La communication de l’État et le politique : c’est pas que d’la com

Ce texte se veut un point d’éclaircissement sur une partie déterminante de la façon de gouverner actuelle ; la communication de l’État. Trop souvent, cette dernière est uniquement associée à la politique alors qu’elle est aussi liée au politique. Il n’y a pas que des paillettes dans la communication, il y a également des bottes. Plus exactement, c’est l’alliance de la parole à la violence qui caractérise les rapports de domination en France, rapports très bien illustrés par la communication de l’État.

Privation de parole, privation de pouvoir

La privation de parole correspond à une inégalité politique, point sur lequel des auteurs comme P. Bourdieu (1981 ; 2001) et D. Gaxie (1978) ont insisté. Pas tous les citoyens peuvent parler sur la scène publique et politique. Il existe une inégalité d’accession à cette scène et une inégalité dans la capacité à formuler un discours politique. En somme, ne sera écouter que celui qui fait partie du champ politique et qui sait s’exprimer avec les codes de ce champ. Les citoyens hors du monde professionnel de la politique ou n’ayant pas été adoubés par ce monde et ses principaux promoteurs, en particulier les médias, sont donc privés de parole politique et doivent parler par l’intermédiaire de représentants.

Les autres moyens d’expression n’ont pas la même valeur que la parole, comme les manifestations par exemple. Celles-ci doivent être annoncées, ce qui laisse peu d’espoir pour une manif avec un réel impact politique, puisqu’elles sont contrôlées, encadrées par le pouvoir en place – sans oublier le risque d’instrumentalisation et de formatage médiatique des manifestations (Champagne, 1990). Par ailleurs, l’opinion des citoyens est mobilisée, sans qu’ils en aient forcément une, dans le cas des sondages. Il reste enfin les procédures de consultation (les enquêtes publiques principalement) mises en avant depuis la loi Vaillant de 2002.

Pour autant, cette parole n’est politique que dans le sens où elle a pour sujet la vie en collectivité. En revanche, elle n’est pas un acte politique, c’est-à-dire produisant des effets sur la vie en collectivité – pour G. Mendel (2003), l’absence pour les citoyens de maîtrise et de capacité à avoir des actes est la raison principale de la crise démocratique. A vrai dire, l’impuissance politique citoyenne, due à une incapacité à produire une parole politique, est instituée, c’est-à-dire produite et entretenue par une machine légitime, l’État. Pour cette raison, P. Bourdieu invite à la création d’une « véritable démocratie » (Bourdieu, 2001), basée sur les échanges entre tous citoyens pour faire ressortir des opinions construites. Cette « véritable démocratie » suppose la fin de la capacité des représentants politiques à agréger les opinions par leurs discours, imaginant ce que pensent les gens sans vraiment leur demander. Elle impose en fait la fin de la privation de parole politique des citoyens.

Il ne s’agit pas toutefois de dire que les citoyens sont totalement impuissants, mais plutôt que s’ils jouent les règles du jeu de la démocratie représentative ils sont condamnés à un mutisme politique. A nous d’inventer et de saisir les moyens de s’exprimer, comme le mouvement des gilets jaunes, échappant au contrôle des institutions, l’État et les partis politiques principalement, qui participent à cette privation de parole.

Monopole de la représentation-incarnation et communication

Durant ma thèse, j’ai défendu l’idée d’un monopole de la représentation-incarnation au niveau des représentants de l’État les plus hauts, les membres de l’exécutif. Cette idée implique la distinction entre deux types de représentation, la représentation-mandat et la représentation-incarnation (Sintomer, 2013). Dans la première, un individu agit « au nom de », il est mandaté pour représenter un groupe. Dans la seconde, un individu agit comme s’il était le groupe. La différence ne porte pas que sur le vocabulaire, surtout dans le cas d’une représentation de nature politique. Dans le cas de l’État, un individu peut être mandaté et envoyé pour prononcer un discours précis – ce sont les porte-paroles. Un autre individu fait parler et agir l’État à l’aide de déclarations – ce sont les ministres et le président. On est ici dans la logique des deux corps du roi décrite par E. Kantorowicz, où le roi a un corps charnel et un corps symbolique. Les membres de l’exécutif ont également ce corps charnel, rattaché à leur individualité physique, mais également un corps politique qui se transmet et qu’ils héritent de l’État.

Ce monopole se perçoit facilement dans les activités de communication de l’État. Ces dernières sont une démonstration de qui incarne le pouvoir étatique en France. Elles reviennent à répondre à la question suivante ; qui peut en France, à travers un discours, décrire l’avenir du pays ? On pourrait souligner que les porte-paroles le peuvent et le font très souvent dans les micros qui leur sont tendus. Mais on est loin, d’un point de vue symbolique, de l’autorité d’un membre de l’exécutif qui vient s’exprimer, car, au final, les citoyens savent qui prend les décisions ; ce ne sont certainement pas les porte-paroles.

