Les gardiens des frontières : une critique de « La dynamique de la recherche en SIC »

Ce texte est une critique d’un ouvrage à mi-chemin entre épistémologie et méthodologie, présentant les principales thématiques abordées par les sciences de l’information et de la communication (SIC) et rédigé par des dominants de la discipline.

La CPDIRSIC (Conférence permanente des directeurs et directrices des unités de recherches en sciences de l’information et de la communication) publie un ouvrage intéressant à plusieurs titres. Déjà, il s’agit d’une expression claire de ce que sont les SIC aujourd’hui, les grands domaines de connaissance et de pratique qu’elles pensent. Ce travail est nécessaire pour les étudiants et les doctorants qui ont du mal à saisir les limites de cette discipline. Le deuxième intérêt consiste en une ressource riche en références bibliographiques, permettant l’identification des auteurs qui sont bien considérés. Ces deux intérêts sont proprement scientifiques au sens intellectuel. Toutefois la science est aussi une institution, avec son lot de rapports de force, de domination même, avec des individus désignés comme étant en mesure de décrire les SIC aujourd’hui. Cette opération est indubitablement un effort de « dominants » d’une discipline, légitimés par l’institution qu’ils représentent, du fait de leur position et de leurs capitaux symboliques et sociaux, pour effectuer ce qui s’apparente à un dessin des frontières – frontières désignant ici une lutte intra et inter disciplines pour définir ce qui fait partie et, par là, ce qui ne fait pas partie d’une discipline.

Précisons ici, par souci de clarté, ce que nous entendons par institution. Comme l’indique L. Boltanski (2009), pour la sociologie (d’inspiration bourdieusienne) de la domination, les institutions sont les structures au-dessus des individus qui leur donnent un sens et un rôle et auxquelles ces derniers sont entièrement soumis. On peut nuancer ici une lecture peut-être un peu caricaturale, sans aller jusqu’à la lecture donnée par Jacques Rancière, car P. Bourdieu a aussi pensé les marges de manœuvre et d’autonomie des agents, point sur lequel F. Poupeau insiste avec justesse (Poupeau, 2012). En bref, nous reprenons dans ce texte la définition des institutions de la sociologie bourdieusienne, en y incluant les remarques prudentes de L. Boltanski, qui souligne le rôle actif des acteurs dans ces structures déterminant leur quotidien. (Pour cette raison, nous préférons la notion d’acteur à celle d’agent, même si pour certains, c’est faire trahison aux théories de P. Bourdieu que de les discuter sans l’« agent »). Re-en bref, quand nous parlons d’institution dans ce texte, nous entendons la discipline SIC incarnée par des individus et des instances (une organisation composée de plusieurs individus qui sont en mesure de prendre des décisions), parce qu’une institution est toujours solidaire de ses représentants – elle est cet « être sans-corps » qui doit être actualisé par des êtres de chair (Boltanski, op. cit.).

