L’envie de représentation : paradoxe de la méfiance et la défiance envers les pros de la politique ou le crève-cœur de l’anarchie

Il existe chez certain-es citoyen-nes, même situé-es bien à gauche, une envie de représentation, une envie d’être défendu-es par un-e représentant-e : c’est le constat que j’ai formulé à l’analyse d’une cinquantaine d’entretien à propos de la communication politique. Et ce constat m’est revenu de plein fouet ces derniers temps, lorsque je réfléchissais sur les électorats du FN/RN ici et . C’est le paradoxe souligné par Gaxie (2017) : de nombreux électeurs et électrices se déclarent méfiantes et défiantes envers les institutions étatiques et les pros de la politique, mais ils et elles votent tout de même. J’ai donc décidé de déterrer cet extrait – remanié pour être plus lisible dans le cadre d’un billet de blog – d’un ouvrage non publié, que j’ai écrit sur la réception critique citoyenne de la communication politique. Dit autrement, j’ai analysé à l’aide d’entretiens ce que pensaient les citoyen-nes de la communication politique.La réflexion que je développe ci-dessous permet, selon moi, d’apporter des éléments de réponse à la question suivante : pourquoi des personnes qui critiquent négativement la communication politique voire pour certain-es la démocratie représentative, continuent à voiler être représentées ?

A garder en tête dans la lecture de cet extrait : il a été écrit principalement entre 2020 et 2021.

L’envie d’être représenté-e : l’exemple de François Ruffin

La représentation politique, c’est le fait de déléguer nos capacités d’agir politiquement aux représentant-es, chargé-es alors de nous défendre, de parler à notre place, de faire les lois, etc. Cette délégation ne plaît pas à toutes et tous les personnes que j’ai interrogées, que j’appellerai « enquêté-es » par la suite. Toutefois, ils et elles sont peu nombreuses à la remettre radicalement en question – c’est le cas sans surprises des enquêté-es anarchistes. Le plus souvent le reproche porte sur un manque de représentation, l’impression que les intérêts des citoyen-nes sont peu ou pas pris en compte, que les pros assisté-es de la politique (pour une définition précise de cette notion, voir ce billet) profitent de leurs fonctions pour défendre leurs propres intérêts ou ceux de leur « classe ». Malgré tout, la représentation politique n’est pas rejetée massivement et, comme nous le verrons ensemble les enquêté-e-s peuvent exprimer, plus ou moins explicitement, une envie d’être représenté-e-s. Un pro assisté de la politique m’est apparu pendant les entretiens comme particulièrement caractéristique de cet envie, c’est le député de la France Insoumise, François Ruffin1; je donnerai des exemples ci-dessous.

« Adorer sa propre créature »

L’expression entre guillemets est de Bourdieu et désigne le fétichisme politique, soit « des gens, des choses, des êtres, qui semblent ne devoir qu’à eux-mêmes une existence que les agents sociaux leur ont donnée » (Bourdieu, 1994, p. 49). Ce fétichisme politique peut expliquer l’envie d’être représenté-e ressentie par certain-es enquêté-es, et même parmi les plus réfractaires à l’organisation politique ou les plus critiques envers les pros assisté-e-s de la politique. Dans le premier cas, il s’agit de Walter, étudiant et sympathisant de l’Union Populaire Républicaine (UPR), qui reproche énormément de choses à la démocratie représentative : c’est une « illusion démocratique », l’opinion est manipulée, « tout est fait dans les coulisses », bref rien ne va dans une organisation politique qui favorise l’entente entre des puissances d’intérêts politiques et économiques, au détriment de la population. Dans le second cas, Gabrielle, étudiante, ne sent pas représentée et reproche au gouvernement d’être déconnecté. Elle trouve la plupart des pros assisté-es de la politique incompétent-es et reproche à certain-es une incohérence dans la manière dont ils ou elles font de la politique.

