Les secrets de polichinelle de l’encadrement de thèse

Au début de mon doctorat, j’avais l’impression que l’encadrement de thèse faisait l’objet d’une omerta dans le milieu, à la façon de ces choses que tous les mafieux connaissent, mais que tous préfèrent taire par crainte ou intérêt. En réalité, il apparaît bien que les difficultés et les mauvaises pratiques des encadrants et encadrantes sont des secrets de polichinelle, tant tout le monde (autres profs, doctorants, étudiants, personnels administratifs) s’épanche avec vigueur sur le sujet quand on se trouve dans une situation de confiance. Ce billet est là pour faussement dévoiler – puisque tout le monde le sait – ces soi-disant secrets démontrant que l’encadrement de thèse devrait subir une refonte en profondeur, tout comme la recherche en général. Ils témoignent en effet de dysfonctionnements graves dans la Science. Loin de l’image véhiculée en master, pour attirer les candidats, où le doctorat est décrit comme un temple dédié à la réflexion, où la Raison est le facteur principal d’avancée des neurones, où la thèse est une expérience unique et gratifiante durant laquelle le doctorant sera bien accompagné, l’encadrement est dans les faits souvent le lieu où s’exprime un chantage à la signature, où l’on joue les petites mains, où l’on bénéficiera peut-être des faveurs des maîtres, où l’on subit les querelles d’Église, où l’on se rend compte que les directeurs et directrices n’ont jamais été formés pour cela, où ceux-ci peuvent très bien disparaître du jour au lendemain ou nous confier à qui veut bien en cas de problème, où, tout simplement, on comprend qu’aujourd’hui, il est presque impossible pour un être humain d’encadrer convenablement son thésard.

Précision : ce billet n’a pas été pondu par un esprit persécuté ou, encore moins, mythomane. Les différentes pratiques décrites ci-dessous ont été vécues par des camarades (y compris moi-même) en sciences humaines et sociales – je ne pourrai donc pas témoigner pour les sciences expérimentales. Par ailleurs, je choisis de prendre des exemples concrets face aux « secrets » évoqués, donc il est certainement probable que je passe à côté de plein d’autres situations.

Le chantage à la signature

Les doctorants et doctorantes sont très dépendants de leur(s) encadrant(s) et cela se perçoit tout particulièrement au moment où un document a besoin de la signature de ces derniers. Dans un monde idéal, les directeurs se plieraient aux règles administratives et agiteraient leur stylo rapidement mais les plus malins (et vicieux) d’entre eux saisissent l’occasion pour mettre la pression à leur doctorant. Comment dites-vous ? Tout simplement en procédant à un chantage du type « ma signature contre ton chapitre », ou « mon tampon contre ton plan ». Les possibilités sont nombreuses et la pratique simple ; un échange sophistiqué où l’une des parties a un flingue sur la tempe.

 

La sous-traitance ou les petites mains pour améliorer son CV

En 2014, quand j’ai commencé ma thèse, ce qui m’a le plus surpris c’est que la directrice de mon école doctorale, ainsi que certains professeurs de mon labo, insistaient lourdement sur le fait qu’il ne fallait pas forcément compter sur une poursuite de carrière dans l’enseignement supérieur et la recherche. Les mots d’ordre étaient donc « CV et réseau », où il importait plus de gonfler ses connexions linkedin que ses contacts pour mener une enquête sur le terrain. Dans le même ordre idée, les directeurs, surtout s’ils ont une « position haute » dans la hiérarchie du laboratoire, incitent fortement leurs thésards à organiser les manifestations scientifiques en échange d’une ligne sur un CV. Mais attention ! Organisation ne signifie pas nécessairement prendre part à la formulation du sujet de cette manifestation, mais plutôt servir des cafés, filmer une conférence, distribuer des badges, nettoyer le buffet. Le rire s’empare alors du doctorant quand il écrit dans son CV avoir participé à l’organisation de colloque alors qu’en vérité il a fait le ménage.

Le favoritisme

L’encadrement de thèse est une relation entre deux individus. Ainsi, il est tout à fait normal que le courant passe ou ne passe pas, que la relation soit lumineuse ou sombre comme une cave. Malheureusement, il s’en suit des différences de traitement qui heurtent la sensibilité du thésard, se recroquevillant sur lui comme un enfant appelant sa mère après être tombé de son vélo. On pourrait croire que c’est juste une question de travail sur soi, que le doctorant a à comprendre que son directeur préfère une autre personne et c’est une chose normale, mais cela influence trop souvent le travail de réflexion. Quand il vous faut plusieurs semaines pour n’obtenir ne serait-ce qu’une seule réponse par mail de votre directeur alors que celui-ci va au restaurant avec un autre ; ou qu’il vous faut passer par des étapes supplémentaires de validation alors qu’un autre travaille dans un espèce de freestyle sous l’approbation de votre directeur. Plus grave encore, le favoritisme entraîne les directeurs à être partiaux dans l’attribution de contrats d’enseignement, notamment d’ATER, perpétuant parfois l’inégalité qui existe entre les doctorants financés et non-financés (en prenant quasi-automatiquement des doctorants financés en ATER à la fin de leur financement ministériel).

