Pourquoi le gouvernement et le président sont en train de tuer l’humour politique ?

Imaginez ce que ça fait aujourd’hui d’être un-e humoriste qui commente l’actualité politique. Imaginez que votre métier vous amène à caricaturer, exagérer, créer des situations absurdes pour susciter le rire. Maintenant imaginez que vous voulez faire une blague sur la déconnexion des ministres avec la réalité quotidienne des Français-es, et que vous voyez la ministre de l’Éducation inventer une vie scolaire à ses enfants. Imaginez bricoler une scénette se moquant du fait que les pros de la politique mentent sans arrêt et constater que le ministre de l’Économie et des Finances vous vole la vedette avec des mensonges sur les prévisions budgétaires. Imaginez ridiculiser des ministres en leur créant un réflexe de prononciation de phrases sans logique, et entendre Gabriel Attal justifier la nouvelle réforme du chômage en expliquant qu’en diminuant la durée d’indemnisation du chômage, les personnes concernées vont trouver un emploi plus rapidement. Imaginez rédiger une situation fictive, dans laquelle le gouvernement dit quelque chose et fait l’inverse, avant d’apprendre que Bruno le Maire discourt sur la nécessité de ne pas vendre des armes aux régimes autoritaires. N’auriez-vous pas alors l’impression que votre métier est en train de changer ?

En effet, des questions se posent à propos des humoristes qui s’attaquent à la vie politique ; sont-ils et elles encore des humoristes ou sont-ils et elles de simples compteurs et compteuses ? La fiction qu’ils et elles peignent ne ressemblerait-elle pas de plus en plus à la « réalité » ? Peut-on seulement se moquer d’une situation si absurde qu’elle écrit elle-même son propre récit humoristique ? Ne suffit-il pas de simplement décrire pour faire rire de la politique et du gouvernement ?

Si cette réflexion pèche volontairement par un grossissement, l’intérêt est de porter la loupe sur une dynamique que je considère croissante dans la manière de gouverner : un détachement vis-à-vis d’une congruence dans la construction de la réalité. Si l’on suit le sociologue allemand Norbert Elias, la congruence à la réalité crée dans les discours un lien entre les objets décrits et les connaissances, comprises ici comme des éléments sociaux partagés, notamment par le langage (Elias, 2015). J’ajouterais que la congruence appelle une forme de logique qui ouvre, a minima, la possibilité de rattacher un propos à du concret. Sinon on baigne totalement dans l’imaginaire, le flou ou la désinformation. Dit autrement, en ce qui nous concerne, les membres de l’exécutif, dans leurs activités de communication, semblent peu soucieux et soucieuses de faire preuve d’une cohérence globale, d’adjoindre les faits qu’ils établissent à d’autres faits, de donner des connaissances qui résonnent avec des faits que tout le monde peut constater, de lier entre eux les discours prononcés, de contraindre leurs expressions à respecter une logique, qui permettrait à chacun-e de comprendre aisément leurs propos. Ce billet interroge donc les conséquences de l’absurde en politique et son rapport avec l’humour politique.

