Courte réflexion sur l' »affaire Benalla » : ce n’est pas que de la communication

Est-il besoin de présenter l’« affaire » Benalla ? Oui ? Alors pour faire court ; c’est l’histoire d’un type qui obtient des privilèges incroyables parce que c’est le copain du président de la République et, un jour, on s’aperçoit que sa situation et son comportement sont inadmissibles. Ce billet ne s’arrêtera pas sur les dimensions politiques, symboliques et juridiques de cette « affaire » ; on ne parlera pas par exemple de ses dominants qui peuvent transmettre, au-delà des normes juridiques et sociales, des avantages à leurs familles ou amis. En revanche, on traitera de la communication, seul moyen de défense utilisé explicitement pour tenter de limiter les dégâts du côté de la présidence.

La notion d’« affaire »

Tout d’abord, il est difficile de ne pas prendre quelques lignes pour parler de cette notion d’« affaire ». On pourrait la définir comme une situation mettant en cause le comportement de personnages publics, à qui on demande des explications alors que leurs mauvais agissements sont soumis à une exposition et un jugement publics. L’« affaire » correspond donc au régime démocratique dans la mesure où les citoyens discutent publiquement de ce qui traverse la cité. Bien entendu, ce sont surtout les médias et les zones concentrant du pouvoir politique (Paris) qui se chargent de cette discussion. Toutefois, il n’est rare d’entendre ses voisins, ses membres de famille, ses collègues, ses animaux de compagnie, etc. proposer des interprétations de l’« affaire » – tout comme ce fut le cas lorsque le caractère pervers de Strauss-Kahn fut dévoilé au « grand public ». En cela, il ne fait aucun doute que l’« affaire » Benalla constitue un moment quasi-démocratique, au sens où il n’est refusé à personne de prendre part à la discussion. Malheureusement, ce n’est pas un moment totalement démocratique car les citoyens non-élus ou non-autorisés par l’État ne sont pas en mesure de prendre des décisions, ni même de participer à leur élaboration.

C’est que de la com ?

Le caractère « démocratique » d’une « affaire » repose au moins sur la mise à disposition envers les citoyens d’information concernant des agissements répréhensibles de la part de personnages publics. Si nous visions dans un régime totalitaire, personne n’aurait jamais rien su. Si nous vivions vraiment dans une démocratie, Macron et son gouvernement seraient renvoyés depuis bien longtemps – dans la même semaine, notre ministre du Travail est prise en flagrant délit de mensonge devant la justice1. Dans un régime autoritaire, le président aurait opté pour la violence physique ou les menaces pour faire cesser cette affaire. Il est donc significatif que ce soit sur le terrain de la communication, c’est-à-dire sur celui des discours notamment, que le président et son entourage ont décidé de se défendre.

L’utilisation de la communication dans cette « affaire » montre trois éléments vis-à-vis du recours à la communication pour gouverner dans une société qui se veut démocratique :

1° La communication comporte une dimension symbolique forte, si bien qu’elle apparaît comme un témoin de l’action de l’État ou du président. C’est pour cette raison que les gens estiment que le président lui-même devrait venir s’expliquer et comme il exprime lui-même, de façon maladroite et infantile, « qu’on vienne le chercher ». Par ailleurs, c’est aussi pour cette raison que certains ministres et hommes haut placés ont du venir se justifier. Il ne suffisait pas d’envoyer de simples représentants mandatés, il fallait également des représentants qui incarnent les institutions et les hommes mis en cause. On voit apparaître ici un point important : la représentation que permet d’effectuer la communication ne remplace pas, dans une situation de « crise », la nécessité de l’apparition des individus qui doivent se justifier.

2° La communication illustre les rapports de domination dans l’organisation politique en France. Il est frappant de voir que des individus, coupables de mensonges (par omission ?) devant la justice, d’infraction de règles (notamment au niveau de la Police) voire de délit (un homme qui n’est pas policier en porter l’uniforme pour frapper un autre homme) puissent s’en tirer sans trop de souci. À savoir ; ils conservent leur emploi et leur position de dominant. Ici les rapports de domination dévoilés concernent la différence de traitement face à la justice selon que l’on est de ceux qui sont en mesure de profiter ou écrire les règles. Que la Constitution est bonne quand elle permet à un individu de ne pas être justiciable ; qu’elle est mauvaise quand elle force à respecter l’avis des citoyens quand il est sondé par référendum. En bref, la communication dans l’« affaire Benalla » démontre tout ce qu’un dominant peut se permettre face à tous ce qu’un dominé ne peut pas. Les discours de certains accusés, pas effrayés à l’idée de mentir, de feindre l’ignorance ou tout simplement de ne se sentir coupable d’aucune faute témoignent de cela abondamment.

3° La publicité appliquée à la communication politique s’est donnée en grand spectacle lors de l’interview d’un des principaux accusés dont l’affaire porte le nom. Qu’on l’appelle « coups de com », « opération de com » ou encore « stratégie de communication, cette interview signale sans détour le recours stratégique, c’est-à-dire pensé pour répondre à des objectifs précis, à la communication. Quitte à travestir la réalité en offrant des cadrages particuliers (par exemple celui du bon citoyen qui intervient pour aider la police face à un délinquant), quitte à se présenter comme un honnête homme qui n’a rien à se reprocher, bref quitte à ne pas reconnaître les fautes qui ont été commises et les privilèges qui ont été accordés, la communication intervient pour tenter de sauver ce qui est sauvable ; en l’occurrence pas grand-chose tant l’« affaire » est grotesque et qu’il ne demeure que des macroniens acharnés pour n’y voir aucun problème. La réalité est apparue comme plus que fake-newsable, constructible. L’allure de Benalla est amusante et choquante ; le visage innocent et, surtout, le visage d’un dominant comme certain l’ont très bien remarqué sur les réseaux sociaux. Il aurait très bien pu être un candidat à la présidentielle que ça n’aurait choqué personne. Peut-on alors parler de dénaturation de la communication politique par la publicité voire de dénaturation de la communication tout court ? Il est difficile d’aller jusque là car les tentatives de manipulation n’ont certainement pas été inventées le siècle dernier et encore moins ce siècle. On notera cependant que la publicité moderne, avec son souci pour un esthétisme stéréotypé et une langue qui ne dit plus rien, une langue de bois, renforce la dimension manipulatrice de la communication.

On pardonnera à cette courte réflexion l’essentialisation qui a été opérée. Les dominants et les dominés ne sont pas des catégories d’individus homogènes ; il existe des luttes entre eux, entre dominés, entre dominants, des inégalités aussi. Le raccourci utilisé dans ce billet a servi à relever ce qui a choqué certains individus – que ce bouleversement soit feint ou sincère –, à savoir l’existence d’une France des privilèges et des privilégiés ; il semble en effet que notre pays supporte en son sein une catégorie d’individus bénéficiant d’un traitement exceptionnel et qui sont en mesure d’être au-dessus des lois. Et la communication dans tout ça ? Elle n’est ni le moteur de cette situation, ni l’unique preuve. Son recours témoigne plutôt des rapports de domination clairement déséquilibrés, et qui ne sont pas sur le point de l’être, dans l’organisation politique française. D’un côté, elle montre des individus « puissants » dans la contrainte de s’expliquer et, de l’autre côté, cette contrainte de communiquer ne les empêche pas de mentir ou d’essayer de tromper. On n’insistera jamais assez là-dessus ; la communication n’est pas que d’la com, c’est un acteur bien huilé d’une organisation politique particulière, « démocratie » aux accents aristocratiques bien clairs, participant à la reproduction de leur position et, par là, étant le témoin public de la position extraordinaire de ces dominants face aux citoyens ordinaires.

1http://www.liberation.fr/france/2018/07/27/muriel-penicaud-derriere-un-contrat-a-13-millions-d-euros-entre-business-france-et-havas_1669227

crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.