Comment rédiger un plan (pour la thèse) ?

Ce billet est une aide méthodologique pour celles et ceux qui galèrent pour écrire un plan. Ce n’est donc pas une recette miracle (pour réussir sans travailler), ni la panacée (pour surmonter toutes les difficultés). Je ne promets donc pas, à la manière d’un gourou des internets, la résolution de tous vos problèmes, mais plutôt je vous propose quelques conseils (que j’aurais aimé avoir au moment de la rédaction de mon plan).

 

Plusieurs éléments à garder en tête (au moment de la rédaction de son plan)

1° Sa problématique ou son questionnement central : c’est l’architecture centrale de la thèse et c’est avec le plan qu’on y apporte une réponse.

2° Son « terrain » : cette expression désigne tous ces éléments de démonstration de notre pensée « théorique » que l’on utilise pour prouver. Il faut bien se poser la question de est-ce qu’on va les mettre, avec quelques erreurs à éviter ; a° ne pas mettre le terrain dans une seule partie (sauf si c’est une pratique courante dans sa discipline) ; b° ne pas répéter les mêmes éléments de terrain à différents endroits du plan, sauf si c’est pour dire des choses différentes à partir d’eux.

3° ses hypothèses : de façon simple et efficace, ce sont elles qui peuvent être le guide du plan en correspondant à l’équation 1 partie = 1 hypothèse. Si vous avez pas du tout de problématique, ou si c’est pas assez clair à ce niveau, c’est grâce aux hypothèses que vous pouvez vous en tirer. Il faut aussi, plus généralement, que le plan vous permette de répondre à chacune de vos hypothèses.

 

Composition du plan : étape par étape

Première étape

En gardant en tête ces trois éléments-là (problématique, terrain, hypothèse), partez sur une segmentation en deux voire trois parties (ou plus, si l’envie vous prend).

Pour chaque partie, écrivez un petit résumé pour expliquer l’objectif de cette partie : « dans cette partie, je veux montrer que, j’ai tels auteurs, telles théories pour ça, tels éléments de terrain ». Notez bien tout ça, n’hésitez pas à compléter avec des références précises (nom d’ouvrage, d’articles, page de la citation, etc.), c’est un gain de temps précieux.

Exemple tiré d’un brouillon de plan de ma thèse :

Partie 1 : La communication de l’État et le Politique français (123 pages) L’objectif de cette partie est d’analyser les rapports entre la communication et le système politique français (la politique et le politique). Il s’agit de voir quelles sont les fonctions de la communication de l’État dans ce système et pour quelles raisons elle est perçue comme étant légitime et crédible.

Auteurs et théories = Les théories de P. Bourdieu et N. Elias seront mobilisées ici. Également nous ferons un petit (petit car l’État est un sujet qui a été traité de tant de manière) état de l’art sur les manières de concevoir l’État où seront brossées les théories de Hobbes, Locke et Rousseau, Jobert et Muller, Rosanvallon, Foucault. À partir de nos analyse de corpus, nous parlerons des monopoles et capitaux aujourd’hui…

Selon moi, un plan gagne à être directement un plan détaillé, fourni, afin d’éviter d’avoir des parties orphelines, sans frères ni sœurs, c’est-à-dire des parties où en fait on n’a rien à dire, on a juste un titre et on ne sait pas concrètement ce que l’on va foutre avec. Il faut éviter le plus possible de mettre de côté, par peur ou flemme, l’affrontement entre titre et écriture concrète, entre « j’ai écrit le nom de ma partie » et « qu’est-ce que je vais mettre dedans ? », sinon le risque c’est d’avoir un plan bien déséquilibré.

 

Deuxième étape

Une fois que l’on a un plan avec des éléments écrits, qui font sens, pour chacune des parties, il faut commencer à les rassembler pour former des chapitres. Donc on recommence comme pour la première étape :

Exemple tiré d’un brouillon de plan de ma thèse :

Partie 1 : La communication de l’État et le Politique français (123 pages) L’objectif de cette partie est d’analyser les rapports entre la communication et le système politique français (la politique et le politique). Il s’agit de voir quelles sont les fonctions de la communication de l’État dans ce système et pour quelles raisons elle est perçue comme étant légitime et crédible.

