Il faut systématiser la violence symbolique à l’égard des puissants

Le mouvement des gilets jaunes démontre qu’il existe en France un désespoir, une colère et une volonté de changements réels. Les élites, les puissants, les dominants, en gros tous ceux qui profitent de l’organisation politique actuelle, sont directement visés. Quoi qu’on dise sur ce mouvement, pour des raisons individuelles voire égoïstes (parce qu’on est resté coincé sur la route par exemple), ou pour des raisons de classe (la bourgeoisie doit voir d’un mauvais œil cette grogne populaire tandis que les aspirants à cette classe profitent, consciemment ou pas, de l’opportunité pour se distancier de leurs origines populaires), les gilets jaunes pointent les bonnes personnes du doigts dans la mesure où elles ont leur part de responsabilité dans la situation sociale actuelle. Le chômage, les inégalités, les menaces de déclassement ne sont pas des manifestations naturelles mais le résultat de politiques gouvernementales et d’une idéologie prédatrice (le néo-libéralisme). En conséquence, j’aimerais avec ce texte apporter ma modeste pierre à l’édifice gigantesque qui consiste à remettre en cause l’organisation politique dans sa globalité ; et si on se moquait automatiquement des puissants ? Et si chacune de leurs activités de communication rencontraient huées et désapprobations ?

La moquerie comme ciment

Comme le souligne F. Goyet (1994), le rire collectif soude et fait une victime. Par le rire, les individus prennent conscience d’une situation commune et s’associent. On pourrait donc dire que la moquerie a cela de bon qu’elle permet à une société de prendre conscience d’elle-même, qu’elle permet à un ensemble d’individus de se penser comme une communauté. Faisons l’impasse sur la réflexion de l’auteur qui cherche à distinguer la bonne de la mauvaise violence et partons déjà de ce constat de la moquerie comme ciment pour la cohésion.

Tout d’abord, il est clair que les puissants sont eux-mêmes des praticiens habitués de la moquerie et de l’irrespect. Comme le montrent les nombreuses frasques de Macron, les puissants n’apprécient pas les citoyens populaires ; ils les trouvent stupides, moches et déraisonnables – l’appel à la raison chez un puissant étant souvent un appel à la soumission car un rappel à l’ordre. Alors bien sûr, j’entends venir les gros sabots des pacifistes dans tous genre (ni violence physique, ni violence symbolique) me sermonner en disant « c’est pas parce qu’ils sont méchants qu’il faut l’être à son tour ». Pourtant, force (historique) est de constater (historiquement) que c’est comme ça que l’on obtient l’attention des puissants. Quand les moyens pacifiques d’exprimer sa colère ou même, tout simplement, de participer au politique du pays sont institutionnalisés de sorte à réduire à l’impuissance, la logique pousse à recourir à la violence symbolique pour se faire entendre.

Ici la violence symbolique est tout ce qui heurte les puissants sans recourir à la force physique ; de l’inattention, à la moquerie en passant par la dérision, les possibilités sont nombreuses. L’intérêt est autant organisationnel que politique. D’un côté, il s’agit de penser à des façons concrètes de lutter contre la domination des puissants. D’un autre côté, le recours systématique à la violence symbolique envoie des signes de reconnaissance entre citoyens désireux de changements. La moquerie, parfait exemple selon moi de violence symbolique utile, représente l’espace d’un instant, que l’on peut prolonger en en faisant un réflexe citoyen de lutte, une prise de conscience partagée que ça en est trop ; les inégalités sont trop criantes et l’inaction trop choquantes pour que les puissants continuent à croire à leur invincibilité.

