Critiquer la communication politique ; pour quelle raison ?

Dans ce carnet j’ai insisté de nombreuses fois sur l’importance de la communication dans le gouvernement de la société française en remettant en cause l’expression classique « c’est que d’la com ». Je le répète encore une fois, une critique de la communication politique formulée ainsi passe à côté du principal ; la communication s’insère dans des rapports de domination et sert au gouvernement de la société. Si elle n’était qu’une apparence elle n’aurait pas tant de place dans la vie politique nationale, ni ne serait l’objet de tant de discussions ; dans une organisation politique, même les illusions laissent des traces physiques, même la communication quand elle est trompeuse et n’est suivie d’aucun acte, reste au service d’une tentative de contrôle des citoyens et citoyennes, donc au service d’une manipulation des corps et des esprits – précisons jamais absolue et jamais sans échec. J’aimerais alors m’arrêter dans ce billet sur une distinction cruciale à opérer quand on parle de critique de la communication politique ; est-ce une critique qui porte sur l’apparence, le vent, le refrain Dalida de la com, ou est-ce une critique concernant la caractéristique gouvernementale de la communication ?

Bien souvent il arrive que la première forme de critique éclipse la seconde, tant cela paraît naturel que la communication serve à diriger les citoyennes et citoyens. Pourtant, un des objectifs d’une critique (scientifique) sociale est de détruire les donnés, les « cela va de soi », car cela va de soi surtout pour celles et ceux pour qui ça va tout court. Par exemple, le marché économique comme institution naturelle (il faut bien lire Karl Polanyi ici pour voir la connerie de cette affirmation) sert parfaitement une idéologie prédatrice qui souhaite s’insérer de partout et ne jamais être remise en cause, un peu comme si elle était aussi indispensable à l’être humain que l’oxygène. Même si la communication politique est vieille, très vieille – dans la Rome antique on retrouve déjà des manœuvres qui n’ont rien à envier aux « coups de com » de nos professionnels de la politique –, il importe de ne pas croire que la première forme de critique – la communication comme apparence – soit la seule ni même suffisante.

Et pourtant, c’est une erreur courante, même chez les plus « informés » de nos concitoyens. Je me souviens d’un membre de mon jury de soutenance me reprocher une soit-disant erreur d’interprétation, ou plutôt d’avoir mis des mots dans la bouche d’une chargée de communication que j’avais interrogée :

« Vous avez dit qu’il n’existait pas de critique de la communication chez les membres des services administratifs. Mais vous dites plus loin que cette chargée de communication critique la communication de l’État »

J’avais répondu en insistant sur la distinction entre critique de la forme de la communication et critique du recours à la communication en tant qu’instrument de gouvernement (j’aurais aimé d’ailleurs que ma réponse figure dans le rapport de soutenance, mais bon…). Dans ma thèse, j’avais mis de côté cette réflexion – la critique citoyenne de la communication n’étant pas mon sujet –, d’où la question justifiée qui m’a été posée plus haut. A mon sens, c’est une bêtise de confondre la communication dans ses rapports à la politique et la communication dans ses rapports au politique. Dans le premier cas, on peut bien entendu mettre en avant tous les jeux de paroles, les discours pour se positionner dans un champ, pour séduire un électorat, etc. Dans le second cas, en revanche, on peut réfléchir au rôle de la communication dans l’organisation politique française, à son insertion dans le maintien de rapports de domination à l’avantage de l’État. Si l’impasse est faite sur ce second cas, la communication est analysée qu’à moitié et de fait, pratique pour la neutralité de la recherche, on peut mettre de côté tout un vocabulaire critique fortement marqué avec des notions comme « domination », « violence », « autorité », etc.

Plus encore, la question de la critique citoyenne de la communication politique prend une autre dimension. Si elle reste fixée sur l’apparence, on peut soutenir, avec certes un certain effort d’exagération, que les citoyens sont contents de leur situation de domination, et qu’ils aimeraient juste être dominés autrement, dans d’autres « formes ». On peut dire qu’une telle critique n’est pas liée à des volontés de changements subversifs, qu’elle s’attaque à une forme de gouvernement sans frapper sa substance. Alors, si la critique citoyenne de la communication politique change de trajectoire, ou en prend une autre supplémentaire, pour exprimer un ras-le-bol vis-à-vis de la communication en tant qu’instrument de gouvernement, ne sommes-nous pas dans une question de volonté de changement de régime ? Sans aller aussi loin, ne sommes-nous pas dans une critique politique en ce qu’elle a de plus fort, c’est-à-dire une remise en cause de la façon dans la vie en collectivité s’organise et surtout qui en sont les principaux organisateurs (et que font-ils ?). En prenant en compte cette caractéristique gouvernementale, la critique de la communication ne devient-elle pas une arme véritablement « critique » (loin d’une « critique neutre » qui n’est qu’un autre nom pour parler d’analyse scientifique), en pointant du doigt des différences dans l’accession aux paroles et aux actes politiques, des privations de paroles politiques pour les citoyens, des inégalités dans les flux de communication (lire mon dernier billet sur ce sujet) ?

Le point à retenir est le suivant : on perd trop en réflexion et effectivité critique en s’arrêtant à une dénonciation de la communication comme apparence, comme si elle ne causait aucun effet alors que son principal effet est quand même bien de maintenir la domination de l’État. La confusion entre une critique de la forme de la communication et une critique de la caractéristique gouvernementale de la communication voire le remplacement de la seconde par la première n’est pas souhaitable pour un effort scientifique qui se veut critique. Maintenant, au lieu de mettre une critique plutôt que l’autre dans la bouche des citoyennes et citoyens, il serait particulièrement intéressant de les interroger pour savoir ce qu’il en est.

crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.