Trois décentrements à opérer : une question en isme

Ce billet s’adresse à la fois aux personnes qui commencent un doctorat et aux personnes qui souhaitent s’interroger sur elles-mêmes et la société qui les englobe. Autrement dit, d’un côté, c’est un conseil épistémologique, savoir comment poser une réflexion critique à propos d’un sujet scientifique, et, de l’autre côté, des conseils citoyens pour apprendre à se détacher de trois manières de concevoir le monde qui enferment la pensée.

Le centrage : pilier de la conception de soi dans notre société

Ce cher Norbert Elias (1997) a décrit brillamment, dans son classique La société des individus, ce paradoxe qui habite notre société. On est membre d’une société, de la naissance à la mort, mais par ailleurs, nous nous voyons comme des êtres uniques, à part vis-à-vis ades autres. Cette vision constitue la pierre angulaire de notre « moi ». Néanmoins, il serait faux d’opposer individualisme et société, à moins d’effectuer une opération intellectuelle sentant la fable « thatcherienne ». Dans cette dernière, la société est un mensonge et l’individu est seul roi car seule réalité comptant. En (réel) réalité, c’est plus un rapport dialectique qui s’instaure entre société et individu, de telle sorte que la première peut « élever » le second justement parce que le second la reproduit mais, ce faisant, il la modifie à chaque fois légèrement, si bien que la société n’est jamais copiée par un individu dans les mêmes formes avec lesquelles il a grandi. Les changements sont ainsi présents, mais longs – ou alors ils peuvent être brutaux mais dans des périodes propices aux sentiments révolutionnaires (nous vivons sans doute à l’heure actuelle une de ces périodes). L’idée à retenir est que l’individu n’est jamais unique et seul, il est membre d’une société. J’aime reprendre ici la juste formule utilisée par les rappeurs étasuniens ; I am the product of my environment.

Pourtant il n’est pas faux de raisonner en étant centré sur sa propre personne afin d’en constituer un nombril indépassable. Il me semble que, d’autant plus de nos jours, un individu n’a pas forcément tort de tout interpréter au travers de son petit judas/œil de bœuf intérieur, comme s’il était un palace privé en situation d’autonomie. Même si rien n’est moins vraie dans la pratique de la vie, de nos vêtements, à notre nourriture, en pensant par nos consommations de loisirs, nous dépendons des autres. Et pourtant, nous sommes poussés à nous penser comme une place forte séparée du monde. Par exemple, toute l’« économie de profilage » d’internet est tournée vers cette option, où, à partir de notre historique de recherche, les moteurs de recherche proposent des résultats presque idiosyncratiques, censés être parfait pour « moi ». Le marketing politique poussera aussi à ce genre de pensée avec la récolte de données sur les réseaux sociaux et la production de messages personnalisés – Trump a notamment utilisé ces techniques, consistant à communiquer aux potentiels électeurs des courts messages centrés sur leurs intérêts1.

En gros, ne sommes-nous pas en train de virer de plus en plus vers une société où la pensée, fausse pratiquement, d’un individu comme seul pilier va éclipser les autres modes de pensée ? Peut-être pas mais la question doit nous interroger sur les façons dont nous nous ne concevons. Heureusement, il existe trois opérations intellectuelles à mettre en œuvre pour sortir de cette erreur de pensée.

 

Décentrement individuel : égocentrisme

Le décentrement individuel est le plus simple à expliquer à ce stade de mon argumentation. Il découle logiquement de ce qui a été expliqué plus haut. Si l’individu n’est pas ce palace privé, il faut qu’il se pense comme faisant partie d’un tout qui le dépasse. Il ne s’agit pas de rentrer dans un fatalisme étouffant, dans lequel les individus ne sont que des rouages impuissants et soumis à une société monstrueuse qui contrôle tout comme une pieuvre géante. Il s’agit de saisir que tout ne tourne pas autour de nous et que, plutôt, nous tournons avec les autres dans une configuration que personne ne maîtrise entièrement, sans pour autant être dans l’impossibilité d’effectuer des choix.

