Pourquoi les klaxons sont contre l’Union Européenne ?

Il n’aura échappé à personne que l’Euro de football 2016 aura été l’occasion pour les automobilistes amateurs du ballon rond de manifester leur satisfaction en martyrisant leur volant. En vérité, il était même possible d’établir une répartition par origine de la population des villes en fonction du volume sonore d’après match. C’est ainsi, sans grande surprise, que je peux affirmer qu’il y a une grande communauté portugaise à Grenoble. En dehors de ces considérations démographiques, cette activité énergique des klaxons démontrent une chose essentielle ; un attachement affectif très fort envers les nations et les difficultés, à mon sens, insurmontables auxquelles l’Union européenne doit faire face.

Il n’est nul besoin de s’étendre trop longtemps sur l’affection, voire l’amour, que les citoyens éprouvent pour leur nation. Les fêtes nationales, les hymnes, les drapeaux et, bien sûr, les manifestations sportives sont autant de symboles et d’événements soulignant cet état de fait. Sans doute, nous pouvons le relier à l’action de l’État qui, depuis notre plus tendre enfance, s’occupe de nous. Pour le sociologue allemand N. Elias1, l’État-Nation est la première unité de survie, cela signifie que l’individu possède un fort attachement – attachement qui est même intériorisé donc pas forcément conscient – envers ce qui apparaît objectivement et/ou subjectivement comme un gardien et, même plus, un parent. Nous pourrions peut-être voir ici une régression familialiste2, ou plus clairement, une représentation des rapports avec l’État comme entrant dans le cadre familiale ; un peu comme si nous étions ses enfants, et lui, le père ou la mère, possédant autorité et surtout la capacité de donner de l’amour et aussi, ce qui est pire, de le retirer.

Quoi qu’il en soit réellement, ces apports théoriques insistent sur ce qui manque clairement à l’Union européenne, soit l’affection des citoyens européens. Les derniers événements dans la sphère politique européenne ne cessent de le rappeler – en premier le Brexit. Une des manières de chercher à déclencher des émotions est bien entendu la communication mais même sur ce terrain, où on pourrait penser que l’UE ne manque ni d’expérience ni de compétence, elle ne parvient pas à engager un rapport affectueux. À vrai dire c’est surtout au niveau technique que se situent les discours de l’UE, voulant revêtir les apparences de l’expertise3. Ensuite, l’UE n’a pas été capable de s’inventer des symboles propres, reprenant ceux des États-Nations4, ce qui ne peut empêcher selon nous de rapporter sans cesse l’UE aux nations qui sont censées la composer. C’est également un autre problème pour la communication et le politique européen ; son incapacité à agir sans devoir mobiliser le niveau national. Autrement dit, l’UE ne peut pas décider d’une politique à adopter sans l’échelle nationale pour justifier et tenter de légitimer cette politique.

L’UE doit alors – et devrait encore plus – se battre contre une mauvaise image qui lui colle à la peau. Celle d’un projet technocratique sans légitimité politique etsouveraine. Plus encore, l’UE ne déclenche pas des mouvements de foule comme peuvent le faire les Nations. Si adhésion il y a, elle est destinée, et sans doute l’est-elle déjà, à être de plus en plus réduite. En somme il apparaît que seules les élites des différentes nations adhèrent vraiment et visiblement au projet européen. Encore faut-il reconnaître que cette adhésion est motivée par des intérêts personnels très forts. L’UE constitue une poursuite pour la carrière d’homme politique qui n’ont plus vraiment de chances en France, comme Pierre Moscovici devenant commissaire européen. Je pense que l’on peut voir, entre bien d’autres motivations, l’entêtement de Manuel Valls pour la loi travail dans ce sens. Celle-ci étant une volonté de la commission européenne, il ne fait pas de doute que, une fois passée, elle sera une belle victoire pour le CV de notre premier ministre qui pourra attendre un poste d’importance, pourquoi pas même président de la commission européenne ? Bref, encore faudrait-il également définir ce que l’on entend par « élite » mais ce travail dépasse de bien trop le cadre de ce court billet. Retenons qu’une seule catégorie de la population, dans sa majorité, affirme clairement son adhésion au projet européen, et qu’il existe là certainement des leçons à tirer.

Les klaxons, manifestation de joie et d’amour, que nous avons subi ou apprécié, ou même effectué, pendant l’Euro de football 2016 sont le symbole de ce que l’UE est aujourd’hui incapable de soulever ; des passions. Que ce soit au niveau symbolique, ou au niveau communicationnel, cette association supranationale ne peut se détacher de ces prédécesseurs et, pire, elle ne peut s’en passer. Heureusement pour elle, être patriote n’est pas incompatible avec le fait d’être pro-européen. « Faire du bruit avec sa voiture pendant l’Euro n’est donc pas un signe de désamour envers l’Union européenne ! » s’exclameront alors les plus sceptiques. Sauf que justement, c’est là où le bât blesse ; personne ne klaxonne pour l’Union européenne, personne spontanément – et il faut insister sur la spontanéité d’un geste qui traduit un amour autant inconscient que conscient, et non pas un geste politique réfléchi (comme une manifestation) qui, lui, traduit un engagement qui, s’il peut être affectif, est avant tout le fruit d’une réflexion où les intérêts individuels sont clairement pris en compte– personne donc ne va envahir une rue pour l’Union européenne. Je ne dis pas qu’il faut que l’UE provoque l’amour pour être un bon projet politique, ni ne cherche à polémiquer sur les « gestes politiques réfléchis ». Je pense juste que sans amour, affection de la part des citoyens des différentes nations qui composent l’UE, cette dernière n’a aucune chance d’aboutir, si ce n’est qu’en devenant une entité politique autoritaire.

Répétons le : l’UE ne pourra se passer de l’adhésion affective des citoyens européens, chose qu’elle est à l’heure actuelle incapable de faire.

1ELIAS Norbert, La société des individus. Paris : Pocket, 1997, 301 p. (Agora)

2MENDEL Gérard, Une histoire de l’autorité : permanences et variations. Paris : La découverte, 2003, 285 p. (La Découverte poche. Essais)

3FORET François, Légitimer l’Europe. Pouvoir et symbolique à l’ère de la gouvernance. Paris : Sciences po, les Presses, 2008, 290 p. (Sciences po. Fait politique)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *