C’est pas que d’la com ! – gouverner 60 millions et plus de (consommateurs-)citoyens

Gouverner signifie diriger, indiquer, avec plus ou moins de violence, plus ou moins d’autorité, où les (consommateurs-)citoyens doivent aller ; les directions morale, matérielle et spatiale1 sont visées, autrement dit gouverner n’est pas juste l’action du berger qui emmène ses moutons d’une colline à l’autre, c’est aussi et surtout la fourniture d’un mode de vie comportant des normes, des lois et des règles tacites. Toutefois, il n’existe pas de gouvernement unique, intemporel que l’on pourrait retrouver dans chaque société et époque. À vrai dire, Jean Jacques Rousseau précisait déjà au XVIIIe siècle que la démocratie n’était pas faite pour les grandes populations – pour être tout à fait juste il pensait même que la démocratie était trop parfaite pour être un gouvernement d’hommes. Car oui, nous sommes en démocratie (qualifiée, tant pis pour l’oxymore, de représentative), une forme de gouvernement particulière parmi les deux autres les plus citées, par les philosophes politiques les plus connus – Hobbes, Locke, Macchiavelli pour ne citer qu’eux, que sont l’aristocratie et la monarchie. Le gouvernement de la France en ce XXIe siècle a donc des contraintes spécifiques qui se renouvellent à mesure que la société évolue et nous allons voir que la communication nous permet de mieux les percevoir.

Convaincre et séduire plusieurs dizaines de millions de (consommateurs-)citoyens

Admettons que vous vouliez convaincre un groupe d’amis d’aller manger dans un restaurant rapide parce qu’en ce moment, avec un certain menu, vous avez en cadeau la figurine de petits monstres mignons. (Le marketing sait très bien titiller cette pulsion infantile de la satisfaction immédiate pour pousser à la consommation, surtout si elle est attachée à des sentiments forts et des modes.) Il vous suffit pour ce faire de leur parler, de faire appel à différentes méthodes de séduction ou d’intimidation ; bref vous pouvez être physiquement présent avec eux et tirer sur la corde sensible de l’amitié pour combler vos attentes. En revanche, quand vous êtes un homme politique, membre de l’exécutif, vous ne pouvez pas aller voir tous les français pour leur expliquer la nécessité de la loi travail. Est-ce que vous imaginez Manuel Valls débarquer chez vous pour faire la promotion de son prochain produit ?

J’ai dit plus haut que nous étions en démocratie représentative. Laissons de côté l’explication de cette expression mais gardons en tête que, pour résumer très vite, elle veut dire que le peuple français élit des représentants à qui il délègue tous ses pouvoirs et sa souveraineté. Une fois élu président de la République, la communication pour le chef de l’État devient l’objet premier et principal afin d’être en contact avec l’ensemble des Français et les gouverner. Les raisons sont assez simples ; premièrement la communication est acceptée – quoi que critiquéecomme acte politique légitime, c’est-à-dire qu’on ne peut accuser un président d’être un affreux dictateur juste parce qu’il communique ; deuxièmement, la communication est « rapide et facile » à mettre en œuvre, par rapport à d’autres formes comme une loi ou un référendum et n’aura pas les mêmes oppositions ; troisièmement, la communication correspond en France à une tradition du discours, les beaux discours, la verve, l’éloquence ont belle figure dans notre pays.

Les médias sont incontournables

Pour le meilleur et pour le pire, les hommes politiques élus ne peuvent se passer des médias. Dans le cas qui nous intéresse, celui du gouvernement, les médias deviennent l’intermédiaire qui revêt le plus d’importance car ils permettent de toucher le maximum de (consommateurs-)citoyens. Demeure toutefois le risque ou l’avantage de voir les propos coupés, changés par un montage et discutés voire critiqués.