Ainsi, le décentrement individuel est bien ce moment où l’égocentrisme perd sa force. Oui je suis membre d’une société, oui j’appartiens à différents groupes qui m’imposent des choses sans pour autant être à leur merci. Tout ne dépend pas de moi, tout n’est pas organisé pour moi, tout n’est pas de mon fait, de ma responsabilité. Je suis un individu unique mais je partage des caractéristiques – culturelles, sociologiques, psychologiques – avec d’autres individus.

 

Décentrement de société : ethnocentrisme

Entre le XVIe et le XIXe, selon Maurice Godelier, « l’ethnologie fut d’abord une ethnographie imbibée d’idéologie occidentale » (2007, p. 11 ; c’est moi qui souligne). Pire encore, l’ethnologie sert le projet colonialiste en décrivant les sociétés africaines comme des sociétés inférieures, aux mœurs et pratiques étranges voire choquantes. Cette science naissante justifie en conséquence la volonté, que ce soit désiré par les ethnologues de l’époque ou pas, d’une nécessaire éducation de ces « peuples sauvages ». Au contraire, à partir de la seconde moitié du XIXe, en opérant un décentrement vis-à-vis de l’Occident, l’ethnologie fait un bond qualitatif. Néanmoins, ces études sont reprises pour former une « méta-narration fictive de l’évolution de l’humanité » (ibid., p. 12) avec l’Occident au centre, mais au moins l’ethnologie a réalisé un premier pas pour se détacher d’une conception ethnocentriste.

Alors, en plus du décentrement individuel qui impose de nous sentir au milieu des autres et de la société, la décentrement de société contraint à voir que notre société n’est pas le centre de l’univers ; difficile pour nous occidentaux, si habitués à lire que nous avons fait l’histoire du monde. Et pourtant, nous ne sommes pas les seuls, alors pourquoi prétendre le contraire ou imposer nos modèles, nos schémas de pensée au monde entier – les médias dominants qui titrent, à foison, le monde a dit cela, le monde veut ceci, quand le G20 ou l’OTAN se prononce sur un sujet est bien la preuve que le ridicule ne tue pas. L’abandon de l’ethnocentrisme est une démarche humaniste, au sens où elle pousse à embrasser l’humanité dans son ensemble et la respecter sans tirer des hiérarchies et des classements en prenant notre société comme base et objectif à atteindre.

 

Décentrement d’espèce : anthropocentrisme

Le décentrement d’espèce est certainement le moins évident et le plus surprenant. Il n’est pas évident parce que nous sommes tellement habitués à nous sentir supérieurs à tous les autres animaux, qu’il apparaît naturel d’être l’alpha et l’omega de la planète. Il est surprenant parce que, logiquement et biologiquement, chaque espèce possède sa manière de concevoir le monde. Peut-on discuter avec une fourmi ? Ou la fourmi peut-elle discuter avec nous ? Cette idée s’appelle umwelt (monde propre), concept d’un biologiste allemand, Jakob von Uexküll (de Waal, 2016). Plus encore, l’anthropomorphisme permet aux éthologues de mener des analyses du comportement animal, à condition bien sûr de ne pas faire des êtres humains une espèce meilleure et unique. Donc, pour résumer, l’anthropocentrisme a des vertus et des raisons d’exister.

Cependant, il n’est pas un choix intellectuel valable quand il empêche de voir les dégâts écologiques que nous causons. Peut-être serions-nous plus prudents et respectueux si nous gardions en tête, à chaque instant, que nous sommes qu’une espèce parmi les autres sur cette planète ?