Le troisième intérêt se situe ainsi dans la possibilité d’avoir la vision des gardiens des frontières de ce que sont les SIC ; quels objets peuvent en faire partie ? Où se situent les domaines de réflexion « à la mode » ou simplement « en droit » de se revendiquer des SIC ? On regrettera en revanche l’absence d’une définition de ce qu’est une « approche info-communicationnelle » ou même d’une problématisation info-communicationnelle car, en l’état, le lecteur peut déduire que les SIC sont un ensemble de domaines à analyser selon certaines méthodes et avec certains questionnements (tous deux abordés par les auteurs dans leur exposition des domaines), mais rien sur une épistémologie d’une approche SIC. En quoi celle-ci se distingue d’une approche économique ou sociologique ? Existe t-il une « essence » SIC dans la formulation d’une pensée scientifique ? L’ouvrage de la CPDIRSIC ne fournit pas de réponse de ce type et c’est dommageable. Les gardiens des frontières se risquent ici à laisser penser que les SIC sont une discipline centrée sur des objets. L’objectif de l’ouvrage annoncé en introduction, qui est de « faire connaître la richesse des domaines que [les SIC] recouvrent et le potentiel d’innovation scientifique dont elles sont porteuses » (CPDIRSIC, 2018, p. 11), ne saurait suffire à la compréhension totale de la discipline. Si justement l’objectif était de montrer « l’innovation scientifique », il importe pour une discipline, dont les auteurs de l’ouvrage écrivent qu’« elles ne sont pas toujours bien identifiées » (CPDIRSIC, op. cit.), de positionner les SIC par rapport aux autres disciplines des SHS en expliquant clairement ce qu’est une problématique et une approche info-communicationnelles. Rappelons avec J.-C. Passeron que « l’épistémologie d’une science ne peut avoir d’autre tâche que de décrire les éléments constitutifs du discours explicatif qui, dans cette science, sont pertinents pour l’identification de ses procédures de preuve par différence avec d’autres » (Passeron 2001, p. 33). Si cela a été fait, c’est toujours par rapport à des objets de recherche (la démocratie numérique par exemple), et on ne saurait expliquer la spécificité des SIC sans prendre l’exemple d’un objet. Cela interroge sur l’existence d’une définition des SIC déconnectée d’exemples, une définition qui ne soit pas une présentation de la façon dont les SIC abordent telle ou telle thématique, mais une définition qui explique concrètement la façon dont les SIC se font science. Ce n’est d’ailleurs pas là uniquement un défaut, mais une richesse qui rend la discipline à la fois obscure et bien moins évidente à comprendre qu’on le voudrait. Et comme le notaient Y. de la Haye et B. Miège (de la Haye, 1984) en 1978, pendant le premier congrès de la SFSIC, le concept de communication possède une ambiguïté selon qu’il est utilisé en tant qu’objet ou en tant que modèle, selon qu’il sert à observer des situations concrètes ou selon qu’il sert à fournir une explication abstraite d’ensemble. L’ouvrage écrit par la CPDIRSIC aurait donc gagné en clarté s’il s’était inscrit dans un effort d’éclaircissement épistémologique plutôt que dans celui d’une description – même si fort utile – des objets travaillés par la discipline, par rapport à d’autres disciplines. (Se pose ici le risque d’invisibilisation des débats épistémologiques sur les fondements de la discipline. L’ouvrage laisse penser que la question de ces fondements est réglée ou absente des réflexions des chercheurs en SIC. Notons toutefois que c’est bien l’objectif de ce type d’ouvrage que de « célébrer » une discipline, de mettre en avant ses éléments constitutifs tout en mettant de côté les éléments encore en voie de constitution.)

Enfin, le quatrième intérêt est de comprendre l’organisation et le déroulement des rapports de force au sein de la discipline. Bien sûr, le lecteur ne saura rien sur les tractations qui ont dû avoir lieu pendant la rédaction de cet ouvrage. Néanmoins il montre noir sur blanc ce à quoi aboutit une opération de gardiennage des frontières en SIC. Premièrement, il faut noter un certain courage dans le fait de définir ce qui est ou n’est pas SIC. Malgré la légitimité institutionnelle des gardiens, ils se trouvent directement opposés à la critique scientifique de leurs collègues. La légitimité institutionnelle des gardiens affronte la légitimité scientifique de leurs collègues ; autrement dit, malgré le poids de l’institution dans la balance du débat scientifique dans la discipline, les gardiens ne peuvent empêcher une « polémique » sur ce qu’ils écrivent. Secondement, et c’est là qu’on voit la limitation de cet affrontement potentiel, les textes ne sont pas signés. Les rapports de force apparaissent euphémisés ou, plus exactement, cantonnés à une rencontre entre la réflexion quasi-anonyme (quasi car les participants à l’ouvrage sont identifiés au début de l’ouvrage et on peut deviner qui a écrit quel domaine) et celui ou celle qui pourra éventuellement critiquer un texte de l’ouvrage. L’affrontement critique ne sera donc pas, « moi, directrice ou directeur de tel labo » versus un auteur critique identifié, mais une institution versus un auteur critique identifié.

C’est peut-être une représentation bourdieusienne de notre part – considérant qu’aucune relation dans le champ scientifique n’échappe à des questions de positionnement –, mais, sur ce point, l’ouvrage se montre d’autant plus violent qu’il crée un déséquilibre là où la volonté était peut-être de minimiser les rapports de force. En d’autres termes, l’intérêt d’avoir des textes non-signés est de limiter les risques de critiques formulées ouvertement en direction d’un auteur-gardien identifié, au prix cependant de laisser au lecteur critique qui voudrait discuter un texte le choix d’« affronter » l’institution dans sa globalité. Les gardiens des frontières font ici bloc (ils reconnaissent par exemple en introduction la démarche collective de leur travail) et signifient, volontairement ou pas, la force imposante de leur ouvrage : « ceci est la définition des SIC telle que l’institution en charge de – ayant le pouvoir légitime sur – la discipline la définit ». Être en désaccord avec cette définition revient dès lors à se dresser contre, se figurer, en quelque sorte, en hétérodoxe. Si les textes avaient été signés, l’effet aurait été présent mais, selon nous, diminué dans la mesure où l’affrontement des réflexions se serait également posé de personne à personne et non pas uniquement d’auteur critique identifié à institution. En somme, les rapports de force subissent une tentative de gommage et cela a, selon nous, pour conséquence de les renforcer.

