Désétatiser l’État pour sauver l’État et améliorer la société

L’État est une grosse machine, qui occupe un espace quasiment incommensurable dans la société française, et c’est illusoire de penser qu’il est juste là pour reproduire la bourgeoisie. Il est implanté si profondément dans notre société qu’on ne pourrait pas l’enlever a la façon d’une mauvaise herbe. Il faut donc jeter le pire de l’État pour garder le meilleur, une opération de désossage comme on en a l’habitude avec la dinde de Noël. Ce billet est une discussion personnelle à bâton rompu, veuillez donc excuser son ambition et son manque de rigueur.

1 – L’État, une grosse pieuvre qui enserre la société

Avec ses monopoles, l’État a la capacité de fixer les normes et définir la réalité. Il dit ce qui est juste, bon et faisable, ce qui est injuste, mauvais et infaisable. En outre, il est implanté physiquement, concrètement dans le quotidien des Françaises et Français. De l’État on en mange matin, midi, soir, quand on n’en rêve ou plutôt cauchemarde pas la nuit. Pour cette raison, les dégâts seraient énormes si on le détruisait entièrement. Quid des hôpitaux publics, des pompiers et autres services régaliens ? Au lieu de l’effacer, ne peut-on pas envisager de le transformer ?

2 – La désétatisation

Ce processus reviendrait à retirer ce pouvoir énorme que possède l’État sur la société. L’État, comme décrit plus haut, est une machine à dominer, au service de celles et ceux qui peuvent se payer ses services – bourgeoisie, grandes entreprises, milliardaires et puissances financières en tout genre, dictateurs avec des ressources naturelles, etc. Le pire c’est que nous citoyens ne pouvons contrôler cet état qui nous contrôle. Alors la logique qui s’impose et que, étant donné que l’État n’est pas un être supra humain mais une institution incarnée et représentée, des individus profitent de cette institution et se constituent en dominants politiques. On parle aussi d’élites, d’élus. L’État désétatisé ne fonctionnerait plus pour ces individus là, mais seulement avec des serviteurs des intérêts publics, ayant comme seul objectif l’augmentation du bien-être collectif.

Il n’y aurait plus d’État tout puissant avec des représentants qui contrôlent violemment la société. Par exemple, la police ne serait plus chargée, in fine, de faire respecter l’ordre étatique mais de contribuer à la stabilité de la société pour son bien-être d’ensemble. On m’opposera que la police est déjà censée faire ça, sauf, et ce sauf a un poids décisif, la police sert aussi les intérêts de l’État en frappant, défigurant, violentant les opposants de l’État. Avec une police désétatisée, les risques de son instrumentalisation sont diminués ; la police deviendrait enfin ce qu’elle prétend être, une institution chargée de protéger et servir un ordre bénéfique à l’ensemble de la société.

Les implications de cette désétatisation sont évidentes et entraîneront une lutte acharnée des dominants dépendant de l’État. Désétatiser revient à supprimer leur avantage structurel, finie la domination politique due au statut des représentants étatiques.

3 – Garder la puissance d’État pour en faire une machine à contraindre les grandes entreprises et les dominants en tout genre

Ça serait bête de se priver ce pour quoi et pourquoi l’État est efficace ; la contrainte organisée et instituée qu’il peut mobiliser rapidement et efficacement. Sauf qu’au lieu que, comme dans la situation actuelle, cette capacité à contraindre soit utilisée pour reproduire la domination étatique, elle aurait pour objectif de protéger l’intérêt général. Cette catégorie d’ailleurs n’aurait plus des allures chimériques et contradictoires, comme le président prétendant s’occuper de l’intérêt général de toutes et tous alors que l’on sait qu’avant tout il gère les intérêts privés de quelques uns – ces copains milliardaires et amis financiers en tête. Dans un État désétatisé, où les cartes du pouvoir ont été redistribuées à l’avantage des citoyens, réelle démocratie, l’intérêt général est clairement identifiable au bien-être collectif car directement rattaché à lui ; au diable la médiation entre État et citoyens assurée par des représentants qui savent bien abuser de la situation. Je postule donc ici, et c’est à souligner plusieurs fois, qu’il n’y aura pas de démocratie sans désétatisation. Pour revenir à l’intérêt général, une fois la machine étatique n’étant plus une machine à dominer mais une machine dominée, l’État devenant une institution au service du peuple, répondant à ses directives, l’intérêt général alors est une catégorie politique effective dont la production est envisageable ; c’est le peuple qui décide de son intérêt et non pas des représentants qui peuvent, dans le secret intime de leur travail – c’est-à-dire dans la façon dont ils perçoivent l’intérêt général, est-ce qu’ils le respectent, le considèrent faisable ou même raisonnable ? –, fixer, à la place du peuple, son intérêt.

