Lexique de vocabulaire scientifique (pour les étudiantes et étudiants)

Propos liminaires (on dit ça pour faire classe et ça veut dire propos introductifs)

Ce lexique a pour objectif de rendre clair certains termes utilisés dans le travail scientifique. Attention toutefois ! Certains de ces termes se retrouvent dans le « langage de tous les jours », cela ne signifie pas qu’ils ont le même sens. Soyez malins, soyez curieux, ne vous contentez pas de ce que vous entendez au quotidien, ni même de ce lexique ; lisez des ouvrages sur l’épistémologie et les théories de la connaissance pour ouvrir vos neurones !

Petites précisions sur le lexique :

Les sciences évoquées ici sont les sciences sociales, et non les sciences « expérimentales ». Donc ce que vous lisez ci-dessous n’est pas nécessairement applicables à ces sciences « dures ».

Gardez en tête que c’est un lexique « à la cool ». L’objectif est de vous donner une idée d’ensemble vis-à-vis de chacun des termes ci-dessous. Des raccourcis ont donc été opérés. Il faudra ainsi, pour la maîtrise totale de ces termes, lire plus que ce lexique.

Vous trouverez des exemples de phrase typique où ces différents mots apparaissent. Ces phrases-exemples vous aideront à bien saisir le contexte dans lequel le mot défini est utilisé.

En fin de définition de certains termes, vous trouverez également des explications sur les définitions de ces termes utilisés dans le « langage courant ».

Petites précisions sur le vocabulaire scientifique en général :

Ça va paraître bizarre dit comme ça mais, le chercheur en sciences sociales travaillent principalement avec des mots. Contrairement à des physiciens, des garagistes, des jongleurs ou des chirurgiens, les outils des chercheurs ne sont pas palpables, comme un microscope, une clé à molette, une balle ou un scalpel. Bien entendu, ils utilisent des objets, comme tout le monde (l’ordinateur pour ne parler que de lui), mais ces objets sont soumis à un contrôle strict du vocabulaire. Autrement dit, si un sociologue s’intéresse aux rapports domestiques en France, il construira avec précision un appareil théorique et méthodologique pour interroger ces rapports. C’est pour cette raison que les chercheurs semblent un peu lourd en parlant de façon complexe voire alambiquée. Ils accordent une importance primordiale à la justesse du mot et se méfient des termes utilisés couramment. Leur travail consiste effectivement à interroger les mots et les relations qui se tissent autour de ceux-ci. Bien sûr, ils ne font pas que ça, mais la base du travail scientifique est composée d’une attention particulière au vocabulaire car c’est avec celui-ci que l’on élabore une réflexion. En conséquence, durant la rédaction de votre mémoire, vous ne pourrez pas utiliser ces mots de façon irréfléchie, sans faire attention à leur définition. En bref, quand on écrit de façon scientifique (des sciences sociales), on n’utilise pas des mots parce qu’ils sont à la mode, qu’ils sonnent bien ou qu’ils riment, mais parce qu’ils correspondent précisément à ce que l’on veut dire et qu’on connaît leur définition.

Mots outils : les mots qui permettent de construire une pensée ordonnée, posée, scientifique

Théorie

Phrase typique : « Les théories de N. Elias concernent les relations entre l’individu et la société. »

C’est l’architecture principale de la science. On l’oppose souvent à la pratique en disant que « y a la théorie d’un côté, la pratique de l’autre ». Ce n’est pas tout à fait juste car la théorie en science est une manière de construire et penser la pratique. C’est une manière de comprendre ce qui se passe dans la société. Et pour être encore plus précis, le rapport entre théorie et pratique est un rapport de complémentarité plutôt que d’opposition. Il faut bien réfléchir une pratique pour l’améliorer, la critiquer, tout comme il faut vérifier « concrètement » ce que l’on pense en faisant un modèle.

Une théorie est donc un ensemble d’idées clairement définies, identifiées, explicitées et modélisées qui se donnent comme but d’expliquer une partie de la société, des relations, un objet (« objet » plus bas) précis. Cela implique quatre éléments qu’il faut retenir :

1° Premièrement, la théorie n’est pas et sera jamais la réalité telle quelle, ni la vérité telle quelle. La théorie permet de mieux comprendre une réalité et d’ouvrir de nouvelles questions à poser à celle-ci. Jamais elle ne clôt un débat, au contraire d’un dogme par exemple.

Deuxièmement, une théorie implique des grossissements, des simplifications, des choix qui ne correspondent pas à la réalité telle quelle. Il est impossible de prétendre pouvoir tout expliquer et livrer une photocopie exacte de la société. Au contraire, une théorie se concentre sur certains éléments et en délaisse d’autres.

