3 – Quelques conseils (indispensables) concernant la thèse

Les bons conseils de grand-mère ou de grand-père pour faire de la « bonne recherche » existent et il n’est pas rare de se transformer en « bon père l’Expérience » une fois que l’on a fini une tâche sur laquelle les autres sont en train de passer leurs calories. Je respecte cette tradition et soumet à la populace quatre conseils que j’aurais aimé avoir avant de commencer ou même, et surtout, avant de finir et m’exclamer, en me frappant le front, « mais c’est ça qu’j’aurais dû faire !! ». Ces conseils ne sont en aucun cas les quatre commandements vers la réussite et le salut de l’âne ; je ne garantis pas que vous ne porterez pas de bonnet en les suivant à la lettre car, au final, l’exercice de la thèse demeure un exercice en solitaire et chacun a ses petites ficelles, en accord avec sa personnalité. En ce qui concerne l’écriture, je rédigerai un billet à part entière car c’est un trop gros morceau pour être cuisiné ici.

Nota bene : pour rendre la lecture de ce billet plus fluide, plus vivante, sans pédantisme pour le dire crûment, les auteurs et discussions théoriques sont envoyés en note de bas de page.

1° Se renseigner sur l’histoire de sa discipline

Écartons l’évidence de l’histoire intellectuelle, c’est-à-dire connaître les fondateurs de la discipline, les théories qui l’ont inspiré et traversé, les postures épistémologiques dominantes, etc. C’est indispensable pour comprendre et s’inscrire dans sa discipline. Moins évidente, car soumise aux rumeurs de machine café, aux on-dit de pipelette, il faut se pencher sur l’histoire « institutionnelle », soit l’histoire de l’institutionnalisation de sa discipline, dans ses luttes officielles et cachées, dans ses documents officiels1. Ce travail de connaissance vous permettra de savoir où sont les dominants et les dominés, de connaître les « raisons » de la création de votre discipline, les « motivations » des précurseurs, les accointances avec l’État et tant d’autres. Plus essentiellement, il s’agira surtout de comprendre sa discipline en se sortant des mythes légitimant et autres légendes de héros génésiques, qui figent, voire condamnent, l’histoire de la discipline en destin. L’histoire d’une discipline n’est ni définitive, ni arrêtée, toujours en construction et toujours sujette à des luttes.

Il est aussi bon de se rappeler que tous les chercheurs sont des êtres engagés, déjà dans la construction de leur discipline, en tant qu’institution dont ils doivent défendre les terrains et leurs prébendes. Les neutres de la pensée sont donc obligatoirement des engagés de la politique institutionnelle, surtout ceux qui sont soucieux de leur carrière, mais aussi ceux soucieux, comme tous, d’assurer un futur à leur fonction.

En bref, se renseigner sur l’histoire de discipline, c’est pour le thésard l’occasion de mieux comprendre les racines intellectuelles et politiques de celle-ci.

2° Réaliser son « objectivation »

Ce n’est pas la première fois que je l’écris dans cette série de billets, et je vais commencer à radoter comme papi tous les dimanches, expliquant, à qui veut bien faire semblant de l’entendre, toutes les merveilles qui parcouraient son époque et qui ont disparu avec la (post-)modernité, ce que je répète donc c’est l’engagement inévitable du chercheur dans le monde, et a fortiori l’engagement du thésard dans la société. Pour cette raison, il ne faut pas se réfugier derrière le fantasme de l’objectivité toute-puissante, régression du chercheur qui cherche sûrement à compenser la maltraitance de son lui-adolescent trop lunaire dont les camarades aimaient bien moquer le côté intellectuel, ni la neutralité axiologique2, petit plaisir bien coupable de ceux qui savent et se contentent tout à fait de la situation de la société ou des inconscients qui pensent encore qu’il peut exister une science sans conscience, une science sans prise de connaissance du rôle critique à jouer par le chercheur.

