La propagande présidentielle pendant les élections européennes : le clip “Renaissance européenne”

N’importe quel citoyen qui a vu le clip de LREM (La République En Marche) pour les élections européennes a dû être frappé par la violence de celui-ci. Non pas tellement parce qu’il comporte des images effectivement violentes, mais parce qu’il est une tentative explicite de manipulation et de coercition. Nous verrons donc dans ce billet que la propagande, bien loin d’avoir disparu de nos « démocraties » représentatives, en est devenue que plus pernicieuse ; avec le clip de LREM elle fait un retour plus éclatant sur scène sans jamais l’avoir quitté.

Quelques éléments d’histoire

La propagande fait son apparition dès la Grèce antique (Ellul, 1967), entre le VIIIe et le Ve siècle avant J.-C. Déjà, les tyrans utilisent les discours et la littérature, ainsi que des décisions politiques démagogiques pour gagner l’adhésion du peuple. Sous l’Empire romain, cette propagande est reprise et même développée, avec notamment la constitution et l’institution du culte de l’empereur. Toutefois, c’est au Moyen Âge que le mot « propagande » est inventé. Il désigne une série d’actions entreprises par l’Église pour propager la foi. La royauté, de son côté, fait également usage des techniques de diffusion et d’imposition des idées.

La propagande telle que l’on conçoit aujourd’hui est une propagande de guerre mise en œuvre pour la première fois pendant la guerre de 1914-1918. H. D. Lasswell (1971), dans son ouvrage, en fait une longue description ; elle est à la fois comme un processus technique, politique et symbolique de manipulation des opinions. Elle vise, toujours selon Lasswell, quatre objectifs principaux ; mobiliser un sentiment de haine envers l’ennemi, préserver l’amitié des alliés, se procurer l’amitié et, si possible, la coopération des pays neutres et, enfin, démoraliser l’ennemi. Ainsi, la propagande est un outil de guerre, au même titre que des chars d’assaut. Elle n’est pas abandonnée pour autant en période de paix. C’est bien dans l’entre-deux-guerres que les dictatures se créent grâce notamment à la manipulation à grande échelle.

En fait, il faut retenir un élément primordial pour comprendre ce qu’est la propagande aujourd’hui en France. Il existe dans notre culture politique une opposition entre propagande et communication, entre république et dictature. Comme l’a montré D. Georgakakis (2004), le gouvernement français dans la première moitié du XXe, a tenté d’institutionnaliser la propagande et l’opération s’est soldée par un échec. Plus encore, le régime de Vichy l’utilise, ce qui constitue une association peu enviable entre propagande et nazisme. Au total, la propagande connaît une exclusion, une disqualification du jeu politique français, remplacée peu à peu par la communication à partir des années 1960 (Ollivier-Yaniv, 2004).

Quelques élément de définition

Alors, qu’est-ce que la propagande moderne ? Un ouvrage précieux écrit en 1973 par J.-M. Domenach, intellectuel français et ancien résistant (ça c’est juste pour présenter le personnage, non pas pour tracer un parallèle entre la justesse de l’argument et son passé de résistant, comme le font si souvent les journalistes pour qualifier ou disqualifier les propos d’un individu), peut nous aiguiller dans cette tâche. J.-M. Domenach décrit en effet plusieurs règles générales, mais souligne justement que « la propagande est polymorphe et joue de ressources presque indéfinies » (Domenach, 1973, p. 45). Dès lors, ces règles n’ont rien de lois naturelles présentes en chaque lieu. Je dirais que ce sont plutôt des types scientifiques, à savoir des ensembles cohérents créés par le chercheur à partir de sélection d’éléments saillants d’une réalité.

La première règle est celle de la simplification et de l’ennemi unique, dans laquelle « il s’agit de diviser sa doctrine et son argumentation en quelques points qui seront aussi clairement définis que possible » (ibid., p. 49). Par exemple, elle se manifeste dans l’usage de formules, de slogans et de symboles destinés à désigner cet ennemi.