4 – La désétatisation de l’État concrètement, avant et après

Il est difficile qu’un tel processus puisse se passer en quelques années sans problème. Il faudrait plutôt envisager une transition d’une dizaine d’années. Ce processus doit par ailleurs s’accompagner d’une démocratisation de la société avec une dynamique d’éducation populaire ; comment gouverner ? qu’est-ce que le pouvoir ? qu’est-ce que le politique ? comment faire pour prendre des décisions collectives ? etc.

En outre, L’État doit être vidé de ses représentants dominants pour être repeuplé de serviteurs de l’intérêt général ; plus de pouvoir exécutif mais un pouvoir exécutant les volontés du peuple et rien d’autres. Et pour ce faire, rien de plus simple ; ces serviteurs doivent rendre des comptes ! Le contrôle peut s’effectuer pratiquement de nombreuses façons : une commission réunie régulièrement et évaluant le travail des représentants serviteurs, une réunion publique pendant laquelle le représentant expose ses actions avec une sanction en fin de séance pouvant donner lieu à son renvoi ou son maintien, une évaluation par des spécialistes d’un domaine concernant les actions du représentant, un vote populaire pour juger le représentant et ses actions, etc. Tous ces modes de contrôle ne se valent pas mais ils sont faisables et réalistes.

Un autre aspect concret de cet désétatisation passe par une dégradation sans exception du statut des représentants élus ou non élus et des agents étatiques (parlementaires, membres du gouvernement, membres d’une institution étatique). Il n’existera plus de statut de dominant assuré légalement et constitutionnellement. C’est surtout les représentants qui font de la politique qui sont visés. On peut imaginer une nouvelle constitution qui donnerait aux représentants un rôle d’exécutants ; l’action de représentation ne reviendra plus à parler ou agir au nom de ou comme si les représentants étaient le groupe qu’ils représentent, mais à faire et dire ce qui aura été discuté collectivement.

Autre point concret déterminant, l’État désétatisé doit conserver son maillage institutionnel lui permettant d’être efficace dans la gestion du quotidien. Les différentes institutions de l’État social (la sécu sociale par exemple), ne doivent pas être éclatées mais développées, avec un accent mis sur la transparence et sur l’abandon de la fixation d’un retour à l’équilibre dans leur budget (si les grandes entreprises et super riches de notre pays sont enfin taxés à hauteur de leur taux réel d’imposition et même plus, les déficits vont vise s’abaisser). Ce maillage a des implications pratiques importantes qu’il serait dangereux d’ignorer, l’État « s’occupant » de nous au quotidien. Par exemple, concernant l’éducation des enfants, comment envisager celle-ci sans la main mise de l’État ? Ne sommes-nous pas devenus trop dépendants sur ce point ? C’est pour cette raison que j’ai parlé de transition plus haut et c’est également pour cette raison que le maillage étatique doit être conservé, mais toujours en le mettant au service du peuple.

5 – La question des sanctions et de l’autorité

Est-ce que l’État désétatisé doit garder ses capacités de sanction et, plus généralement, son autorité sur le pays ? Concernant les sanctions, la réponse est oui. Que ce soit la justice d’État ou la police, il est nécessaire que ces institutions puissent « punir » les individus ou les organisations dangereuses pour le reste de la société. Toutefois, ça ne sera plus en tant qu’obéissant à l’État mais en tant que serviteur de la société. Bien sûr, c’est déjà le cas de nos jours, la justice punit au nom de la société, mais trop nombreux sont les cas où les plus riches et les plus fournis en capitaux sociaux parviennent à échapper à une juste sanction, justement parce qu’ils ont des liens avec l’État. Si la justice doit rendre régulièrement des comptes sur ces décisions, peut-être qu’elle sera plus égale et indifférente au statut de chacun et chacune avant de les juger. Ainsi les sanctions n’existeront jamais pour défendre une méta-institution qui enserre la société, l’État, mais pour, et uniquement pour, exiger réparation quand un acte effectué par une entreprise ou un individu est nuisible à un membre de la société ou la société elle-même.

Prenons un exemple ; les décrocheurs de portrait d’un représentant ne pourraient pas être poursuivis dans une justice désétatisée car les figures de pouvoir n’existeraient plus. On ne peut décrocher le portait du bien-être collectif. Par contre, on peut lui nuire en polluant ou ne payant pas les impôts dus. Les sanctions s’appliqueraient donc seulement et seulement pour ce bien-être collectif ; elles n’auraient plus d’ego à préserver, à chouchouter.

