La courbe au point 5. Peut-on réellement se connaître soi ?

L’interrogation de soi, l’introspection, l’auto-analyse voire l’auto-psychanalyse pour les personnes les plus ambitieuses, peu importe le nom qu’on le donne à l’activité consistant à se connaître soi-même, est une opération nécessaire. Que ce soit pour des objectifs scientifiques, la réflexivité chère à P. Boubour, pour des objectifs thérapeutiques, guérir des blessures psychologiques ou des problèmes comportementaux, ou la simple curiosité d’en savoir plus, sur soi s’entend ; il n’est jamais superflu et toujours intelligent de prendre du temps pour réaliser ce travail de minage de sa « grotte » psychique, de la psyché de sa « caverne », en fait reprenez n’importe quelle image pour figurer comme un lieu situé à l’intérieur de l’être humain et vous y êtes, ou presque. Pourtant peut-on réellement se connaître soi ? Cette question titille mon petit cerveau et je vais y réfléchir sans y répondre totalement et sans grande ambition, si ce n’est, encore une fois, celle de coucher sur données binaires les fourmillements de mes neurones.

Piqûre de rappel

Pour rappel, cette suite de billet appelée « la courbe au point » se donne comme mission de souligner l’intérêt – et même la beauté – d’un point d’interrogation. L’introspection tombe en plein dans ce panier, jamais trop plein, des questions que l’on se pose, selon moi, trop peu. Et pourtant, dois-je le répéter à la façon d’un perroquet qui prend sa mission au sérieux, peut-on réellement se connaître soi ? N’est-on pas vo à l’échec si l’on suit l’idée de la psychanalyse freudienne, où l’inconscient, le véritable maître de l’« intérieur humain » gouverne seul, par ordonnance macronienne ? Peut-on, comme le veulent de si nombreux messages publicitaires, se découvrir ou être soi en échange d’un produit, moyennant, bien sûr, un peu de pognon ?

Le « mythe » de l’intérieur : topographie de l’anatomie psychique

J’ai pas trouvé plus pompeux comme titre et comme ça sonne bien je le laisse ; le mythe de l’intérieur étant l’idée qu’il existe chez l’être humain un lieu détaché du monde (social), dans lequel il est chez soi, dans lequel se trouve son véritable moi, beau et bien coiffé – on retrouve cette idée développée dans la critique de N. Elias envers l’homo clausus.

Je ne saurais trop dire si ce « mythe » est répandu mais je me souviens encore – quoi je suis pas si vieux – d’une discussion que j’avais eue avec une étudiante qui me soutenait mordicus, la têtue !, que oui, il y avait bien ce lieu chez elle et qu’elle pouvait s’y retrouver pour se retrouver véritablement, être elle-même. Comme je suis également têtu, je lui ai répond que non, ce n’était pas possible car quoi qu’il arrive, même si ce lieu existait, il avait toujours une fenêtre vers l’extérieur. Et pour conclure cette discussion, j’ai fait comme tout bon universitaire qui se respecte avec un argument d’autorité « c’est qui qui le prof ici hein ?! ».

Il n’empêche que ça doit être bien pratique d’avoir ce lieu, même pas besoin de tram ou de vélo pour se connaître. Quelques secondes de concentration et on arrive à destination, avec un authentique moi qui nous sert du thé, du café ou un soda – chacun son addiction –, prêt à discuter avec sérieux, les jambes croisés, les mains sous le menton. Là où ce « mythe » pèche (et non pas pêcher comme j’ai failli l’écrire), c’est qu’il fait l’impasse sur une chose essentielle ; de la naissance à la mort, sauf circonstance exceptionnelle, nous sommes des êtres sociaux. Nous respirons, buvons, mangeons et nous reproduisons avec autrui.