Pourtant, aussi bien chez Walter que Gabrielle, il existe une attente ou une volonté vis-à-vis de la représentation. Walter défend par exemple François Asselineau, président du parti de l’UPR, comme seul pro assisté de la politique capable : « il a cette particularité… que les autres candidats n’ont pas ». Par ailleurs, il regrette la disparition d’un vrai chef d’État comme de Gaulle, permettant à la France d’être souveraine. Gabrielle, elle, aimerait des discours politiques plus proches du Français moyen et c’est pour cela qu’elle apprécie François Ruffin, « il parle un peu plus tu sais de la France… ouvrière ». Elle aime le fait « qu’il râle beaucoup », pour défendre le peuple ou qu’il casse les codes conventionnels de la politique, en venant à l’Assemblée nationale avec son maillot de foot. Les activités de communication de François Ruffin lui plaisent parce qu’elles sont proches de son quotidien, de la manière dont elle se perçoit et se place dans la vie politique. Comme l’exprime Aldrin (2020), la conception de la politique correspond à la place que se donne une personne dans le « système ». En effet, Gabrielle blâme les « élites », parce qu’elles « viennent souvent des milieux bourgeois, [elles] connaissent pas du tout… le le Français moyen » et je comprends pendant l’entretien qu’elle se sent plus proche du Français moyen, même si elle le critique aussi (pour son manque de curiosité et de culture). Il existe donc chez Gabrielle une envie que le ou la pro assistée de la politique parle du « peuple populaire »2, une attente de représentation des caractéristiques populaires, et donc non-bourgeoises.

Pour Bourdieu, le fétichisme politique a lieu parce que les dominé-es sur le plan politique ont besoin d’un-e représentant-e pour faire exister leur groupe. C’est là tout l’intérêt de la délégation, « l’acte par lequel un groupe va se faire en se dotant de cet ensemble de choses qui font les groupes, c’est-à-dire une permanence et des permanents » (Bourdieu, 1994, p. 49). On comprend que la délégation est l’acte indispensable pour l’existence politique, la concrétisation de cette existence afin de donner des moyens au groupe de se défendre et de se promouvoir. Elle prend encore plus d’importance dans notre organisation politique dans la mesure où le capital politique est institutionnalisé (Bourdieu, 1981). Autrement dit, ce capital que mobilise les pros assisté-es de la politique pour être élu-es et ensuite représenter leurs électeurs et électrices devient dépendant d’un jeu politique, dont les règles et le fonctionnement échappent aux électeurs et électrices. Alors, ces dernier-es dépendent de spécialistes du jeu politique, qui leur semblent maîtriser des compétences et des connaissances spécifiques (ce « monde à part »), à même de les défendre – et c’est le risque justement pointé du doigt par Bourdieu, que les luttes politiques partisanes, de parti et/ou d’agents politiques, en viennent à prendre plus de place que les luttes proprement politiques. J’irais encore plus loin que Bourdieu sur ce point et je pense que le fétichisme politique a aussi trait à l’individu. En plus de constituer le groupe, la délégation constitue l’individu politique, celui qui peut, par l’intermédiaire d’un-e représentant-e, faire entendre sa voix, ses critiques, ses positions, ses idées.

Par ailleurs, je dirais que, parfois, l’envie de représentation politique semble dépasser des questions proprement politiques pour rentrer dans des dimensions plus personnelles et symboliques ; rencontrer un ou une pro assistée peut être une expérience marquante, comme rencontrer une « star », une figure de grande importance pour soi. Fanny, étudiante, a soutenu la candidature de Nicolas Sarkozy pendant les primaires de LR en 2016. Elle partage avec lui une certaine construction du monde – notamment sur l’insécurité –, mais c’est plus que ça :

« Il a des… traits de personnalité qui sont déjà attirants. […] c’est déjà son expérience, sa… fougue et… sa manière justement de… bah je pense de parler dans les médias, parce que de base j’avais accès à lui qu’à travers les médias et du coup je trouvais ça beaucoup plus attirant, je me sentais plus motivée que… les autres candidats. »

L’« attirance » envers le pro assisté est ici marquée. Je ne commente pas là une attirance physique ou autre, mais bien une attirance envers la personnalité du pro, ses caractéristiques individuelles, ses qualités. L’envie d’être représenté n’est pas donc pas qu’une question politique.

