Les gardiens des frontières 2 : communication politique et publique

Ce texte est une critique d’un des chapitres de l’ouvrage Dynamiques des recherches en sciences de l’information et de la communication portant sur la « communication publique et transformations des modes de gouvernement ». Il servira à mettre en perspective la définition des gardiens des frontières concernant le domaine (de pratiques et de pensées) « communication publique et politique » face à ma conception critique engagée de la recherche. Il s’arrêtera aussi sur un choix rédactionnel favorisant la compréhension de tous mais nuisant à la discussion et l’approfondissement des thèmes abordés. Enfin, il s’étendra sur la volonté de présenter la discipline SIC comme innovante.

Alerte (enlèvement) : la domination a disparu

A la lecture de ce chapitre, deux questions me viennent à l’esprit ; comment peut-on parler des formes de gouvernement sans faire écho à la notion de domination ? Gouverne t-on, en France, sans rapports de force ? D’après les auteurs du chapitre, les SIC interrogent «  la légitimation politique ou les débats publics en prenant en considération leur matérialité […] en la mettant en rapport avec ses conditions sociales et politiques de production et de réception » (CPDIRSIC, 2018, p. 53). Il n’échappera pourtant à personne que la matérialité n’est pas aérienne – détachée de son incarnation humaine – ou ne repose pas sur un nivellement égalitaire des rapports humains. En ce sens, interroger la matérialité des débats publics et de la légitimation politique sans les mettre en face de la reproduction des rapports de domination revient à ne voir qu’un aspect de la question. Par ailleurs, il est noté dans des travaux de la discipline dans quelle dynamique sociale s’inscrit le développement de la communication publique. Par exemple, les travaux de C. Ollivier-Yaniv (en particulier, Ollivier-Yaniv, 2000) montrent que cette préoccupation pour une communication transparente et professionnelle arrive en même que la propagation des normes managériales dans le secteur public. Toutefois, comme d’autres chercheurs l’ont noté, le néo-management est un étouffement de la critique sociale, par la reprise de ses contenues qui étaient formulées à l’encontre des formes dans lequel se développait le travail (Boltanski, Chiapello, 1999). Ainsi, ce chapitre évite curieusement d’évoquer ce lien entre la conservation d’une domination étatique (par des groupes sociaux particuliers ; professionnels de la politique et « cadres » en tête) et le recours à une forme typique de communication.

Y. de la Haye avait ouvert comme un programme de recherche ou, au moins, une hypothèse de travail en proposant que le développement des politiques publiques de communication correspond à une tentative de maintien des liens entre individus, groupes et société (de la Haye, 1984), dont il convient de garder en tête que cette dernière est gouvernée en grande partie par l’État. A partir d’un tel questionnement, la domination, voire la violence symbolique, en particulier étatiques, sont présentes dans la réflexion, mais dans ce chapitre, il n’y a plus rien de tout ça. Pourquoi une telle absence ? Sans même refuser la « neutralité » à laquelle certains chercheurs sont attachés, il leur est possible de noter que l’État est un instrument de domination à large échelle et que sa communication y participe en toute logique. Ce constat est absent ou alors il fait partie d’un ensemble de généralités qui sont considérées comme inintéressantes par les gardiens des frontières. Malheureusement, en mettant de côté le rôle de la communication dans la reproduction des rapports de domination, les SIC s’empêchent de comprendre la violence symbolique constitutive de l’activité de communication des représentants de l’État.