On peut bien imaginer pouvoir se retrancher à l’intérieur de soi, c’est-à-dire avoir des pensées qui ne seront pas partagées, ni même avec les personnes de notre quotidien, mais ces réflexions sont, par essence, complètement envahies par notre nature sociale. Que l’on désire secrètement une personne, que l’on souhaite confidentiellement pratiquer le bilboquet ou que l’on aimerait à huit clos-ment étrangler les maraîchers qui étalent leur marchandise à six heures du matin avec la discrétion d’un enfant dopé au sucre qui a eu un tambourin pour son anniversaire ; toutes ses pensées sont tournées vers l’extérieur, elles sont nourries par nos relations avec autrui, elles s’abreuvent de notre environnement.

La « quête » de soi ou se découvrir comme on retrouve une chaussette égarée

La publicité propose souvent à ses futurs acheteurs et acheteuses d’être eux-mêmes, ou le fameux « be yourself », parce que ça fait plus vendeur dit comme ça. C’est quand même un véritable miracle pour tous les individus en quête d’identité. Il leur suffira d’acheter une paire de chaussures fabriquées par les nouveaux esclaves des pays asiatiques, de manger un sandwich aux artères coronaires bouchées ou d’acheter un véhicule dont la grande taille n’a aucune logique pour se trouver ou se retrouver. Néanmoins, on ne se trouve pas car, concrètement, on ne s’égare pas, à moins de parler de morale – mais mon humour est beaucoup trop caustique et noir pour que je puisse aborder ce sujet sans me sentir hypocrite.

On ne s’égare pas disais-je, on est juste sur un chemin différent de celui sur lequel on souhaiterait être, satané GPS. En réalité, ce que la publicité fait très bien, sans jamais le dire directement, c’est faire appel aux désirs qui ne constituent jamais le « soi » à trouver d’un individu. Ce n’est pas parce que j’ai claqué un SMIC dans un smartphone que je suis enfin réuni avec mon « moi » ou que j’ai enfin fait la connaissance de mon « moi » ; je suis juste un consommateur avec un produit surcoté de plus, consommateur à qui on a fait croire qu’une personnalité pouvait s’acheter. Dans ce schéma volontairement réducteur – car je continue à croire que rare sont les acheteurs et acheteuses réellement dupes quant aux manœuvres grossières de manipulation des publicitaires, en fait c’est un peu comme si ils ou elles savaient mais acceptaient quand même l’appât –, on retrouve ce qui fait le sel de ce problème (de reins) de la connaissance soi, l’incapacité de découvrir ce qui n’est pas à découvrir.

Le « soi » n’est pas quelque chose qui nous attend, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur, dans une activité, un service ou un produit, le « soi » se construit et, donc sans cesse en construction, on ne peut réellement se connaître que si l’on décide de mettre fin à toutes expériences nouvelles, à tout apprentissage d’informations et connaissances nouvelles.

Résumé : la courbe au point s’incarne bien dans la connaissance de « soi », exercice temporaire, difficile et jamais complètement réussi. D’après moi, il est vain de chercher en soi un lieu de refuge loin des autres, loin de la société, car nous sommes une espèce qui fonctionne avec des relations sociales. Ainsi, on ne peut pas vraiment se téléporter véritablement dans cet authentique lieu secret que nous seuls maîtrisons. On ne se connaîtra donc qu’au regard des autres (sans s’y réduire sinon gare à l’inflammation narcissique) et en mettant en perspective les relations que l’on entretient (et que l’on souhaite entretenir). Enfin la connaissance de soi n’est pas une découverte, mais une construction (longue), parfois pénible, parfois agréable. Il est vain à nouveau d’espérer se trouver ou se retrouver, aussi facilement que l’on débusque cette chaussette disparue sous le canapé. Donc au final ; peut-on réellement se connaître soi ? Non, ce n’est pas du côté d’un lieu intérieur, ni du côté d’une quête d’objet ; oui en partie, en regardant autour de soi et en se posant des questions sur ses relations passées, courantes et à venir.

crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.