L’importance des émotions

La notion de légitimité politique est dès lors insuffisante pour expliquer pleinement l’envie d’être représenté-e. Bien sûr, et Bourdieu (1981) ne se trompe pas, les pros assisté-es de la politique sont plus légitimes que n’importe quel autre individu pour porter porter un message politique – parce qu’ils ou elles bénéficient de compétences et de rituels (l’élection en particulier) les montrant comme tel-le-s. De plus, la légitimité est au cœur du pouvoir étatique (Bourdieu, 1993b), c’est-à-dire que les différents capitaux manipulés par les agent-e-s de l’État (de violence, économique, symbolique, informationnel tel que Bourdieu les définit) ont fait l’objet et font l’objet d’un travail destiné à rendre cette manipulation acceptable et acceptée. Par exemple, ce n’est pas tout le monde qui peut parler au nom de l’État ou qui peut faire agir ce dernier par un discours – si je dis « l’État interviendra militairement pour empêcher la tenue du nouvel an », ça n’aura pas la même portée que si c’est Olivier Véran qui le dit. Cependant, il existe aussi des dimensions plus psychologiques, plus émotionnelles dans l’envie d’être représenté-e.

C’est ce que relève Lordon (2016) en parlant d’affect en politique. Je ne rentrerai pas dans la discussion philosophique, avec l’appareillage conceptuel de Spinoza, à laquelle s’emploie Lordon, non pas parce que la philosophie serait inintéressante ou trop « métaphysique  pour être pertinente, mais parce que, en toute honnêteté, je ne me sens pas assez équipé intellectuellement. La réflexion de Lordon m’a paru toutefois pertinente avec le propos développé ici. Les affects « ne sont que la part émotionnelle des comportements humains, celle là même que la part rationnelle et communicationnelle doit s’employer à maîtriser » (ibid., p. 14-15), et ils bénéficient d’une attention particulière en politique. En effet, comme le note Lordon, la multiplication des sondages marque « une forme de reconnaissance implicite » (ibid., p. 41) qu’en politique, il est bien question de désirs et d’affect, puisque les sondages sont censés nous délivrer ce que veulent et pensent les électeurs et électrices. Les idées seules ne sont alors pas suffisantes. Il faut les accompagner d’affects, car ces derniers sont en mesure de modifier le monde ; ils leur donnent du poids en les rendant concrètes. Il existe donc, aussi bien chez le gouvernement que dans les associations ou les partis politiques, une activité consistant à rendre concrètes les idées3, soit en donnant à celles-ci une capacité à affecter, à impressionner. C’est ce que souligne également Braud, à propos des symboles en politique : « il n’existe donc pas de symbole qui ne suscite pas des projections émotionnelles, susceptibles de constituer un levier pour l’action politique » (Braud, 1996, p. 87).

Ainsi, les émotions ont leur rôle à jouer dans la politique et dans cette envie de représentation. Pourtant les enquêté-es sont partagé-es sur le recours à l’émotion dans la communication politique. Il existe même une opposition entre les enquêté-es rejetant son utilisation et d’autres l’appréciant. En fait, pour être appréciée, l’émotion doit être honnête, ne pas rentrer dans un calcul stratégique. Par exemple, Laurent, psychothérapeute et formateur en communication, se déclarant pourtant être plutôt à droite, apprécie les activités communicationnelles de François Ruffin parce qu’« on sent que le mecil y va avec ses tripes, donc c’est ça qui m’intéresse en fait ». Et pour Laurent, la communication émotionnelle de Ruffin est honnête, ce dernier ne triche pas. Chez Pauline, doctorante, Ruffin est plaisant parce qu’il sort d’« une posture qui est traditionnelle », il parle un langage qu’elle comprend avec des idées qu’elle respecte et partage. Pauline reproche aux cadres du parti socialiste d’être trop différent-es des militant-es, d’être bourgeois-es et elle se retrouve dans les activités de communication et la posture de François Ruffin, plus proche du peuple, « il parle des oubliés ». Pour cette socialiste déçue de l’orientation de son parti et de la composition sociologique de ses cadres, le membre de FI correspond à ses idées et engagements « anti-capitaliste[s] ».