Maintenant concernant l’autorité, il est indispensable que l’État n’en est plus. Cela peut paraître contradictoire avec le fait que les institutions étatiques désétatisées puissent continuer à sanctionner, mais pas tellement en fait. Déjà, cette autorité ne fonctionnera plus pour elle ; l’État agit pour reproduire sa domination, et son autorité, manifestation produit/moteur de cette domination, vise le maintien de cette situation. L’autorité étatique désétatisée n’agira plus pour elle-même, cela n’aurait aucun sens car l’État aura été vidé de son pouvoir à visée reproductive. Elle sera alors une autorité soumise, une autorité déléguée par le peuple, dans des instants institutionnels précis et déterminé. A l’heure actuelle, l’État effectue des actes d’autorité en continu ; par exemple il a décidé pour tout le monde, pendant la nuit du 27 octobre à 2 heures du matin, de changer l’heure. L’État désétatisé n’agira plus pour son compte mais toujours en rendant des comptes, en prouvant et démontrant qu’il le fait sur les ordres du peuple et pour le bien-être collectif.

La question de l’autorité – si par cette notion on entend une relation asymétrique dans laquelle une des parties obtient l’obéissance de l’autre – résumé bien l’enjeu de cette désétatisation de l’État. Il faut le vider de cette substance essentielle qui le compose, cette chose – pouvoir, domination, autorité – qui fait que l’État a les pieds sur la nuque de la société ; au moindre mouvement de défense des dominés il envoie ses armes contre eux pour les remettre à leur place (« merci » quelque part aux gilets jaunes de démontrer cela avec une force indéniable). Selon moi, il faut dresser cette bête dangereuse, mortelle qu’est l’État (est-ce une preuve de naïveté de croire que cela est possible ?). Il faut lui mettre un collier et que la main du peuple tienne à son tour la laisse. L’image du chien n’est pas là une image dégradante mais au contraire un espoir, car il n’y a rien de plus fidèle et magnifique qu’un chien qui vous aime et vous défend. A l’heure actuelle, l’État est plutôt un cerbère à milles têtes qui mordrait le plus innocent d’entre nous s’il se montrait un tant soit peu menaçant.

Donc pour résumer sur ce point : l’État désétatisé doit pouvoir sanctionner mais seulement au nom du peuple et sur son autorisation, jamais pour des intérêts privés. Il doit par ailleurs faire preuve d’autorité mais pas pour son maintien mais pour le bien-être collectif ; en somme l’autorité désétatisée est une autorité maîtrisée par le peuple qui ne pourra pas être dirigé contre lui mais seulement contre celles et ceux qui souhaitent lui nuire.

6 – Tous les problèmes de cette réflexion

Cette réflexion est pleine de problèmes et chaque point tapé au clavier m’entraîne à formuler une phrase suivante conclue par un point d’interrogation. Ci-dessous, je pose toutes les questions que je me suis posé pendant cette réflexion, comme une réflexion sur ma réflexion alors que je réfléchis tout en réfléchissant sur ce que je réfléchis (oui c’est tendu dans mon cerveau).

Comment définir le bien-être collectif ? Il est évident que chacun et chacune aura sa définition car elle répondra à un point de vue. On peut bien imager un méta-point de vue mais le risque de reproduire une méta-institution comme l’État étatique est grande. La constitution serait un bon point de départ comme texte destiné à fixer clairement ce qui forme ce bien-être collectif mais il est indispensable que cette constitution soit le fruit d’une réflexion collective, qui ne soit pas laissée à quelques esprits « éclairés ». Et pourtant il faudra que ce bien-être collectif ne soit pas trop gravé dans le marbre car les normes et les besoins évoluent ; il faudrait donc une constitution réformable par la suite, mais toujours réformée par décisions collectives. Et pourtant à nouveau, un tel document peut-il être écrit, et s’il l’est, dans un temps raisonnable ? Peut-il satisfaire tout le monde ? Est-ce seulement sa fonction ? Ne doit-il pas plutôt chercher à concilier et réconcilier les différences de façon pacifiste ?

Pourra t-on encore parler d’État ? Ne s’agirait-il pas d’un abus de langage, État désignant une force politique centralisée et unique ? Dans l’État désétatisé, l’État sera remplacé par le réseau de ses institutions actuelles (et d’autres à venir) qui n’auront plus de compte à rendre à cette méta-institution mais au peuple, à la société.

