Pourquoi les gangsta rappeurs américains sont plus intelligents que Macron et consort ?

Macron, pur produit d’un libéralisme violent en guerre contre tout ce qui pourrait baisser les revenus d’une petite caste élitiste, est bête ; je répète, Macron est bête. Ou alors il s’agit d’un idéologue tout à fait conscient de ce qu’il dit et défend une vision particulière du monde – où l’ordre social doit être dévoué au dégagement de bénéfices pour les « winners ». En face, nous avons des gangsta rappeurs américains, pas réputés pour leur capacité de réflexion ou d’ouverture d’esprit ; ce sont des personnes arrogantes, hautaines et revendiquant comme une fierté la violence qu’elles infligent au quotidien (envers leurs adversaires, les femmes, la police, etc.). Et pourtant, quand on sort de cette lecture focalisée, il apparaît comme une évidence que les gangsta rappeurs américains sont plus intelligents que les néo-libéraux macroniens.

L’histoire transformée en nature : un ordre social comme l’ordre naturel des choses

Dans la sociologie bourdieusienne, une des idées centrales est que la doxa, la pensée dominante, tend à se présenter comme étant une juste description d’un ordre social transformé en ordre naturel (voir en particulier La domination masculine de Boubour). Il s’agit en fait d’une justification qui tient en une phrase face à une personne qui se plaindrait de sa situation : « mais c’est comme ça que ça doit se passer ! ». Ainsi, gommées sont les luttes entre les classes, les riches et les pauvres pour caricaturer, pour avoir le pouvoir de décider ce qui est et doit être. On n’enseigne pas que l’État est le premier définisseur de la société, qu’il fixe par des mots plus qu’il ne décrit fidèlement la « réalité » – ce que Bourdieu appelle un monopole symbolique (en particulier lire Sur l’État). Autrement dit, l’État n’est pas un organe parfaitement objectif qui serait là pour relever la nature et la décrire avec une précision impeccable, mais une institution dont la subjectivité s’impose violemment à travers ses agents (par exemple l’INSEE nous dit qu’elle est notre pouvoir d’achat, elle le fixe). A travers l’exemple de l’État, on comprend le travail de transformation du social en nature, en cela va de soi. L’État n’explique pas que son monopole symbolique est le fruit d’un processus et de luttes séculaires, il est naturellement l’institution la plus puissante ; il n’explique pas non plus cette capacité qu’ont ses représentants de construire la réalité.

Macron et consort ne font que reprendre ce travail et toute une rhétorique de l’évidence (pour de nombreux exemples1). J’ai écrit dans un autre billet2 que « la pensée dominante est un constructivisme du pire ». Elle prétend, comme un chercheur positiviste, ne faire que relater la « réalité » qu’elle perçoit. Cette idée s’applique bien entendu à la pensée néo-libérale macronienne ; Macron et consort ne pensent pas que les pauvres sont bêtes et flemmards, ils ne font que constater, bien malgré eux, qu’ils sont bêtes et flemmards. Les idées néo-libérales (offre qui crée la demande, autorégulation des marchés, main invisible, etc.) ne sont pas des hypothèses, mais des descriptions du monde social et économique.

De là découle la débilité profonde de Macron et consort ; je répète, débilité profonde ou délibérée, défendant des intérêts ou une croyance particulière. Et cette débilité en arrive à la conclusion suivante ; tout ce qui contrevient à l’ordre social naturalisé, que ce soit une manifestation, un tweet, une personne au chômage, une personne pauvre, une interpellation pas assez révérencieuse envers un homme du pouvoir, tout ce qui contrevient à l’ordre social naturalisé correspond à une faute individuelle, un manque d’effort, une erreur de parcours. Il n’y a plus de causalité sociale mais que des déviances ; en fait il n’y a plus de social, mais du naturel que l’on respecte ou pas.