A fond dans l’absurde : l’exemple de l’écrivain-ministre Bruno Le Maire

L’absurde en politique est quasiment un non-sens, d’autant plus avec la technocratie qui insiste tant sur l’esprit raisonné, le calcul, la pensée rationnelle. De plus, en théorie, j’insiste, en théorie, un-e membre de l’exécutif doit faire preuve de la plus grande clarté. Celle-ci est une obligation car, d’un côté, ministre et président doivent rendre des comptes au souverain et, d’un autre côté, il importe que les gouverné-es comprennent clairement ce qui est attendu d’eux et elles, au travers des lois et règlements, et autres, etc. Il s’agit là d’un pendant de l’invariant de justification (Fusi, 2018) dans les activités de communication étatique ; les membres de l’exécutif doivent expliquer ce qu’ils et elles mettent en œuvre et, dans l’idéal de technicité qui caractérise le discours technocratique, faire apparaître ces actions comme étant rationnelles. Toutefois, en pratique, la confusion et la complexité règnent et nous sommes bien peu nombreux et nombreuses à pouvoir prétendre maîtriser en profondeur les sujets de gouvernement, qu’ils soient, par exemple, économiques ou sociaux. Il demeure pourtant l’impératif pour n’importe quel-le pro de la politique de ne pas donner l’impression de faire ou dire n’importe quoi. La crédibilité peut peser lourd dans la réputation d’une candidat-e à un poste de gouvernement. Souvenez-vous du soupçon constant d’incompétence envers Ségolène Royal pendant la présidentielle de 2007. La moindre de ses bourdes était passée à la moulinette et valait à la candidate moquerie et doute appuyé sur sa capacité à gouverner le pays, en particulier sur les questions internationales (Le Bart, 2009). En bref, cet impératif de sérieux, de maîtrise certaine peut s’interroger dans l’analyse comme un invariant des discours politiques, au même titre que ceux identifiés par Le Bart (1998) – à savoir la transparence de la réalité sociale, la légitimité de l’autorité politique, la maîtrise des phénomènes sociaux et la constitution d’une communauté par l’action de représentation – et moi-même dans ma thèse – la justification, le désintéressement et la répétition (Fusi, op. cit.).

La pensée absurde n’est évidemment pas absente des activités de communication des ministres et du président. Bruno Le Maire (BLM) nous a fourni une magnifique démonstration lors de son interview récente au JDD, le 17 mars (2024). C’est un passage qui a été beaucoup cité et commenté, mais je vais prendre la peine de le détailler à nouveau, tant il est frappant d’absurdité. Le ministre de l’Économie et des Finances est interrogé sur son livre presque programmatique et son obsession de la dépense publique qui, forcément, en occupe une bonne place. L’idée force de renflement boy peut être résumée comme suit : l’État-providence, qui coûte trop cher parce qu’il crée le mirage d’une « gratuité universelle », doit être remplacé par un État protecteur. Premier problème, et pas des moindre, l’État-providence est par définition un État protecteur. La protection constitue même l’État moderne dans la deuxième moitié du XXe siècle (Rosanvallon, 1992). Aux niveaux conceptuel et sémantique, Brubru se prend donc immédiatement les pieds dans le tapis et effectue une glissade de vingt mètres sur le visage. Deuxième problème, la gratuité découlant de l’État-providence est critiqué par le ministre, dans la mesure où elle est un « mirage », cachant la réalité des dépenses. Ici, le chef des finances commet une erreur inquiétante pour une personne à son poste ; gratuit ne signifie pas sans coût, même pour le ou la bénéficiaire – il devrait encore plus le savoir puisque c’est son groupe qui a voté le forfait patient urgences (nous devons désormais payer les passages aux urgences non suivies d’hospitalisation). Troisième problème, BLM attaque l’État-providence car il serait une « machine à dépenser sans évaluer ». Pourtant ce gouvernement et la présidence entretiennent un rapport assez spécifique à l’évaluation, puisque celle-ci n’est mobilisée que pour soutenir leurs positions idéologiques. Par exemple, la suppression de l’ISF a été évaluée, par France Stratégie, comme inefficace du point de vue de la création d’emploi et d’investissement, sans réaction de la part de l’exécutif français. Quatrième problème, l’État protecteur défendu par Bruno est censé se baser sur un modèle de justice et d’efficacité. Pour le dernier point, il est vrai que la « crise » de l’État-providence a entre autres dimensions celle d’un manque d’efficacité économique, notamment à cause d’une bureaucratie rampante (Rosanvallon, op. cit.). Reste à démontrer que l’État libérale est plus efficace, quand on voit la gabegie que fut la gestion de la crise covid. Il faut par ailleurs insister sur ce point noir de l’idéologie libérale ; l’efficacité supposée d’un marché libéralisé n’a pas été prouvée. Il semble même que ce soit le contraire, notamment parce que la libéralisation multiplie la paperasse et les réglementations (Graeber, 2015), alors que la gestion publique est plus efficace et moins couteuse que la gestion privée (Économistes atterrés, 2021). Sans surprise, Le Maire pioche donc dans l’idéologie libérale la plus crasse, croyant dur comme fer que le marché est nécessairement et naturellement plus efficace que n’importe quelle autre forme d’organisation sociales (Cayla, 2018 ; Généreux, 2005 ; Jabko, 2009). Sur la question de la justice, l’État protecteur lemairien est indéfendable ; qu’est-ce qu’une justice qui propose de ne plus s’occuper des personnes malades (Le Maire a proposé de ne plus aider les personnes souffrant d’affection à longue durée), ou de priver des personnes qui cotisent pour la solidarité du bénéfice de celle-ci, lorsqu’elles se retrouvent au chômage ? Cinquième problème, la critique de l’État-providence de l’écrivain-ministre est vieille… sans surprise, le macronisme patauge dans des vieilles recettes politiques de la droite libérale des années 1970-1980 : critique de l’État et de la dépense publique et promotion de la société de marché. Il y a alors entre quarante et cinquante ans, l’État-providence prenait sa salve de remise en cause, critiquée pour sa lourdeur bureaucratique, son inefficacité économique et la nécessité de moderniser la gestion de l’économie (Graeber, 2015 ; Rosanvallon, op. cit. ; Gaïtti, 2014).

