C’est pas que d’la com ! – mais que foutent les professionnels de la politique sur Twitter ?

Un professionnel de la politique s’est encore illustré sur Twitter par une erreur lamentable sur de nombreux points – politique, stratégique, symbolique, personnel. Dans un échange1 avec Guillaume Barazzone, professionnel suisse de la politique, le président de l’Assemblée nationale française, Richard Ferrand, accuse son interlocuteur de mentir avec l’infamante étiquette « #FakeNews ». Malheureusement pour lui, il a été démasqué, vidéo à l’appui. Dans la série de billet « Ce n’est pas que d’la com ! », je mets l’accent sur la nécessité de ne pas réduire la communication politique au refrain de Dalida. Pourtant, force est de constater que les professionnels de la politique ne cessent de sous-estimer l’importance de la maîtrise de leurs activités communicationnelles sur les réseaux sociaux numériques, en l’occurrence Twitter, réduisant dès lors leurs interventions en façade d’incompétence et d’irrespect.

Incompétence en matière de communication

Imaginez, vous êtes un représentant de l’État haut placé, dans le sens que vous n’êtes pas « simplement » un agent de police ou agent administratif d’un département, vous êtes un de ceux qui font de la politique et prennent des décisions. Mieux encore, vous êtes le président d’une institution centrale de l’organisation politique de la Cinquième république. Est-ce que vous pouvez mentir, dire n’importe quoi ou même déclarer quelque chose à la volée sur un réseau social sans être certain de votre déclaration ? Une question subsidiaire est de savoir si vous avez le droit à l’erreur, mais mettons là de côté pour l’instant.

La réponse à la première question est, sans aucun doute, négative. Premièrement, ce ne sont pas des qualités à posséder aussi explicitement dans le jeu politique. Non pas que le mensonge ou la manipulation soit foncièrement mauvaise pour une personne de pouvoir, n’importe quel machiavélien vous dira le contraire ; mais si cette tentative de mensonge ou de manipulation vous pousse vers le ridicule et la faute si vous êtes pris en flagrant délit ; c’est définitivement une mauvaise qualité. Secondement, en tant que représentant de l’État, il semble que vous avez une responsabilité envers le peuple souverain et l’institution que vous représentez. En bref, c’est à la fois une question de respect et à la fois une question de professionnalisme. En disant n’importe quoi, vous manquez des deux.

C’est vraiment ce qui me frappe en observant les multiples « gaffes », « scandales », « bêtises », et autre erreur communicationnelles commises par les professionnels de la politique, représentants de l’État. A quel moment mentir alors qu’on se sait observé paraît être une bonne idée ? Dans quel monde, l’exagération irraisonnable, la condescendance, et, disons-le sans détour, le racisme de classe, est une forme acceptable pour une communication politique ? Sur quelle planète, un professionnel de la politique se dit que, finalement, c’est pas si mal s’il tweete de temps en temps ce qui lui passe par la tête, sans trop de soucier des conséquences ? Dans quel univers on compose des lois qu’on pense ne pas devoir suivre parce que justement on les a composées – où l’obligation (presque hystérique ou paranoïaque) anti-fake-news ne s’applique qu’à ceux qui ne suivent pas la doxa ?

Toutes ces interrogations amènent à formuler un constat brusque, qui manque certes de précision et d’approfondissement, mais un constat qui entre en écho avec la colère présente dans le mouvement des gilets jaunes ; les représentants de l’État qui sont en même temps professionnels de la politique sont des incompétents, notamment sur le plan de la communication. On ne rentrera pas dans les détails de savoir quelles sont potentiellement toutes les raisons de cette incompétence, car il y en a une qui me semble plus grave que les autres.

Sous estimation des capacités de réflexion et critique des citoyens

J’ai écrit sous-estimation mais en vérité j’avais envie d’écrire « ils nous prennent pour des gros cons » ; l’idée reste la même. Il est troublant, de la part de professionnels de la politique, habitués aux petits calculs pour des profits symboliques plus ou moins gros dans la course à la carrière, de les voir se ramasser lamentablement à cause de déclarations douteuses ou, en tous cas, qui mettent fortement en doute leurs compétences et le respect qu’ils possèdent envers les citoyens. Quand le président de la République, ou un autre, fait un discours ou petite déclaration, il doit s’attendre à ce que ses paroles soient découpées avec autant de précision qu’une pizza cuisinée par un géomètre. La maîtrise doit donc être absolue.

