Pourquoi faut-il arrêter de confondre Europe et Union européenne ?

De façon courante, dans les discours de professionnels de la politique, de journaliste, de chercheurs, d’intellectuels, et autres, la confusion est faite entre Europe et Union européenne (UE). Même ceux qui se lèvent contre l’institution européenne commettent parfois cette faute. Et c’est une faute car elle entraîne le mélange entre une réalité politique et une réalité géographique et historique qui, consciemment ou pas, participe à la défense de l’UE en tant qu’institution naturelle. Brièvement nous évoquerons ces trois réalités en insistant sur la différence entre Europe et UE.

Une réalité géographique ?

Alors bien entendu, quand nous écrivons « réalité géographique », nous ne signifions pas que les frontières des territoires sont tracés par la nature – comme données dans les atomes qui forment le monde. Toutefois, l’Europe désigne un ensemble de territoires bien avant que n’apparaissent la Commission européenne et Jean-Claude Juncker. Si l’on en croit E. Morin1, on peut dater l’Europe moderne, celle qui va entraîner la naissance de la philosophie humaniste, à partir du XVe. À cette époque là, aucun de nos « pères fondateurs » (Chouchou, Concon, Momo et Gaga) n’avaient encore poussé leurs premiers cris. Donc, géographiquement – et on devrait plutôt dire géopolitiquement tant l’existence d’une frontière est un acte souverain d’une communauté sur un territoire, soit un acte politique de définition –, l’Europe va du Portugal jusqu’à la Russie. L’Europe a cela de « naturel » qu’elle est inscrite dans des montagnes, des routes, des mers, etc. Pour cette raison, il était assez hilarant pendant le référendum sur le BREXIT d’entendre que le Royaume-Uni allait « sortir de l’Europe » ; comment ? En se faisant hélitreuiller ?

Ainsi, l’UE a des frontières différentes de l’Europe, frontières qui sont définies par des traités et qui peuvent bouger. L’Europe, au contraire, ne verra pas ses frontières se déplacer.

Une réalité historique ?

L’autre réalité européenne qui s’impose est historique. Force est de constater que l’UE n’a pas inventé l’histoire de l’Europe ; elle en découle et n’en est qu’une partie. Ainsi (et entre nous c’est quand même mieux de prendre F. Braudel comme source sur l’histoire de l’Europe qu’E. Morin), l’historien français F. Braudel, dans la partie de son étude sur l’identité de la France où il s’arrête sur les mouvements démographiques et les liens entre la France et l’Europe, nous apprend que l’Europe naît au Xe siècle2. C’est encore plus tôt que le XVe, là où les déclarations ridicules de Moscovici sur la situation de la Grèce n’étaient même pas imaginables. Par ailleurs, F. Braudel ajoute que les destins de la France et de l’Europe se sont joués ensemble : en conséquence, « L’Europe s’est consolidée, cimentée autour de nous »3. L’historien fait de l’Europe « notre condition d’être »4. Indiquons au moins une raison ; c’est en France, dans les foires de Champagne, que l’Europe a connu sa première prospérité économique. Qui alors, en faisant la confusion entre Europe et UE, oserait prétendre que l’histoire de l’Europe date seulement du XXe siècle ? Cela ne reviendrait-il pas à admettre que l’histoire de la France ne commence également qu’au XXe siècle ?

Une réalité politique ?

La confusion entre Europe et UE a cela d’agaçante qu’elle ressemble à ce que Bourdieu appelle une naturalisation, une déshistorisation5, c’est-à-dire, dans le cas qui nous intéresse, une opération qui consiste à rendre faire oublier les luttes d’origine pour l’imposition d’une politique, d’un ensemble de décisions, pour faire advenir une institution. Il existe d’ailleurs un parallèle intéressant à tracer entre ces opérations de naturalisation concernant la mondialisation financière et économique (inévitable, fatale, fruit naturel des relations internationales6) et la construction de l’UE.

Il est aisé de comprendre l’intérêt de cette opération pour l’UE ; se faire passer pour l’institution qui a toujours été là, ou plus exactement, se présenter comme l’institution qui sera toujours là tant elle est naturelle. Bon, nous allons très vite et prenons des raccourcis, mais l’idée demeure ; une confusion entre Europe et UE est au service d’une institution politique qui est le fruit d’une construction, ne possédant pas le « dessin naturel » d’un territoire. L’UE est une construction d’élites qui n’ont pas su motiver les différents peuples européens7. L’étude, datant de plus de dix ans, de B. Caustres et G. Grunsberg montre en effet qu’il faut avoir un niveau d’éducation et une position sociale élevés pour soutenir l’UE. Et pourtant, aujourd’hui en 2018, nombreuses sont les « élites » qui s’opposent à l’UE. On citera Jacques Sapir, économiste français, qui prend publiquement position contre cette institution.

En fait ce qui achève rapidement l’idée d’une assimilation entre Europe et UE est l’impossibilité de décrire la première comme une somme de décisions politiques, prises lors de sommets internationaux, contrairement à la seconde. Des ouvrages comme celui de J.-C. Zarka8, offrant un résumé des différents traités qui ont constitué l’UE, en sont le parfait exemple. En fait, il ne s’agit pas de dire qu’il est impossible de disserter sur l’UE en tant que construction politique remettant en question les définitions de l’État-nation – ce que fait J.-M. Ferry par exemple9 –, mais qu’il est tout à fait possible de parler de l’UE comme étant le résultat d’une addition de signatures de représentants politiques nationaux ; chose qu’il est impossible de faire pour l’Europe.

En bref, ne confondez pas Europe et UE, c’est comme assimiler une tomate de jardin et une purée de tomate de supermarché. Les deux se ressemblent, sans doute, mais l’un, malgré ses volontés de représenter l’autre, n’en est qu’une partie (et pas la meilleure). En les confondant volontairement ou par peur de se répéter, ceux qui les utilisent indifféremment participent à ce travail de naturalisation d’une institution politique. Je vous laisse libre de décider si c’est une bonne chose ou pas.

1MORIN Edgar, Penser l’Europe. Paris : Gallimard, 1990, 266 p. (Folio/Actuel)

2BRAUDEL Fernand, L’identité de la France. Paris : Flammarion, 1990, 1181 p. (Milles & une pages)

3Ibid., p. 544

4Ibid., p. 544

5BOURDIEU Pierre, La domination masculine. Paris : Éditions du Seuil, 2014, 177 p. (Points. Essais)

6BOURDIEU Pierre, WACQUANT Louis, « Sur les ruses de la raison impérialiste » [Document en ligne] Actes de la recherche en sciences sociales, 1998, volume 121-122, pp. 109-118. Disponible sur : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1998_num_121_1_3250 (consulté en mai 2015)

7CAUTRES Bruno, GRUNBERG Gérard «  Position sociale, identité nationale et attitudes à l’égard de l’Europe : la construction européenne souffre-t-elle d’un biais élitiste ?  » IN : COSTA Olivier, MAGNETTE Paul, Une Europe des élites ? Réflexions sur la fracture démocratique de l’Union européenne. Bruxelles : Éditions de l’Université de Bruxelles, 2007, pp. 11-35 (Institut d’Études Européennes)

8ZARKA Jean-Claude, L’essentiel des institutions de l’Union européenne. Issy-les-Moulinuex : Gualino-Lextenson, 2014, 158 p. (Les Carrés. Droit, science politique)

9FERRY Jean-Marc, La question de l’État européen. Paris : Gallimard, 2000, 322 p. (NRF essais)

Crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.