Mon témoignage à l’enquête de Vies de thèse et Doctopus

Voici mon témoignage laissé dans l’enquête menée par Vies de thèse et doctopus ; que ces deux associations soient remerciées pour leur travail !

Un des problèmes principaux des violences psychologiques, physiques, sexuelles, morales, etc. subies pendant une thèse réside dans le fait qu’elles ne sont pas toutes du même degré. Elles n’ont pas toutes l’intensité d’un harcèlement sexuel ; certaines sont discrètes mais demeurent pernicieuses.

Par exemple, être ignoré ou presque par sa directrice, devoir lui courir après pour avoir des réponses claires à des interrogations qui vous bloquent pendant la rédaction, devoir lui envoyer plus d’un mail par semaine dans l’espoir d’un signe de vie et n’avoir en retour qu’un message expéditif, flou, ne résolvant rien (ou pire créant d’autres problèmes) ; c’est violent !

Autre exemple, travailler d’arrache-pied pour soutenir en trois ans car vous n’êtes pas financé et que vous n’avez pas de temps à perdre (il vous faut un travail rémunéré), faire des semaines bien au-delà des 35H, bien au-delà des 50H même, chaque jour étant un jour de travail, pour ne rencontrer qu’un écho faiblard du côté de votre encadrement, devoir attendre des semaines voire des mois pour avoir des retours, tant et si bien que vous devez soutenir la quatrième année (perdant ainsi un an) ; c’est violent !

Certes, on est loin d’une intimidation répétée ou de la menace avérée d’un recours à la violence physique, mais les dégâts sont présents. Sans aller jusqu’à parler d’une intériorisation de votre position de dominé (sujet important aussi), en thèse vous pouvez subir au quotidien ce type de violence institutionnelle.

Et c’est ce dernier point que j’aimerais évoquer ; la violence devient institutionnelle quand elle est favorisée par l’organisation et le fonctionnement d’une institution. Il faut reconnaître que l’université n’encourage pas la tenue d’un encadrement de qualité. Les directeurs ou directrices sont-elles formées ? Comment l’université s’assure t-elle du niveau de l’encadrant ou de l’encadrante ? Par ailleurs, ceux-ci sont débordés, cela saute aux yeux ! Combien de temps peuvent-ils vraiment consacrer à leurs doctorants et doctorantes quand ils ont des milliers de choses à faire (appel à projet, réunion de département, réunion de discipline, organisation de colloque, publication, etc.) ? Force est de constater que les doctorant-e-s passeront en fin de priorité, avec une qualité d’encadrement laissant, le plus souvent, à désirer.

Des solutions sont pourtant évidentes : 1° une formation des encadrant-e-s à la gestion de projet, à la gestion de l’humain, à la communication et à la détection de problèmes d’ordre psychologique (en particulier le burn-out). 2° On peut également envisager la fin d’une contrepartie financière quand un prof encadre (vu le boulot de certains, c’est un scandale qu’ils soient payés) mais une augmentation significative d’une décharge horaire. 3° La mise en place d’une réelle institution ou d’un réel moment d’échange institutionnel (donc sérieux et suivi de conséquences) pour parler de l’encadrement de thèse. Les comités de suivi sont une plaisanterie et n’offre aucunement la possibilité de se plaindre. 4° Des sanctions, sous formes de blâmes ou de félicitations, pour les encadrements à délivrer à la fin du doctorat à partir du témoignage commun du directeur et du doctorant – pas très fan de cette option, mais certaines personnes n’obéissent qu’à la pression administrative. 5° Enfin une solution plus vaste, mais ô combien indispensable ; il s’agit d’un changement de mentalité dans l’université, où les dominants sont écrasants. Il faut à tout prix que l’université s’ouvre à un mode de fonctionnement démocratique en associant tous ses membres à des décisions et en limitant les possibilités de pression par la hiérarchie.

L’enquête est accessible ici => cliquez juste là merci bien !

crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.