Caractéristiques et conséquences de l’absurde politique

Cet exemple, tout à fait typique, met en lumière plusieurs éléments qui caractérisent l’absurde actuel en politique et d’autres qui en découlent. Pour les premiers, il s’agit d’une caractéristique que j’ai souvent discutée sur ce blog (ici ou ), à savoir la communication comme stratégie à part entière. Celle-ci réduit la communication à une activité de l’instant, ou, au moins, à une temporalité réduite. Il faut communiquer, occuper l’espace, donner des bons mots ou une bonne expression pour attirer l’attention. En conséquence, l’incohérence finit par s’imposer quand, par exemple, un discours contredit un autre tenu plusieurs semaines ou mois plus tôt, ou quand une chose est dite mais ne correspond pas à ce qui a été fait. La critique ordinaire sur la langue de bois ou le « c’est que de la com » l’emporte facilement et de manière spontanée dans la réflexion. J’aimerais pouvoir nuancer, et en effet je le pourrais, mais il n’est pas possible de contredire entièrement le constat d’une communication de façade, dont les mots ont été vidés de leur sens. BLM veut protéger les Français-es mais aussi arrêter de protéger certain-es ; il veut un modèle de justice, mais s’en prend finalement aux plus faibles… Les mots apparaissent ainsi comme des outils et objets marketing, destinés à briller l’espace, au pire, d’une phrase ou, au mieux, d’une campagne élective. Deuxième caractéristique, l’absurde en politique cache mal la lâcheté des pros de la politique qui en abusent. Ce manque de courage frappe d’autant plus la mémoire qu’il est la marque de fabrique d’un exécutif qui joue souvent les gros bras. Alors au lieu de dire clairement ce qu’il pense, Le Maire pond un argumentaire, disons-le en termes techniques, tout pété. Les cinq problèmes relevés plus haut en témoignent. Il serait plus simple pour tout le monde si les membres de l’exécutif assumaient en toute transparence leur idéologie libérale anti-populaire, tournée contre les catégories les plus défavorisés, jugés imméritantes. Selon moi, c’est dans ce nœud d’idées que se joue la défense idéologique des macronistes. Comme ils et elles ne peuvent dire en toute franchise que leur politique est faite principalement pour assurer les privilèges des classes bourgeoises, ils et elles fabriquent une distinction basée sur le mérite et les fatalités pécuniaires. Brubru peut glisser que nous dépensons trop d’argent « pour des personnes qui ne le méritent pas » (il a vraiment dit ça), alors qu’il aurait du dire « nous avons assez d’argent pour assurer la vie de chacun et chacune selon ses besoins, mais nous préférons maintenir les inégalités et aller même plus loin en cassant la solidarité nationale ». Il est frappant, sociologiquement, que le ministre reprennent le discours du mérite qui est au centre de la justification des ultra-riches de leur position, qu’ils et elles savent privilégiées (Paugam, Cousin, Giogetti, Naudet, 2017). Ajoutons par ailleurs que le corollaire du mérite est le contrôle, qui se met en place pour classer les individus en deux catégories, les méritants et les imméritants (Dubois, 2021).

