Les positivistes et la vérité : courte réflexion sur l'”affaire (dans l’affaire) EU Disinfolab”

Sur Twitter, l’« affaire Benalla » ne cesse de faire parler ; mieux encore, elle entraîne des affaires dans les affaires. C’est le cas récemment d’EU DisinfoLab, un cabinet, un laboratoire, qui a mené une enquête sur les tweets et retweets autour de l’« affaire Benalla » et est arrivé à la conclusion, aussi surprenante qu’une happy end dans un Disney, que ce sont les russophiles qui ont propagé des rumeurs sur Macron et Benalla. On ne parlera pas dans ce billet du rôle « tête de turc » joué par les Russes récemment mais plutôt du lien entre une pensée du monde et de la recherche et l’établissement de la vérité.

Recherche et neutralité

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il nous faut dégager quelques épines de nos pieds. Dans un autre billet, nous avons développé l’idée que dans la pensée dominante, l’évidence était une partie essentielle du discours1. Cette pensée n’avait pas à démontrer qu’elle avait raison, elle avait raison et puis c’est tout, d’autant plus quand elle s’appuie sur des travaux scientifiques ou journalistiques. Les chercheurs sont des acteurs particuliers du monde social, un peu comme les journalistes. Tous deux jouent avec la catégorie de l’objectivité, ils sont censés être « au-dessus » du reste, ou plus exactement, être « en dehors » des prises de position partisanes. C’est là bien entendu une erreur, nous soutenons, comme d’autres chercheurs2, qu’il est impossible d’être neutre, même si d’autres chercheurs également prétendent que oui3.

Alors quand EU DisinfoLab et son membre doctorant, permettant de donner l’étiquette « scientifique » aux travaux de ce labo, effectuent une enquête sur les tweets et en tirent la conclusion que les Russes sont les méchants dans l’histoire, la presse « dominante » et les professionnels de la politique (qui ont un portrait de Macron sur leur table de chevet) sont trop contents de sauter sur ses résultats. Même si EU DisinfoLab se moque explicitement de la réutilisation politique de ses travaux, c’est ici la preuve qu’une recherche ne sera jamais neutre ; qu’on le veuille ou non, nous chercheurs participons à des rapports de force en donnant des armes ou en attaquant les dominants. Comprenez bien les bénéfices ici, l’évidence est toute tracée ! Des chercheurs, qualifiés, neutres, objectifs, ont montré que ce sont des « fans de la Russie » – le raccourci à opérer consistant à rattacher un amour de la Russie envers celui de Poutine, donc du mensonge et de la manipulation – qui ont propagée des « rumeurs » sur Macron et Benalla.

L’objection classique, qui s’incarne bien dans la réponse d’EU Disinfolab (en gros « la récupération politique ce n’est pas notre problème), est de dire qu’un chercheur est neutre s’il dit qu’il l’est. Généralement, on ajoutera la question suivante ; mais tout est-il politique ? Un chercheur ne peut-il pas juste faire sa recherche, tranquille chez lui ? La réponse est catégorique : non. Non car tout est politique, surtout les pensées complexes et construites qui composent le travail de recherche. Nous effectuons des choix de catégories et d’idéaux voire d’idéologie pour fabriquer la réflexion qui tisse notre travail de recherche. On peut prétendre que ces choix sont totalement maîtrisés et, à vrai dire, n’importe quelle recherche devrait faire tous les efforts pour tenter de les contrôler, mais au final, le chercheur reste humain. J’ai conscience d’y aller à grands coups de pinceau, mais bref ; être humain cela signifie être inclus dans un monde composé de relations de force plus ou moins inégales, de relations à caractère politique, c’est-à-dire qui prennent part à la position de chacun dans ces rapports de force. Le caractère politique ne concerne pas la politique partisane, mais le politique inhérent à toute société humaine.

En bref, la recherche d’EU Disinfolab prend part, qu’elle le veuille ou non, à des rapports de force, en l’occurrence une lutte entre certains citoyens, qui reconnaissent l’aspect scandaleux de l’« affaire Benalla », et des « dominants » qui veulent défendre leur chef ou au moins attaquer à nouveau le grand méchant de ce XXIe siècle, Poutine et sa Russie. La prétention à la neutralité et le désintérêt envers l’utilisation politique partisane d’une recherche est une absence de conscience.

Le « fond de l’affaire » et les prétentions des positivistes

On en arrive enfin au sujet qui nous préoccupe ; le positivisme et l’établissement de la vérité. Je dois le dire clairement ; je suis assez surpris par les réactions du représentant principal d’EU Disinfolab. Il s’agit d’un mélange de franchise et d’innocence surprenant compte tenu des fautes qui lui sont reprochées. En premier lieu, de nombreuses personnes s’opposent à son travail de recherche même, qui comportent des limites méthodologiques tout en bénéficiant d’une couverture médiatique importante. Construire sur le tas la crédibilité de ses travaux alors que d’un autre côté, les médias font comme si la recherche était finie n’est pas une manière de procéder. Il aurait fallu finir avant de diffuser l’information tout en indiquant, de façon publique et visible, les limites de la méthode utilisée. En second lieu, des internautes s’offusquent du fichage politique effectuée par EU Disinfolab et, plus généralement, de la catégorisation abusive des utilisateurs de Tweeter en tant que « pro-russe » sur des bases méthodologiques, encore une fois, plus que discutables. Ainsi, ce qui me surprend, c’est qu’EU Disinfolab ne voit pas le problème alors qu’il est juste en face de lui ; c’est un positivisme illuminé et trop pressé.

