Psychanalyse VS Thérapies comportementales et cognitives : comment guérir les difficultés psychologiques ?

A la sortie de la lecture de l’Anti-livre de la psychanalyse, ouvrage d’attaque (les auteurs insistent là-dessus) contre Le livre noir de la psychanalyse, une question me hante ; comment guérir les souffrances psychologiques ? En lisant les deux ouvrages, nous sommes face à une impasse tant la psychanalyse et les thérapies comportementales et cognitives (TCC) sont décrites comme étant des erreurs voire des escroqueries. Sur ce point, il faut reconnaître que les psychanalystes se sont montrés particulièrement virulents, pour ne pas dire ridicules parfois, en associant sans plus d’arguments nazisme, fascisme et TCC. Toutefois, ce n’est pas ce qui nous intéresse ici. Regardons plutôt très brièvement la discussion épistémologique et thérapeutique qui s’engage.

Les psychanalystes reprochent aux pratiquants des TCC de conditionner leurs patients, de ne pas les guérir mais de les dresser pour croire qu’ils sont guéris même si la maladie est destinée à revenir. Les psychanalystes parlent alors de retour du réel, de retour du refoulé. Ils critiquent en gros le fait que la guérison est fausse parce qu’elle n’intervient pas à la racine du problème, problème se trouvant dans l’inconscient ou prenant son énergie en lui et se manifestant dans les activités conscientes envahies par cet inconscient. Les TCC désapprouvent la tendance de la psychanalyse à ne voir chez le patient que ce que son modèle théorique lui autorise. Elles soulignent alors les faibles capacités thérapeutiques de ce qui est un exercice de pensée plutôt qu’une pratique destinée à guérir. Bref, il y a une grosse distance épistémologique et thérapeutique qui sépare TCC et psychanalyse, tant et si bien qu’on se demande comment certains arrivent à les concilier – comme A. Beck (2017).

Une chose me turlupine pourtant alors que j’observe, encore une fois avec insatisfaction et énervement, cette querelle d’Église dont la Science ne semble pouvoir se passer, comme s’il était impossible pour les chercheurs et chercheuses de passer à côté d’un jeu de domination sans saveur, si ce n’est la joie ineffable de sentir son adversaire dans l’embarras – pour des egos jamais trop pleins.

Donc cette chose qui me questionne a trait à la nature des postures épistémologiques des deux adversaires, telles qu’elles se lisent dans les déclarations de ceux-ci. D’un côté nous avons un constructivisme (radical) scientiste, les TCC, et, de l’autre, une philosophie métaphysique ou spéculative, la psychanalyse. Les premières pensent guérir en proposant une autre manière de voir le monde et les relations pour un individu souffrant ; les psychanalystes appellent cela du conditionnement et de la méthode Couet. La seconde fait rentrer ses clients/patients dans un modèle théorique de l’humain, avec tout un tas de concepts (complexe d’Oedipe, libido, pulsion de mort, pulsion de vie, narcissisme, etc.), et guérit selon ce modèle ; les praticiens des TCC appellent cela de la spéculation voire du charabia improuvé, qui nécessite une croyance quasi-religieuse pour fonctionner.

Du coup revenons à la question ; comment guérir les souffrances psychologiques ? Doit-on suivre une théorie, de façon dogmatique parfois, quitte à forcer le réel, que l’on prétend pourtant analyser, dans les modèles ? Ou doit-on appliquer des protocoles strictes (à base de questionnaires notamment), reposant sur l’idée qu’il suffit de croire pour changer, afin de conditionner des retours à la norme d’individus déviants ?

En réalité, selon moi, ces questions correspondent à des caricatures de théories et de thérapies vraiment stimulantes. Elles ont leurs défauts. Flou (artistique) concernant la pratique d’une cure pour la psychanalyse ; ignorance ou presque des mécanismes inconscients pour les TCC. Complexité énorme du à un langage technique qui peut permettre de faire dire tout et son contraire pour la psychanalyse ; des relents orgueilleux de scientisme où tout semble pouvoir être maîtrisé pour les TCC. Elles ont leurs qualités aussi. Ambitieuse plongée intéressante au sein de la nature humaine pour la psychanalyse. Clarté des concepts pour les TCC. Capacité à fournir des socles pour des réflexions profondes. Capacité à donner des indications pratiques pour la vie quotidienne.

Ainsi, c’est bien une complémentarité qui se dessinent entre psychanalyse et TCC. On peut très bien imaginer que la psychanalyse aiderait à la guérison en permettant au patient de comprendre la complexité de ce qui se déroule en lui et en l’invitant à saisir l’importance des processus symboliques de son existence, susceptibles de se répéter s’il n’y prend pas conscience. Les TCC aideraient à mettre en œuvre pratiquement cette prise de conscience en ancrant concrètement dans la vie du patient des exercices, des pensées, des comportements, tout en se tenant loin d’un vocabulaire trop abstrait. Dommage pourtant que les querelles d’Église soient sans doute destinées à prendre autant d’énergie à penser la distinction au lieu de travailler sur le commun. C’est aussi dommage pour la question de la guérison où l’on peut se priver des apports d’une thérapie pour des raisons dogmatiques, un peu comme un supporter d’une équipe de foot refuserait, quitte à en mourir, d’enfiler pour quelques instants le maillot de l’équipe détestée.

Bibliographie

BECK Aaron T., La thérapie cognitive et les troubles émotionnels. Louvain-la-Neuve : De Boeck Supérieur, 2017, 316 p. (Carrefour des psychothérapies)

MEYER Catherine (dir.), Le livre noir de la psychanalyse. Vivre, penser et aller mieux sans Freud. Paris : Éditions des Arènes, 2010, 643 p.

MILLER Jacques-Alain (dir.), L’anti-livre noir de la psychanalyse. Paris : Editions du Seuil, 2006, 277 p.

crédit photo


2 réflexions sur « Psychanalyse VS Thérapies comportementales et cognitives : comment guérir les difficultés psychologiques ? »

  1. Bonjour,

    Merci pour cette article intéressant qui met en mots, ou à mal, ma pensée…
    Professionnelle en addictologie, je suis intéressée par la pratique des TCC car elles ont un aspect pratique essentiel qui peut vraiment atténuer des comportements dysfonctionnels chez les usagers. Mais le manque de lien avec les mouvements psychiques inconscients et le risque de tomber dans un hygiénisme et un formatage de l’être-humain m’inquiètent. Comment, avec une thérapie aussi directive, ne pas tomber dans le piège d’une société dictatoriale qui dit ce qu’il est bon ou pas de faire ? Quels comportements sont à adopter pour gagner des “bons points” et être intégré ? …système déjà adopté ailleurs dans le monde…
    Les questions éthiques qui taraudent…

    1. Ce sont en effet des questions passionnantes, pour lesquelles je n’ai ni les connaissances, ni les compétences pour y répondre convenablement. En réalité, j’ai rédigé ce billet après avoir lu des ouvrages en psychanalyse et en TCC ; j’ai été frappé par l’opposition entre les 2 approches et la violence ou la faiblesse de certains arguments.
      Si je devais me risquer à répondre, je dirais que, comme dans bien des cas, l’équilibre semblerait être la meilleure solution pour ne pas se fermer des portes. Peut-être vous, en tant que praticienne, avez-vous un point de vue plus précis, notamment jusqu’à où peut-on aller pour guérir une personne ?

Répondre à Mathieu Fusi Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.