La deuxième règle est celle du grossissement et de la défiguration. Il est question ici de manipuler une information, un fait ou une idée dans le but de la rendre compréhensible par tout le monde. Cette opération s’accompagne d’un travestissement de cette information, fait ou idée, qui dénature le contexte de communication. Par exemple, ça sera le recours à une citation sans en préciser l’origine, ou les raisons de sa motivation.

La troisième règle est celle de l’orchestration et consiste en la répétition inlassable mais sous différentes formes afin d’éviter la lassitude – on distingue ici le bourrage de crâne de la répétition. L’orchestration suppose une organisation précise favorisant une action rapide, ne laissant rien au hasard.

La quatrième règle est celle de la transfusion. C’est une règle assez intéressante, puisqu’elle souligne que la propagande ne permet pas de convertir une population à une idée si celle-ci n’est pas déjà présente. Autrement dit, la propagande n’est pas une baguette magique qui s’agite sous le nez des badauds afin de les persuader de tout et n’importe quoi. Elle va donc contre un a priori assez répandu concernant la toute-puissance de l’outil propagande.

La cinquième règle est celle de l’unanimité et de la contagion et consiste au recours à la pression de groupe pour transmettre les idées défendues par la propagande. Pour J.-M. Domenach, cette unanimité est nécessaire car elle génère de la joie, celle d’être en accord avec le plus grand nombre. La contagion prend racine dans le besoin d’avoir un exemple chez l’être humain. Elle est alors favorisée par un leader, qui a la capacité de savoir parfaitement désigner les rêves et désirs de la population.

Pour finir sur ce point, il me faut maintenant adresser des remarques aux auteurs, tout particulièrement en sciences de l’information et de la communication, qui soulignent la fin de la propagande, remplacée par la communication. Leurs arguments (et on s’appuiera principalement sur deux articles d’Olivesi (2002) et d’Ollivier-Yaniv (2010)) sont les suivants : premièrement, la propagande a disparu car les pratiques de diffusion d’information ont subi une rationalisation et une professionnalisation. La maîtrise de l’information et de sa diffusion sont devenues des métiers, accouchant de corps et de savoirs spécialisés. Cette rationalisation a pour conséquence de poser un cadre aux actions de communication et tout écart vis-à-vis de ce cadre entraînerait une disqualification ou plutôt une qualification négative de ces actions. Pour répondre à cet argument, rien n’empêche d’imaginer que dans les savoirs professionnels utilisés, il y ait des bases manipulatrices. C’est même le cas puisque la publicité, pratique destinée à influencer, a laissé ses traces dans cette profession de communicateur public (qui travaillent pour l’État en particulier) ; on retrouve par exemple de 2008 à 2010, au poste de président du Service d’information du gouvernement, Thierry Saussez, ancien publicitaire et communicateur politique. Les liens professionnels entre publicitaire et communicateur sont donc assez fins. Olivesi souligne également que cette professionnalisation favorise une mise à distance avec l’instrumentalisation de la communication car ces professionnels ne sont plus liés forcément avec l’organisme qui veut communiquer. Ainsi, on peut lire cet argument comme une charge éthique pour le communicateur, celui-ci étant neutre, l’activité de communication à laquelle il contribue éviterait forcément la partialité de la propagande. Pourtant, rien n’indique que ses communicateurs n’ont pas un engagement voire même une dépendance vis-à-vis des professionnels de la politique ; après tout, ce sont des employés et leurs patrons ont des exigences particulières, notamment celle de sauvegarder leur crédit dans le champ politique. En outre, on peut ajouter, avec Breton (2004), que la division du travail communicationnel conduit à déresponsabiliser tout ce beau monde, personne ne se sentant responsable dans une activité où de nombreux individus interviennent. Il y aurait des remarques à formuler ici aussi, étant donné que le professionnel politique sera toujours tenu responsable par le public de ses propos, peu importe qui a participé à les formuler. Le point important ici est que l’idée d’une rationalisation des activités communicationnelles en tant que barrière infranchissable pour la propagande est un argument insuffisant.

