1° La réception critique de la communication politique : réception et domination

Après avoir effectué une thèse sur la communication de l’État, en analysant uniquement les « producteurs » et les « productions », je ressens la nécessité d’aller voir du côté des « récepteurs », des cibles, des citoyens à qui les activités de communication sont destinées. À la fin de ma réflexion en doctorat, je proposais la piste de travail suivante : l’existence d’une critique citoyenne de la communication est-elle une critique d’une façon de gouverner la société française ?

Dans une série de trois billets, j’exposerai un « projet » de recherche indépendante, tant sur le plan financier que sur le plan institutionnel – car il apparaît important de me laisser des marges de manœuvre suffisante face à la frilosité vis-à-vis d’une conception politique de la science. Ici, je commencerai par décortiquer la notion de réception, en mettant l’accent sur un rapport entre cette notion et des conceptions possibles des récepteurs ainsi qu’avec la notion de domination.

La réception : la masse ou le public, quelle conception des récepteurs ?

Interroger la réception critique d’une pratique de gouvernement entraîne d’emblée à questionner la notion de « réception ». Est-il possible de faire l’impasse sur la manière dont les citoyens « réceptionnent » la communication politique ? Pouvons-nous simplement interroger les citoyens sur ce qu’ils font des activités communicationnelles sans interroger le processus de réception en lui-même ? Le constat d’une réception de ces activités amène à se pencher sur la manière dont s’effectue cette réception et la participation d’un tiers à celle-ci. Il semble difficile de parler d’une communication politique « pure », car cette dernière a de forte chance d’être « retravaillée » par un tiers, en particulier les médias, mais aussi par un citoyen qui raconterait un discours à une connaissance par exemple. Dans sa globalité, la réception implique des acteurs qui construisent un message (soit un processus de production avec ses enjeux propres), le message lui-même (avec ses matérialités) et les individus à qui le message est destiné (et qui le « réceptionnent » socialement, avec des possibilités idiosyncrasiques). Une « analyse complète » de la réception nécessiterait ainsi la prise en compte de trois éléments ; la production, le produit et le processus de décodage ou d’interprétation (Morley, 1991, p. 77).

La question qui m’intéresse porte sur l’éventualité de traiter la « réception » en abordant qu’un seul de ces éléments, tous trois désignant le processus de réception d’une communication de masse, à savoir le processus d’interprétation et les activités de décodages politiques des citoyens-récepteurs. Je ne me dirigerai pas vers une description sémiotique de l’activité de décodage par exemple, mais plutôt j’interrogerai les citoyennes et les citoyens sur leur réception de communications politiques de masse, en me centrant sur ce qu’ils ou elles pensent – et donc, non pas sur les processus (de réception) ayant mené à telles pensées.

Toutefois, il faut aussi parler de la notion de « masse », puisque je l’aborde avec des expressions « communication de masse ». Les préjugés entachant la réflexion du chercheur ou de la chercheuse à propos de la « masse » sont décisifs. Est-ce la masse, dangereuse, menée par un leader, guidée par les émotions, facilement manipulable des intellectuel-les du XIe, début du XXe ? Pour S. Freud, les membres d’une masse régressent vers une « activité psychique primitive » (Freud, 2014, p. 134), correspondant à une hypothétique horde qui aurait été les débuts de la vie sociale de l’être humain. De son côté, C. W. Mills effectue une distinction entre public et masse, ce qui permet de saisir une différence au niveau du potentiel politique des citoyens, c’est-à-dire de leur capacité à formuler des opinions et à prendre part aux décisions à propos de la vie en collectivité. Selon le sociologue étasunien, les membres d’un public, contrairement aux membres d’une masse, peuvent formuler des opinions qui sont reçues et discutées, et possèdent une autonomie vis-à-vis des « autorités institutionnelles » (Mills, 2000, p. 303-304).

Cette théorie de la démocratie me rapproche de la conception des citoyens-récepteurs que je souhaite développer. Loin de la masse mauvaise, voire imbécile et moutonnière, je reconnais aux citoyens une force critique juste. Comme l’indique A. Gramsci, « l’homme actif de la masse agit pratiquement, mais il n’a pas claire conscience théorique de cette activité qui est la sienne, qui pourtant est une connaissance du monde dans la mesure où elle le transforme » (Gramsci, 1978, 184 ; c’est nous qui soulignons). En d’autres termes, si les citoyens-récepteurs formulent des critiques, construisent des connaissances sur les activités de communication politique, ils ne comprennent pas forcément les implications politiques de ces critiques. C’est donc dans une double perspective que je  veux inscrire ce travail de recherche ; premièrement, une perspective scientifique de compréhension de cette critique et de sa caractérisation ; secondement, une perspective gramscienne d’union entre la théorie et la pratique en permettant à la critique citoyenne de saisir pleinement ses capacités politiques – cette seconde perspective correspondra à la deuxième partie, où après un travail de recherche « en laboratoire » et « sur le terrain », il s’agira pour moi de rencontrer des citoyens-récepteurs et de partager avec eux des réflexions sur la communication politique, dans l’optique d’enraciner la remise en question citoyenne de la communication politique dans une visée progressiste.

