L’entre-soi du monde universitaire – entre regret et désintérêt des étudiants

L’année dernière j’écrivais un billet1 sur les critiques formulées par certains étudiants envers l’utilité des sciences humaines et sociales (SHS). Il ressortait des discussions que j’avais eues avec eux une représentation en partie calquée sur les sciences expérimentales. Les SHS avaient alors les défauts de leur originalité, c’est-à-dire du recours à la langue, une langue compliquée voire pompeuse, pour mener des analyses qui semblent distantes des préoccupations courantes. Cette année, j’ai renouvelé l’expérience et une nouvelle critique est ressortie (les discussions que je mène ne sont jamais préparées à l’avance et je laisse aux étudiants dans un premier temps le choix des sujets) ; il s’agit du regret de l’entre-soi.

Regret de l’entre-soi : une richesse éloignée de la société civile

Si les SHS sont pensées utiles, surtout en fonction des sujets et objets abordés, le regret partagé par les étudiants est que cette utilité est bridée par l’entre-soi universitaire. Une des étudiantes a formulé une réflexion qui, de mémoire, était la suivante : « les SHS sont un milieu qui fourmillent d’idées, de réflexions, et il est bien dommage que le monde civil n’y ait pas accès ». Cette réflexion est particulièrement intéressante car elle met en avant l’existence, chez certains individus, d’une curiosité envers le travail scientifique qui se mêle avec le constat que ce travail est difficilement accessible.

Et comment ne pas être d’accord ici ? Ce que l’Université gagne en autonomie politique, elle la perd totalement en dépendance financière. Les chercheuses et les chercheurs n’ont plus le temps de provoquer des échanges avec des citoyens en dehors du monde universitaire, ils cherchent des financements pour les « projets de recherche » ; chercher ne semble jamais avoir autant rimé avec une terminologie entrepreneuriale (projet, deadline, matrice SWOT, partenaires, financeurs, etc.) et si peu avec un objectif d’éducation populaire. Toutes les formations qui m’ont été proposées pendant mes années de doctorat résonnaient (douloureusement à mes oreilles) avec la finalité d’un « projet professionnel », d’une « insertion dans le monde de l’entreprise », d’une gestion de l’« identité professionnelle et numérique », etc. Où est l’engagement politique et sociale du chercheur là-dedans ? Sans doute loin derrière la course à la publication et la construction d’un « réseau » de relations pour poursuivre une « carrière ». Il semble désormais, à mon sens, que le temps de travail d’un chercheur ne peut plus être consacré à l’entretien d’un lien avec la société civile ; dorénavant il doit le faire sur son temps libre.

Il ressort ainsi un regret chez certaines et certains étudiantes. Les chercheurs travaillent sur des sujets potentiellement intéressants, potentiellement utiles à la société au sens large (au-delà des intérêts d’une entreprise ou de la recherche elle-même), mais malheureusement, ces travaux ne sont pas accessibles – pour des raisons de coût financier, de difficultés de compréhension ou de manque de connaissance quant à leur existence.

Désintérêt : le retour de bâton d’un manque d’intérêt des chercheurs envers la société civile ?

J’aimerais ici poser une question ; est-ce que le désintérêt manifesté par certains et certaines étudiantes quand on leur parle des SHS, ce haussement d’épaule, cette moue indifférente, n’est qu’une réponse parallèle aux propres désintérêts manifestés par les chercheurs et chercheuses envers la société civile ? Est-ce le fruit d’une impression que ce petit monde universitaire veut rester seul et ne cherche pas de rapport avec l’extérieur ? Pourquoi faire le premier pas en sa direction alors ?

Je n’ai certainement pas de réponse définitive à apporter ici mais on peut déjà évoquer brièvement deux autres potentielles raisons à ce désintérêt. Premièrement, il peut découler tout simplement d’un manque de goût envers la science en général. Au même titre que si le travail d’un chirurgien ne suscite aucune curiosité chez moi et qu’en conséquence je ne fais jamais la moindre dépense en neurones pour regarder ce qu’ils font et écouter ce qu’ils ont à dire, les travaux des chercheurs peuvent également n’éveiller aucun intérêt chez moi. Dans ce cas, il est possible que les étudiants et les étudiantes ne possèdent pas (pour une grande majorité ?) d’intérêt envers la science. Deuxièmement, ce désintérêt peut être dépendant de la complexité inhérente aux recherches en SHS, de leur caractère abstrait et théorique qui, il faut bien le reconnaître, ne joue pas en faveur de son attractivité. Sur ce point, des étudiants reconnaissent qu’un effort est aussi à fournir de la part des publics non-spécialistes, tendre l’oreille et se concentrer pour tenter de comprendre ce langage utilisé de façon différente et difficile.

Troisièmement, c’est ce que j’ai posé au début, dans un mélange des deux premières, une raison peut être une réponse identique, une sorte d’”œil pour œil, dent pour dent”, où dans une relation à deux, une des parties ignore et se désintéresse de l’autre car elle sent qu’elle ne l’intéresse pas. Si cette raison extrapole beaucoup à partir d’intuitions de ma part mais aussi de quelques discussions avec des étudiants et étudiantes, elle entraîne néanmoins une question autrement plus importante ; quel est le coût, en termes de réputation et de légitimité auprès des citoyens, de ce manque évident de communication – d’échange et de discussion – des SHS en direction de la société civile ? Et c’est vraiment le point sur lequel il faut insister pour comprendre, au-delà même de la compréhension des raisons du désintérêt envers les SHS, des risques encourus par les chercheurs et les chercheuses. Il ne s’agit pas de dire qu’il faut appliquer une solution sans formuler de « diagnostic » mais que la première étape doit être une réalisation de la part des chercheurs. Du désintérêt envers les SHS découlent un manque de connaissance envers ce qu’elles sont et ce que font ses membres, ses communautés, et, fatalement, une remise en question de leurs utilités.

Il semble donc nécessaire de multiplier les échanges avec la société civile, d’ouvrir la recherche sans pour autant limiter la nécessaire fermeture qui aide à la distanciation et la complexité des travaux (cela est-il possible dans la situation actuelle ? Les chercheurs et les chercheuses ont-ils le temps et/ou l’envie de faire autre chose que chercher des financements et améliorer leur impact ?). Il faut donner ou redonner le goût des SHS, le goût de cette capacité et cette manière particulière d’interroger le monde.

1https://ptvirgule.hypotheses.org/313

crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.