe trois sens, spatial, matériel et moral ; FOUCAULT Michel, Sécurité, territoire, population : cours au Collège de France, 1977-1978. Paris : Gallimard, 2004, 435 p. (Hautes Etudes)

2Celui défini par É. Benveniste ; BENVENISTE Émile, Le vocabulaire des institutions indo-européennes. 1, économie, parenté, société. Paris : Édition de Minuit, 1969, 376 p. (Le Sens commun)

3VERNANT Jean-Pierre, Les origines de la pensée grecque. Paris : Presses Universitaires de France, 1988, 133 p. (Quadrige)

4BRAUD Philippe, Le suffrage universel contre la démocratie. Paris : Presses Universitaires de France, 1980, page 19

5Par exemple voir ROSANVALLON Pierre, La légitimité démocratique : impartialité, réflexivité, proximité. Paris : Éditions du Seuil, 2008, 367 p. (Les livres du nouveau monde) ; ou ROSANVALLON Pierre, Le modèle politique français : la société civile contre le jacobinisme de 1789 à nos jours. Paris : Éditions de Seuil, 2004, 445 p. (Histoire)

6LOUBET DEL BAYLE Jean-Louis, « De la science politique » [Document en ligne] Annales, 1989, vol 37, page 14. Disponible sur : http://classiques.uqac.ca/contemporains/loubet_del_bayle_jean_louis/de_la_science_politique/de_la_science_politique_texte.html (consulté en octobre 2015)

7ROSANVALLON Pierre, Le modèle politique français : la société civile contre le jacobinisme de 1789 à nos jours. Paris : Éditions de Seuil, 2004, 445 p. (Histoire)

8BOLTANSKI Luc, CHIAPELLO Eve, Le nouvel esprit du capitalisme. Paris : Gallimard, 1999, 843 p. (NRF essais)

9ELIAS Norbert, La civilisation des mœurs. Paris : Pocket, 2002, 509 p. (Agora)

10MUCHEMBLED Robert, L’invention de l’homme moderne : culture et sensibilités en France du XVe au XVIIIe siècle. Paris : Librairie Arthème Fayard, 1988, 517 p. (Pluriel)

11ELIAS Norbert, La dynamique de l’occident. Paris : Presses pocket, 2003, 320 p. (Agora)

12Ibid, page 14

13Ibid, page 432

14Ibid, page 14

15BRAUD Philippe, Le suffrage universel contre la démocratie. Paris : Presses Universitaires de France, 1980, page 20

16http://www.luipresident.fr/

17ROSANVALLON Pierre, La légitimité démocratique : impartialité, réflexivité, proximité. Paris : Éditions du Seuil, 2008, page 14 (Les livres du nouveau monde)

18KANTOROWICZ Ernst Hartwig, Les deux corps du roi. Paris : Gallimard, 1989, 638 p. (Bibliothèque des histoires)

19http://discours.vie-publique.fr/notices/097003488.html

crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.