La représentation politique s’imagine donc difficilement sans une part d’émotion, émotion qui seule ne suffit pas, il faut qu’elle soit un affect, autrement dit qu’elle soit engageante, qu’elle produise un effet chez celle ou celui qui la ressent. A ce propos, Boy et Chiche s’arrêtent sur l’influence des images. Ils notent que les images sont « en partie perçues à travers un filtre cognitif et émotionnel » (Boy, Chiche, 2009, p. 101). En conséquence, l’émotion joue un rôle dans la perception de la politique et, a fortiori, d’une activité de communication.

Les rapports d’identification aux professionnel-le-s assisté-e-s de la politique : la proximité

L’identification dans le discours politique découle de l’ethos d’après Charaudeau (2014). L’ethos est l’image de soi, présente avant le discours et mise en œuvre dans celui-ci. Charaudeau définit un ethos de l’identification, « dont les images puisent cette fois dans l’affect social : le citoyen, au travers d’un processus d’identification irrationnel, fond son identité dans celle de l’homme politique » (ibid., p. 105). En d’autres termes, les discours politiques peuvent favoriser un rapport d’identité entre les pros assisté-e-s de la politique et leur auditoire, dans lesquel-les les membres de ce dernier sont susceptibles de se reconnaître.

Le discours n’est pas le seul recours pour favoriser l’identification. Parlant de la célèbre photo de Jacques Chirac, sautant les tourniquets du métro le 09 décembre 1980, de Bujadoux (2016) propose l’idée intéressante d’un geste frauduleux pardonné, car correspondant à un certain esprit français ; les électeurs et électrices s’identifieraient à un pro assisté effectuant une action qu’eux ou elles-même approuveraient au fond.

L’identification fait aussi l’objet d’une stratégie, comme par exemple dans le cas des coming-out de pro assisté, tel Bertrand Delanoë cherchant à « capter « l’électorat gai » ou « branché » de la capitale » (Le Talec, 2013, p. 131). L’ancien maire de Paris a bien compris que son homosexualité, dans un contexte plus favorable, pouvait lui bénéficier d’un point de vue électoral – ce qui, bien entendu, n’enlève rien au courage de son geste, car l’homophobie, même si de plus en plus critiquée, était bien plus répandue qu’aujourd’hui dans la politique et la société comme le note Le Talec. Susciter une identification appartient donc à la panoplie des stratégies de communication politique. Toutefois, le cas de Bertrand Delanoë est doublement intéressant car il lui fut reproché de ne pas assumer la dimension politique de son coming-out par des organisations homosexuelles (Olivier, in Le Talec, op. cit.). En somme, on peut voir là un attachement à la représentation par un ou une pro assistée avec qui on partage une caractéristique, en l’occurrence la sexualité. C’est aussi tout l’intérêt d’une technique de marketing politique telle que la peopolisation. Comme l’explique Desterbercq, les pros assisté-e-s « optent pour un dévoilement émotionnel qui peut aller jusqu’à l’identification affective avec le destinataire-citoyen. » (op. cit., p. 67). Ce dévoilement s’inscrit dans une stratégie plus générale de proximité (ibid.).

La proximité fait une activité de communication réussie parce qu’elle montre un partage d’idées, de valeurs, de caractéristiques physiques voire d’une ressemblance à un proche. La proximité se porte alors sur plusieurs plans, à la fois personnel et politique. La proximité peut en effet désigner plusieurs choses : une proximité sociale, politique ou territoriale (Le Bart, Lefebvre, 2005). Il est normal de retrouver chez les enquêté-es une proximité multi-dimensionnelle. En tous cas, comme le relèvent Le Bart et Lefebvre (ibid.) à propos des pros assisté-e-s de la politique, elle est également positivement évaluée par les enquête-e-s.

