Le combat contre l’horloge : quelques astuces pour gagner du temps en thèse

Commençons directement par une salve d’honnêteté ; finir sa thèse en trois ans, en SHS, relève du miracle. Nous avons expliqué dans un autre billet1 que cette impossibilité traduisait une contradiction dans l’Université, entre sa volonté de fonctionner comme une entreprise – avec ses démarches de rationalisation du temps – et son fonctionnement bureaucratique – avec ses lenteurs rituelles. Ce n’est toutefois pas la peine de tirer un trait à l’encre indélébile sur la possibilité de « gagner du temps » ; il existe des astuces, des manières de faire, dont je me rends compte, après avoir fini l’exercice de la thèse, qu’elles m’ont aidé à ne pas courir après le calendrier.

L’écriture : le plus tôt possible

Dans l’idéal calendaire, la troisième année de la thèse doit être consacrée à l’écriture. Dans la pratique suante et saignante, l’écriture est la dernière étape. Cette conception me semble être une erreur grave ; plus on retarde l’écriture, plus on prend du retard. Bien sûr, il faut un certain moment à un doctorant avant de savoir sa problématique, son plan, etc. ; en commençant l’écriture tôt, ne risque t-on pas de pianoter pour rien ? La réponse est non si vous prenez la peine de vous organiser au préalable. Je vous livre un exemple ci-dessous.

Mon sujet de thèse porte sur la communication de l’État en contexte de cirse financière internationale. Ainsi, je sais quels grands domaines de la réflexion scientifique je peux mobiliser pour mener la recherche : la finance internationale, le libéralisme, le capitalisme, la confiance, la communication politique, l’État, la construction de la réalité, l’épistémologie de ma discipline et des SHS en général, les médias (et les sondages), la globalisation et la mondialisation. Voici, en gros, les grands domaines que j’ai identifiés au début de ma thèse. Après six mois de lecture intense, j’ai écrit, pour chacun de ces domaines, un texte en rapport avec le sujet de thèse. Ces textes ne se sont pas retrouvés tels quels dans la thèse – il a fallu les synthétiser, les préciser, bref les retravailler – mais ils ont été des gains de temps inestimables car la matière à écrire était déjà là.

Autre manière de pousser à l’écriture ; l’entretien d’un blog, d’un carnet de recherche ou tout autre dispositif sur lequel vous couchez vos réflexions. Ce faisant, vous avez à votre disposition un moyen d’écrire comme vous le sentez, sans pression.

L’écriture est sans aucun doute un gros morceau, celui où les abandons doivent être les plus nombreux. C’est bien pour cette raison qu’il faut anticiper le plus possible le moment du choc et les questions classiques ; par où je commence ? Qu’est-ce que j’écris ? Quels auteurs je mobilise ? Quelles concepts j’utilise ?

La rigueur : face aux petites pertes de temps

Il est 16h (à peu près), je suis en train de peaufiner mon bébé, notamment au niveau des références, avec une indication précise des pages pour les auteurs mobilisés quand cela n’a pas été fait. Une heure plus tôt je donnais un cours et comme je suis un travailleur solitaire, je suis rentré immédiatement chez moi après pour travailler sur la thèse. Et là c’est le drame ! Je me rends qu’un des ouvrages que je cite n’a pas ou très peu de pages indiquées dans sa fiche de lecture. En cédant à la flemme, j’aurais pu mettre une page au hasard dans la note de bas de page. Cependant, et les doctorants savent de quoi je parle, cette pression à ne rien laisser passer (si l’accouchement est rude, ce n’est pas pour avoir un enfant défiguré) me pousse à retourner sur le campus pour fouiller dans le livre en question. Résultat : deux heures de perdues.

Cet exemple montre qu’un manque de rigueur finit toujours par se payer. La discipline est une qualité pour l’exercice de la thèse, et sans pour autant être un militaire, il faut se fixer certaines règles à respecter à tout prix – comme des informations à toujours prendre en note lors de la rédaction d’une fiche de lecture.

Par ailleurs, la fixation de règles devient indispensable dans le référencement. Si vous adoptez une norme bibliographique vous deviendrez votre propre sauveur. Rien n’est plus agaçant que de parcourir sa thèse en entier pour vérifier si le référencement des chapitres d’ouvrage comporte bien un « ; ». C’est la même chose pour les styles à donner aux titres, aux paragraphes, etc. En bref, l’aspect formel de la thèse doit bénéficier au plus tôt d’une harmonie dans les manières de composer, sinon c’est le chaos et la fin de l’univers.

L’harmonie justement : de partout dans la thèse

Pour rebondir sur la précédente phrase, concernant l’harmonie et la forme de la thèse, il importe de consacrer du temps à ce rapport avant de commencer l’écriture. Pourquoi est-ce si important ? Parce qu’une trop grande partie des dernières corrections consiste à se mettre d’accord avec soi a posteriori – sur l’usage des majuscules ou l’écriture des nombres en chiffre ou en lettre par exemple.

Dans l’idéal, au tout début de la rédaction, il faudrait pouvoir anticiper chaque décision à propos de la forme. Dans la pratique l’harmonie se construit au fur et à mesure ; c’est-à-dire qu’à chaque fois que vous décidez d’une forme, vous l’appliquez (rigueur) jusqu’au bout. Il arrive souvent (trop souvent?) que l’on se laisse tenter par la technique du « on verra plus tard », ce qui est sans aucun doute une mauvaise idée. Afin de faciliter le suivi de cette harmonie, la constitution d’un petit document (dans votre format préféré) est bonne chose ; dans celui-ci vous pourrez inscrire toutes vos décisions de forme.

En bref, le temps à gagner se situe dans un « calendrier » avancé concernant l’étape de l’écriture ainsi qu’une rigueur et une harmonie à appliquer tout au long de la thèse. Dans ce billet, je n’ai pas évoqué les méthodes et les lectures pour deux raisons ; 1° ce serait trop long de s’arrêter sur chacune des méthodes (par ailleurs, je suis très loin, très très loin, de les avoir toutes testées) ; 2° les trois conseils s’appliquent bien aux méthodes et surtout à la lecture.

1https://ptvirgule.hypotheses.org/264


Une réflexion sur « Le combat contre l’horloge : quelques astuces pour gagner du temps en thèse »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.