Faire son objectivation signifie connaître ses désirs, ses motivations, ses potentialités et l’influence que cela a sur la manière de penser l’objet de sa recherche. Attention, il ne faut pas tomber dans le piège de l’objectivation perpétuelle, qui consiste à se prendre sans arrêt comme objet de sa pensée. L’objectivation constante signifie l’immobilité de la réflexion, se penser en train de penser n’est pas possible. Faites un exercice assez simple ; 1° pensez à votre sujet, ses côtés pratiques, ses difficultés théoriques, ses implications critiques ; 2° pensez à vous-même qui pensait quelques instants à votre sujet, aucun problème ; 3° maintenant, repensez à votre sujet mais en même temps essayez de pensez à vous-même en train de penser, n’y-a-t-il pas un muscle qui coince ?3 ; 4° arrêtez l’exercice, je ne veux pas être responsable de votre AVC. En fait, c’est une limite du cerveau humain, on ne peut pas penser à deux éléments simultanément, la rapidité avec laquelle on passe d’une pensée à l’autre ne doit pas faire illusion sur ce point. C’est ce qui est en revanche possible, c’est de faire le point sur soi, en tant que sujet engagé dans la société, et en tirer des possibles biais dans sa réflexion théorique et méthodologique, biais qui sont à corriger.

En bref, réaliser son objectivation4 pour le thésard c’est se donner la possibilité de comprendre que tout ce qui fait de nous des êtres humains sociaux et politiques a des effets sur la façon dont il réfléchit, et se donner des moyens de diminuer les influences de sa situation d’humain, sans pour autant s’oublier comme tel, c’est-à-dire cesser son engagement.

3° La lecture élargie

Ce conseil sera très court parce que sa logique a la simplicité d’un jeu derrière votre paquet de céréales préféré. En tant que thésard, vous vous destinez à être le spécialiste d’un domaine, pourtant il ne faut pas s’enfermer à l’intérieur de celui-ci, comme un seigneur paranoïaque qui craint toutes les tentatives d’assassinats possibles. Non lire un ouvrage de S. Freud ne fera pas de vous des apologistes du déterminisme de l’inconscient et de l’obsession des formes psychologiques et physiques du phallus5, tout comme lire un ouvrage sur la primatologie (le plus célèbre des primatologues et le héros de tous, F. De Waal) ne fera pas de vous des amoureux des bonobos, rapportant tout comportement humain à un comportement animal, primaire, comme inscrit dans nos gènes. S’ouvrir à d’autres disciplines et d’autres sujets de recherche constitue une chance de pas foncer dans le mur de l’ignorance ou de la sociologie spontanée, et puis, tout simplement mais indispensablement, d’améliorer sa culture générale et scientifique sur ce qui fait l’homme et compose notre monde. En reprenant l’exemple de la psychanalyse et de la primatologie, des lectures dans ces disciplines vous permettent, dans le premier cas, d’améliorer votre compréhension de l’être humain et de certaines « forces » qui paraissent hors de contrôle ou qui, justement, doivent être à tout prix contrôlées ; dans le deuxième cas, il s’agit d’opérer un décentrement, de voir les problèmes de façon moins anthropocentristes afin de saisir les ressemblances, mais aussi les différences, avec les primates.

En bref, si vous voulez produire une réflexion qui sorte de sentiers battus, pour ne pas dire tabassés, de votre discipline, il importe fortement de s’ouvrir l’esprit à d’autres disciplines.

4° Le comportement en général et en particulier

Comme tout exercice de longue durée, la thèse ne peut se passer d’une maîtrise du comportement et d’anticipation, permettant, sauf cas exceptionnel – grossesse, maladie, enlèvement, etc. – de réaliser des avancées régulières dans votre travail. Ça c’est dans la théorie la plus pure, dans la pratique, le chaos, le sang et la mort règnent. Autrement dit, nous sommes tous soumis aux lois de la volonté et du hasard, de la détermination et de la chance, du chocolat et de la vanille, de la préparation et de la coïncidence. Il importe, néanmoins, de garder les quelques éléments suivants comme guide potentiel, c’est-à-dire garder avec soi l’idée qu’il est tout à fait possible de s’en sortir en y réfléchissant, au lieu de se morfondre dans le fatalisme exagéré d’un éditorialiste qui cherche à augmenter les ventes de son torchon.

