Récit de ma soutenance horrible : pourquoi ce n’est pas la fin du monde

Ci-dessous vous trouverez le bref récit de ma soutenance – un grand échec à n’en pas douter –, dans laquelle se sont mêlées des réelles erreurs de ma part mais aussi de la violence institutionnelle. C’est le récit d’un tabassage en règles universitaires, où, derrière des fausses sympathies, est tombé le couperet du jugement des représentants. L’objectif ici n’est pas de jouer la carte de la victime ou de chercher de la pitié mais plutôt de rassurer celles et ceux qui sont passé-e-s par là ou qui le craignent ; après l’échec d’une thèse, même soutenue, il y a une vie, il y a de la joie et, surtout, il y a du soulagement à quitter un monde où l’écart vis-à-vis des normes est sanctionné avec une sévérité militaire.

Tout se passe mal

Un an en arrière, quelque part en octobre 2018, je commence mon exposé de soutenance pour une thèse non-financée, sur le sujet de la communication de l’État en contexte de crise financière internationale. Je suis confiant car j’ai travaillé dur, même si je suis souvent sorti en dehors des clous de la discipline (sciences de l’information et de la communication) – notamment par rapport à une épistémologie neutre (pour ne pas dire neutralisante) et floue, où l’interdisciplinarité prétendue laisse place à une discipline fermée, dont on ne comprend pas très bien quelles sont les droits d’entrée. Cependant, les choses se gâtent rapidement car, en face de moi, les membres de mon jury ont oublié qu’il était possible de sourire ; les visages sont tendus, les regards sévères. Pire encore, je les vois deux ou trois fois chuchoter entre eux en secouant la tête – tant pis pour le respect envers le candidat, au moins je sais que le combat sera rude.

Après mon exposé, c’est au tour du jury de s’exprimer. Chacun à leur tour, ils me font comprendre que mon travail est mauvais, qu’il ne respecte pas les canons universitaires, que la méthodologie est floue, que l’épistémologie est trop ambitieuse et surtout hors discipline. On me reproche de ne pas avoir choisi une des méthodes à la mode dans la discipline en me rangeant derrière un laboratoire de la discipline. On me critique pour avoir choisi la difficulté et la complexité au lieu d’avoir fait une collection de fiches de lecture, comme tant de thèses. On n’aime pas mon ambition théorique. On kiffe encore moins mon travail de terrain.

Alors que chaque membre du jury enchaîne, je suis en train de fondre de l’intérieur ; une boule d’acide, du stress enflammé me lèche les entrailles avec l’indélicatesse d’un démon. Je me contrôle et je réponds avec peu de conviction ; je sais que j’ai perdu face à des représentants d’une institution qui sont là pour m’enterrer. Ils ont des pelles et je n’ai que des mains pour renvoyer une quantité beaucoup trop importante de saletés.

Je ne vais pas mentir, j’ai très mal dormi le soir même et les jours d’après. Jamais de ma vie je n’avais mangé une telle violence, ce plat empoisonné dont la digestion ne cesse de se rappeler à vous en de brèves mais frappantes sanctions (« tu es nul », « t’as échoué », « ta méthode est pas bonne », « ta problématique est trop compliquée », etc.). J’aurais préféré de loin les affronter sur mes terrains favoris, dans la rue ou sur un tatami, culture hip-hop et arts martiaux, où les adversaires sont plus les partenaires d’une création, et non pas des ennemis dans un instant de destruction. Mais non, pour un rite institutionnel, on évolue dans un quadrillage précis, aux contours dessinés par et pour les dominants.

Des erreurs de prestation ou des erreurs institutionnelles ?

Concrètement mes erreurs sont compréhensibles. Ma méthodologie est floue et pas assez définie à l’aide de termes univoques. J’ai opéré des rapprochements théoriques ambitieux qui m’ont fait sortir d’une simple thèse. En cela j’ai complètement échoué dans la compréhension de ce qu’était une thèse – un membre du jury m’a même dit que j’étais plus proche d’une HDR. Je ne reproche pas au jury d’avoir souligné avec clarté ces erreurs-là. Au contraire même, je comprends bien mieux ce qu’est une thèse et ce qu’est mon ancienne discipline (son fonctionnement, ses dominants et leurs propres fonctionnements).