Les mêmes remarques se portent face à la gouvernementalité et la prescription des normes évoquées dans le chapitre ; une nouvelle absence se fait grandement ressentir. Quelles sont les catégories d’individus en mesure de prescrire des normes et pourquoi sont-elles légitimes ? En cherchant de ce côté, nous pourrions voir la dialectique dans laquelle s’insère la communication, à la fois possible car légitimée par une institution – l’État principalement – mais aussi participant à la légitimité de l’institution qui l’autorise, donc prenant également par une légitimation de sa propre existence. En d’autres termes, les individus qui mettent au point et en œuvre les activités de communication sont à la fois dépendants d’une institution légitimante mais aussi de la « réussite » de leurs activités communicationnelles – c’est-à-dire de l’absence d’une situation où la critique sociale se porte non pas sur le contenu de leurs activités mais sur leur possibilité même de communiquer légitimement (les analyses de la critique de la communication commettent souvent la confusion entre la critique du contenu et la critique de l’activité communicationnelle en elle-même, ce qui, à mon sens, est une erreur). La domination étatique et le rôle de la communication se présentent donc à nouveau ici, même s’ils ne sont pas les seuls clés d’explication. En somme, poser la question des normes dominantes revient en partie à chercher, au long terme, les raisons qui peuvent expliquer pourquoi des catégories d’individus sont capables d’imposer des normes. Les travaux de N. Elias que l’on aime mobiliser en SIC, pour tisser un lien entre développement de l’autocontrôle chez l’individu et recours au campagne de communication publique (voir par exemple Berthelot, Ollivier-Yaniv, 2001), sont d’une aide précieuse ici – notamment dans leurs dimensions socio-psychologiques, voire psychanalytiques car il est possible de voir dans l’autocontrainte éliasienne une reformulation sociologique du concept freudien de surmoi (en particulier Elias, 2003). Par ailleurs, les travaux de N. Elias sur la sociogenèse de l’État, d’autant plus si on y associe les travaux de P. Bourdieu (en particulier Bourdieu, 2011), fournissent une référence utile pour connaître la légitimation de ces catégories d’individu liées au développement de l’État en France.

Pour finir sur ce point, il semble exister un véritable sujet de critique engagée concernant l’émancipation dans ce chapitre. Plusieurs fois dans le chapitre sont mentionnés des expressions comme « résistance » ou « remise en cause du pouvoir », vis-à-vis notamment de la démocratie en ligne et du militantisme sur internet. En faisant le lien avec la « crise de la démocratie » évoqué dans le chapitre, il est possible de poser la question suivante : en quoi le développement d’un militantisme en ligne et d’un engagement sur internet sortant des formes classiques s’inscrit dans une émancipation vis-à-vis du pouvoir de l’État ? Voilà comment en changeant un peu l’orientation de l’ « approche communicationnelle dominante », celle décrite dans ce livre, on rapproche le travail de recherche d’une critique engagée.

La description des domaines de pensée et de pratiques plutôt que leur problématisation

Un des défauts de l’ouvrage a trait à la contrainte pour les auteurs, semble t-il, de faire court. On aurait aimé des développement plus longs sur des thèmes abordés de façon trop synthétique voire superficielle. Tout le point précédent montre notamment que des questions de domination ou d’émancipation sont absentes de la réflexion concernant la « communication publique et politique ». Cependant le choix effectué ici joue (pas toujours toutefois) en la faveur d’une certaine pédagogie du livre. Il est plus aisé de saisir les « dynamique de la recherche en SIC » quand elle est exposée rapidement, en évitant la complexité inhérente aux choix épistémologiques qui cimentent un programme de recherche.

D’un autre côté, ce choix nuit à la précision de ce qu’est la pensée, l’« approche communicationnelle » des différents thèmes comme les « modes de gouvernement » ou la « démocratie numérique ». En somme, un court paragraphe descriptif ne remplacera pas plusieurs paragraphes de problématisation ou, tout simplement, de mise en question approfondie. La « dynamique de la recherche » en SIC est-elle uniquement une présentation des résultats ou des objets de recherche en cours ? Une phrase comme :

« Ces recherches ont souligné l’importance croissante de l’incitation des individus à l’autocontrôle, de l’individualisation des responsabilités et du déplacement de la frontière entre espace public et espace domestique, mais aussi du caractère différencié et inégalement réparti – pour des raisons, entre autres, socio-économiques ou psychologiques – des préconisations et des normes dominantes. » (CPDIRSIC, 2018, p. 55 ; c’est moi qui souligne)

est vraiment trop vague : il manque des auteurs, des notions voire des concepts mobilisés pour arriver véritablement à comprendre ces résultats.

Sur ce point, il ne fait nul doute que les consignes données aux auteurs ont dû favoriser une écriture floue mais compréhensible afin de limiter les développements longs mais complexes. Le point suivant discute aussi un des choix d’écriture en ce qu’il contribue au manque de clarté du chapitre.

Les transformations et le renouvellement : entre goût de l’innovation et raisonnement historique ?

