Le streaming : télévision 2.0 ?

Parler de télévision 2.0 est sans doute une erreur car j’imagine qu’on a déjà dû promettre l’avènement d’une « télé du futur », que ce soit chez les professionnels du secteur un peu trop enthousiastes, ou un chercheur muni d’une boule de cristal. Toutefois, et c’est l’idée défendue dans ce billet, le streaming est une forme de diffusion qui renouvelle en profondeur la consommation de contenus audiovisuels tout en apportant des expériences différentes ou correspondant en quelque sorte au « 2.0 » du web, où les interactions sont centrales. Le renouvellement ici (et c’est un mot trop peu souvent défini donc réparons cette injustice) signifie à la fois le fait de refaire ce que la télévision propose, mais le faire en partie de façon différente ou identique, et offrir des services carrément nouveaux par rapport à la télévision.

A retenir, ce billet n’est pas scientifique, au sens où il ne fera appel à aucune théorie particulière, car je m’intéresse que très peu à la littérature sur la réception de la télévision. C’est un billet de réflexion, sans ambition particulière, si ce n’est celle de coucher sur données binaires des idées qui me trottent dans la tête. Par ailleurs, contrairement à ce que pourait laisser penser le titre, je ne procéderai pas à une comparaison systématique avec la télévision, car je la regarde quasiment jamais, donc mes expériences avec elle sont limitées. C’est pour cette raison que j’insiste sur le fait que ce billet n’est pas d’ordre scientifique ; c’est de l’intuition quoi, de la simple mise en question d’une expérience vécue et réfléchie concernant le streaming sur la plateforme Twitch.

Un investissement émotionnel important

En réfléchissant à mon expérience sur Twitch mais aussi en observant les internautes et les streamers, j’en ai retenu un investissement émotionnel important dans les deux sens. J’ai vu des personnes visiblement touchées parce qu’elles avaient fâché le streamer et, ainsi, multiplier les messages d’excuse pendant que ce dernier reprenait son calme ; j’ai vu des personnes faire des cadeaux (parfois à outrance), que ce soit offrir des abonnements à la chaîne aux autres internautes (Twitch fonctionne avec un système d’abonnements volontaires pour le soutient des streamers) ou donner de l’argent à un streamer pour qu’il s’achète un nouvel écran ; j’ai vu des personnes vouer une admiration à une streameuse, du fait de son caractère mignon, spontané et sympathique ; j’ai vu des streamers raconter des événements intimes de leur vie, que ce soit sur le ton de l’humour (parce que c’était un épisode ridicule de leur passé) ou sur un ton sérieux (parce que la confidence leur était d’importance) ; j’ai vu des streamers expliquer leurs échecs ou leurs réussites dans leur vie professionnelle ou dans leurs activités courantes, comme ils le feraient pour des connaissances ou des amis. Ces exemples montrent selon moi que la tenue d’une relation amicale et sympathique est primordiale pour les streamers et les internautes. Au même titre que l’on espère passer un bon moment quand on rejoint ses amis au bar, une des dynamiques installées dans le visionnage d’un stream correspond à la recherche d’« un bon moment entre amis ».

Il semble difficile voire impossible d’affirmer que la télévision ne suscite pas d’investissement émotionnel de la part de ses publics. Toutefois, je dirais que cet investissement diffère d’un degré, du moins c’est mon ressenti. Alors qu’à la télévision, on verra surtout ça au point suivant, les interactions entre les présentateurs, les animateurs, les personnages, etc. et les téléspectateurs sont extrêmement réduites voire inexistantes, les interactions entre le streamer et son audience sont au cœur de l’expérience. L’investissement émotionnel peut donc être plus fort. Le public peut observer les réactions du streamer selon son comportement. En bref, on peut se sentir investi en regardant un stream puisqu’on regarde comme un ami ou une amie lointaine, une personne envers qui un sentiment de sympathie peut surgir rapidement du fait d’un partage de goût mais aussi du fait de la technique utilisée pour diffuser le contenu audiovisuel. On notera aussi que l’on peut très bien regarder un stream, sans se soucier plus que ça de la personne qui diffuse ; il s’agit juste ici de souligner que le stream favorise un investissement émotionnel plus fort par rapport à la télévision.