Secondement, la propagande se trouve exclue car elle ne correspond plus à des « idéaux normatifs » (Ollivier-Yaniv, 2010, p. 90, citant les travaux de Cottereau et Ladrière), ceux de la démocratie et de la souveraineté populaire. Ce sont des valeurs particulières qui empêchent le recours à la propagande de la part de l’État. Cette idée tombe à plat face à la capacité, maintes fois prouvée, des représentants étatiques à avoir recours au mensonge et la manipulation ou simplement une sélection orientée pour faire cadrer une description de la réalité avec un objectif politique (en témoigne par exemple, les nombreuses tentatives du gouvernement et de la présidence pour disqualifier le mouvement des Gilets jaunes en les assimilant à des fascistes, antisémites et autres). Il fait néanmoins sens de noter que les idéaux forment des normes qui poussent à adopter des comportements. Il fait vraiment sens dans un pays où l’organisation politique et ses gestionnaires (professionnels de la politique en tête) vantent la démocratie, de rattacher les relations entre gouvernants et gouvernés à une soumission à l’intérêt commun. Il fait sens de se dire qu’un homme ou une femme politique commettrait un suicide professionnel s’il ou elle revendiquait ouvertement recourir à la manipulation dans ses déclarations. Cependant, rien n’indique que les activités communicationnelles des professionnels de la politique (représentant de l’État compris) respectent toujours scrupuleusement ces normes ; il existe souvent un décalage entre ce qui doit être fait et ce qui est fait (ou il ne suffit pas de prétendre faire pour faire effectivement).

En bref, ni la rationalisation et la professionnalisation des activités communicationnelles, ni le rattachement à des normes dites démocratiques, ne sont, selon moi, une garantie pour éviter l’usage de la propagande. Elle constitue sans doute des raisons pour une exclusion d’un recours au mot et à des pratiques explicitement propagandistes, mais rien ne permet d’affirmer sans doute que la propagande a disparu de notre pays.

Sentiments et prise de recul vis-à-vis du clip de LREM

Dans cette partie-là, je vais coucher sur papier mes sentiments concernant le clip « Pour une renaissance européenne » en y apportant une « touche scientifique », à savoir les capacités à prendre du recul. C’est là tout une partie du travail scientifique, s’investir dans l’objet étudié sans forcément être incapable de s’en détacher.

1° Des images violentes puis vient l’espoir incarné par Macron

Le clip est clairement divisé en deux parties (presque égales en temps) : la violence et l’espoir.

Dans le première partie, les images s’enchaînent et sont faites pour inquiéter : une inondation, des flics qui matraquent (sans doute des CRS contre les gilets jaunes), des « nationalistes » (on ne sait pas qui) avec des couleurs qui font « nazis » (noir, rouge, blanc), un bidonville et des réfugiés, des anti-avortements qui manifestent, des pro-brexit qui manifestent, des barbelés, etc.

Il n’est nul besoin d’être un spécialiste de l’étude des symboles ou de la communication visuelle pour comprendre les associations que LREM essaye de diffuser ; il y a des gens pas gentils, méchants qui ne sont pas pour l’Union européenne et qui veulent tuer, frapper, enfermer.

Dans la seconde partie, ça s’enchaîne (plus vite ?) avec des images connotées positivement qui fait directement écho aux propos de Manu : des enfants qui courent (=innocence, bonheur), des gens qui débattent (= démocratie), des monuments (=culture), des jeunes (beaux), une enfants qui jouent (=folie positive), un soleil (ça fait espoir non ?), et encore d’autres visages heureux et souriants.

Ici encore, c’est cliché ; les associations souhaitées sont celle de l’espoir d’un monde meilleur (où tout le monde est beau et a un sourire séduisant). Il ne manque que le vol de colombe pour tomber dans le stéréotype absolu. Heureusement, c’est au niveau sonore qu’on l’atteint.

2° Des sons stéréotypés, « hollywoodiens »

Les sons utilisés dans ce clip sont tellement stéréotypés que je mettrais ma main à couper que ce sont uniquement des sons provenant de banques sonores destinées à illustrer des propos : les cris et chants des nationalistes, le cœur qui bat, les matraques qui donnent des coups, jusqu’à l’effacement de ces sons remplacés par une musique.