Globalement dans le chapitre portant sur la « communication publique et politique », les auteurs usent différentes façons de parler des recherches en SIC. Cette discipline apporte des innovations à des questions travaillées par d’autres disciplines, elle se porte donc sur des interrogations vis-à-vis des transformations ou du renouvellement. Ainsi, il est difficile de saisir la distinction claire entre la nécessité de vanter le « produit SIC », un peu comme une méthode marketing pour dire que l’herbe est plus fraîche chez soi que le voisin, et l’intérêt scientifique réel de ces choses nouvelles ou renouvelées travaillées par les SIC. L’hypothèse que l’on peut faire selon moi, est que la volonté de présenter les SIC comme innovantes conduit les auteurs a insisté sur les aspects prétendus nouveaux ou transformés des objets de recherche. Cependant, les auteurs du chapitre ne peuvent manquer d’évoquer ce qui « reste », ce qui « existe déjà ». Dans ce cas, dans une logique marketing, il semble contre-productif de prétendre à l’innovation en évoquant du maintien, du ressemblant, du courant, du quotidien, ce qui est en un raisonnement historique classique. Je frôle volontiers la surinterprétation ici mais deux exemples tendent à m’affirmer que cette hypothèse a du vrai et mériterait un approfondissement.

Tout d’abord, le champ sémantique de la transformation et du nouveau est bien présent ; redéfinition, renouvellement, émergent, traditionnel (différent du), déplacer, évolution. Le champ sémantique inverse est plus timide ; demeure, tradition. On peut alors se demander si ce goût, cette focalisation pour la transformation n’est pas forcer une transcription dans le champ scientifique du goût économique et marketing de l’innovation, du nouveau. Le problème étant que l’on risque de mettre dans l’objet de recherche une priorité vers le nouveau alors que l’ancien, ce qui cimente le nouveau, à un rôle aussi. Le principal problème en fait gravite autour du terme de « renouvellement » qui ne veut rien dire s’il n’est pas défini avec précision. Renouveler signifie soit remplacer, soit remettre à neuf, soit refaire, soit donner un aspect nouveau1. En bref, le renouvellement utilisé dans ce chapitre signifie t-il que les chercheurs en SIC s’inspirent d’éléments travaillés dans d’autres disciplines ou qu’ils abordent un même objet mais de façon complètement nouvelle ? Ce peut être les deux mais il faut le préciser.

Pour illustrer à nouveau ce point, prenons un exemple : « l’approche communicationnelle déplace ces perspectives de recherche et renouvelle la gamme des enjeux classiquement attribués aux expériences participatives » (CPDIRSIC, 2018, p. 57). Il s’agit peut-être là de signifier que les SIC apportent un regard original et nouveau. Cependant, on peut se demander si cette originalité est réelle ou juste l’enjeu d’une lutte institutionnelle entre disciplines, ce qui fait qu’elle est plus obligatoire qu’avérée. Le tout n’étant pas d’« avoir un regard original » mais de justifier en détails l’originalité de l’approche communicationnelle en dehors de ses objets pour enfin saisir ce qu’est l’originalité basique de la discipline, et non pas une originalité située dans des thèmes spécifiques. Cela laisse la porte ouverte au constat d’une discipline objet-centré, c’est-à-dire d’une discipline qui pourrait très bien être une sous-discipline de disciplines diverses et variées, compte tenu que les disciplines les plus anciennes et les plus solides épistémologiquement (la sociologie tout particulièrement) pourraient très bien inclure dans leurs programmes de recherche des objets axés sur la communication – ainsi la différence entre la sociologie de la communication politique et les recherches info-communicationnelle sur la communication politique ne saute absolument pas aux yeux et il faut de nombreux détours par des objets et sujets de recherche (la démocratie numérique, les campagnes de communication publique, la communication politique locale, etc.) pour arriver à préciser cette différence – et je doute fortement qu’une personne qui lirait cet ouvrage par curiosité, loin des préoccupations épistémologiques de spécialistes, soit en mesure de comprendre cette différence.

Ensuite, le renouvellement et l’innovation tombent à plat quand est présentée une « perspective émergente » alors que cette même perspective est travaillée par d’autres disciplines depuis longtemps. En effet, elle « consiste à interroger l’efficacité symbolique de la communication publique et à éclairer ce que les acteur·rice·s sociaux·les font de ses mots d’ordre, consignes et effets d’imposition de sens permis par le maniement des signes », ce qui ressemble au programme de recherche proposé par S. Hall en 1974 avec une attention particulière portée aux façons de réceptionner un contenu discursif (idéologique) (Hall, 1994). Ici, je dirai que les auteurs ont pêché par excès d’optimisme quant à l’innovation réelle – à moins qu’il s’agit de souligner que c’est une approche nouvelle dans la discipline, mais même ici les travaux de S. Hall sur la réception sont repris depuis longtemps en SIC.