 

« I am the product of my environment »

Cette phrase revient souvent (c’est même le titre d’un album du rappeur new-yorkais Jim Jones) dans le gangsta rap, ce rap qui parle de flingues, de drogues, de prostitution et de proxénétisme, de braquage et de meurtres. Pour certains, c’est une excuse de la part d’adultes qui n’assument pas leurs erreurs et préfèrent accuser la société. Pour d’autres, c’est un constat lucide de la part d’une partie de la société américaine contrainte au recours à la violence pour pouvoir vivre ou survivre. Pour ce billet, j’aimerais qu’on prenne ce constat comme une preuve d’intelligence, de compréhension d’un fait humain incontestable que les néo-libéraux sauce Manu n’ont pas compris ou font semblant de ne pas comprendre ; chaque être humain correspond à l’histoire et au pays dans lequel il naît.

Un des exemples les plus frappants de ce constat que j’ai entendu provient d’une intro du rappeur new-yorkais Shyne, dans laquelle il s’exprime, sans détour :

« Dear America, i’m only what you made me… Young, black, and fuckin crazy. Please save me »3

Ici Shyne livre une pensée partagée par beaucoup d’artistes du style de rap que l’on appelle « gangsta » (et d’ailleurs il écopera d’une peine de prison de dix ans après une fusillade dans une boite de nuit). Oui, ils sont violents, agressifs, revanchards et agités, mais ils ne sont pas nés comme ça. Ils sont le produit d’une Amérique qui a délaissé une partie de sa population. Autrement dit, il n’existe pas d’ordre naturel dans lequel tous les jeunes hommes de couleur noir sont forcément des gangsters en puissance. L’environnement social favorise les comportements d’un type particulier, qui sont indéniablement dangereux pour les gangsters et leurs voisins.

Alors c’est là que se rencontrent Macron et consort et gangsta rappeurs. D’un côté, on est les prophètes d’un dogme qui prétend connaître le monde parfaitement, un monde où les relations sociales sont fixées naturellement et où il n’est question que de responsabilité personnelle dans le cas de difficultés. D’un autre côté, on est des victimes coupables ou l’inverse, ayant pris conscience de cette vérité que l’être humain dépend de son environnement, que l’environnement nous pousse à des comportements violents et dangereux. D’un côté, des cerveaux retardés, qui pensent comme des vieux philosophes et économistes, avec des essences éternelles, des faits de nature improuvés mais qu’ils pensent si vrais qu’ils les forcent dans chacune de leurs interventions. D’un autre côté, des cerveaux conscients qui ont la modestie et l’honnêteté de reconnaître une situation à laquelle ils sont soumis.

Manu et ses collègues ne comprennent même pas cette toute simple idée ; les sociétés n’ont jamais, ne sont jamais et ne seront jamais les mêmes. La société néo-libérale n’existe donc pas. Manu et ses collègues s’entêtent à engueuler des gens qui ne rentrent pas dans un modèle idéal et qui contreviennent à l’ordre naturel, sans comprendre que ce ne sont pas des contre-exemples mais tout simplement des victimes des erreurs de ce modèle-là, qui crée un environnement néfaste (diminution des aides de l’État, généralisation de la compétition entre individus, culpabilisation des « dépendants », facilitation des licenciements, etc.). Les gangsta rappeurs eux ont bien compris qu’ils dépendaient d’un environnement et, ainsi, que les individus n’obéissaient pas à un ordre naturel mais à une configuration sociale.

Pour conclure l’idée principale du billet est la suivante : alors que Macron et consort s’évertuent à défendre et développer un cela va de soi, l’ordre naturel et intemporel qui est en fait un ordre social imposé, les gangsta rappeurs américains reconnaissent l’influence d’un environnement social sur leurs comportements, donc l’existence d’éléments que les individus ne maîtrisent pas et auxquels ils sont soumis.

1https://www.ladepeche.fr/article/2018/09/17/2870297-maladresse-ou-arrogance-les-dix-phrases-choc-d-emmanuel-macron.html

2https://ptvirgule.hypotheses.org/354

3Intégralité des paroles à l’adresse suivante : https://genius.com/Shyne-dear-america-intro-lyrics


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.