Un cas pratique : ne plus supporter la communication de l’État

Nous ne manquons pas de situation où mettre en pratique cette violence symbolique ; dans les grandes entreprises où les patrons se disent pour le dialogue, dans les administrations publiques qui prônent une organisation démocratique (coucou l’Université), dans les meetings politiques où le puissant vient « échanger » ; en bref, la mise en pratique sera d’autant plus forte qu’elle signalera qu’on n’est pas dupe face à ce qui n’est pas, face à l’illusion d’un respect d’une participation démocratique. Je m’attaque ici au sujet que je maîtrise le mieux, c’est-à-dire la communication de l’État. Ma thèse (FUSI, 2018) a démontré que la communication est bien plus qu’une façade et qu’elle participe à la reproduction de la domination de l’État. La communication est aussi le témoin des rapports inégalitaires dans les capacités politiques des citoyens ; certains peuvent incarner l’État dans un tweet, d’autres peuvent hurler dans la rue en étant entendus de manière stéréotypée et réductrice, certains peuvent, dans un discours, dresser l’avenir probable de la France, d’autres peuvent rêver à un avenir meilleur.

Rentrons dans le vif du sujet avec une ligne directrice ; ne plus supporter la communication de l’État et toutes les inégalités qu’elle exprime.

Se moquer systématiquement des déclarations des représentants de l’État, surtout des ministres et du Président. Le pire ici étant que je peux écrire cette phrase sans trop me sentir coupable d’exagération tant les déclarations des représentants de l’État les plus hauts sont, dans une grande majorité, mauvaises, mélangeant approximation, mensonge, et pseudo-objectivité qui cache mal un parti pris idéologique. Il s’agit alors d’exprimer notre compréhension de cela, que la communication bien huilée ne remplacera jamais une véritable participation démocratique des citoyens à la prise de décision. Il s’agit de résister à la tentation de hocher la tête quand le puissant fait appel à des bas sentiments pour diviser plutôt que se justifier (« le problème ce n’est pas moi ou ma politique, mais l’immigration »), quand il explique avec des chiffres, se donnant les airs d’un réalisme implacable (les mathématiques ne sont pas une transcription exacte de la réalité, il faut en finir avec ce mythe). La moquerie peut revêtir plusieurs formes ; tourner à la dérision les formules et les bonnes phrases, détourner les slogans, critiquer le physique et l’attitude, mimer, grossir les traits, etc.

2° Refuser la communication dans des situations qui soulignent par leurs déroulés une inégalité de fait. L’exemple le plus courant est les déclarations devant les pupitres, la distanciation spatiale étant une distinction de statut et de pouvoir. Celui qui est devant la foule est celui qui est vraiment devant la foule, au-dessus d’elle. Il faut donc exiger que l’orateur descende littéralement de son piédestal et viennent s’intégrer à la communauté.

3° Huer la communication dans des situations où l’inégalité est objectivement inattaquable. C’est le cas des déclarations derrière des barrières de sécurité, dans des lieux inatteignables au commun des mortels, des plateaux de télévision en passant par les salles de conférence de presse. Huer revient ainsi à critiquer la communication elle-même plutôt que son contenu. Huer consiste à désigner un refus d’entendre ce qui est dit pour la raison que ce qui est dit est mal dit dans son organisation.

4° Contrer les arguments développés ou démonter les déclarations. Dans une posture offensive, les représentants de l’État argumentent pour justifier leurs positions et leurs politiques. Dans une posture défensive, ils attaquent, plus ou moins indirectement, en faisant des petites déclarations à la presse ou sur les réseaux sociaux numériques. Les citoyens sont spécialisés en tout ; chacun de nous possèdent des compétences et des connaissances qui excèdent (de loin) les connaissances et les compétences des puissants. Il importe alors que ceux en mesure de dépasser un représentant de l’État, par ses compétences et connaissances, le fasse et s’exprime publiquement pour déconstruire la communication. Cette action s’accompagnera de son lot de moquerie et d’humour pour critiquer ouvertement l’incompétence et le manque de connaissance du puissant.

Ce texte est un appel à la révolte intellectuelle des citoyens en colère. Il s’inscrit dans une démarche scientifique émancipatrice, qui vise à construire, avec les citoyens, des changements progressistes. Ce texte rend hommage à l’intelligence du peuple en ce qu’il comprend, sans pour autant l’expliciter, ce qu’il faut faire pour un monde meilleur. Par la moquerie, par la critique, par la dérision, par les insultes, toutes déjà utilisées couramment, les citoyens en colère montrent leurs activités cérébrales critiques. Ce texte ne cherche qu’à renforcer cet état de fait.