En ce qui concerne les conséquences de l’absurde présent dans les activités de communication des membres de l’exécutif, elle inspire, sans surprise, de la méfiance et une perte de sens. Dans l’étude que j’ai menée sur la réception de la communication politique, il est ressorti que la méfiance découlait entre autres  d’un manque de cohérence et de clarté. Les discours, interviews et autres, en ne permettant pas aux auditeurs et auditrices de comprendre l’argumentation, cassent la confiance. Comme la confiance dépend, entre autres, de l’image et du sentiment de compétence que les citoyen-nes ont envers ces pros (Brechon, 2004), l’absurde politique ne fait que renforcer la méfiance. Alors, logiquement, c’est le sens perçu qui en souffre. Comment comprendre l’interview de l’écrivain-ministre Le Maire sans se gratter la tête ? Comment en percevoir le sens caché, sans passer par la case analyse, ce que, bien entendu, tout le monde n’a pas le temps de faire ni les compétences pour ? La deuxième conséquence se situe dans le prolongement de la première ; les activités de communication perdent du sens. C’est quelque chose qui a été relevé par les personnes que j’ai interrogées pendant l’étude mentionnée plus haut : le sens, aussi bien logique que politique, est absent dans la mesure où les mots sont prononcés pour bien sonner et n’engagent pas d’actes, ou alors contredisent ce qui est fait derrière. En somme, nous voyons ici les dégâts causés à la fois par la langue de bois, utilisée par les pros de la politique pour cacher leur véritable pensée (Delporte, 2008), car n’ayant pas le courage de l’assumer, et par le recours à la communication sans véritable réflexion à long terme, liée à d’autres stratégies, industrielles, économiques, sanitaires, etc. La troisième conséquence concerne la déhistoricisation de la réflexion, à laquelle procède BLM. Malgré ses prétentions de se situer rapidement dans l’histoire – il parle lui-même de la création de l’État-providence en 1945 –, Bruno vide le concept d’État-providence de sa dimension historique puisqu’il lui écrase la figure avec les enjeux actuels. Autrement dit, BLM se préoccupe surtout de sa situation dans le champ politique et, par les termes État-providence et État protecteur, il cherche à se positionner par rapport à ses adversaires – le positionnement étant un jeu classique et fondamental du champ politique (Bourdieu, 1981). C’est pourquoi la signification historique de l’État-providence est, ironiquement, insignifiante pour le ministre de l’Économie. Le concept « État-providence » semble être utilisé pour donner au discours de Bruno une certaine couleur, sans souci de la cohérence globale – en particulier en ce qui concerne la place centrale de la protection dans l’État-providence, donc pourquoi diable proposer un État protecteur à la place.

