C’est pas que d’la com ! – D’autres types de communication 2

Ce billet est une suite du billet sur la signification concrète du gouvernement par la communication. On avait conclu, en partant de la sagesse populaire qui oppose action et communication (disant « ils ne font que parler et rien d’autre »), que la communication politique revenait à s’appuyer sur la croyance confiée par les citoyens en la réalisation des actions proposées lors des activités de communication. Bien entendu, ces dernières défendent des normes, valeurs et mythes collectif, mais j’avais insisté sur cette dimension pousse-au-crime-éthique du gouvernement par la communication, c’est-à-dire le risque constant de manipulation et tromperie dans l’utilisation de la communication pour diriger la société. Pourtant ce n’est pas la fin du monde-communication, il est possible de faire autrement, et cette différence doit nous interroger sur la communication et le gouvernement. Après avoir résumé différents types de communication possible – plus détaillés ici -, je reviendrai, dans un second temps, sur les implications politiques d’un changement radical dans la communication.

D’autres types de communication sont possibles…

Premièrement, on pourrait définir une communication d’accompagnement, une communication qui ne fait qu’annoncer les actions en train d’être effectuées et rien d’autres. Elle impliquerait la fin des promesses, la fin des fausses annonces (surtout à l’approche des élections) pour attirer l’attention des électrices et des électeurs.

Deuxièmement, on pourrait forcer la neutralité dans une communication d’information, qui se contenterait de présenter la « réalité » de la façon la plus objective possible – même si ce n’est pas vraiment possible étant donné que les faits se construisent, donc ces constructions sont toujours susceptibles d’être influencées. Cette communication arrêterait les enrobages, les façades de circonstance ou les déguisements pour assurer la promotion d’un professionnel de la politique.

Troisièmement, la communication politique pourrait se faire honnête et annoncer ses démarches de séduction ; « oui en effet, là je veux essayer de vous persuader, donc permettez-moi de vous décrire une utopie ». Il s’agit ici de répondre à ce besoin humain d’entendre la possibilité d’un futur meilleur, la possibilité d’espoir ou de bonheur. Toutefois, cette communication respecterait l’auditoire en lui donnant le choix d’écouter un discours de ce type ou simplement d’être au courant de la manoeuvre en cours.

Quatrièmement, la communication pourrait être au service d’un rééquilibrage des rapports de force en contraignant effectivement les professionnels de la politique. Cette communication-engageante reviendrait à forcer la mise en œuvre des annonces et à freiner les déclarations à la volée ou volontairement mensongères – les fameuses « fake news » dont le gouvernement actuel est si friand.

Mais ils signifieraient un changement radical dans la manière de gouverner et dans le statut des gouvernant-e-s

En réalité, il me semble que la solution principale qui traversent, à hauteur différente, ces différents types, réside dans la séparation entre communication et gouvernement, faire en sorte qu’il ne soit plus possible pour les pro de la politique de faire ou faire faire seulement par des mots, à moins d’agir dans des cadres précisément délimités (communication séduction qui s’annonce par exemple). Il n’existerait plus ou presque de discours à la volée, de déclarations pour recadrer des citoyens et citoyennes de la part d’un gouvernant. La communication n’aurait plus cet aura de contrainte ou de force faisant qu’elle suffit dans certaines situations.

Néanmoins, on comprend bien le problème à promouvoir une telle séparation ; la transformation subie par la communication serait telle qu’elle correspondrait à un remodelage radical de la nature politique des gouvernants. Ils ne seraient plus que des exécutants de la volonté générale (ce qu’ils prétendent être mais qu’ils ne sont certainement pas). En d’autres termes, en imposant aux gouvernantes et gouvernants de se justifier, et le cas où ces justifications sont mauvaises de quitter leur poste, ils perdent leur position de dominant. Les politiques économiques inefficaces, les politiques sociales désastreuses, les annonces jamais mises en œuvre, se paieraient « cash », directement, car la chaîne de causalité serait facilement identifiable.

Voici un cas pratique.

Cher M. Castaner, vous dites que la police n’a pas commis de violence, voici les innombrables preuves contraires, veuillez prendre la porte !

Il s’opérerait un rééquilibrage des rapports de force, dans la mesure où les gouvernants et gouvernantes ne seraient plus inattaquables, finie l’excuse du « ils seront punis par les sondages de popularité ou les prochaines élections » ; mais qui veut attendre cinq ans pour se débarrasser d’une personne incompétente, violente et dangereuse ? On peut imaginer, et là on touche la limite de mes connaissances, l’existence de comités composés à la fois de citoyens et à la fois d’experts qui évalueraient les actions entreprises par les gouvernants.

Ce rééquilibrage par la communication ne se fera cependant pas sans pression citoyenne énorme car on comprend aisément que cela reviendrait pour les dominants de l’organisation politique actuelle à se tirer une balle dans le pied . Qu’ont-ils à gagner, sinon à devenir de véritables démocrates, à descendre de leur piédestal ? On vient alors au cœur de notre réflexion principale dans cette série de billet, la communication n’est pas que d’la com, c’est en partie la façon dont on gouverne, donc un changement dans le gouvernement passera par un changement dans la communication, tout comme un changement – important, radical, pas des mesurettes d’apparence – dans la communication contribuera à un changement dans la façon de gouverner.

 

1https://ptvirgule.hypotheses.org/860

Crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.