En revanche la manière, elle, a été d’une violence terrible. Et je n’exagère pas. Voici quelques exemples. Un membre du jury se moque ouvertement de moi parce que, selon lui, j’ai fait n’importe quoi en demandant à une des personnes que j’ai interrogée (un ancien ministre) de se présenter. Le président du jury me coupe la parole plusieurs fois parce que ce que je dis ne lui convient pas. Par ailleurs, certaines de mes réponses ne sont pas présentes dans le rapport – tout particulièrement une, face à une attaque vive d’un membre du jury qui me reproche de faire dire des choses à mes interviewés qu’ils n’ont pas dit. Pendant que je me démène comme je peux, deux membres du jury discutent entre elles ; difficile alors pour moi de ne pas chercher à quelle autre sauce je vais être dévoré. « Heureusement », elles s’excuseront et redirigeront en effet la discussion de façon plus apaisée mais merci pour la dose de pression supplémentaire – à ce moment j’en ai assez en moi pour tracter un semi-remorque. Enfin, petit dernier pour la route, le président du jury me dit, au détour d’une critique acerbe, que je n’ai pas le niveau pour faire une thèse.

Au final, j’ai pris cher comme on dit dans le milieu. Le tarif a été assez élevé, du cinq étoiles hors période creuse, un opéra au premier rang champagne à la main, un Iphone nouvelle génération ; en somme une agression luxueuse pendant laquelle je n’ai pas eu le droit au moindre répit. Imaginez après trois années de travail acharné, je croyais soutenir mais ma directrice était tellement lente à me relire que j’ai du soutenir pour la quatrième année (donc des frais supplémentaires…). Imaginez le soulagement de soutenir enfin, le soulagement d’un thésard non financé qui avait du se farcir des boulots à la con pour effectuer ses recherches. Imaginez donc la force de l’impact, imaginez la déception, la honte de subir cela devant sa famille. Et alors ? Et alors ?!

Et alors ?

Les représentants sont violents et l’organisation politique des institutions dans notre société favorise cela. Pourtant ce n’est pas définitif (lire une réflexion là-dessus1) et encore moins une question de nature, un « c’est forcément comme cela que les choses doivent se passer ». Les membres de mon jury ne sont pas des possédés qui, une fois la soutenance finie, sont repartis directement voir leur maître en enfer. Ce sont juste des personnes qui ont saisi l’occasion d’un rite institutionnel pour faire preuve de violence, comme cela leur est tout à fait permis.

Pourtant, je garde en tête un souvenir précis, quand au moment du buffet mon père me suggère d’aller servir les membres de mon jury. Je refuse, la soumission à ses limites. Et puis là me vient une fulgurance, cette trace de méta-communication qui en dit bien plus que les paroles. Ils sont mal-à-l’aise. Tous. Les membres de mon jury ne sont pas bien dans leurs bottes. Ils se tiennent un peu à l’écart, à discuter entre eux. Ils ne veulent pas manger. Je suis obligé d’user de mes charmes pour leur faire manger une part de quiche lorraine (ma spécialité t’as vu !). Ils n’ont pas faim, et c’est bien normal. Comment accepter l’hospitalité d’une personne que vous venez d’humilier en bande, devant un public ? Pourtant ils capitulent. Tous. Tous mangeront de ma quiche que je leur présenterai avec le sourire. Non pas parce que je suis jésus et que je pardonne mais parce qu’ils ne sont rien, ou plutôt, rien qui ne doit me caractériser entièrement. Oui j’ai échoué cette thèse, oui je suis viré de la discipline. Mais vous croyez quoi ? Que je vais m’en vouloir toute ma vie, sans réfléchir à mes erreurs et chercher des solutions pour éviter que d’autres ne subissent la même chose ? Que je vais chercher à m’excuser auprès de représentants qui ont clairement abusé de leur pouvoir de représentation ?