Quand la « réalité » n’existe plus, la fiction humoristique non plus, ou quand l’humour politique se mue en réalité et vice versa

Dès lors, que pouvons-nous dire lorsque, exemple typique à l’appui, nous avons vu comment et avec quelles conséquences l’absurde politique se déploie ? Généreux a vraiment mis le doigt sur quelque chose, en plus de contribuer à faire redescendre sur Terre des « élites » (jupitériennes) trop sures d’elles, avec son concept de déconnomie (Généreux, 2016). Cette dernière correspond à l’ensemble des croyances économiques et presque religieuses autour du marché. Pour Généreux, elle désigne une authentique forme de bêtise car elle pousse à rejeter les faits contradictoires et les visions différentes – par exemple les politiques économiques procycliques ne marchent pas, tout comme l’austérité. Dans un autre ouvrage (Généreux, 2021), l’économiste poursuit sa réflexion en cherchant les causes de cette bêtise et c’est là un deuxième retour sur Terre pour nos cher-es gouvernant-es ; ils et elles sont victimes des mêmes biais cognitifs que tout le monde – on pourrait donc se dire qu’il est dingue de donner autant de pouvoirs à des êtres humains, mais c’est un autre débat. L’adhésion à la déconnomie s’explique par des biais cognitifs, auxquels les membres de l’exécutif sont particulièrement sensibles. Généreux détaille l’exemple du président, lequel recourt souvent aux biais d’attribution et de confirmation. Il relève au passage la violence dont il peut faire preuve, une violence symbolique stupide. Un lien m’apparaît évident avec les travaux de Graeber (2015, 2019) reliant violence et stupidité, notamment de la part de l’État bureaucratique. Pour le dire vite, un pouvoir, détenant les moyens d’imposer par la violence – peu importe sa forme – ses visions et pratiques, n’a pas besoin de chercher à comprendre et a intérêt à ce qu’on ne comprenne pas ce qu’il se passe. Il y a donc des raisons de craindre que ce que Généreux décrit comme étant une épidémie de bêtise économique et, par extension, politique, atteigne également le peuple.

Je pense qu’on peut établir un lien avec l’absurde politique, puisqu’à force de prendre des détours, de succomber aux moindres biais cognitifs, les membres de l’exécutif produisent des activités de communication en souffrance logique. On ne comprend pas ce qu’il se passe, et on n’est certainement pas aidé par les pros de la politique, malgré toutes leurs prétentions à la pédagogie. Alors, en plus d’être fatiguant, le constat de stupidité gagne en pertinence, en particulier en ce qui concerne les activités de communication des membres de l’exécutif. Il a souvent été reproché à Emmanuel Macron de ne pas respecter la démocratie, lire ne pas respecter les institutions républicaine qui possèdent des traits de démocratie représentative, et l’absurde politique n’en est que l’écho. Quand lui et ses ministres ne parviennent pas à assumer la réalité qu’ils et elles construisent, qu’ils et elles n’arrivent pas à dire que la dette est le fruit de leurs propres politiques économiques et non uniquement de contingences externes – doit-on rappeler le coût de leur politique de l’offre (18 milliards d’euros pour 100 000 emploi d’après France Stratégie) ? –, ils et elles pondent des arguments qui ne font pas sens. Reparlons dette et maîtrise du budget ; BLM a pu annoncer que le « quoi qu’il en coûte est fini », en le justifiant a posteriori concernant la situation de crise sanitaire. Ce faisant il justifie aussi l’intérêt de politiques étatiques interventionnistes et contracycliques, mais pourquoi donc ces politiques ne seraient plus adaptées à la situation actuelle ? Ne sommes-nous plus en crise ? La pauvreté a augmenté d’après l’Observatoire des inégalités, tandis que sur le site du ministère des solidarités on parle de « difficultés conjoncturelles pouvant s’ancrer dans le long terme », mais la France serait sortie de la crise ? Vous y comprenez quelque chose ? Je ne prends pas le temps de développer pourquoi c’est violent, ce billet est déjà très long ; je noterai juste que le souverain que nous sommes est quotidiennement exposé à une forme de violence par les mots, qui passe par des activités de communication ne nous respectant pas.