Dans la deuxième partie, il n’y a que la musique avec un battement de cœur pour commencer. On peut peut-être comprendre que les premiers battements sont ceux de la mort, de l’Union européenne tuée par les nationalistes (disons les nazis ça ira plus vite) et que ceux-ci sont ceux de la vie, entretenue par… j’ai envie de dire le maître, celui qui parle, Macron se prend ici pour une déesse, pour une mère créatrice.

Par ailleurs, c’est la seule voix audible qui tient un discours dans ce clip. Il est clair que ce clip, tout comme le parti LREM, est tourné vers une personne ; Emmanuel Macron. A mon sens c’est une faute politique de personnaliser à ce point un combat collectif qui quitte les frontières françaises. Cette seule voix, si on met de côté tout l’aspect délire (au sens pathologique) égotique, représente l’espoir d’un guide qui nous mènera vers le salut.

3° Un discours de guerre

Je prends le parti de dire que ce discours n’est pas scindé en deux ; d’un côté, la haine (que les nationalistes propagent) de l’autre, l’espoir (que LREM entretient). C’est, pour la totalité, un discours de guerre classique.

Il y a des ennemies, des catastrophes ayant eu lieu ou à venir, des impositions (« vous n’avez pas le choix »), des tentatives de culpabiliser si vous n’obéissez pas mais en même temps de la récompense (l’espoir, un monde meilleur, être du côté des gentils). Les derniers mots du clip sont d’ailleurs assez significatifs ; « Je m’engage », comme dans l’armée.

La voix que l’on entend, celle du maître, du chef est là pour souder tous les membres du groupe « gentils ». Comme le souligne Sophie Richardot (2016), une psychologue sociale, concernant les ordres destinés à faire commettre des crimes de guerre, « l’obéissance repose […] sur l’identification tant au chef qu’au groupe ». On peut supposer que ce constat est valable pour un discours de guerre où, après avoir dépeint un monde sali par des méchants nationalistes, l’espoir survient par l’intermédiaire d’un maître et de son groupe de gentils.

En bref, il s’agit bien d’un discours de guerre, caractérisé par un manichéisme saillant (méchants VS gentils ou mort/destruction VS espoir/renaissance), une désignation d’ennemis ainsi que d’un groupe et d’un chef auxquels rattachés son amour.

Petite conclusion : ce clip est grossier, je dirais même très mauvais d’un point de vue communication car il tire toutes les ficelles, selon moi, de la propagande. C’est extrêmement visible et n’importe quel citoyen peut retourner le message voulu par LREM. A savoir, qui est violent ici ? Les « nationalistes » ou ceux qui essayent de me manipuler avec leur clip (ridicule) ?

Analyse du clip de LREM : comparaison entre les caractéristiques de la propagande moderne et le clip « Pour une renaissance européenne »

Pour finir ce long billet, je vais procéder une analyse qui repose sur le modèle de propagande moderne, à base de règles, proposé par J.-M. Domenach. Je reprendrai alors chacune des règles pour voir si elles sont présentes dans le clip et, si oui, sous quelles formes.

La règle de simplification est présente sans aucun doute. En gros le propos du clip est de dire que tous les nationalistes sont des ennemis de la « démocratie ». Il s’agit d’une grossière simplification qui met dans le même panier tous les nationalistes et, pire encore, peut produire le chemin suivant ; à savoir si vous êtes contre LREM et l’Union européenne vous êtes un facho.

Il est évident également que la règle du grossissement et de la défiguration est présente. D’après le clip tout le mal de l’Union européenne provient des nationalistes, de ceux qui refusent l’Union européenne. Toutefois, il est tout à fait envisageable que l’Union européenne néo-libérale est elle-même un des problèmes de l’Union européenne, que certains et certaines citoyennes, nationalistes ou pas, refusent les politiques économiques et sociales décidées par les gouvernements nationaux et de la Commission européenne.

