C’est pas que d’la com ! – ca veut dire quoi concrètement gouverner par la communication ?

Gouverner par la communication ça veut dire quoi concrètement ? Habituellement, en sciences humaines et sociales et dans le milieu professionnel de la communication (communication publique et communication politique comprises), on obtient deux réponses. Tout d’abord, il s’agit d’instaurer des normes nouvelles ou de les maintenir, surtout quand les « pouvoirs publics » sont dans l’incapacité de forcer ces normes ou de vérifier qu’elles sont suivies (voir l’exemple préféré des chercheurs et chercheuses sur le préservatif). Ensuite, il est question de fabriquer une cohésion commune, en produisant et entretenant des valeurs et mythes collectifs (république, fraternité, justice, « sauver la planète », égalité homme/femme).

Mais mais, que fait un ministre ou le président quand il gouverne par la communication ? Ça veut dire quoi concrètement ?! Il importe ici de répondre trivialement, sans l’enrobage sémantique qui, s’il signale précision et complexité, souligne aussi parfois, surtout chez les « neutres », pudeur et œillère. Donc que fait un ministre ou le président ? Réponse : il communique… Que ce soit par l’intermédiaire d’un texte publié dans la presse ou un site internet, un discours prononcé à n’importe quelle tribune, une intervention à la radio ou à la télévision, un message posté sur un réseau social numérique, le ministre ou le président communique.

Et on en vient à la sagesse populaire qui oppose action et communication – même si la communication est aussi une action en soi. Certes cette sagesse va trop vite et simplifie mais, comme très souvent, elle touche juste et j’aimerais m’appuyer sur celle-ci pour répondre concrètement à la question principale de ce billet. Gouverner par la communication désigne la capacité d’un individu légitime (et légitimé par l’État) à utiliser cette action pour faire ou faire faire, ou faire croire qu’il a fait, fait ou fera.

C’est sur cette dernière composante qu’il faut insister car les gouvernants et les gouvernantes en ont abusé ; ils ont abusé de la croyance et du crédit que nous, citoyennes et citoyens, leur confions. Pendant la crise financière internationale de 2007-2008, Nicolas Sarkozy a parlé de moraliser le capitalisme, citons-le dans le texte, un 31 décembre 2008 à Paris :

« la France a exigé des changements pour moraliser le capitalisme, promouvoir l’entrepreneur sur le spéculateur, sanctionner les excès inacceptables qui vous ont scandalisé à juste titre, pour redonner à la dimension humaine toute sa place dans l’économie »1

L’ancien président nous a fait croire qu’il agirait pour corriger les « excès inacceptables » du capitalisme et en réalité il n’a rien fait – bon il suffisait de connaître ses orientations idéologiques et la lenteur (et l’inefficacité ?) des institutions supranationales en charge de produire ou surveiller le respect des règles prudentielles en matière bancaire et financière (comité de Bâle, FSB, etc.) pour savoir que c’était un vœux pieux. Et c’est là où le bât blesse (à croire qu’on est vraiment des ânes à nous obstiner à ne pas comprendre), un professionnel de la politique, surtout s’il est élu, peut se permettre de faire croire qu’il fait en communiquant seulement. Ça sera à nous d’aller vérifier s’il a effectivement fait, s’il n’en donne pas la preuve.

Ainsi, la communication en tant qu’instrument de communication revient, en plus d’instaurer des normes et créer une adhésion commune, à jouer sur la croyance d’une action effectuée car annoncée lors d’un discours ou autre. On comprend facilement le problème que cela pose avec les risques, ô combien avérés, de mensonges et d’exagérations de la part des professionnels de la politique. (Par ailleurs, j’ai mis complètement de côté la volonté, tout aussi avérée, de manipulation des sentiments au détriment de l’appel à la raison dans la communication politique et qui est, bien sûr, à expliquer pour la compréhension du gouvernement par la communication.) Pour cette raison, dans un autre billet2, j’évoquais la possibilité de mettre en place « une communication d’accompagnement », dans laquelle le professionnel de la politique ne peut présenter que les actions qui sont effectivement en train d’être effectuées.

Pour résumer, ce billet explique que gouverner par la communication n’est pas une action anodine, en partie parce qu’elle implique que la communication seule peut suffire. Certes c’est dans la nature du langage humain, on parle de performativité, cette capacité à faire advenir par le recours aux mots. Toutefois, dans un cadre politique, surtout quand il comprend des rapports de force et de domination, cette capacité est un pousse-au-crime-éthique, soit l’utilisation du mensonge, de la tromperie et de la manipulation pour faire croire. Heureusement, la communication politique telle qu’elle existe à l’heure actuelle n’est pas la version définitive – même si cela paraît difficile à concevoir, on peut faire autrement, comme je l’explique dans un autre billet.

1http://discours.vie-publique.fr/notices/097000001.html

2https://ptvirgule.hypotheses.org/317

crédit photo


Une réflexion sur « C’est pas que d’la com ! – ca veut dire quoi concrètement gouverner par la communication ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.