On est alors en plein dans la performativité du langage, c’est-à-dire cette capacité d’un mot ou d’un discours à produire des effets dans la « réalité ». Pour P. Bourdieu (1981), les représentants politiques font advenir par leur parole, c’est ce qu’il appelle des mots d’ordre et des idées-forces. Bien entendu, cela ne signifie pas que les représentants sont des magiciens, mais qu’ils possèdent, parce qu’on leur accorde un crédit et une croyance, un véritable pouvoir (non magique et bien social) leur permettant par exemple de mobiliser ou de définir la « réalité ».

Ainsi, l’État a des discours qui définissent la réalité, mais l’État n’existe pas tout seul. En fait, ce sont des individus qui peuvent définir la réalité, en se réclamant de l’État. Ces individus ont un pouvoir immense, une légitimité confiée par l’État pour assurer, dans une drôle de circularité, la continuité de sa légitimé, et, au final la leur, car c’est de l’État qu’ils tirent leur légitimité à agir comme s’ils étaient l’État. C’est pour cette raison que le monopole de la représentation-incarnation est significatif du point de vue de la reproduction des rapports de domination. Les communications des membres de l’exécutif s’effectuent à la fois pour assurer un maintien de la domination de l’État, mais sont également la preuve continue de cette domination, comme je vais le montrer avec le point suivant.

Flux de communication, flux de pouvoir

La communication étatique s’analyse aussi en termes de flux, c’est-à-dire au niveau de la circulation d’une parole politique ; d’où provient-elle ? quel est son impact sur la vie en collectivité ? est-elle critiquable et par qui ? est-elle à l’origine d’une discussion ? quand elle adresse un problème, est-elle là pour trancher ou engager une discussion ? dans les rapports d’échange, est-elle contrainte à répondre ? ou se situe t-elle dans un quasi-monologue ? ou encore dans un dialogue à voix multiples (dans lequel elle est la voix principale) ? Etc.

Toutes ces questions trouvent en partie réponse à travers l’exemple d’une crise financière internationale. Pendant ma thèse, j’ai en étudié trois – krach boursier de 1987, crise asiatique de 1997-1998 et crise des subprimes de 2007-2008 – pour lesquelles les membres de l’exécutif ont effectué des activités de communication. Pour des raisons de clarté, je vais fournir un schéma typique de ces réactions des ministres et du président. Tout d’abord, il faut savoir que les anticipations sont rares, même s’il peut arriver (comme pour la crise des subprimes) que les membres de l’exécutif soulignent la présence de risques. Ensuite, alors que les risques sont au plus haut, voire même que la crise a commencé, ils sont optimistes (trop même) et affirment que la situation n’est pas aussi grave qu’il n’y paraît. Dès que la crise bat son plein, soit très rapidement, ils se montrent prudents quant aux conséquences et plus réalistes. Une grosse partie des activités de communication s’attache à maintenir une confiance dans le système financier et économique. S’ensuit le moment des critiques, avec des responsables pointés du doigt (rarement nommément, sauf si ce sont des individus), accompagnées par les solutions (principalement l’Union européenne et la refonte d’un nouveau Bretton Woods pour la période étudié, 1987 – 2009). Une autre grosse partie des activités communicationnelles consiste à faire la promotion et expliquer les action de l’État pour gérer la crise.

Bien entendu, on pourrait reprocher à ce choix de période l’exceptionnalité de la situation de crise. Au contraire, je pense avec Y. Delahaye (1977) que la période de crise permet de montrer assez clairement les normes qui structurent les discours, car on y trouve des changements, donc à la fois ce qui est habituel et ce qui est inhabituel. Dans le premier cas, l’habituel, les activités de communication sont une réaction et n’initient pas la discussion sur le sujet de crise. (Il faut préciser ici qu’une des raisons de la crise est la déréglementation et que l’État y a activement pris part, donc quelque part, ces crises sont la responsabilité des membres de l’exécutif, d’où peut-être une réticence à reconnaître leurs erreurs et de leur part.) Les activités communicationnelles soulignent que les représentants étatiques sont l’unique centre décideur, elles montrent qui choisit les politiques et ne sont certainement pas destinées à engager une discussion. Elles sont ici très claires ; c’est l’exécutif qui décident et met en œuvre. Au niveau des solutions c’est encore une fois l’État et ses représentants-incarnant qui peuvent se permettre de dessiner l’avenir du pays (= il faudrait construire encore plus l’Union européenne, il faudrait faire un nouveau système économique et financier).

