Face aux blocages de la thèse : quelques solutions

Face aux blocages qui surviennent pendant la gestation d’une thèse, il importe de prendre un moment pour souffler un bon coup, comme cette petit bise en été qui vient rappeler que la météo sait produire autre chose que l’air d’un radiateur de voiture. Ce billet se veut être un petit moment de repos pour les cerveaux essorés par le travail de réflexion, les doigts qui n’en peuvent plus de toucher un clavier qui ne leur apporte plus aucun plaisir.

Tout le monde en chie : fin de la comparaison

Je suis convaincu, par expérience et parce que je me sens dans la peau de l’oracle aviné touchant la divinité du doigt, ou plutôt une bouteille en verre d’éthanol, je suis convaincu donc qu’il n’existe pas de doctorant n’ayant pas rencontré de difficultés au point d’avoir envie d’assassiner quiconque lui pose la question « alors ça avance ? ». Si cette espèce de doctorant est réelle, elle est cachée avec le yéti, bigfoot, le monstre du Loch Ness, et autres êtres mystiques.

Partant de là, il faut garder ce fait avec soi : pendant une thèse, tout le monde va aux toilettes en claquant la porte. Ce n’est pas une excuse à se donner pour justifier les difficultés, mais une raison pour éviter de se comparer à autrui, car, souvent, dans la comparaison réside une source de souffrance supplémentaire. En gros, ce conseil n’est pas valable pour tous, mais pour ceux et celles qui ont l’habitude de se balader avec un double décimètre pour confronter la taille de leur problématique. Commencez par accepter que, comme dans n’importe quel accouchement, la douleur fait partie de l’exercice et qu’en conséquence, personne n’y échappe. Cela ne signifie pas que seuls les sadomasochistes prennent du plaisir. Des solutions sont présentes parmi la longue liste des remèdes de gourou.

Parler de ses difficultés : de la « psychanalyse » bon marché

Le repli sur soi en thèse est une mauvaise pratique, même les contorsionniste, les durs du ciboulot, les rudes à la mâchoire serrée, sont destinés à être affectés par le choix de garder en eux ce qui leur pose problème. Les blocages ne sont pas des montagnes infranchissables mais des barrières fermées. Pour les ouvrir, rien de mieux que d’arrêter de la fermer. Si les psychanalystes sont capables de soigner des névrosés en les faisant parler, vous pouvez sans doute dépasser vos doutes, aussi rongeurs soient-ils, en les évoquant avec une personne de confiance. Même si ça reste alors de la psychanalyse bon marché, c’est bien au marché que l’on trouve les légumes les plus frais. Là encore il s’agit d’une croyance, appuyée sur quelques expériences, mais je suis convaincu que nous pouvons expectorer ses vilains démons nous empêchant de poursuivre la thèse. Les doutes et les difficultés sont une sale bestiole qui gonflent en nous, comme une tumeur, et ils resteront là jusqu’à l’opération, jusqu’à que vous décidiez d’en parler ; les outils pour l’opération sont là dans votre bouche, ils n’attendent qu’à être saisis.

Faire une pause : la mi-temps des sportifs ou non

Je la connais trop bien cette pression à continuer, cette pointe collée sur votre conscience, comme un flic avec son arme, qui vous pousse à chercher l’impossible ou presque, les derniers mots tapés avec une extrême lenteur, les dernières analyses de texte faites ligne par ligne sans conviction, les dernières pages parcourues avec l’envie d’un condamné à mort. Et bien cette pression n’en vaudra jamais une au bar. Si la thèse est une épreuve sportive, il importe de reposer ses muscles car les travailler 24h/24h amènera fatalement à la blessure. Faites une pause ! Faites ce que vous aimez par-dessus tout pour vous soulager, sauf si cela implique de promener une lame dans le dos de votre voisin trop bruyant, fan de la trap et des chanteurs à deux neurones qui rappent alors qu’ils n’ont pas encore fini leur repas – ces problèmes d’articulation étant sans doute à l’origine de plus d’un malaise chez les orthophonistes.

Il n’y a pas d’activité miraculeuse permettant d’oublier ses soucis de thèse, il n’y a que des activités qui vous plaisent. Faire du sport, faire le porc, fermer les stores, à vous de voir ; le principal étant de vous dégager un instant de plaisir.

Demander de l’aide : le génie est chez autrui

Ça vous est déjà arrivé, l’incapacité de fournir plus d’une demi-seconde à votre sujet de thèse mais pouvoir supporter 45 minutes d’intense concentration sur le sujet d’un autre. Et bien si c’est le cas, ou pas d’ailleurs, à votre tour d’en profiter en demandant de l’aide. À moins d’être dans un laboratoire de compétiteurs, arrivistes et opportunistes, dont la principale préoccupation consiste à faire en sorte que tous les directeurs aient des chaussures impeccables, vous trouverez toujours des âmes charitables. Et dans cette logique paradoxale, qui confie aux neurones le rôle particulier d’emmerdeur spécialisé dans la contradiction, vous verrez des gens en galère dans leur thèse parcourir votre objet de recherche avec la grâce et agilité d’un chat dans la force de l’âge.

Malgré la diversité des sujets de thèse, les théories et les méthodes sont partagées par tous. Contrairement à ce qu’on dit, vous ne serez jamais le seul spécialiste de votre sujet ; il serait plus juste de dire que vous serez le spécialiste des informations qui gravitent autour de votre sujet (et encore), mais dans les façons de traiter intellectuellement et pratiquement ce sujet, vous êtes de nombreux spécialistes. Profitez donc du génie qui réside chez autrui, de ses connaissances collectives, dont certains aspects peuvent vous échapper.

Voici donc quelques conseils pour surmonter les blocages et coller une bonne droite à vos difficultés ; personne n’a une garde parfaite. Il n’y a donc aucune raison pour vous de ne pas gagner ce combat. Et si malgré tout, vous décidez d’abandonner, la honte ne doit pas vous envahir. L’exercice de thèse est indiscutablement une épreuve rude, tant physiquement, que psychologiquement (parce le second a des effets sur le premier). Les hasards de la vie et les chances de réussite – en fonction de votre financement et de votre encadrement en particulier – font de la thèse cet exercice épuisant que tous les doctorants affrontent.

Crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.