Tout d’abord, le comportement en général, en d’autres termes l’habitude intériorisée qui ne nécessite (presque) plus de rappel à l’ordre par la petite voix de l’institutrice qui vit en vous (« attention mon petit, encore une erreur et tu vas au coin »), peut se penser comme un vêtement à enfiler tout au long de la thèse, vêtement qui présente l’avantage de ne pas se salir si vous le portez ; au contraire, c’est loin de votre peau qu’il se ternit et prend des tâches pendant que vous effectuez mal les vôtres. Je vois, presque d’instinct animal, la bave aux lèvres, deux habitudes à prendre le plus vite possible. La discipline et la méticulosité ; deux mots qui se marient tellement bien ensemble que personne ne trouverait étrange de les voir fêter leurs noces d’argent. Pour le dire sans prendre des gants, ou alors des gants de boxe, si vous voulez finir votre thèse en trois ans, il va falloir cravacher et se transformer en canasson sadomasochiste. Et pour ce faire, il faut être au garde-à-vous avec soi-même, s’imposer des habitudes ; lire tant de pages, faire tant d’entretiens, contacter tant de personnes, analyser tant de documents, en bref travailler tous les jours et fuir les petites excuses comme la peste d’une tumeur cancéreuse – c’est dimanche, y a mamie qui est venue me voir aujourd’hui, je suis fatigué, y a le PSG qui a encore perdu en ligue des champions…

La quantité de travail ne doit pourtant pas être égale à un laissez-aller dans le travail en lui-même. Par exemple, il ne sert à rien de prendre des notes sur un ouvrage si c’est pour être incapable de les relire quelques mois ou années plus tard – oh qu’elles sont énervantes ces petites abréviations ou ces quelques mots qui perdent tout leur sens parce que, dans le feu de l’action, votre envie de développer vos idées est partie en fumée. En clair, pendant l’exercice de la thèse, être méticuleux signifie se donner toutes les chances que le travail effectué à un moment donné soit réutilisable en l’état par la suite. Si vous devez le reprendre parce qu’il a été mal fait ou parce que ce n’est pas compréhensible, non seulement l’institutrice en vous va vous tirer les oreilles pour en faire une spaghetti, mais en plus vous perdez du temps.

Enfin arrive le comportement en particulier, c’est-à-dire une tactique adaptée à des situations spécifiques. Ce type de comportement s’explique par la nécessité de ne pas se freiner, se gêner par excès d’une manière de faire ou de penser. Au contraire de la discipline et de la méticulosité qu’il ne faut pas abandonner comme un vieux chat agaçant sur la première aire d’autoroute, le doute, le culot et la méfiance sont à utiliser temporairement et à remettre dans une boite, à moins de vouloir se transformer en monstre incapable de vivre en société. Le doute, comme je l’ai déjà écrit, est une bestiole qui vit et se nourrit des angoisses du thésard. Il a pourtant son rôle à jouer et se laisser grignoter sans réagir est une erreur de cadavre. Vous pouvez, et devez même, attraper ce doute en plein vol quand il passe au-dessus de vos travaux ; ma problématique est-elle bien formulée ? Ces hypothèses ne sont-elle pas des affirmations ? Mon terrain est-il vraiment réalisable ? Ai-je vraiment éteint le four ? C’est à ce moment précis qu’il faut aller voir avec le doute et répondre aux questions qu’il nous impose, parce que le laisser agir seul est un comportement aussi suicidaire que marcher dans un bâtiment en feu en se disant que tout ira bien au final – « soyez votre propre pompier » est le message publicitaire du jour. Ensuite vient le culot, cette attitude qui paye juste parce qu’un jour vous vous dites « et pourquoi pas ? ». Il ne faut pas par contre que le culot se transforme en suffisance ou arrogance, comme si tout vous était possible et dû. Utiliser le culot pour obtenir quelque chose (entretien, informations) est souvent payant mais ce comportement ne doit pas être répété envers la même personne ou institution plusieurs fois ! Enfin arrive la méfiance, pas celle du psychotique qui craint de faire abattre à chaque passage de voiture (drive by shooting façon mafia de Chicago), mais celle de celui qui se laisse pas seul et sale car saoul de soulagement. Si on laisse le poète qui parle fourchelanguede côté, parfois on est prêt à prendre des lessives pour des tavernes, quitte à se faire le plus crédule et le plus naïf du monde, afin de se protéger de quelques efforts. Par exemple, au cours de votre thèse, des bonnes âmes vous proposeront leur aide, en toute charité, la main sur le cœur ou l’inverse, et le moment venu, leur sainteté leur fera défaut et surtout des faux pas envers vous.

En bref, la discipline et la méticulosité comme comportement en général et continu, le doute, le culot et la méfiance comme comportement en particulier et adapté à des situations, seront vos meilleurs amis.

En conclusion, je ne peux que vous conseiller de réfléchir à ce que vous venez de lire, de voir si cela vous parle et surtout d’échanger avec des vieux doctorants ou de jeunes docteurs pour chercher quelques conseils et bonnes recettes.

1R. Boure appelle cela l’histoire globale, soit mettre « en perspective les dimensions cognitives et sociales de [la] construction [des sciences de l’information et de la communication comme discipline académique autonome ». Ses propos sont tout à fait adéquats aux autres disciplines ; BOURE Roger, « SIC : l’institutionnalisation d’une discipline » In : OLIVESI Stéphane (dir.), Sciences de l’information et de la communication : objets, savoirs, discipline. Grenoble : Presses universitaires de Grenoble, 2006, p. 249 (La communication en plus)

2Pour P. Bourdieu, le neutralisme scientifique c’est l’ambition politique de se constituer en juge, d’être au-dessus de la mêlée ; BOURDIEU Pierre, Homo academicus. Paris : les Éditions de Minuit, 1992, 317 p.

3C’est ce que l’on peut retirer des propos de M. Arino concernant la nécessité de s’observer pour l’observateur. Il y a un moment où il faut bien cesser cet exercice sinon on n’observe plus ; ARINO Martine, La subjectivité du chercheur en sciences humaines. Paris : L’Harmattan, 2007, 223 p. (Sémantiques)

4C’est la réflexivité non narcissique proposée par P. Bourdieu, en tant que méthode pour le chercheur dans l’objectif de penser sa position « globalement » dans le monde et « spécifiquement » dans les espaces sociaux dans lesquels il est impliqué (le secteur de la recherche mais également tous les autres secteurs dans lequel le thésard est impliqué et sur lesquels il réfléchit) ; BOURDIEU Pierre, Science de la science et réflexivité. Cours du Collège de France 2000-2001. Paris : Raisons d’agir, 2001, 237 p. (Cours et travaux)

5Il est vrai que Freud imaginait à travers le concept de libido, une substance chimique qui guiderait la pulsion sexuelle, ce qui rendrait celle-ci identique chez tout le monde. Les avancées dans la biologie n’ont jamais prouvé l’existence d’une telle substance. Pourtant, il demeure l’idée que la psychanalyse est avant tout voire seulement une question de sexualité, pour dépoussiérer ce cliché je vous conseille l’excellente ouvrage suivant : MENDEL Gérard, La psychanalyse revisitée. Paris : Édition La Découverte, 1988, 205 p. (Textes à l’appui)

Crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.