Pour résumer, bien sûr trop rapidement, le positivisme c’est au moins deux choses ; premièrement, la possibilité de trouver les vérités par l’expérimentation (il est donc aussi un empiriste) ; secondement, la prétention à pouvoir toujours trouver la vérité. Mais c’est aussi pour J.-C. Passeron, une façon de se rattacher à un idéal poppérien des sciences dures alors même que les sciences sociales ne peuvent pas répondre au « test falsificateur »4 du philosophe anglais des sciences5. On le voit donc là se dessiner l’absence de neutralité d’un chercheur dans sa façon de travailler. Au-delà des enjeux politiques et sociaux de sa recherche à l’échelle de la société, il existe des enjeux institutionnels de reconnaissance. En se rangeant derrière un modèle de la « bonne science », les sciences dures, le chercheur en sciences sociale positiviste crédibilise ses travaux. Cependant, cela reste de l’ordre de la pensée, ou si l’on voulait être méchant pour relever le caractère un peu enfantin d’une telle posture épistémologique, de la toute-puissance de la pensée. Pourquoi ? Ce n’est pas parce qu’un chercheur se dit neutre et objectif qu’il l’est véritablement. Sinon le coupable peut se dire innocent et l’« affaire » est réglée. Il peut se réclamer des sciences dures et affirmer avoir sondé un réseau social numérique, distinguer clairement des catégories et travaillé avec de la matière réelle, pas imaginaire. Pourtant, il lui faudra bien reconnaître que c’est le chercheur qui a construit sa méthode, qui a délimité des catégories qui, évidemment, n’existe pas en dehors de lui. Il a défini ces catégories et les objectifs de sa recherche ; en aucun cas il ne s’agit d’objet situé en dehors de la pensée humaine, comme peuvent l’être les atomes – même s’il faut se méfier des effets de représentation de la réalité dans les sciences dures, comme l’a si bien montré G. Bachelard6.

La prétention d’un positiviste sera alors d’affirmer que les résultats de sa recherche sont la vérité alors même que la construction d’une vérité n’est pas la vérité. Ce n’est pas parce que j’arrive à tel résultat que c’est forcément le cas. On peut le penser très fortement, mais il faut reconnaître les limites de son travail et admettre d’autres interprétations possibles. C’est bien en ça que les chercheurs positivistes sont très utiles aux individus encore plus radicalement positivistes qu’eux, les journalistes et les professionnels de la politique. Ceux-ci défendraient comme un nouveau né les résultats d’une recherche scientifique qui les arrangent sans jamais s’arrêter sur ses limites. L’« affaire EU Disinfolab » en est l’illustration parfaite ; il s’agit d’une recherche aux biais méthodologiques évidents, une recherche à vrai dire pas finie, qui est utilisée pour attaquer un ennemi et pour délégitimer une autre « affaire ».

Dans ce rôle de délégitimation, l’appellation d’idiot utile correspond à EU Disinfolab. On peut croire en la volonté de ce labo de faire uniquement de la recherche et de présenter ses travaux comme étant la réalité, la vérité. Ce faisant néanmoins, il donne des armes pour défendre des individus aux positions dominantes. En réalité, un ragondin aveugle utilisant un Nokia 3310 pourrait bien être à l’origine des révélations autour de Benalla que cela ne changerait rien au fond de l’affaire ; des fautes graves ont été commises et les rumeurs autour pour les expliquer ne sont qu’un folklore habituel dans le cas de la discussion des pratiques de professionnel de la politique.

En conclusion, il paraît toujours étonnant qu’un chercheur se désintéresse de l’utilisation politique de ses travaux, surtout quand ceux-ci sont sans doute destinés, indépendamment ou pas de la part de ce chercheur, à servir la défense d’un dominant. Sur un plan scientifique, le problème donné dans ce cas croise la neutralité, l’objectivité et le positivisme ; il prend ses racines dans la prétention de certains chercheurs à être désengagés du monde, à pouvoir éliminer toute influence subjective de leurs travaux et pouvoir connaître la vérité.

1https://ptvirgule.hypotheses.org/354

2Par exemple : GEORGE Éric, GRANJON Fabien (dir.), Critique, sciences sociales, communication. Paris : Mare & Martin, 2014, 359 p. (MediaCritic)

3Par exemple : HEINICH Nathalie, « Pour une neutralité engagée » [Document en ligne] Questions de communications, n°2, 2002, pp. 117-127. Disponible sur : http://questionsdecommunication.revues.org/7084 (consulté en décembre 2016)

4La falsification de K. Popper implique qu’une recherche est réellement scientifique si son énoncé est falsifiable, c’est-à-dire s’il est possible de démontrer qu’elle est fausse ou a commis des erreurs. POPPER Karl R., La logique de la découverte scientifique. Paris : Payot, 1973, 483 p.

5PASSERON Jean-Claude, Le raisonnement sociologique : un espace non poppérien de l’argumentation. Paris : Albin Michel, 2006, p. 50 (Bibliothèque de l’Évolution de l’Humanité)

6Comme il l’explique : « Le monde des phénomènes scientifiques est notre représentation intellectualisée » ; BACHELARD Gaston, La philosophie du non. Essai d’une philosophie d’un nouvel esprit scientifique. Paris : Presses universitaires de France, 1973, p. 110 (Bibliothèque de philosophie contemporaine)

crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.