Troisièmement, une théorie ne laisse pas de place au flou, au doute et à l’interprétation dans sa formulation. Elle fait preuve d’une grande méticulosité pour que l’on comprenne exactement ce qu’elle veut dire. Cela ne signifie pas qu’une théorie est forcément facile à comprendre, mais qu’elle présente, sans rien cacher, sans ambiguïté, ce sur quoi elle travaille.

Quatrièmement, il n’existe pas qu’une seule théorie pour parler d’un sujet (« sujet » plus bas) ; certaines théories sont complémentaires, d’autres sont en opposition. Il faut donc justifier le choix d’une théorie.

Notion

Phrase typique : « La notion de démocratie désigne un régime politique particulier. »

La notion désigne un terme avec une application discernable dans l’immédiat ; on sait ce qu’on désigne (même s’il n’est pas rare de croiser des notions floues). Elle demande moins de travail que le concept (voir plus bas) parce qu’elle est à un niveau de réflexion moins élevé. Néanmoins, elle peut être utilisée dans le cadre d’un travail scientifique. Dans ce cas, il importe de bien définir la notion et, pourquoi pas, y apporter des précisions, des approfondissements.

Concept

Phrase typique : « Le concept d’habitus de P. Bourdieu a été créé afin d’expliquer les dispositions psychologiques et sociales des individus. »

Globalement ce qu’il faut retenir, c’est que le concept correspond à un degré supérieur de scientificité par rapport à la notion. Le concept est plus complexe et difficile à comprendre. Il fera appel à différentes notions qu’il liera entre elles pour aboutir à une réflexion poussée. Un concept est donc, en quelque sorte, une « notion » en plus aboutie sur le plan de la réflexion scientifique. Le concept désigne de façon abstraite la réalité qu’il traite. Autrement dit, il pousse la réflexion plus loin et propose des explications qui vont bien au-delà du constat ou de l’analyse première. Attention, en tant qu’étudiant, vous ne pouvez pas inventer votre propre concept, vous reprenez le concept d’un chercheur. Cela implique par ailleurs de ne pas prendre un concept sans s’intéresser à la théorie du chercheur. Le concept s’inscrit forcément dans un travail poussé de réflexion que l’on appelle théorie.

Dans le langage courant  : c’est une manière stylée de parler d’une idée. C’est souvent aussi une stratégie de communication pour vendre un produit ou un service, soit encore dans les cartons, soit déjà prêt.

Questionnement

Phrase typique : « Le questionnement de mes étudiants manque de questions. »

La questionnement est un ensemble de questions sur un sujet. Son objectif est de mener à l’établissement de la problématique et de constituer les premiers pas vers la construction de l’objet de recherche. On peut le voir comme les premières questions qui nous viennent lorsque l’on aborde un sujet. Bien entendu, il faut travailler le questionnement et affiner sa forme pour aboutir à une série de questions, de réflexions (donc pas forcément sous la forme interrogative). Le questionnement doit amener petit à petit à la problématique.

Problématique

Phrase typique : « Les problématiques de mes étudiants n’ont pas de problème ! »

Une problématique est une façon de poser un problème. Le plus souvent sous la forme interrogative, la problématique peut aussi être sous forme affirmative. Le principal étant qu’elle pose une interrogation de l’objet de recherche. Elle se propose de l’analyser et de chercher à en approfondir la connaissance. Une problématique n’est donc pas quelque chose que l’on sait déjà, ou une évidence, ou encore une question à laquelle on ne peut répondre. La problématique est ainsi un problème posé en des termes précis dans l’objectif de réfléchir sur un objet. Attention toutefois ; un problème n’est pas nécessairement une difficulté rencontrée (en stage par exemple) ou un obstacle. Le « problème scientifique » est un plus complexe que cela. C’est un élément de la réalité qui pose des questions et c’est grâce à ces questions que l’on propose de mener une analyse critique.

Dans le langage courant : le terme « problématique » est utilisé comme un synonyme de problème ; la « problématique du chômage », la « problématique de la corruption », la « problématique de la délinquance », etc. À nouveau, on a ce côté « je parle de façon classe ».

Paradigme

Phrase typique : « Le paradigme constructiviste (radical) permet d’aborder la réalité comme procédant nécessairement d’activités humaines. »

C’est le moment où les chercheurs se tapent sur l’épaule parce qu’ils se sont mis d’accord sur deux éléments. Tout d’abord, les chercheurs se sont accordés sur l’importance de leur objet de recherche (cf. objet), sur la manière de l’aborder, de l’expliquer, de le penser. Puis, ils se sont accordés sur la manière d’en parler – autrement dit chacun n’y va pas de ses propres concepts et notions, mais au contraire les concepts et notions sont partagés.

Dans le langage courant : c’est une « façon de voir le monde » (on parle de « changer de paradigme »). Ici, le terme « paradigme » est clairement flou et ressemble, encore une fois, à une façon un peu classe de s’exprimer.