Il faut en outre souligner que de nombreuses caractéristiques que nous pensions uniques à l’être humain ont été reliées à d’autres espèces grâce à des travaux en paléoanthropologie et primatologie. Par exemple, on a pu définir l’homo sapiens comme étant le seul primate à utiliser des outils. Et pourtant, d’autres primates, les chimpanzés en l’occurrence, ont été observés en train de fabriquer des outils pour extraire de la nourriture (Boesch, 2001). Autre exemple, beaucoup plus frappant selon moi, les chimpanzés – toujours eux décidément, mais c’est parce que j’ai une affection particulière pour cette espèce de grand singe – font de la politique ; c’est la conclusion d’un des plus grands primatologues, Frans de Waal (2007). Il a montré, avec des observations longues, documentés et passionnantes, que les chimpanzés formaient entre eux des alliances, pour se maintenir au pouvoir ou le renverser, que les mâles alpha s’assuraient de leur domination, notamment par des salutations systématiques de soumission.

Alors bien sûr, nous avons des caractéristiques plus ou moins uniques, en particulier dans leur complexité et dans la profondeur de leur expression, comme le langage et la culture. Nous avons aussi, d’un point de vue biologique, une maturité (sexuelle) longue à venir, avec des parents qui s’occupent de nous pendant une certaine période (Huxley, 1947). Et pourtant, même là, nous partageons cette caractéristique avec les grands singes, où, par exemple chez les bonobos, les mères s’occupent de leurs petits pendants plusieurs années (De Waal & Lanting, 1997).

 

Pour conclure un petit résumé fait maison :

1° Le décentrement individuel empêchera votre sujet de thèse d’être victime d’un individualisme dogmatique. Pour la réflexion citoyenne, c’est un travail important sur les qualités de générosité et d’empathie, indispensable pour imaginer un futur ensemble, moins égoïste.

2° Le décentrement de société est plus ou moins important selon la discipline. Absolument nécessaire en cas de sujet qui n’est pas coincé dans une frontière. Il apporte également, à tous les sujets, un peu de distance face aux généralisations abusives. Pour la réflexion citoyenne, c’est une aide pour l’ouverture d’esprit ; fini le piédestal sur lequel placer sa culture en refusant tout apport de l’extérieur.

3° Le décentrement d’espèce est accessoire pour une thèse en sciences humaines et sociales. Pourtant, je pense que c’est un bon exercice pour chercher des caractéristiques particulières et partagés vis-à-vis des actions, des relations qui gravitent autour d’un sujet de thèse. Pour la réflexion citoyenne, c’est un geste que je qualifierai de décisif à une époque où l’on parle de fin du monde ; un geste qui s’inscrit dans une prise de conscience écologique.

Bibliographie

BOESCH Christophe, « L’homme, le singe et l’outil : question de cultures ? » In : COPPENS Yves, PICQ Pascal (dir.), Aux origines de l’humanité : le propre de l’homme. Paris : Fayard, 2001, pp. 170-199

DE WAAL Frans, LANTING Frans, Bonobos : le bonheur d’être singe. Paris : Librairie Arthème Fayard, 1997, 210 p. (Le temps des sciences)

DE WAAL Frans, Chimpanzee Politics : power and sex among apes. 25Th anniversary edition. Baltimore : The Johns Hopkins University Press, 2007, 235 p.

DE WAAL Frans, Are we smart enough to know how smart animals are ? Londres : W. W. Norton & Company, 2016, 340 p.

ELIAS Norbert, La société des individus. Paris : Pocket, 1997, 301 p. (Agora)

GODELIER Maurice, Au fondement des sociétés humaines : ce que nous apprend l’anthropologie. Paris : Albin Michel, 2007, 292 p. (Bibliothèque Albin Michel Idées)

HUXLEY Julian, L’Homme, cet être unique. Paris : O. Zeluck, 1947, 372 p.

1https://www.theguardian.com/us-news/2019/jul/02/way-ahead-of-the-field-inside-the-trump-campaigns-unprecedented-social-media-campaign

crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.