Et pourtant, en voyant les activités de communications de ces professionnels politiques sur Twitter, je me demande bien ce qu’ils y foutent. Entre la tentation des petites phrases (souvent ridicules par leur caractérisation à l’extrême de l’adversaire, « fasciste », « poutiniste », « anti-démocrate », « nazi », etc. ») et l’apparente inutilité de l’acte de communiquer (il est d’ailleurs amusant de voir les principaux défenseurs de la philosophie utilitariste se voir retourner contre eux un argument utilitariste, quand un citoyen énervé signale à un représentant de l’État qu’il a mieux à faire que de tweeter alors que, d’habitude, ce même représentant justifie les politiques économiques de façon technique, en évoquant leur efficacité et leur utilité), le risque est grand pour le professionnel de la politique de se nuire. Il l’est d’autant plus que, dans un réflexe de classe, ou, pour le dire autrement, dans un réflexe d’une sociabilité habituée à l’entre-soi et la flatterie du fait d’une ressemblance (toi et moi = élite donc = intelligence pour résumer), les citoyens sont considérés comme de parfaits idiots qui ne comprennent rien.

Néanmoins (!), quelle erreur tragique qui confine à la débilité stratégique que de sous-estimer l’intelligence du peuple. Premièrement, c’est le peuple qui vote. En conséquence le traiter comme de la déjection canine pendant cinq ans est une drôle de position qui sera difficile à rattraper pour les prochaines élections. Deuxièmement, les preuves ne cessent d’arriver que l’intelligence de ce peuple se relève ou plutôt s’élève dans ses exigences de gouvernement. Par exemple, il suffit de lire les commentaires sous les tweets d’un ministre ou du président pour voir apparaître des semblants de critiques voire de déconstruction d’un discours dominant. Troisièmement, le peuple possède une intelligence cynique qui ressemble, au premier abord, à une colère de « comptoir » à base de « tous pourri ». Les insultes, les menaces et les moqueries formulées à l’encontre des professionnels de la politique ne sont qu’une partie d’un tout, dont le mouvement des gilets jaunes est l’expression la plus claire à l’heure actuelle. Même si un citoyen écrit en réponse à un tweet Emmanuel Macron « vous êtes nul » ou « casse-toi sale con », on ne peut lui enlever des traces d’intelligence, quoi que mal formulées, en ce qu’il reconnaît avec justesse l’incompétence du Président et la nécessité pour ce type de personnage de disparaître de l’organisation politique. Quatrièmement, et compte tenu de tous ces éléments, pourquoi est-ce que les représentants de l’État qui sont en même temps professionnels de la politique utilisent Tweeter ? Qui leur conseille cette stratégie de communication dont l’intérêt même, à la base, c’est-à-dire entretenir un ersatz de contact et soigner son image, n’a rien d’évident ? Ces nombreuses erreurs en matière de communication, dont le tweet du président de l’Assemblée nationale en est le parfait exemple, sont-elles dues aux communicants qui sont mauvais dans leur travail ou aux professionnels de la politique qui se débrouillent seuls ? Dans tous les cas, il est clair que le fait de prendre les citoyens pour des cons n’aident pas à formuler des activités de communication qui ne suscitent pas de l’exaspération et de la colère chez les « récepteurs ».

Pour finir, la question de l’erreur ; oui on n’a pas le droit à l’erreur quand on est représentant de l’État. Enfin tout dépend de l’erreur à vrai dire ; l’erreur sur un fait, tant pis, l’erreur sur un comportement, grave mais des excuses sont possibles. Le principal problème étant que les erreurs ne cessent, les unes après les autres, de confirmer le peu de considération des élites envers le peuple. Ce faisant, un cercle vicieux s’engage ; de la sous-estimation de l’intelligence du peuple amenant des communications mauvaises (car mensongères, trompeuses ou débilisantes) qui entraînent des réactions agressives et critiques de la part des citoyens, ce qui conduit les professionnels de la politique à se dire que ce peuple est bête à ne pas voir qu’ils ont raison et ainsi de suite. Pour régler, immédiatement ce problème, si le pouvoir m’en était donné, j’interdirais tout représentant de l’État, le temps de son mandat, d’avoir un compte actif sur les réseaux sociaux numériques, et réserverais le droit de communiquer sur ces réseaux aux institutions seules (ministère de ceci, ministère de cela par exemple). Cela ne réglerait pas tout les problèmes, loin de là, mais, dans un premier temps, cela permettrait d’éviter qu’un Richard Ferrand donne une si mauvaise image de la France par manque de contrôle.

1Merci à Olivier Berruyer pour avoir mis en lumière ce « fait » ; https://www.les-crises.fr/richard-ferrand-prix-nobel-2018-de-la-fake-news/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.