Postulat

Phrase typique : « Le postulat que vous posez en début de recherche me paraît juste. »

C’est une proposition que l’on tient pour vrai dès le début de la réflexion et que l’on ne cherchera pas à démontrer. Pour caricaturer, c’est « je dis ça, c’est vrai et je m’embête pas à le prouver ». Attention à ne pas postuler n’importe quoi, ou ce qui est vraiment évident. Le postulat ne doit pas être utilisé en guise d’excuse à la paresse intellectuelle.

Hypothèse

Phrase typique : « Ces hypothèses ne permettent pas de vérifier la problématique. »

C’est ce que l’on propose de vérifier pour apporter des éléments de réponse à la problématique. C’est ce sur quoi on va focaliser notre recherche pour proposer des réponses à la problématique.

Dans le langage courant : l’hypothèse n’est pas en lien avec une problématique ou un plan de travail, c’est juste une supposition au sens large.

Sujet (ou sujet de recherche)

C’est ce sur quoi on travaille et qui peut se résumer en une phrase : « Je travaille sur les pratiques des internautes enfants dans leur recherche de dessin animé en streaming ». Le sujet constitue vraiment le point de départ et il est bien de ne pas s’arrêter aux notions qu’il donne. Il faut questionner ce sujet pour qu’il devienne un objet.

Objet (ou objet de recherche)

L’objet de recherche c’est un peu l’étape au-dessus une fois que l’on a le sujet. Il faut pousser la réflexion afin de construire l’objet à partir du sujet. En fait, l’objet de recherche correspond au moment où le chercheur a fait son travail en approfondissant son sujet : « Je travaille sur les pratiques des internautes enfants dans leur recherche de dessin animé en streaming. Ce qui m’intéresse c’est la manière dont les enfants utilisent les moteurs de recherche, les mots-clés qu’ils utilisent ou les opérateurs booléens, les recommandations techniques et sociales qu’ils suivent ». Une fois que l’on a l’objet, on commence à connaître les enjeux de sa recherche ; c’est-à-dire l’intérêt, parfois suivi d’un objectif (ce que je cherche à voir/montrer). En termes d’étapes, quand on a l’objet, on est généralement déjà avancé (un peu, ou beaucoup) sur la piste du questionnement (cf. questionnement).

Méthode

Phrase typique : « Ma méthode de recherche est l’entretien. »

La méthode est l’outil du chercheur, la manière précise et définie qu’il utilise pour vérifier ses hypothèses. Voici quelques noms de méthodes : entretien semi-directif, analyse de contenu, analyse de discours, analyse des graphes.

Méthodologie

Phrase typique : « Ma méthodologie consiste en une série d’entretien avec des acteurs précis que j’interroge à l’aide d’une grille. »

La méthodologie est la réflexion sur la méthode, sur la façon dont on l’applique.

Dans le langage courant : méthode et méthodologie sont synonymes. C’est une erreur classique qui agace les chercheurs (et les profs au passage).

Terrain

Phrase typique : « Mon terrain est composé d’archives que je dois aller consulter dans la ville de Dubaï. »

Le terrain est ce vers quoi on se dirige pour chercher des réponses. Après la construction théorique de son objet, l’établissement de méthode et une réflexion sur la méthodologie, on va « sur le terrain ». C’est sur ce terrain que l’articulation entre théorie et pratique, entre réflexion et concret est la plus claire – même si elle est déjà présente auparavant. Il importe de définir avec précision son terrain puisque c’est grâce à celui-ci que l’on a travaillé les hypothèses.

crédit photo


2 réflexions au sujet de « Lexique de vocabulaire scientifique (pour les étudiantes et étudiants) »

    1. La principale différence demeure sur le niveau d’abstraction. Un concept est plus abstrait, en ce qu’il s’éloigne d’une compréhension immédiate – et nécessite forcément plus de dépense en neurones.
      Par exemple, la démocratie peut être une notion ou un concept. Dans le premier cas, elle désigne un régime politique spécifique. Dans le second, il faut la rattacher aussi à une conception de l’individu, des relations entre individus, de la signification du “vivre ensemble”, de l’équilibre dans les rapports de domination, etc.
      En bref, avec une notion on va désigner quelque chose de compréhensible dans l’instant (ce qui peut amener des confusions) mais qui peut être assez général (d’où la possibilité de notion floue) ; avec un concept on s’inscrit explicitement dans une théorie et on fait un effort de définition (et de précision) plus important (quitte donc à être trop abstrait car détaché de la complexité, du chaos même de la réalité).
      A garder en tête que je simplifie ici, sans parler aussi des différences entre concept et notion d’un pt de vue philosophique (que je ne maîtrise pas).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.