Au final, de cet échec découle peut-être un de mes plus belles réussites ; avoir trouvé ce que je veux vraiment faire par la suite, c’est-à-dire aider celles et ceux qui affrontent la violence institutionnelle, en particulier la violence universitaire.

A toutes celles et ceux qui se morfondent dans leur thèse, parce que l’issu a été mauvaise ou parce qu’elle n’est pas finie et que vous en souffrez, soufflez ! Montrez les crocs et assurez vos appuis ! Vous n’avez pas à croire, une seule seconde, que vous êtes uniquement défini par une institution où la réflexion laisse trop souvent place à la soumission des neurones. La thèse est un exercice extrêmement difficile et personne ne peut vous reprocher de faire des erreurs et de rencontrer des difficultés. A la fin, vous êtes capable de travailler vos propres caractéristiques personnelles. Ce n’est pas parce que des caractères sadiques profitent d’une action de représentation pour s’exprimer que vous en êtes réduit à subir sans issu ce travail de définition. Et ce n’est pas faire l’autruche, s’auto-suggérer à la Coué ou abuser du constructivisme ici, c’est une simple vérité ; on est condamné à souffrir du jugement d’une institution que tant qu’on croit lui appartenir entièrement.

1https://ptvirgule.hypotheses.org/686

crédit photo


4 réflexions au sujet de « Récit de ma soutenance horrible : pourquoi ce n’est pas la fin du monde »

  1. Merci à What sup doctorat d’avoir fait un lien sur cet article ! Oui ce sont des choses qui arrivent trop souvent, qui sont graves, qui cassent, mais restent sous silence. L’université a ses codes, ils sont violents et le rôle des Labos (et des encadrants de thèses) seraient d’être clairs vis à vis de doctorants qui ne servent que de faire valoir à leurs statistiques… Stop au saccage de jeunes étudiants motivés, et naïfs,… car il suffirait de connaitre les règles du jeu pour choisir ou non de s’y conformer (ou de partir) … Les encadrements de thèses font vraiment défaut, il n’a y pas de perspectives d’avenir à la fac pour les jeunes docteurs .. a chacun de prendre ce moment de thèse pour ce qu’il est… Un temps personnel de recherche sur un sujet … encore faut-il que les règles soient dites… et ce n’est pas le cas … dommage…

  2. Merci pour ce récit captivant, qui a dû, on l’imagine, couter aussi quelques nuits blanches d’acceptation, et de digestion d’un tel moment de violence… Finalement avez vous eu votre titre de docteur ? … qu’en a dit votre directrice de thèse que vous évoquer dans votre récit ?

    1. Merci pour votre commentaire. A vrai dire, on ne refuse jamais une thèse soutenue. Imagez le désastre pour le laboratoire et la directrice qui auraient fait soutenir un candidat pas prêt et pas au niveau. Donc même dans l’éventualité où j’aurais été mauvais, j’aurais eu le titre de docteur. Cela étant dit, les prérapports étaient favorables à une soutenance ; ils soulevaient déjà des soucis de méthodo mais rien d’autres, et ne permettez certainement pas d’anticiper un acharnement pareil. En outre, un des prérapporteurs a changé d’avis entre son prérapport d’avant soutenance et la soutenance en elle-même ; dans le prérapport il me complimente sur un point précis et sur ce même point il m’attaque pendant la soutenance. Bref, j’ai pas envie de spéculer sur les raisons, mais vous aurez compris que ce jury était motivé à l’idée de me descendre. Mais j’insiste, ils ont aussi fait leur travail légitime de critique, il était juste d’une violence injustifiable.
      Quant à ma directrice, nos relations étaient vraiment froides voire tendues sur la fin. Je pourrais ici vous donner quelques détails sur son comportement à l’approche de la soutenance mais je préfère ne pas étaler ses défauts en public – les miens sont assez évidents et ils m’ont coûté chers, je suis têtu, cynique et résolument contre les démarches de domination. Donc elle n’a rien dit, n’a pas montré le moindre signe de détresse, tristesse, déception ou autre. Pour elle c’était une soutenance normale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.