Chapitre 1 : La communication en tant que l’État français pour les membres de l’exécutif (62 pages) Afin de comprendre ce qu’est la communication de l’État, il faut déjà expliquer la conceptualisation de l’État choisi pour décrire celui-ci par rapport à ses relations aux choses, aux individus et aux institutions (1.1). Nous verrons que l’État est un processus de monopolisation de capitaux et nous expliquerons quelle est, aujourd’hui, la situation de ces capitaux et monopoles. Ensuite, nous pourrons expliquer ce qu’est le monopole professionnel de la représentation de l’État, ce qui nous permet de justifier notre méthode (analyse des communications des membres de l’exécutif). Ce monopole permet aux seuls ministres et président de la République d’incarner l’État (1.2). Enfin, cette dernière sous-partie servira à démontrer l’expression de l’ « État agissant » ou l’État en action au travers de la communication des membres de l’exécutif (1.3). Nous traiterons dans ce chapitre en partie de l’hypothèse 1 (contraintes formelles de la communication).

N’hésitez pas à rajouter dans ce plan l’hypothèse qui est traitée, toujours pour s’assurer du lien entre le plan en lui-même et son travail de réflexion (car on peut tout à fait avoir une superbe partie intéressante mais qui ne permet pas vraiment de répondre à une seule de nos hypothèses).

Répétez cette étape jusqu’à diviser son plan autant que faire se peut, c’est-à-dire jusqu’à un 1.1.1 par exemple.

Exemple tiré d’un brouillon de plan de ma thèse :

Partie 1 : La communication de l’État et le Politique français (123 pages) L’objectif de cette partie est d’analyser les rapports entre la communication et le système politique français (la politique et le politique). Il s’agit de voir quelles sont les fonctions de la communication de l’État dans ce système et pour quelles raisons elle est perçue comme étant légitime et crédible.

Chapitre 1 : La communication en tant que l’État français pour les membres de l’exécutif (62 pages) Afin de comprendre ce qu’est la communication de l’État, il faut déjà expliquer la conceptualisation de l’État choisi pour décrire celui-ci par rapport à ses relations aux choses, aux individus et aux institutions (1.1). Nous verrons que l’État est un processus de monopolisation de capitaux et nous expliquerons quelle est, aujourd’hui, la situation de ces capitaux et monopoles. Ensuite, nous pourrons expliquer ce qu’est le monopole professionnel de la représentation de l’État, ce qui nous permet de justifier notre méthode (analyse des communications des membres de l’exécutif). Ce monopole permet aux seuls ministres et président de la République d’incarner l’État (1.2). Enfin, cette dernière sous-partie servira à démontrer l’expression de l’ « État agissant » ou l’État en action au travers de la communication des membres de l’exécutif (1.3). Nous traiterons dans ce chapitre en partie de l’hypothèse 1 (contraintes formelles de la communication).

1 – L’État, monopoles et capitaux Les théories de P. Bourdieu et N. Elias seront mobilisées ici. Également nous ferons un petit (petit car l’État est un sujet qui a été traité de tant de manière) état de l’art sur les manières de concevoir l’État où seront brossées les théories de Hobbes, Locke et Rousseau, Jobert et Muller, Rosanvallon, Foucault. À partir de nos analyse de corpus, nous parlerons des monopoles et capitaux aujourd’hui.

2 – Le monopole professionnel de représentation de l’État La théorie des deux corps de E. Kantorowicz sera mobilisée ici. Nous l’appliquerons aux membres de l’exécutif (idée partagée par R. Debray et G. Mendel) en détaillant l’expression de « monopole professionnel de représentation de l’État ». Nous expliquerons aussi la différence entre représentation-mandat et représentation-incarnation avec un recours à H. Hasso, H. Pitkin et Y.  Sintomer. Avec notre terrain, nous pourrons illustrer la justesse de cette expression…

Troisième étape

Dans cette troisième étape, il faut concevoir le plan comme un document de travail, de soutien permanent. Il faut fouiller dans ses notes, et mettre tous les éléments (citations, résumé d’articles, noms d’auteurs, etc.) que l’on peut concrètement et effectivement utiliser pour passer à la rédaction.