Nous atteignons ainsi le cœur de ma réflexion : cet excès d’absurde en politique pose nécessairement problème pour les humoristes qui se moquent et coupent au scalpel la vie politique. Il va sans dire que prendre un énoncé humoristique au sérieux revient forcément à en trouver le contenu bête et violent. C’est pour cette raison que l’absurde politique, de par sa ressemblance avec l’humour politique, est si énervant et/ou désespérant. Et c’est pour cette raison que l’humour politique perd peu à peu sa qualité fictive pour se fondre toujours un peu plus dans la « réalité », c’est-à-dire dans ce qu’il advient réellement dans la vie politique. Les membres de l’exécutif vont si loin dans le manque de logique et de rattachement à la réalité partagée, qu’imaginer des situations absurdes, improbables, revient en fait à décrire ce qu’il se passe vraiment, donc à parler de la réalité. Mesurons ce magnifique nœud au cerveau, que je pourrais appeler pompeusement la thèse de ce billet : c’est parce que les pros de la politique entretiennent un rapport distant et flexible avec la réalité, que les humoristes politiques, jouant sans cesse sur l’étonnant, l’absurde, l’irréaliste, reviennent en fait à faire un travail de journalistes, c’est-à-dire qu’ils décrivent fidèlement (ou presque) la réalité.

La réalité subit donc un triple choc dans cette rencontre entre humour et absurde politique. Tout d’abord, ce que vous et moi constatons comme étant la réalité, soit une France dans un état critique, avec des inégalités et des discriminations croissantes, des crises multiples, cette réalité là est niée par les membres de l’exécutif – il y a donc conflit de réalité, où, élément sur lequel Bourdieu a insisté, une vision de la division du monde social se joue (Bourdieu, 1980, 2001). (Pour le dire plus longuement, ce que le célèbre sociologue relève est l’importance de l’imposition de classements et de catégories pour, à la fois, comprendre et se situer dans le monde. Le conflit de réalité se trouve donc être la conséquence d’une lutte sociale, dans laquelle les dominant-es tentent de persuader les dominé-es d’adopter une construction de la réalité que ces dernier-es contestent). Ensuite, la réalité que les membres de l’exécutif construisent déborde de non-sens, d’aberrations logiques, de contradictions, en un mot, d’absurde. Enfin, la fausse réalité construite par les humoristes, elle-aussi absurde, et explicitement irréaliste, a des airs de la réalité des membres de l’exécutif.

L’humour se base en partie sur le fait de casser les habitudes, de surprendre. L’humour absurde, plus spécifiquement, casse les relations logiques ou normales, afin de proposer un développement ou une conclusion qui choque le « bon sens », une cohérence, ou qui sort complètement de l’ordinaire. C’est précisément ici que les humoristes politiques pratiquant l’absurde doivent grincer des dents, lorsqu’ils et elles n’arrivent plus à creuser clairement une distance entre sketch et description. Entendons-nous bien, c’est une exagération car vous êtes capables de comprendre qu’il s’agit d’une blague, ne serait-ce que parce que c’est un-e humoriste qui s’exprime, mais à quel point la blague est éloignée de ce que font ou disent les membres de l’exécutif ? Quand Manu cherchant à calmer le monde social désigne comme ministre du logement un type farouchement agressif contre les politiques sociales du logement, provoquant immédiatement des vives réactions opposées de diverses associations, vous avez pensé quoi ? Quand Le Maire est venu nous annoncé qu’il fallait faire des économies, comme si ça tombait de nulle part, alors que c’est lui qui est aux manettes depuis 7 ans, vous avez pensé quoi ? Quand Stanislas Guérini, ministre de la Fonction publique, a annoncé, pendant une interview donnée à France Inter le 10/04/24, vouloir faciliter le licenciement des fonctionnaires mais ne pas souhaiter « remettre en cause » la « garantie de l’emploi » liée à la fonction publique, vous avez pensé quoi ? Personnellement, je secoue la tête en me demandant comme ils et elles peuvent faire ou dire des choses aussi bêtes et insensées. Et j’ai une pensée triste pour les humoristes, bientôt mis-es au chômage (mais pas pour trop longtemps grâce à la réforme d’Attal), car incapables de produire des situations absurdes qui soient réellement surprenantes par rapport à l’absurde politique. Au moins la reconversion en journalises se fera sans douleur.