Concernant la règle de l’orchestration, on peut la vérifier en recherchant sur internet les « traces » d’un déploiement de communication, destiné dévoiler la stratégie politique qualifiée de « Renaissance européenne ». Un compte twitter a été créé mais il n’est pas très actif, et on peut se demander s’il est vraiment officiel. En revanche, il y a une page dédiée sur le site de l’Élysée1. Les grands titres de la presse nationale ont également relayé sur leur site, intégralement et sans commentaire, le 04 mars 2019, la tribune ou lettre écrite par le président ; Le Parisien, Le Monde, Le Figaro, etc. Mais aussi les sites de chaîne de télévision comme LCI. Le clip quant à lui a été commenté par les médias en général. Au niveau de la presse française, une simple recherche sur votre moteur de recherche montrera que ce clip a été commenté, relayé. Toutefois, ce n’est certainement pas une orchestration qui fait que le clip est inévitable et que chaque personne en France y a été forcément exposé. Il faut souligner ici que c’est une orchestration classique, au sens de relaie effectué par la presse et de transmissions sur des canaux classiques (réseaux sociaux notamment) sans abus. C’est plutôt dans le clip en lui-même que l’on retrouve de l’orchestration au niveau de la répétition de plusieurs idées. Pour résumer (car on l’a déjà évoqué), il y a trois idées principales : 1° nous n’avons pas le choix de voter autrement que pour LREM 2° si vous êtes contre l’Europe (ça ne veut rien dire au passage car on ne peut pas être contre une zone géographique et culturelle), plutôt si vous êtes contre l’Union européenne, vous êtes un facho 3° Voter pour LREM c’est faire le bon choix, celui de l’espoir dans l’avenir d’un monde meilleur.

La règle de la transfusion apparaît comme étant avérée dans le clip « Renaissance européenne ». Pour rappel cette règle souligne que la propagande n’invente rien de nouveau mais ne fait que reprendre des idées, des conceptions déjà présentes dans l’esprit des individus. Dans le clip, l’idée principale mobilisée n’a rien de nouveau ; il s’agit de dire que le fascisme c’est mal. C’est une association qui tient à prendre les gens pour des cons, en revenant sans cesse au totalitarisme (point Godwin) dès que des idées vont contre la doxa. Il ne s’agit pas de dire que tous les nationalistes sont des êtres sympathiques, mais que tous ne sont pas des fachos. Alors l’association nationalistes = fascistes reprend l’idée bien répandue que le fascisme c’est mal. En faisant donc une telle association, Macron disqualifie directement et simplement tout discours qui serait contre l’Union européenne telle qu’elle est à l’heure actuelle.

Enfin, la règle de l’unanimité et de la contagion s’illustre avec clarté dans ce clip. Tout d’abord, l’idée de l’union, d’être ensemble parcourt la deuxième partie du clip. Le recours au pronom « nous » témoigne de cela et, tout particulièrement, l’expression finale (ou presque) « nous réussirons ». C’est un discours politique assez classique dans la mesure où il cherche à fédérer, à motiver une adhésion. J’ajoute cependant que c’est une volonté d’union un peu bébête qui repose sur un sentimentalisme niais, sur fonds de notes de piano ; il ne suffit pas de dire « soyons ensemble », « réalisons de l’espoir du bonheur de la joie tous unis » pour créer une véritable motivation à l’union ; en gros ce clip dit rien sur ce qui nous tient ensemble si ce n’est que l’on doit être ensemble. Bon après tout, ce n’est qu’un clip de 2 minutes, donc il ne faut pas s’attendre à un miracle. Du côté de la contagion, il est clair que Macron incarne le guide qui doit propager l’union.

Sur ce point, il est intéressant de faire appel aux théories de Freud, car c’est à travers celles-ci que l’on voit la tentative de LREM de susciter un mouvement de masse et non de citoyens – différence importante qui montre bien comment LREM perçoit les électeurs et électrices ; des moutons qui réfléchissent peu et qui, en conséquence, ne répondent qu’à des stimuli émotionnels. Pour Freud (2014), la masse possède deux types de liens libidinaux (c’est-à-dire des liens d’amour, des liens qui font qu’on est très attaché et dont dépend une bonne perception de soi) ; des liens entre les membres de la masse et des liens avec le chef. Ces liens d’amour sont indispensables car ils font tenir le groupe ensemble ; la libido dans la masse selon Freud est ce liant qui pousse à l’identification aux autres membres et à l’idéalisation du chef. Dans le clip, Macron représente ce chef et le groupe qu’il dépeint est celui de l’espoir et de l’amour par l’union. La tentative de motiver cette libido est, je dois l’avouer sans faire de détour, ridicule. Elle est tellement évidente qu’elle en devient burlesque ; comment ne pas s’amuser devant le fait qu’on entend seulement le président, Emmanuel Macron, dans ce clip et pas une seule autre voix compréhensible ? Comment ne pas rire du discours, à la fois mielleux et insultant, où se mêlent caricatures et clichés ? Comment ne pas pouffer en entendant cette musique douce, dont l’originalité est à la hauteur d’un bonnet de père Noël à l’approche du 25 décembre ? Comment ne pas glousser en pensant au message principal de ce clip qui a tout pour être un échec – à savoir aucune originalité, des simplifications, des propos niais, des images stéréotypés, des codes marketing évidents (que des gens beaux, des images qui s’enchaînent proprement, une musique toute mimi, etc.) ?