Plus encore, les médias (se) sont souvent présentés comme un contre-pouvoir, l’assurance que nous demeurerons en démocratie tant qu’ils auront la liberté d’expression. Esquiver les médias pourraient alors ressembler à une manœuvre dictatoriale, sans parler d’une tentative de les contrôler explicitement. Quoi qu’il en soit, les médias apparaissent comme les garants de la démocratie et cette image se transforme en contrainte supplémentaire pour gouverner la France, puisque les membres de l’exécutif ne peuvent les éviter.

Les faits sont pourtant beaucoup moins flatteurs pour les médias. Leur liberté d’expression est à placer dans le contexte entrepreneurial des « grandes entreprises capitalistes » que sont les groupes Dassaut, les Vivendi, les Bolloré, les Lagardère, etc. Une carte2 réalisée par Acrimed et Le monde diplomatique montre que les fortunes françaises et l’État possèdent les médias. Quelles libertés critiques, indispensables dans une véritable démocratie, pour un contre-pouvoir appartenant à ceux qu’il est censé analyser ? À vrai dire, il semble plutôt que le rôle des médias dans la communication des membres de l’exécutif se résume à imposer des contraintes de formes correspondant à des canons commerciaux ; faire court, être explicite, bien « passer » à la télé, être maquillé, bien coiffé, etc.

Le vote comme geste de consommation (et non plus de citoyenneté)

Quand vous achetez une certaine marque qui se vante d’être l’incarnation de l’esprit sportif, vous ne vous transformez pas en champion de votre discipline préférée. Quand vous payez un peu plus cher pour des produits soit-disant allégés et meilleurs pour la santé, vous n’êtes pas forcément en meilleur santé. Le bipartisme en France se présente sous le même angle, et c’est un parallèle qui devrait frapper d’effroi tous les démocrates ; si acheter ne vous donne pas ce que les marketeurs associent à leurs produits – comme valeurs et images, voter ne vous donne pas non plus la possibilité de transformer le politique (et non la politique, différence importante) français.

La gauche et la droite se partagent le gouvernement de la France depuis longtemps, sans pour autant que ne soient arrêtés une déconstruction lente mais méthodique de l’État-providence, un investissement sans cesse plus élevé dans l’Union européenne, une politique économique libérale, une poursuite infernale de la croissance-PIB. Les exemples ne manquent pas. Nous sommes pourtant en « démocratie », ce qui implique de respecter des formes, dont la plus symbolique est le vote.

Selon moi, voter n’est plus un geste de citoyenneté mais plutôt un geste de consommation dans la mesure où il nous fait prendre part à un système d’illusions, de non-dits, de manifestations émotionnelles qui n’ont pas d’autres objectifs qu’elles-mêmes. C’est pour cette raison que la communication semble toute désignée pour aiguiller les hommes politiques dans leur tentative de séduction des masses. Plus tard, elle leur sert à gouverner ces masses, pour les raisons expliquées plus haut mais aussi parce qu’elle est devenue une technique professionnelle pour des professionnels de la politique. En témoigne la présence de directeurs de la communication dans chaque ministère.

Pour conclure, il est impossible de reprocher à la communication de n’être qu’une apparence car elle est justement cette apparence qui nous apprend tout un tas de choses sur la réalité politique française ; déjà elle souligne ce qu’est gouverner dans un grand pays ; ensuite elle rapporte le rôle des médias à ce qu’il est en essence, c’est-à-dire une entreprise commerciale ; enfin, elle expose la réduction de la citoyenneté à un consommateur. Dire « ce n’est que d’la com » revient dès lors à faire l’impasse sur tout cela.

1Selon M. Foucault, l’étymologie du mot « gouvernement » observe trois sens, spatial, matériel et moral ; FOUCAULT Michel, Sécurité, territoire, population : cours au Collège de France, 1977-1978. Paris : Gallimard, 2004, 435 p. (Hautes Etudes)

2http://www.acrimed.org/Medias-francais-qui-possede-quoi

Crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.