A-t-on encore le droit d’être au chômage ?

Cette question, volontairement provocante, me frappe souvent l’esprit depuis que je suis au chômage. Le traitement qui m’a été réservé par Pole Emploi-France Travail, ainsi que les retours que j’ai des différentes personnes qui subissent le même sort, m’amène à penser que le chômage est en train de perdre sa qualité de droit. Il deviendrait une sorte de droit conditionné au mérite, une sorte de droit d’élu-es, qui ne s’obtiendrait qu’après démonstration qu’on a bien ce qu’il faut pour le mériter. Ce billet se situe donc à mi-chemin entre le journal de bord et la réflexion plus large (pauvre petite bête réflexif que je suis).

Contrôle et violence de l’assignation

Au tout début de l’année, j’ai été contacté par une contrôleuse de France Travail. Le motif de l’appel était clair, s’assurer que je cherchais bien du travail. Premier problème, alors que je fais part de mon mal-être par rapport à ma situation de chômeur lors des premiers contacts par mails, mon interlocutrice ne cherche absolument pas à savoir comment je me sens une fois au téléphone. Je n’ose même pas imaginer les dégâts que ce comportement peut causer auprès de personnes dépressives. Deuxième problème, je m’embrouille avec elle parce qu’elle me reproche de « trop intellectualiser mon propos ». Autrement dit, elle me reproche de trop réfléchir… sans commentaire. Troisième problème, elle refuse catégoriquement d’accepter la définition que je propose de ma situation ; à ma difficulté de trouver un emploi du fait de mon doctorat, notamment parce que les organisations, privées comme publiques, connaissent mal ce diplôme, elle me rétorque que cela est faux, et que c’est à moi de passer outre les éventuels a priori des employeurs. Bref, le message est très clair : je suis fautif et les entreprises ont toujours raison. Ce n’est pas une libérale qui dira que le marché du travail se trompe quand même !

Même si je savais à quoi m’attendre, notamment par la lecture de l’ouvrage de Dubois (2021) sur le contrôle des « assisté-es », vivre l’assignation est une toute autre expérience. Le « mot d’ordre du contrôle » revient à questionner la légitimité de la solidarité pour individualiser les situations à problème, comme le chômage. Le chômeur ou la chômeuse n’est plus seulement une personne qui a besoin de soutien, mais un fraudeur ou une fraudeuse en puissance qu’il faut surveiller de près. Alors quand en face de vous se trouve une représentante d’un service d’État, absolument pas disposée à discuter avec vous sur un pied d’égalité, mais, au contraire, agissant comme une agente de police sondant votre culpabilité, vous avez les entrailles qui bouillissent. Vous n’êtes pas Mathieu FUSI, vous êtes une suite de numéro, en situation de faute, et, comme dans un procès, c’est à vous de prouver votre innocence. L’assignation vous renvoie à une abstraction généralisée ; le chômeur fraudeur, vilain profiteur, qui gonfle les statistiques du chômage par sa flemme et son vice.

On croise ici la réflexion de Graeber (2015) sur la violence et la stupidité de la bureaucratie. Cette dernière est violente car elle s’impose et ne peut se refuser – je n’ai pas pu m’opposer à ce rendez-vous avec la contrôleuse, ni même en décider la date et l’heure, je devais me pointer au téléphone, point final. Et elle est stupide, car à cause de sa violence, elle empêche toute autre forme d’interprétation. Je comprends mieux ici le refus de la contrôleuse d’accepter ma définition de ma situation ; elle, la représentante de l’institution, bureaucrate libéralisée, sait, et il n’y a pas d’autres interprétations possibles.

Être « imméritant-e » par défaut ou ne plus avoir le droit

Je suis obligé de fabriquer un nouveau terme, mais c’est l’impression que j’ai de mes interactions avec France Travail, et ce que je comprends de l’expérience des autres personnes qui y sont confrontées. A la base même de l’échange, nous sommes soupçonné-es de ne pas vouloir trouver du travail, de fauter en n’occupant pas de poste, d’être des improductifs et des improductives qui coûtent à la société. Les choix face à cela sont forcément de plaider coupable, car toute tentative de proposer une autre version sera prise comme une tentative de se défausser voire, pire, de mentir pour continuer à frauder. On retrouve la participation du ou de la dominée à la violence symbolique qu’elle subit. Le contrôle ne fait pas exception et les assisté-es fraudeurs et fraudeuses en puissance acquiescent à tout ce protocole (Dubois, ibid.). Le gros problème c’est qu’il n’y a pas d’alternative là encore : soit j’accepte le rendez-vous et je reconnais implicitement la légitimité de cette institution à me contrôler, ou je refuse mais je perds mes « droits ; soit j’accepte l’assignation d’imméritant par défaut et j’accepte par conséquence les interprétations de la contrôleuse de ma vie, vie entachée par la situation de chômage, situation dont je serais, forcément, en train de profiter pour ne rien glander, ou je refuse cette assignation et entre en conflit avec la représentante de l’institution qui me radiera de France Travail, au prétexte que j’aurais refusé l’échange.

J’ai toujours respecté l’obligation légale de cotiser aux différents systèmes de solidarité et je n’ai jamais cherché à contourner cette obligation. Comme des millions de personnes, je m’y plie et, à titre personnel, je trouve normal de contribuer à un acte de solidarité collectif, aider les personnes dans le besoin. Pourtant, aujourd’hui, étant dans cette situation du besoin, j’ai l’impression que le droit n’a plus la même force contraignante. Je devrais pouvoir toucher mes droits non ? Hé bien oui, mais… oui mais, encore faut-il que je sois capable de prouver que je le mérite.

C’est donc une double peine pour le chômeur ou la chômeuse, alors que la durée du chômage s’allonge, que les refus ou les vents s’accumulent, que la confiance en soi se dégonfle, que le doute ronge, que des termes comme « compétence » ou « réseau » commencent à résonner avec une familiarité dérangeante, de celles et ceux qui ne peuvent y échapper à la manière de prisonnier-e d’un système cruel dont les règles, soit-disant claires, semblent parfois de pures caprices arbitraires… alors que tout s’amoncellent sur les épaules, affaissant moral et dynamisme, l’État et son institution de contrôle France Travail s’y ajoutent. Et va pour la double portion de culpabilité, va pour la double portion de stress, va pour la double inquiétude quant à son avenir, va pour la double pression, comme si nous n’étions pas déjà, de façon tout à fait paradoxale, nos pires patron-nes.

 

À tous les chômeurs et les chômeuse, courage ! Si on n’a pas le droit de toucher ce pourquoi on a cotisé sans être jugé-e imméritant-e, au moins on a le droit de s’en agacer !

Bibliographie

DUBOIS Vincent, Contrôler les assistés. Genèses et usages d’un mot ordre. Paris : Raisons d’agir, 2021, 447 p.

GRAEBER David, Bureaucratie. Paris : Babel Editions, 2015, 296 p.

Crédit photo



Citer ce billet
Mathieu Fusi (2024, 15 février). A-t-on encore le droit d’être au chômage ? Point-virgule. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vumx

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.