 

EN BREF : ce clip est bien un acte de propagande perpétré par la LREM et le président de la République. Il en a les règles, tout particulièrement la répétition d’idées, le grossissement, la défiguration et la simplification, en associant anti-Union européenne et fascisme. Il se montre assez classique au niveau de la propagande, en essayant de fédérer un groupe autour d’un chef. En revanche, il me semble que ce clip ne s’insère pas dans une stratégie propagandiste à grande échelle, où par exemple, on trouverait une diffusion toutes les heures de ce clip sur toutes les chaînes de télévision. Il correspond bien à un type de propagande vraiment moderne, c’est-à-dire correspondant à l’époque actuelle et non plus à la deuxième moitié du XXe siècle. La propagande, dont le clip Renaissance européenne est l’exemple typique, est une propagande qui n’hésite pas à chercher à manipuler son audience, qui préfère mobiliser les sentiments plutôt que la réflexion. Elle doit par contre faire avec des contraintes dites « démocratiques », à savoir respecter les critiques qui peuvent être formulées à son encontre et ne pas imposer sa diffusion et son visionnage. Pour faire court, la propagande moderne est un ensemble de tentatives de manipulation qui doit respecter des contraintes organisationnelles, destinées à la base à limiter la réussite d’une propagande (absence totale de transparence et contrôle de diffuseurs d’information principalement).

Bibliographie

BRETON Philippe, La parole manipulée. Paris: La Découverte, 2004, 220 p. (poche/Essais)

ELLUL Jacques, L’histoire de la propagande. Paris : Presses universitaires de France, 1967, 128 p. (Que sais-je ?)

DOMENACH Jean-Marie, La propagande politique. Paris : Presses universitaires de France, 1973, 128 p. (Que sais-je ?) Écrit en 1950. Édition de 1973

FREUD Sigmund, Psychologie de masse et analyse du Moi. Paris : Seuil, 2014, 178 p. (Points. Essais)

GEORGAKAKIS Didier, La République contre la propagande. Aux origines perdues de la communication de l’État en France (1017-1940). paris : Economica, 2004, 289 p. (Études politiques)

LASSWELL Harold, Propagande technique in world war I. London : The MIT press, 1971, 283 p.

OLIVESI Stéphane, « De la propagande à la communication : éléments pour une généalogie » [Document en ligne] Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n°86, 2002, pp. 13-28. Disponible sur : https://chrhc.revues.org/1694 (août 2016)

OLLIVIER-YANIV Caroline, L’État communiquant. Paris : Presses universitaires de France, 2000, 323 p. (La Politique éclatée)

OLLIVIER-YANIV Caroline, « De l’opposition entre « propagande » et « communication publique » à la définition de la politique du discours : proposition d’une catégorie analytique » [Document en ligne] Quaderni, n° 72, 2010, volume 2, pp. 87-99. Disponible sur : http://www.cairn.info/revue-quaderni-2010-2-page-87.htm (consulté en juillet 2015)

RICHARDOT Sophie, « Comment faire faire sans le dire ? Formulation des ordres, obéissance et crimes de guerre », IN : AMBROISE Bruno, Geay Bertrand (dir.), Langage et politique : l’efficacité du langage en question. Villeneveuve d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion, 2016, pp. 23-37

1https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2019/03/04/pour-une-renaissance-europeenne

crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.