Les travaux sur la réception : les rapports de domination et l’activité des récepteurs

Plusieurs travaux sur la réception peuvent m’aider concernant les capacités actives des récepteurs durant le processus de réception, notamment du côté des cultural studies. Ces travaux ont l’intérêt de relever les rapports de domination dans lesquels s’insère le processus de réception. Il ne s’agit pas d’une réception passive ou même d’une réception active – l’actif désignant ici un choix de l’individu dans sa manière de consommer – décrite comme une activité mécanique où la dimension sociale, dans ce qu’elle a d’inégale entre les producteurs et les récepteurs, n’est pas évoquée.

S. Hall, dans un texte classique, relève la participation de codes à l’activité de réception (Hall, 1994). Les producteurs d’un message emploient un code lors de sa création, code qui pourra s’inscrire dans « un ordre culturel dominant » (ibid., p. 35). C’est sans doute le cas pour les professionnel-les de la politique élu-e-s ou ceux et celles appartenant à des partis politiques relativement reconnus dans le champ politique. Toutefois, les codes sont pluriels ou, autrement dit, il existe une polysémie pour un code dans la mesure où il est possible de « ranger, situer et décoder un événement » dans plusieurs « cartes de sens » (ibid., p. 35). Selon S. Hall, la construction de la réalité intervient par l’intermédiaire de « cartes », qui permettent la classification des événements et, plus généralement, la compréhension du monde. La polysémie répond donc à l’existence d’un ordre social non-déterminé mais qui n’en reste pas moins dominant. La possibilité d’interpréter différemment demeure une possibilité d’interpréter de la mauvaise façon ou au moins d’une façon différente en fonction d’un sens dominant.

Ce qui nous intéresse dans la théorie de S. Hall, c’est que, malgré une insistance sur la situation de domination dans laquelle se trouvent les récepteurs, ces derniers n’en demeurent pas moins en mesure d’agir. Ils ne subissent pas dans un rapport déterminé cette activité de réception, comme dans un schéma mécanique du processus de communication. En bref, chaque moment de la vie d’un message discursif est lié aux autres moments – ceux-ci sont, d’après S. Hall, la production, la circulation, la distribution/consommation et la reproduction – mais possède « sa modalité et ses conditions d’existence » (ibid., p. 29). La réception des activités de communication politique ne peut en conséquence se contenter d’une analyse qui ferait l’analogie parfaite entre le sens donné par les producteurs et celui donné par les récepteurs.

Ce constat, même s’il n’a rien d’original, a pour but d’insister sur le degré d’autonomie des citoyens et citoyennes dans leur interprétation des messages politiques, dans un contexte social et politique où les médias et les professionnel-les de la politique dominants s’inquiètent de la « propagande » russe et des effets des fake news. Une lecture simpliste voire catastrophiste, ou au moins exagérée, est un retour en arrière sur le caractère influençable des « masses ». Pourtant, il y a quarante ans, M. de Certeau précisait déjà que le statut de dominés des usagers ou des consommateurs « ne veut pas dire passifs ou dociles » (Certeau, 1990, XXXVI). La distinction entre des dominés apathiques et indifférents, et des dominés, dynamiques et agissants est nécessaire pour comprendre la capacité des citoyens-récepteurs de jouer pour leur propre satisfaction avec les règles, les normes, les systèmes imposés. Alors, la réception des activités de communication politique peut bien être sous le joug de volontés médiatiques ou politiques pour en déterminer plus ou moins le sens, elle est aussi, au final, dépendante d’une utilisation concrète – distincte de la manière dont la réception est pensée par le producteur – des citoyens. Il ne s’agit pas uniquement de reprendre la formule célèbre des tenants du paradigme des uses & gratification – « ce que les gens font aux médias, et pas ce que les médias font aux gens » –, parce qu’on pourrait effectivement comprendre que les récepteurs des activités de communication auraient tendance à écouter ce que disent les professionnel-les de la politique qu’ils préfèrent et être d’accord avec lui ; il s’agit de porter la réflexion sur une réception politique et critique de ces activités communicationnelles pour les mettre en rapport avec la compréhension, par les récepteurs, des enjeux de domination présents dans ces activités.