 

Bibliographie

BOURDIEU Pierre, « la représentation politique [éléments pour une théorie du champ politique] » [Document en ligne] Actes de la recherche en sciences sociales, 36-37, 1981, pp. 3-24. Disponible sur : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1981_num_36_1_2105 (consulté en août 2014)

BOURDIEU Pierre, Le sens pratique. Paris : Les Éditions de Minuit, 1980, 474 p. (Le sens commun)

BOURDIEU Pierre, Langage et pouvoir symbolique. Paris : Éditions du Seuil, 2001, 423 p. (Points : essais)

BRECHON Pierre, « Crise de confiance dans les élites politiques », IN : CAUTRES Bruno, MAYER Nonna, Le nouveau désordre électoral. Les leçons du 21 avril 2002. Paris : Presses de la fondation national des sciences politiques, 2004, pp. 47-69

CAYLA David, L’économie du réel. Face aux modèles trompeurs. Louvain-la-Neuve : De Boeck supérieur, 2018, 198 p.

DELPORTE Christian, Une histoire de la langue de bois. Paris : Flammarion, 2008, 382 p. (Champ. Histoire)

DUBOIS Vincent, Contrôler les assistés. Genèses et usages d’un mot ordre. Paris : Raisons d’agir, 2021, 447 p.

ECONOMISTES ATTERRES, La dette publique. Précis d’économie citoyenne. Paris : Seuil, 2021, 213 p.

ELIAS Norbert, Théorie des symboles. Paris : Seuil, 2015, 245 p. (La Librairie du XXIe siècle)

FUSI Mathieu, Communication de l’État en contexte de crise financière internationale. Les cas des crises : krach boursier de 1987, crise asiatique de 1997-1998, subprimes en 2007-2008, Thèse de doctorat en science de la communication, sous la direction d’I. Pailliart, 2018. Disponible sur : http://www.theses.fr/2018GREAL009

GENEREUX Jacques, Les vraies lois de l’économie. Paris : Seuil, 2005, 355 p. (Points. Economie)

GÉNÉREUX Jacques, La déconnomie. Quand l’emprise de la bêtise dépasse celui de l’argent. Paris : Seuil, 2016, 404 p.

GÉNÉREUX Jacques, Quand la connerie économique prend le pouvoir. Paris : Seuil, 2021, 294 p

GRAEBER David, Bureaucratie. Paris : Babel Editions, 2015, 296 p.

GRAEBER David, Pour une anthropologie anarchiste. Québec : Lux éditeurs, 2019, 121 p. (instinct de liberté)

JABKO Nicolas, L’Europe par le marché : histoire d’une stratégie improbable. Paris : Presses de la fondation nationale des sciences politiques, 2009, 288 p. (Domaine Gouvernances)

LE BART Christian, Le discours politique. Paris : PUF, 1998, 128 p. (Que sais-je?)

LE BART Christian, « Les présidentiable de 2007 entre proximité et surplomb. Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal vus par Libération » [Document en ligne] Mots. Les langages du politique, n°89, 2009, pp. 39-55. Disponible sur : https://journals.openedition.org/mots/18763 (consulté en mars 2022)

PAUGAM Serge, COUSIN Bruno, GIOGETTI Camila, NAUDET Jules, Ce que les riches pensent des pauvres. Paris : Seuil, 2017, 340 p.

ROSANVALLON Pierre, La crise de l’État-providence. Paris : Éditions du Seuil, 1992, 183 p. (Points. Essais)

Source image



Citer ce billet
Mathieu Fusi (2024, 26 avril). Pourquoi le gouvernement et le président sont en train de tuer l’humour politique ? Point-virgule. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/wb6i

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.