Désacraliser la soutenance : une solution pour la violence institutionnelle à l’Université ?

Il y a urgence à désacraliser la soutenance, faire descendre de son piédestal un rite qui frôle parfois le ridicule et peut ressembler de temps en temps à un lynchage en public. Compte tenu de mon expérience vis-à-vis de ce rite, il est logique que je défende ce point de vue – j’en ai fait le récit ici. Toutefois, ce point de vue est aussi logique en lui-même car il s’inscrit dans une lutte contre la violence institutionnelle.

Quand les rites remplacent les individus

Une chose amuse beaucoup les personnes extérieures à l’université lorsqu’elles assistent à une soutenance. Dans les soutenances qui se déroulent bien, la profusion des remerciements – « je tiens à remercier le jury d’être venu », « merci au jury d’avoir posé des questions », « merci au jury d’avoir discuté », « merci au candidat pour la discussion », « merci au candidat pour ses réponses », etc. – crée un moment comique. J’ai des vieux souvenirs d’un livre de Henri Bergson sur l’humour (dont j’ai oublié sans doute la moitié du contenu, donc je m’embête pas à citer un ouvrage qui échappe à ma maîtrise), dans lequel il essaye de comprendre ce qui fait rire. Un des points qu’il soulève est que l’on rit d’une personne qui devient mécanique. En somme, d’après moi et suivant la pensée de Bergson, le rire est provoqué par ce qui perd son humanité, par ce qui est dépourvu d’un caractère vivant doué d’un aspect naturel.

Et dans les rites, l’aspect rigolo est là ; faire des individus des pantins qui obéissent à des normes et des règles, jusqu’au risque d’atteindre le ridicule, soit une situation où l’on perd le fil du sens ; « mais qu’est-ce que c’est que cette connerie ?! » s’exclamera t-on alors que le candidat remercie pour la 20ième fois un membre de son jury qui vient juste de le remercier. Et c’est loin d’être le seul exemple de cette dimension comique voire ridicule du rite-soutenance ; la manière très cérémoniale avec laquelle s’exprime le ou la présidente du jury, le fait de devoir se lever en fin de séances (comme un garde-à-vous), le « secret » des négociations avant le verdict du jury (plus probablement échangent-ils à ce moment sur le fait qu’ils ont envie d’aller au petit coin après 3 heures de discussion), la position spatiale du jury face au candidat (comme des juges devant un condamné, et pourquoi pas une table ronde ?), le vouvoiement obligatoire, le portrait dithyrambique du ou de la candidate dressé par le ou la directrice de thèse, etc.

La soutenance est donc bel et bien un rite dans ce qu’elle a de déshumanisant, faisant de ses acteurs de petits robots bien normés. Disons-le clairement, cette situation est inutile par rapport à un objectif de recherche scientifique. Un travail de doctorant peut être jugé sans que les normes du rite viennent entacher le déroulement d’une discussion saine et poussée. La soutenance a t-elle vraiment besoin de ces moments ritualisés qui font perdre plus de temps qu’autre chose.

Qu’on me comprenne bien, la soutenance n’est pas inutile. Au contraire, c’est un moment important pour le ou la doctorante afin qu’elle expose son travail. Le problème c’est tout l’aspect rituel de la soutenance qui se situe entre ridicule, perte de temps et violence institutionnelle.

Quand les rites légitiment la violence institutionnelle

Autre problème, encore plus gênant, les rites participent à la légitimité de la violence institutionnelle. En faisant de cette dernière une composante à part entière d’une institution, le rite, en tant qu’il ponctue lui-même l’existence d’une institution, rend « naturel » les mauvais moments. C’est normal de souffrir, de subir une définition de soi, un jugement incritiquable de son travail de plusieurs années…

Il y a donc deux composantes à cette violence institutionnelle. Une composante structurelle, l’institution universitaire est violente car elle ne laisse pas le choix. Soit tu suis mes rites, soit tu n’es pas ; soit tu soutiens, soit tu n’es pas docteur. Dans l’organisation et le fonctionnement même de l’université, l’université est violente – mais certainement en est-il de toutes les grandes institutions de notre pays qui, ne fonctionnant de manière démocratique, impose à la plus grande majorité de ses membres (c’est-à-dire ceux et celles ne prenant pas de décision) leur organisation et fonctionnement. La deuxième composante est individuelle et dépendra du degré d’intégrité des représentants, de leur personnalité ou de leur humeur du jour. On laisse beaucoup trop de possibilités aux représentants de tordre les rites pour faire preuve de violences (verbales ou physiques).

Dès lors une soutenance peut se passer mal sans répercussions pour les représentants mais avec beaucoup de dégâts chez le candidat. Pire encore, cette violence sera vécue comme légitime, comme partie prenante et déterminante de l’institution universitaire.

Une désacralisation de la soutenance pour une évaluation détendue mais professionnelle

Une fois tous ces éléments en tête, on peut logiquement plaider pour une désacralisation de la soutenance. Comment cela règle t-il les problèmes évoqués plus haut ?

1° sur l’aspect déshumanisant : une fois le rite jeté à la poubelle, à quoi bon continuer de se comporter en petit robot ? Si le rite ne structure plus les relations pendant la soutenance, aucune intérêt de le suivre. Il y a fort à parier que les acteurs de la soutenance se trouveront plus détendus. Je postule ici que la formalité des échanges a tendance à ajouter une pression supplémentaire, aussi bien au niveau du jury que du candidat. Ainsi, désacraliser la soutenance reviendra à la « déformaliser ».

2° sur l’aspect violent : malheureusement la composante structurelle de la violence institutionnelle n’évoluera pas, ce qui est, heureusement, le cas de la violence individuelle. Sans les rites comme bouclier infranchissable, les représentants redescendront de quelques marches. Ils demeureront au-dessus du candidat mais celui-ci aura plus d’occasion de s’exprimer franchement sans trop craindre le hachoir du jugement institutionnel.

En outre, la désacralisation c’est un poids au moins pour le candidat (et sans doute aussi pour les membres du jury). Ca sera un moment moins formel mais tout aussi important, une discussion détendue mais professionnelle, où l’on s’embête plus avec les formes du rite mais avec celles d’une discussion scientifique.

 

crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.