Bibliographie :

FUSI Mathieu, « Communication de l’État en contexte de crise financière internationale. Le cas des crises : krach boursier de 1987, crise asiatique de 1997-1998, subprimes en 2007-2008 », thèse en science de la communication, sous la direction d’Isabelle Pailliart, Grenoble, Université Grenoble Alpes, 2018, 482 p.

GOYET Francis, Rhétorique de la tribu, rhétorique de l’État. Paris : Presses Universitaires de France, 1994, 232 p. (Recherches politiques)

crédit photo


2 réflexions sur « Il faut systématiser la violence symbolique à l’égard des puissants »

  1. Bonsoir Monsieur Fusi
    Que pensez-vous de la caricature des politiques dans les médias ? Type le petit journal / les guignols / Quotidien, et d’autres peut-être ?
    Quel réel impact ?
    Quel réel enjeu ?
    Ces émissions font partie intégrante du système médiatico-politique. Donc le système ne se prive pas de l’autocritique ? La mise en spectacle de la caricature du politique est-elle elle-même instrumentalisée ?
    Merci 🙂
    Eddy

    1. Tant de questions pertinentes m’entraineraient presque vers une nouvelle thèse ; il est donc probable que je sois assez expéditif (sinon je vais pondre un pavé).
      La première difficulté est l’unité sous entendue par l’emploi du terme “les médias”. Pour faire court, je pense qu’il y a des médias dont la moquerie, et l’activité critique en général, sont acceptées. C’est ce qu’on appelle les médias dominants, proches du “pouvoir politique” et du “pouvoir économique”. Il y a également des médias pour qui ces activités sont mal vues (Charlie Hebdo parfois), voire carrément sanctionnées (le cas des “procès bâillon” mais aussi voir l’actualité des pressions du gouvernement sur les journalistes qui enquêtent sur la présence d’armes françaises au Yémen). Dans ces deux (idéaux-)types, il existe une différence au niveau de ce qui est permis mais surtout, et c’est ce qui nous intéresse je pense, des implications de la moquerie et de la critique.
      Donc quel impact quand on sait qu’un média (télé, radio ou presse)a besoin des pro de la politique pour faire de l’info et, aussi, ces pro ont besoin des journalistes pour se faire voir (j’en parle dans ma thèse, dernière partie, sur le statu quo entre journalistes dominants et représentants de l’État/membres de l’exécutif). La critique est là, la moquerie aussi. L’intérêt d’une émission comme le petit journal est de montrer les coulisses de la communication politique et tout le ridicule d’une mise en scène bien huilée, qui fait tache quand on veut que ‘affection envers l’homme ou la femme politique soit spontanée (alors qu’elle est fabriquée). Toutefois, cette émission, et les autres, ne vont pas jusqu’à remettre en question l’existence de cette communication, ni ses implications sur la façon dont on gouverne en France (impuissance de la parole citoyenne, course à la manipulation en période électorale entretien d’un “dialogue” sans raison entre électeurs et candidats, flux et circulation de la parole politique comme témoin du flux et circulation du “pouvoir”, etc.).
      Sur l’enjeu, plus encore l’enjeu réel (si par cette expression tu entends ce qui compte vraiment), ça va vraiment dépendre des individus et de leurs conceptions politiques et idéologiques.
      Je conclus sur l’autocritique (je crois avoir déjà répondu à la deuxième question sur l’instrumentalisation) ; elle est présente mais, encore une fois, pas assez approfondie et surtout ressemble le plus souvent à des vœux pieux (perso j’attends encore la moralisation du capitalisme défendue par Sarkozy en 2008 ou le “renouvellement” de classe politique promis par Macron). Le principal problème est que l’autocritique, la critique tout comme la moquerie, ne font pas partie des règles du jeu politique, contrairement à la prétention à l’intérêt général, la défense de la domination de l’État et la défense des intérêts privés (les siens comme ceux des entreprises qui financent les partis politiques).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.