On peut comprendre l’intérêt pour une discipline de présenter de manière « fraîche » ses préoccupations dominantes et de dominants, mais l’écriture scientifique même suggère une dynamique intellectuelle complexe et paradoxale ; une recherche présente souvent un “moment donné” comme étant i, enfant hétérogène possédant des caractéristiques du passé et des éléments relativement nouveaux. Les transformations et le renouvellement peuvent donc être « logiques » dans le sens où l’histoire ne se répète pas mécaniquement. L’intérêt des SIC est donc de resituer historiquement un ensemble de pratiques et de pensées par rapport à la communication en présentant le commun et le différent. En bref, je plaide pour une prise de recul par rapport à l’actualité, par rapport aux transformations, par rapport aux changements, au nouveau, etc. La science a besoin de temps et besoin du temps pour réfléchir. Autrement dit, elle ne peut être une expertise de court terme et l’histoire demeure son laboratoire principal ; elle ne doit pas courir aussi vite que la musique. Et dans ce chapitre, on retrouve quelques artifices marketings et des enjeux institutionnels qui poussent à présenter les SIC comme une discipline innovante, qui s’occupent du renouvellement, de la transformation et autre.

J’ai essayé dans ce texte de présenter quelques critiques que l’on peut adresser au chapitre « communication publique et politique » du livre Dynamiques des recherches en SIC. On retiendra une absence gênante de la question du lien entre domination et communication. On retiendra également des choix rédactionnels qui limitent la compréhension globale des thèmes abordés en SIC et qui renforcent le flou (en privilégiant l’aspect innovant).

Par ailleurs, et pour conclure, si je suis obsédé par la domination, c’est parce qu’il me semble qu’y recourir inscrit les recherches dans une critique engagée. Cette dernière est indispensable de nos jours pour expliquer voire même justifier l’intérêt de la recherche scientifique, surtout en SHS, de plus en plus remise en question. Chères professeures et cher professeurs en SIC, il vous suffit de discuter honnêtement quelques minutes avec vos étudiantes et étudiants pour vous rendre compte que, pour une grande majorité, ils considèrent que vos travaux ne servent pas à grand-chose dans leur finalité s’ils ne peuvent pas être utilisés directement par vos concitoyens. La critique engagée demeure la façon la plus efficace de « servir » la société, surtout compte tenu de la situation d’urgence (écologique, politique, financière, psychologique, etc.) dans laquelle se trouve la société française. N’oublions pas non plus qu’en ces temps de « restriction budgétaire » de l’État, la question de l’utilitarisme revient s’imposer à grand pas aux SHS ; au lieu de l’ignorer, il serait temps de commencer à multiplier les échanges entre citoyens et chercheurs. Pour ce faire, il faudrait motiver les doctorants et les doctorantes à communiquer en dehors du monde universitaire et inciter les chercheurs et les chercheuses à s’interroger sur le rôle qu’ils jouent dans la société, et par là à partager leurs connaissances avec le plus grand nombre pour quitter l’entre-soi (rassurant) de l’université.

Bibliographie

BERTHELOT-GUIET Karine, OLLIVIER-YANIV Caroline, « « Tu t’es vu quand t’écoutes l’État » : réception des campagnes de communication gouvernementale. Appropriation et détournement linguistiques des messages » [Document en ligne] Réseaux, 108, volume 4, pp. 155-178. Disponible sur : http://www.cairn.info/revue-reseaux-2001-4-page-155.htm (consulté février 2014)

BOLTANSKI Luc, CHIAPELLO Ève, Le nouvel esprit du capitalisme. Paris : Gallimard, 1999, 843 p. (NRF essais)

BOURDIEU Pierre, Sur l’État. Cours au Collège de France (1989-1992). Paris : Seuil : Raisons d’agir, 2011, 656 p. (Cours et travaux)

DE LA HAYE Yves, Dissonances : critique de la communication. Grenoble : La pensée sauvage, 1984, 191 p. (Collection media discours)

ELIAS Norbert, La dynamique de l’occident. Paris : Presses pocket, 2003, 320 p. (Agora)

HALL Stuart, « Codage/décodage », Réseaux, n° 68, 1994, volume 12, pp. 27-39

OLLIVIER-YANIV Caroline, L’État communiquant. Paris : Presses universitaires de France, 2000, 323 p. (La Politique éclatée)

1Je me suis aidé des définitions données sur le site du CNRTL ; http://www.cnrtl.fr/definition/renouveler

 

crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.