La “communication (politique) twitter” est un échec

La fake-news, ou plutôt tentative de désinformation concernant l’envahissement de l’hôpital de La Pitié-Salpêtrière par des manifestants le premier mai, est la goutte d’eau de trop, dans un océan de mensonges et coups-bas ; même l’opposition politique, pourtant pas les premiers à s’attaquer aux figures de pouvoir, demande une démission du ministre de l’intérieur1. Au-delà de tout ce que ça nous dit sur le mode de gouvernement en lui-même, j’aimerais attirer l’attention sur l’échec qu’est la « communication twitter » ; par cette expression j’entends la communication rapide, à base de déclaration courte, faite pour choquer, susciter des émotions de colère ou d’espoir, et dont l’objectif est de mobiliser un soutien, sans plus d’effort que celui d’essayer de toucher une corde sensible – ce qui en dit long sur la manière dont les gouvernants conçoivent les citoyens, c’est-à-dire des idiots n’obéissant qu’à leurs sentiments. Cette « communication twitter », qu’elle se passe sur ce réseau social numérique (RSN) ou un autre, échoue selon trois raisons que je vais développer plus bas.

Pourquoi un échec ? Lenteur de la machine d’État

Sans même parler de la volonté de réparer les erreurs, il est clair que les représentants de l’État n’ont pas le temps de le faire. Quand les élites étatiques mentent, il ne faut pas une heure pour que ce mensonge soit déconstruit et il est trop tard pour faire marche arrière. En toute honnêteté, je ne sais pas concrètement comment se passe la gestion de la communication étatique concernant les réseaux sociaux numériques ; est-ce que les chargés de communication peuvent twitter en autonomie ? Doivent-ils faire valider chaque tweet par un responsable de cabinet ? Disposent-ils d’une série préalablement construite de tweets « postables » en fonction de l’événement, qu’ils peuvent, selon l’évolution de la réception, utiliser ?

Durant ma thèse, j’avais effectué des entretiens avec quelques conseillers et chargées en communication, concernant une situation de crise financière, durant lesquels ils m’a expliqué qu’il existait une hiérarchie précise, événement de crise ou pas. On peut donc imaginer, sans grand risque, que la communication sur RSN nécessite aussi une validation par la hiérarchie. En conséquence, les représentants étatiques et leurs communicants sont toujours trop lents à réagir face aux corrections qui ne tardent jamais à venir sur leurs déclarations. Les premiers ne peuvent passer leurs temps à surveiller la réception de leurs déclarations sur les RSN et les seconds n’ont, semble t-il (mais ça resterait à confirmer), pas l’initiative pour contrer la grogne légitime qui monte.

Pourquoi un échec ? Absence d’humilité des représentants étatiques

Les représentants de l’État n’ont jamais tort, même quand ils ont sans aucun doute tort. Ce fait montre un invariant puissant à l’œuvre dans le discours politique2 ; les représentants de l’État, et les professionnels de la politique, sont censés maîtriser les phénomènes sociaux ou, plutôt, donner l’impression de cette capacité. En réalité, cette dernière les rattrape très vite et au lieu de reconnaître les erreurs, les incapacités, ils ajoutent d’autres erreurs de communication, d’autres mensonges, d’autres exagérations. C’est un peu comme si, pour un représentant de l’État, admettre que l’on a fauté c’est aussi admettre que l’on peut se tromper, et donc admettre que, parfois, on est impuissant ; mais bon, l’humilité est un sentiment qui est étranger aux représentants de l’État. En conséquence, la « communication twitter » apparaît arrogante et insultante quand les mensonges et les erreurs ne sont jamais corrigés, jamais excusés.

Pourquoi un échec ? Erreur dans la conception des citoyens

Au début de ce billet, j’ai glissé un indice sur cet échec, la conception des citoyens de la part des représentants étatiques ; un gros mouton qui bave et qui regarde le doigt de l’élite quand celui-ci montre Macron. Pourtant c’est une erreur grave parce qu’elle contribue à ne pas arranger les rapports entre gouvernants et gouvernés. Si vous partez du principe que vos auditeurs sont des débiles, pourquoi vous embêter à proposer quelque chose de complexe et intelligent ? En ne comprenant pas que les citoyens français sont doués d’un esprit critique, les représentants étatiques adoptent une « communication twitter » qui, sans surprise, est mal reçue – il suffit de lire les commentaires sous les tweets du compte du gouvernement par exemple. Pire encore, cette communication entretient un cercle vicieux de dépréciation et de dégradation d’une « discussion » entre gouvernants et gouvernés ; les réponses aux tweets sont le plus souvent des insultes et des moqueries, confirmant en quelque sorte que les Français sont des débiles incapables de pondre un argument raisonné, et justifiant par là une communication au ras des pâquerettes. Re-pire encore, cette communication participe à l’installation d’un climat de méfiance, ou le doute et la critique (violente) sont devenus les postures par défaut face aux discours politiques.

Pour résumer, à ce petit jeu de la manipulation sur RSN, l’État et ses représentants sont les plus mauvais joueurs, malgré le soutien des médias nationaux dominants, qui rapportent quasiment sans les questionner leurs discours. De cet état de fait se dégage deux éléments, assez flagrants à mon sens, constitutifs de l’organisation politique actuelle ; 1° certaines techniques de communication, en l’occurrence surtout celles se déroulant sur les RSN, qui ont pour objectif de légitimer des actions (comme attaquer verbalement et physiquement les gilets jaunes) et crédibiliser les auteurs de ces actions (on sait ce qu’on fait + on est à la hauteur de la situation), sont inefficaces et ne convainquent que les convaincus par avance (qui sont de moins en moins nombreux) ; 2° les façons de gouverner et les gouvernants sont en retard au niveau de leur mentalité ; c’est-à-dire, prendre les citoyens pour des moutons de masse (une pensée politique qui a minimum 50 ans) et ne pas savoir s’adapter aux demandes de changement (plus de démocratie) – les véritables réfractaires au changement sont donc bien au gouvernement ou travaillent pour lui. La « communication twitter » est un échec et il serait temps que les conseillers en communication réfléchissent à une autre manière de communiquer sur les RSN.

1https://www.europe1.fr/politique/intrusion-a-la-pitie-salpetriere-lopposition-appelle-castaner-a-sexpliquer-3896330

2Sur le sujet des invariants dans la discours politique voir LE BART Christian, Le discours politique. Paris : PUF, 1998, 128 p. (Que sais-je?)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.