A la télévision, l’artificialité de la relation public/animateur (ou autre) est évidente : la caméra bouge, produit des plans différents, il y a une coupure publicitaire, dans le cas d’une émission, l’animateur ou autre s’adresse plus à des invités qu’au public. En fait, je dirais que dans le cas de la télévision, l’aspect non naturel de l’échange est dû à la convocation d’un public imaginé par les producteurs de l’émission, un public donc imaginaire qui ne se manifeste quasiment pas. Dans le cas du streaming, l’interaction avec le public est constitutive des choix techniques de la diffusion. Partons du principe que le streamer se montre et parle. La caméra est alors fixe, en gros plan ou presque sur son visage. Il prend la parole pour répondre à des questions qu’on lui pose ou lui-même pose des questions, il raconte ce qu’il fait, son ressenti ou discute sur un sujet. Il semble donc que la technique autour du streaming favorise la proximité et la simule avec plus de justesse, plus de « naturel » que la télévision.

Les interactions comme point central

Avec beaucoup d’intérêt j’ai suivi pendant plusieurs jours les diffusions (assez longues, plusieurs heures) d’une streameuse américaine avec une très faible audience (35 personnes en moyenne). Ce qui m’a surpris c’est le degré de proximité entre cette streameuse et son public. Les deux partageaient des délires, de l’attention, des discussions personnelles, des conseils ; en gros de l’amitié, malgré la distance et l’artificialité d’une relation humaine entretenue par l’intermédiaire d’ordinateurs. Les diffusions de cette streameuse sont typiques dans le sens où l’interaction avec son public prend le pas sur l’activité de jeu vidéo, qui est le but premier de la plateforme. Dans ce cas, le jeu vidéo devient presque un prétexte pour une relation de proximité, simulée bien sûr car l’interaction se déroule via les écrans.

Cette proximité a cependant un aspect négatif ou mauvais, le voyeurisme et le harcèlement – après je dis « mauvais » et « négatif » mais c’est sûrement ce qui est recherché par certains internautes ou streamers (par exemple, une streameuse s’est rendue « célèbre » assez rapidement en jouant avec les limites de l’acceptable sur Twitch, en abordant des sujets de nature sexuelle ou en se déshabillant accidentellement devant la caméra1). Il m’est arrivé quelque fois, toujours pour des streameuses, d’assister à des comportements déplacés voire carrément scandaleux. Dans le premier cas, des internautes demandaient à une streameuse, contre des dons, d’effectuer des actions particulières, dont les sous-entendus donnaient aux requêtes un caractère érotique. Dans le second cas, un internaute (ou plusieurs) créait des comptes avec un nom explicite comme « nom_de_la_streameuse_suckmydick » ; dur de faire plus lourd et irrespectueux.

Sur ce point, la télévision ne peut entretenir une relation directe avec les téléspectateurs. Les live tweets sont une tentative des producteurs d’investir leurs publics mais la relation n’en demeure pas moins incertaine ; rien n’assure que le tweet soit lu et non noyé dans la masse des autres. Les chances sont plus fortes d’avoir une interaction avec le streamer ou, plus simplement, avec les autres internautes sur Twitch.

Le streaming n’est sans doute pas le messie ou le génie de la consommation de contenus audiovisuels. Il apporte cependant un renouvellement important en mettant les relations sociales au cœur de la technique de diffusion mais aussi de ses finalités. Cet aspect un peu nouveau est intéressant en ce qu’il casse l’artificialité des tentatives de relation par l’intermédiaire de la télévision. Les marques l’ont très bien compris en multipliant les « partenariats » avec les streamers, soit en échange d’argent ou de produits pour obtenir du streamer qu’il parle de la marque, d’un de ses services ou produits. Il n’aura pas fallu longtemps pour que le marketing investisse cette façon de consommer du contenus audiovisuels.

1https://www.dexerto.com/entertainment/streamer-who-accidentally-got-topless-claims-twitch-didnt-ban-her-for-that-273524

crédit image


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.