Je souhaite insérer cette réception des activités communicationnelles politiques dans une perspective politique et laisser aux citoyen-nes la parole quant à leur interprétation de ces activités. Comme le souligne M. de Certeau, le « quotidien s’invente avec mille manières de braconner » (de Certeau, 1990, XXXVI, souligné par l’auteur), c’est-à-dire avec des manières de faire qui sont autant consommation que production, car les consommateurs sont l’auteur d’une production « rusée, […] silencieuse et quasi invisible, puisqu’elle ne signale pas avec des produits propres mais en manières d’employer les produits imposés par un ordre économique dominant » (ibid., XXXVII, souligné par l’auteur). Dans le cas qui m’intéresse, les produits, soit les activités communicationnelles, sont imposés par un ordre politique et symbolique dominant, découlant notamment d’une domination de l’État sur la société. En France en effet, l’État s’est constitué en monopolisant certains capitaux, dont le capital symbolique qui lui permet de définir et caractériser le monde (Bourdieu, 1993). Les activités communicationnelles politiques, d’autant plus si elles sont rattachées à l’autorité de l’État (Fusi, 2018), possèdent en conséquence une force performative du fait qu’elles sont prononcées par des responsables politiques qui, dans leurs discours, mobilisent la croyance et la confiance de leur auditoire (Bourdieu, 1981).

Toutefois, qu’en est-il de l’autonomie d’interprétation des citoyens et citoyennes face à cette performativité, face à cette autorité politique qui met la réalité en discours et transforme le discours en réalité ? Peut-on postuler, au constat que l’ordre politique en France est intrinsèquement constitué de rapports de domination, que les mises en sens d’une activité communicationnelle politique des citoyens se rapprocheront du sens voulu par les producteurs ? Un constat complémentaire attire mon attention sur le taux d’abstention sans cesse grandissant durant les élections et l’existence d’une « crise de la représentativité », qu’elle soit avérée (Wolton, 1997) ou un sens commun journalistique (Neveu, 1993). La domination de l’ordre politique en France ne se déroule pas sans contestation. Où se situent alors les critiques des activités de communication des professionnel-les de la politique ? Sont-elles une remise en question du gouvernement de la société française ? Ou un ras-le-bol concernant la forme de gouvernement, sans volonté de changer ce dernier ?  Ces questions m’amènent à interroger la notion de « critique » et en particulier ce qu’elle signifie chez les citoyens-récepteurs qui se trouvent en désaccord avec le recours aux activités de communication en tant qu’exercice quotidien des professionnels de la politique, ce que je verrai dans un deuxième billet.

Bibliographie

BOURDIEU Pierre, « la représentation politique [éléments pour une théorie du champ politique] » [Document en ligne] Actes de la recherche en sciences sociales, 36-37, 1981, pp. 3-24. Disponible sur : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1981_num_36_1_2105 (consulté en août 2014)

BOURDIEU Pierre, « Esprits d’État. Genèse et structure du champ bureaucratique » [Document en ligne] Actes de la recherche en sciences sociales, 1993, volume 96-97, pp. 49-62. Disponible sur : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1993_num_96_1_3040 (consulté en mars 2015)

DE CERTEAU Michel, L’invention du quotidien. 1. Arts de faire. Paris : Gallimard, 1990, 349 p. (Folio. Essais)

FUSI Mathieu, Communication de l’État en contexte de crise financière internationale. Les cas des crises : krach boursier de 1987, crise asiatique de 1997-1998, subprimes en 2007-2008, Thèse de doctorat en science de la communication, sous la direction d’I. Pailliart, 2018. Disponible sur : http://www.theses.fr/2018GREAL009

FREUD Sigmund, Psychologie de masse et analyse du Moi. Paris : Seuil, 2014, 178 p. (Points. Essais)

GRAMSCI Antonio, Cahiers de prison. Cahiers 10, 11, 12, et 13. Paris : Gallimard, 1978, 548 p. (Bibliothèque de philosophie)

HALL Stuart, « Codage/décodage », Réseaux, n° 68, 1994, volume 12, pp. 27-39

MILLS WRIGHT Charles, The power elite. New-York : Oxford university press, 2000, 442 p.

NEVEU Érik, « Médias et construction de la « Crise de la représentation » : le cas français [Document en ligne] Communication, n°1, 1993, volume 14, pp. 20-54. Disponible sur : http://www.persee.fr/doc/comin_1189-3788_1993_num_14_1_1620 (consulté en mars 2016)

WOLTON Dominique, Penser la communication. Paris : Flammarion, 1997, 401 p. (Champs. Essais)

crédit photo


Une réflexion sur « 1° La réception critique de la communication politique : réception et domination »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.