Les querelles d’Église

Quelle est la différence entre un laboratoire de recherche et une Église ? (Ce n’est pas une blague ou alors une mauvaise). Le premier est concentré sur un travail de réflexion qui n’exclut rien ou presque par défaut alors que la seconde exclut les réflexions (et les pratiques) qui contreviennent à ses dogmes. Malheureusement, c’est la théorie ; en pratique, c’est avec une blague qu’il faut expliquer les choses. Quelle est la différence un laboratoire de recherche et une Église ? Aucune, si ce n’est que dans un labo, les évangiles ont un H-index. Les querelles d’Église sont alors bien présentes en SHS et les directeurs interviennent pour rappeler le doctorant qui irait chez les hérétiques. Je ne relève plus le nombre d’auteurs et théories que j’ai dû aborder en détour voire enlever de ma thèse parce qu’un tel ou autre ne correspondait pas à la doxa de ma discipline (en France) et de mon labo. Les combats dogmatiques et d’intérêts symboliques et pécuniaires s’invitent en conséquence dans le travail du thésard et l’encadrement peut parfois virer à la foire au village xénophobe, où les arguments les plus invraisemblables sont mobilisés par le directeur pour justifier le rejet d’une théorie ou d’un auteur.

L’absence de formation des directrices et directeurs

Ce qui est évident quand on réfléchit sur la situation des directrices et directeurs de thèse c’est leur absence de formation quant à l’encadrement. Ils peuvent commettre des erreurs qui, n’étant pas uniquement un défaut de personnalité, correspondent à une insuffisance de compétence et de connaissance. Par exemple, ce qui me surprend le plus, c’est la nullité de nombreux directeurs dans la gestion de problème d’ordre psychologique (une dépression, un début de burn-out, des troubles à la concentration, etc.). Il ne s’agit pas de dire que les directeurs et directrices devraient aussi être des psychologues ou psychanalystes, mais que la plupart du temps, des témoignages de doctorants dans cette situation, il ressort une incapacité totale à avoir ne serait-ce qu’une réflexion de bon sens comme inviter le doctorant à prendre rendez-vous avec un spécialiste. Autre exemple assez parlant, certains directeurs ne savent pas ce qu’est un projet, au sens de gestion de projet, et se contentent juste de fixer des échéances sans prendre en compte les contraintes de l’environnement. Il apparaît alors assez urgent de former les encadrants à leur future mission.

La démission (ou le « refilage » de problème)

Parfois ce n’est pas le doctorant qui claque la porte mais le directeur qui s’en va, pour des raisons de carrière notamment (avoir trouvé un post dans un autre labo) ou parce qu’il n’arrive plus à encadrer. Une pratique que j’ai souvent croisée est le refilage de bébé où un directeur ou une directrice n’est plus en mesure d’aider le doctorant, parce que les relations sont trop tendues, parce que le doctorant est sur le point d’arrêter et que ça peut faire du mal à la carrière de l’encadrant. Dans ce cas, le directeur transmet le problème à un autre, c’est-à-dire à qui veut bien s’en occuper. L’autre cas est tout aussi triste ; il s’agit des directeurs qui partent, sans même dire au revoir, laissant leur doctorant sur place, seul comme un chaton abandonné sur le pan d’une porte.

L’impossibilité d’encadrer correctement

J’aimerais conclure en insistant sur un point qui pourrait jurer avec l’objectif de ce billet qui est d’interpeller pour une amélioration de situation. Le pseudo-dévoilement de ces secrets n’a pas pour but de tacler mais de pointer du doigt de réelles difficultés et il en est une qui me semble évidente ; il est impossible ou presque d’encadrer convenablement aujourd’hui. Entre la recherche en elle-même et la recherche de financement, les cours à donner et les obligations administratives qui se multiplient d’autant plus avec les universités qui fusionnent (transformant le tout en machine à gaz), quel temps reste-t-il au directeur ou à la directrice pour encadrer ? Quel temps reste-t-il à ceux-ci pour souffler ? J’ai l’impression qu’en encadrant de manière correcte un doctorant, un directeur pourrait se mettre en danger en travaillant beaucoup trop. Peut-être est-ce là une des raisons qui pousse les doctorants en bas de l’échelle des préoccupations des directeurs ?

A la lecture de ces pratiques de directeur, il doit apparaître une nécessité de repenser l’encadrement dans les SHS. Toutefois, cela implique également de repenser l’université et la science. Il n’y a aura pas d’amélioration de l’encadrement si la recherche est d’abord une recherche de financement et si les professeurs demeurent trop attachés à leur Église.

crédit photo


Une réflexion sur « Les secrets de polichinelle de l’encadrement de thèse »

  1. Très juste et réaliste portrait d’une situation, malheuresement si courante. Merci à la page – What-Sup : Doctorat & Lifestyle- de faire un lien vers cet article qui semble emprunt de vécu.
    Je pense aussi qu’un encadrant de thèse n’a pas aujourd’hui la possibilité de jouer pleinement (et convenablement) son rôle … Manque de temps, de pédagogique, de formation,… OUI MAIS… (et je regrette fondamentalement de l’écrire comme cela) … Il est payé pour cela (puisque l’encadrement de doctorants représente soit une jolie prime de fin d’année – bien alléchante – soit des heures de services en moins conséquents) – Libre à lui d’accepter – ou non – Libre à l’école doctorale d’accepter – ou non – d’inscrire parfois 9 doctorants sous la “direction” d’une même personne… fusse-t-elle brillante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.