Compte tenu qu’il existe une lutte des classes, peut-on vraiment parler d’un peuple ou d’une société ? A l’heure actuelle, l’État profite principalement aux hautes classes sociales qui produisent les élites gouvernantes. Dans ma tête de fils d’ouvrier, l’État désétatisé est un État de classes moyennes et de classes « en-dessous » sur l’échelle de la richesse. Pour moi ça sent l’explosion ici, difficile d’imaginer que les profiteurs de l’État étatique laisseront celui-ci se faire vider de sa substance sans se manifester. Cela fait écho à la définition du bien-être collectif, les luttes sémantiques et de construction de la réalité seront intenses pour écrire ce qu’il est. Certains voudront qu’il désigne une redistribution de la richesse pour que chacun et chacune puisse vivre dignement, d’autres souhaiteront qu’il laisse une liberté à chacun et chacune de jouir de ses revenus sans avoir à les partager. La société ou le peuple sonne creux sur ce point, difficile d’y voir une réalité aussi équivoque ou plutôt une réalité unique quand même dans mon petit pois de cerveau, le peuple est le peuple populaire, le peuple des dominés politiquement et économiquement – et encore, même là on peut très bien être un dominant économiquement et un dominé politiquement, bref c’est le bordel !

Qui dirige, État désétatisé ou le peuple ? Le fait même d’utiliser la notion de représentant montre que dans ma réflexion je reste encore dans l’ancienne manière étatique de gouverner. On délègue à certains et certaines les prises de décision qui impactent le quotidien de chacun et chacune. Certes, le politique dans ses dimensions intellectuelles est faisable collectivement, mais pratiquement, est-ce que 60 millions de Françaises et Français peuvent toutes et tous prendre une décision ? Le mécanisme de représentation me semble consubstantiel à une organisation politique étendue – sans oublier que certains et certaines peuvent être désintéressée par l’idée de gouverner. Il faut donc des individus et des institutions pour gouverner, mais, et le mais est à encadrer une dizaine de fois, il faut que cette représentation ne soit plus celle de l’État étatique ; une représentation étouffant le représenté, le réduisant à l’état d’un enfant incapable de parler et de réfléchir, ayant besoin d’un adulte raisonné pour prendre des décisions. Non, la représentation désétatisée est une délégation de pouvoir déterminée à l’avance et tout écart avec ce qui aura été déterminé à l’avance devra être sanctionné comme une faute – les promesses n’auront plus lieu d’être,  cette idée même de promesse correspondant à une délégation totale reposant sur la croyance et la confiance confiées à un individu pour qu’il agisse pour nous, sera incohérente ; les promesses seront remplacées par des missions, le représentant devant effectuer ce pour quoi il a été envoyé et rien d’autres, et en cas d’échec il faudra expliquer pourquoi, sans pour autant faire de ces temps d’explication des temps de jugement, guillotine présente en décor.

La question du concret est toujours bien présente et ne serait prétendre être réglée par ce petit bout de texte, le point 4. J’avoue là mon incompétence et mon ignorance sur le sujet ; il faut des personnes informées pour qu’elles expliquent ce que l’on pourrait mettre en œuvre en matière de réelle démocratie, démocratie participative dit-on. Je dois pourtant insister sur l’idée que cela est faisable et même raisonnable de donner le pouvoir au peuple, celui qui d’habitude ne fait pas du politique ; faisable car il existe de nombreuses expériences, comme les entreprises autogérées, qui montrent que cela fonctionne ; raisonnable quand on voit l’incompétence voire la dangerosité de nos représentants.

Et il reste encore tant de choses à aborder : les armées, la diplomatie, l’Union européenne, la gestion des symboles étatiques et la création de nouveaux symboles, le côté nation dans l’expression État-nation, etc.

Conclusion : la désétatisation se présente comme un processus politique de grande envergure qui permettrait que le peuple dominé prenne le contrôle sur les institutions étatiques et ses représentants. C’est un processus de temps long, une dizaine voire plusieurs dizaines d’années de transition pour passer de l’État étatique, dominant, écrasant à l’État désétatisé, dominé et contrôlé. Il faudra prévoir des luttes difficiles de la part des profiteurs de l’État étatique qui ne lâcheront pas le morceau simplement. Toutefois, malgré les épreuves et possiblement les violences, l’État désétatisé apparaît comme une solution viable et réaliste dans le cadre de l’avènement d’une organisation politique démocratique ; une solution qui mettrait en œuvre un contrôle populaire d’institutions habituées à dominer le peuple, tout en profitant de leur capacité pratique à gérer des composantes complexes du quotidien (éducation, police, justice, économie, etc.).

crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.