De quoi la méthode est-elle le nom ?

Ce billet m’a été inspiré par une discussion que j’ai eue plus tôt dans le mois avec une personne qui propose une rupture méthodologique. Les ruptures, au même titre que les crises pour les phénomènes sociaux, révèlent les éléments au fondement de l’activité concernée. En proposant quelque chose de nouveau, qui questionne les barrières posées entre méthodes qualitatives et quantitatives, la rupture méthodologique met en lumière le caractère théorique, trop lisse dirais-je, des méthodes. C’est sur ce point que j’aimerais rapidement insister dans ce billet.

De la description théorique, où tout est en ordre

La description théorique est nécessaire pour expliquer une méthode. On va prendre le temps de détailler à quoi elle sert, à quels objectifs elle peut répondre, comment elle se déroule, comme les données qu’elle produit peuvent être analysée, dans l’idéal. Dans les exemples présentés, tout se passe bien, ou, si ça se passe mal, la solution est appliquée sans trop de difficultés. L’ordre règne, et cela se comprend aisément ; personne n’aime enseigner le chaos ou dans le chaos.

Autre avantage non négligeable : la simplification entraînée par la description théorique. Le réel étant par nature complexe, il faut isoler ces fils pour les analyser un par un, alors que, concrètement, ils avancent en même temps et exercent une influence mutuelle. La simplification est un peu comme une capacité à figer le temps, très utile dans un objectif pédagogique.

De la pratique méthodologique ou quand la réalité détruit l’ordre

Pourtant, quand je pense à mes études, j’ai l’impression que la description théorique constitue trop souvent le point d’arrivée de l’enseignement. Même les ouvrages méthodologiques font montre d’un manque de praticité, assez gênant quand on veut mettre à l’épreuve de la réalité les enseignements tirés de ces ouvrages. Je vais prendre l’exemple de la méthode des entretiens (j’en parle plus en détails ici). Il est expliqué, presque religieusement, que les entretiens peuvent être soit semi-directif, soit non-directif ou libre. Cette distinction est importante au regard des objectifs de l’enquête menée, donc avant l’entretien. En revanche, lorsque l’enquêté-e se trouve en face de vous, cette distinction perd vite de sa substance. Admettons que vous fassiez un entretien non-directif, où l’enquêté-e est libre de parler, et admettons que cette personne soit très réservée et expédie des réponses à la vitesse d’un éternuement. Vous faites quoi ? Vous suivez la fameuse distinction et votre entretien durera 5 minutes. Ou alors vous vous adaptez et dirigez un peu plus l’échange.

En d’autres termes, une fois la description théorique abandonnée, vous vous rendrez vite compte que la réalité est une autre paire de manche. La science est une pratique et les méthodes doivent se répéter, au même titre que n’importe quelle autre activité, pour être maîtrisées. Aucun cours, aussi bon-ne soit le ou la prof ne saurait suffire ; ça serait comme dire que j’ai appris à jouer de la guitare en regardant des vidéos sur internet, sans jamais toucher de cordes.

Bref, et j’adresse ce message en particulier aux doctorant-es, ne craignez pas d’expérimenter, de vous éloigner des prescriptions théoriques concernant vos méthodes. Aucun livre ne sera assez juste pour vous préparer à la réalité. Par exemple, aucun livre de méthode ne m’a expliqué comment réagir quand un ancien haut fonctionnaire a commencé l’entretien en signifiant de manière agressive qu’il n’avait « pas deux heures » à me consacrer pour mon « truc ». Expérimentez, bricolez, trompez-vous, améliorez-vous, pratiquez et recommencez… La méthode n’a pas de recette miracle et à chacun-e son tour de main pour réussir son repas.

(Il va sans dire que je ne suggère pas l’absence de rigueur ou de préparation par la lecture d’ouvrages méthodologiques ou le suivi de cours ; je souhaite juste souligner l’aspect bricolage de la science et de ses méthodes, que personne ne se sente incompétente si elle n’arrive pas à reproduire la science lissée des descriptions théoriques.)

crédit photo



Citer ce billet
Mathieu Fusi (2024, 22 mars). De quoi la méthode est-elle le nom ? Point-virgule. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w2ow

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.