Dans le second cas, l’inhabituel, on retrouve les critiques envers le néo-libéralisme et le capitalisme, dont les membres de l’exécutif sont normalement avares. Plus encore, pendant la crise asiatique de 1997-1998, Jacques Chirac se montre critique envers les pays asiatiques qui auraient envie de mesures protectionnistes alors même que c’est une mondialisation sauvage, ayant surtout profité aux pays occidentaux, qui est à l’origine de la crise asiatique (Stiglitz, 2003). Ces moments de crise dévoilent toutefois l’état d’un système financier dérégulé et déréglementé, censé se gérer seul, qui ne fonctionne pas et dont les membres de l’exécutif formulent quelques remarques qui vont dans ce sens. Ils mettent également en lumière, de façon encore plus intensive, un drôle de paradoxe caractérisant, selon moi, l’État d’aujourd’hui, qui est un impuissant volontaire. Les crises financières sont par nature mondiale, quoi qu’il arrive, l’interconnexion des marchés expliquant qu’un problème à un endroit se propage avec célérité. Ainsi, un État ne peut régler seul ce type de crise, mais il est le seul, au niveau national, à pouvoir gérer les effets négatifs. Par ailleurs, ce sont des politiques d’État qui ont contribué à détacher l’autorité étatique des marchés financiers, ce que P. Bourdieu (2001) désigne par l’expression « politiques de dépolitisation ». On voit donc dans ces crises financières internationales cet État obligé d’intervenir et seul en mesure de le faire pour contrer les dégâts de la crise dans son territoire, mais incapable de changer seul ce « système » financier à la dérive, tout en ayant contribué à l’origine à se mettre dans cette situation d’impuissance.

En somme, concernant le flux de communication, il est clair que les membres de l’exécutif, représentants-incarnant de l’État, sont au « pouvoir ». Ils prennent des décisions et les annoncent, non pas pour les discuter, mais pour les expliquer. Ils ne cherchent pas non plus à engager, avec l’aide des citoyens, une réflexion et une action commune pour effectivement changer le « système » financier ; cela impliquerait un changement dans le flux de communication, donc un changement dans les rapports de domination, avec un équilibrage en faveur des citoyens dominés.

Pour résumer : la communication est un mode de gouvernement de l’instant, où l’apparence prime sur le reste. Cela se voit de façon exemplaire pendant les crises financières internationales, où les membres de l’exécutif réclament des changements, mais rien n’ait fait – et on pourrait aussi bien avoir une nouvelle crise financière pour les mêmes raisons (effet de levier trop important, spéculation incontrôlée, méconnaissance du montant total de l’engagement d’une banque (shadow banking), etc.). Il fallait un discours autoritaire semblant dire « plus jamais » à ces abus de la finance déréglementée et dérégulée et il a eu lieu (le discours de Toulon de Nicolas Sarkozy). La communication de l’État démontre, également de façon exemplaire, les rapports de domination en France. Dans ses dimensions de flux, on voit très bien que ce sont les représentants de l’État qui prennent les décisions et que ces dernières ne sont pas du tout soumises à une discussion avec les citoyens, ces derniers étant privés de paroles politiques. Enfin, la force symbolique des membres de l’exécutif, pouvoir monopolistique de l’incarnation de l’État, nécessiterait un contrôle étendu, si nous vivions véritablement en démocratie (aucun individu ne devrait pouvoir, que ce soit pratiquement ou même symboliquement, la possibilité d’incarner une autorité aussi puissante et dangereuse que l’État sans contre-pouvoir effectif).

Bibliographie

BOURDIEU Pierre, « la représentation politique [éléments pour une théorie du champ politique] » [Document en ligne] Actes de la recherche en sciences sociales, 36-37, 1981, pp. 3-24. Disponible sur : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1981_num_36_1_2105 (consulté en août 2014)

BOURDIEU Pierre, « Le mystère du ministère [Des volontés particulières à la « volonté générale »] » [Document en ligne] Actes de la recherche en sciences sociales, 2001, volume 140, pp. 7-11. Disponible sur : http://www.persee.fr/doc/arss_0335-5322_2001_num_140_1_2831 (consulté en septembre 2016)

BOURDIEU Pierre, Contre-feux 2. Pour un mouvement social européen. Paris : Raisons d’agir, 2001, 108 p.

CHAMPAGNE Patrick, Faire l’opinion : le nouveau jeu politique.Paris : les Éd. De Minuit, 1990, 311 p. (Le sens commun)

DE LA HAYE Yves, La frontière et le texte : pour une sémiotique des relations internationales. Paris : Payot, 1977, 252 p. (Langages et sociétés)

KANTOROWICZ Ernst Hartwig, Les deux corps du roi. Paris : Gallimard, 1989, 638 p. (Bibliothèque des histoires)

GAXIE Daniel, Le cens caché : inégalités culturelles et ségrégation politique. Paris : Éditions du Seuil, 1978, 268 p. (sociologie politique)

MENDEL Gérard, Pourquoi la démocratie est en panne : construire la démocratie participative. Paris : La Découverte, 2003, 235 p.

SINTOMER Yves, « Les sens de la représentation politique : usages et mésusages d’une notion » [Document en ligne] Raisons politiques, n°50, 2013, volume 2, pp 13-34. Disponible sur : http://www.cairn.info/revue-raisons-politiques-2013-2-page-5.htm (consulté en mai 2016)

STIGLITZ Joseph E., La Grande Désillusion. Paris : Librairie générale française, 2003, 407 p. (Le livre de poche)

crédit photo


Une réflexion sur « La communication de l’État et le politique : c’est pas que d’la com »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.