Nous sommes ici tout à fait dans la logique des deux corps (Kantorowicz, 1989) – où un individu possède un corps physique et un corps supérieur, celui de l’institution qu’il représente – ou de l’être sans corps. Les textes anonymes se poseraient presque comme des méta-point de vue, ou plutôt un espace objectif de points de vue, où la critique ne peut évoluer qu’à l’intérieur sans jamais en sortir si elle veut être considérée comme SIC. Comment ne peut pas penser alors que le lecteur critique qui met en question voire contredit ces textes n’a que sa subjectivité pour affronter l’objectivité institutionnelle ? On reconnaît bien sûr la difficulté à rédiger ce type de texte, définissant un champ de recherche ; les déçues et les déçus seront toujours là car on aura oublié telle dimension d’un objet ou tel aspect d’un sujet. En l’absence de signature, le lecteur critique a le sentiment de se retrouver dans une situation de désaccord avec l’institution dans sa totalité plutôt qu’avec un autre acteur. Il est alors en désaccord avec une institution dont le but est de définir les frontières et qui peut donc se permettre de les tracer objectivement, puisqu’elle est détachée des limites charnelles d’un représentant, dont la pensée aura les défauts de ses goûts, de ses désirs, de ses expériences, etc. (En quelque sorte, c’est une nouvelle sorte de « contradiction herméneutique » (Boltanski, 2009), où la tension entre le consentement à la définition de la réalité par l’institution et le risque d’être trompé par ses représentants est remplacée par la tension entre le même consentement et l’incapacité à pouvoir identifier avec précision les représentants de l’institution). Il faut reconnaître le rôle nécessaire de la CPDIRSIC, en ce qu’elle permet à la discipline de se donner une cohérence d’ensemble. Toutefois, la manière de procéder ne favorise pas la discussion entre des représentants difficilement identifiables et un lectorat critique.

Une parenthèse ou plutôt un propos final afin de préciser le ton de ce billet. L’habitude est facile quand on lit « critique » dans un texte de se figurer l’auteur en éternel insatisfait ou paranoïaque en proie à des démons intérieurs. La réalité est toute autre ; cet ouvrage suscite mon intérêt car il est une démarche importante qui cristallise, à un moment donné, la pensée scientifique en SIC telle qu’elle est perçue et mise en œuvre par des dominants de la discipline. À ce titre, je m’interroge sur les significations sociales possibles d’un tel ouvrage et j’en livre une lecture cynique diront certains, un peu bourdieusienne diront d’autres. L’objectif sous-jacent est aussi de traduire clairement ce que pense un acteur situé en marge de la discipline, un acteur qui ne se satisfait pas des réponses institutionnelles à des questions d’importance, comme celui du rôle politique de la critique scientifique et, plus encore, qui ne se satisfait pas des fondements épistémologiques flous voire fourre-tout des SIC.

Bibliographie :

BOLTANSKI Luc, De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation. Paris : Gallimard, 2009, 294 p. (NRF Essais)

CPDIRSIC, Dynamiques des recherches en sciences de l’information et de la communication. 2018, 190 p.

DE LA HAYE Yves, Dissonances : critique de la communication. Grenoble : La pensée sauvage, 1984, 191 p. (Collection media discours)

KANTOROWICZ Ernst Hartwig, Les deux corps du roi. Paris : Gallimard, 1989, 638 p. (Bibliothèque des histoires)

PASSERON Jean-Claude, « La forme des preuves dans les sciences historiques » [Document en ligne] Revue européenne des sciences sociales, 120, 2001, pp. 31-76. Disponible sur : http://journals.openedition.org/communiquer/1087 (consulté en novembre 2018)

POUPEAU Franck, Les mésaventures de la critique. Paris : Raisons d’agir, 2012, 165 p.

crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.