Exemple tiré d’un brouillon de plan de ma thèse :

2 – Les capacités définitoires de la « réalité » Dans une perspective constructiviste (Berger & Luckman, P. Watzlawick, N. Elias), nous verrons la nécessaire construction de la « réalité » par l’État. Nous insisterons tout particulièrement sur la notion de confiance (L. Quéré, N. Luhmann, R. Hardin) et son importance dans le maintien du système financier et économique. Cette notion sera aussi traitée par rapport à nos résultats de corpus. Nous verrons également le travail des représentants de l’État sur ce que Berger & Luckman appellent le « stock social de connaissances », permettant, notamment et au moins, d’apporter des explications rencontrant une compréhension plus large, mais le plus souvent de faire correspondre la crise à un modèle référenciel permettant de la caractériser.

Watzlawick, com définit la réalité et désigne ses caractéristiques.

Les cadres de Goffman pour l’importance de la confiance, stock social de connaissance point év et réalité

Un lien peut s’effectuer avec l’auctoritas[BENVENISTE Émile, Le vocabulaire des institutions indo-européennes. 2, pouvoir, droit, religion. Paris : Édition de Minuit, 1969, 339 p. (Le Sens commun)] définie par E. Benveniste comme un acte de production du réel. L‘auctor est celui qui a la qualité de créer, autrement dit un membre de l’exécutif peut provoquer un changement dans la vision du monde social par son discours. Nous pensons que cela est possible car l’autorité des membres de l’exécutif rencontre la légitimité auprès des citoyens, soit une adhésion qui est le reflet de la domination symbolique, traduite par la communication de l’État. C’est aussi la fidès, encore définie E. Benveniste [BENVENISTE Émile, Le vocabulaire des institutions indo-européennes. 1, économie, parenté, société. Paris : Édition de Minuit, 1969, 376 p. (Le Sens commun)] et bien retranscrite dans l’ordre socio-politique par P. Bourdieu [BOURDIEU Pierre, ibid.], qui souligne autant la croyance et la confiance, que la fidélité que l’on accorde aux hommes politiques représentants.

Modélisation et formalisation des prévisions macro ; représentation simplifiée et abstraite de la réalité Bernard & Cossé

[sur la confiance peut-être le Crédo, rapport avec kred, la force magique, la divinité. On place sa confiance, sraddhà dans le dieu pour qu’il triomphe, relation à offrande, dévotion. Dans le latin on retrouve la notion laïcisée de créance dans la confiance. Mauss]

Au total, le plan a peu d’intérêt à être formulé de façon trop restreinte. Dans le dernier exemple, vous pouvez même voir qu’il n’est rédigé de façon « sérieuse », mais ça m’a été bien utile pour savoir ce que je voulais dire et écrire ; y a des citations que j’ai mobilisées, des bouts de textes, des notions et concepts. Gardez en tête qu’il s’agit de ma manière de travailler, une comme une autre, mais avoir insisté sur la structure du plan (une division claire et qui me « parle ») et sur son contenu m’a été d’une aidé précieuse.

 

Sur la restructuration du plan

Un plan n’est pas figé dans le marbre et on peut le modifier sans avoir à le réécrire totalement. On peut très bien déplacer une sous-sous partie. Restez flexible dans le traitement du plan, ne vous dites pas que parce que ça ne colle pas d’un côté (pas assez d’éléments, incohérence avec le reste du plan), qu’il faut le recommencer dans son intégralité. On peut même modifier son plan alors que l’on rédige sa thèse. En revanche je ne connais aucun kamikaze ayant rédigé une thèse sans plan, c’est certainement faisable, mais appartient au domaine des génies de l’improvisation.

Pour résumer, un plan se rédige en ayant toujours en tête sa problématique, ses hypothèses et son terrain. Il ne faut pas hésiter à rentrer dans les détails pendant la construction du plan et noter tous les éléments qui nous passent par la tête à ce moment-là (notions, concepts, citations, auteurs, etc.).

crédit photo


Une réflexion sur « Comment rédiger un plan (pour la thèse) ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.