Selon moi, la proximité est favorisée par l’identification aux pros assisté-e-s ; on se sent proche d’eux ou elles parce qu’on sidentifie à un discours, une prise de position, une profession, une caractéristique spécifique, etc. Maxime, le journaliste indépendant, apprécie beaucoup un certain membre de FI : « François Ruffin j’adore. En plus il est journaliste donc moi ça meparle. On a des références en commun ». Béatrice 21 ans, est étudiante dans un master qui forme des bibliothécaires, des documentalistes et des éditeurs/éditrice. Elle est située très à gauche, proche de l’anarchie au niveau de sa pensée politique, et elle questionne beaucoup la représentation politique. Malgré tout, sa position n’est pas radicale et montre un intérêt envers les pros assisté-e-s. Par exemple, l’ancienne ministre de la Culture, de 2017 à 2018, François Nyssen4 suscite son intérêt parce qu’elle est éditrice : « pour le coup je me suis dit « ouais c’est une éditrice, c’est plutôt pas mal », ‘fin je trouvais ça cool. Je trouvais ça bien. » Pourtant pendant l’entretien, elle montre également une colère et une opposition franche à la politique du gouvernement et du président Macron. On pourrait donc s’attendre à ce qu’elle chasse tout ce qui ce qui vient de LREM, mais Béatrice est bien humaine de ce point de vue là. Loin de l’image fausse de l’électrice rationnelle, dont toutes les décisions et réflexions rentrent dans le moule de la cohérence logique, elle peut apprécier une personnalité politique à l’opposé de ses convictions parce qu’elle fait un métier qui lui plaît. Comme le montrent les travaux du SPEL, les électeurs et les électrices ont des comportements qui s’inscrivent dans une « réalité plus prosaïque » (SPEL, 2016, p. 196) que le « simple arbitrage entre des options concurrentes » par exemple. (La notion d’électeur « calculateur » (Blais, 2004, p. 282) me semble bien plus appropriée si on veut parler des réflexions stratégiques qu’il est possible de mener dans le cadre d’un vote.) Les exemples de Maxime et Béatrice mettent en tous cas en lumière que l’identification peut avoir lieu parce qu’il y a une proximité de métier.

L’identification existe aussi sur un plan plus personnel comme pour Laurent, psychothérapeute et formateur en communication, qui explique en toute honnêteté :

« Moi je suis quelqu’un… d’assez petit. A peu près la même taille que Sarkozy etc.…Donc des fois y a des mimiques que… j’aimais retrouver. C’est pour ça, c’est un personnage à me dire « ouais, ok… on peut avoir… être pas grand… etc., et avoir quand même un certain charisme ». Donc c’est ça aussi qui va m’intéresser par rapport à, bah ce que je suis aussi physiquement. »

Ce qui est encore plus frappant c’est que Laurent précise plus tôt dans l’entretien que même s’il s’intéresse à Nicolas Sarkozy, il n’est pas autant entièrement d’accord avec ses idées et ses déclarations. Il sait prendre ses distances et fait la distinction entre les aspects formels de la communication politique et les idées contenues dans celle-ci. Néanmoins, Laurent est séduit par un pro assisté avec qui il partage une caractéristique physique. 

Des proximités politiques, basées sur un partage d’idées voire d’idéologie, peuvent aussi cacher une identification personnelle. Benoît est un étudiant en philosophie de 22 ans, ancien membre du Front national, se qualifiant bourgeois et l’assumant (« ça me gène pas »). Il résume comme suit ses préoccupations politiques principales :

« voilà vous avez compris l’essentiel, sur l’islam, sur l’immigration, sur… sur la civilisation occidentale, sur une certaine idée de la France, sur… sur une certaine lecture de l’histoire de France, sur… dans les grandes œuvres notamment. »

Il se dit ainsi très proche de Jean-Marie le Pen et Philippe de Villiers, dont il est « admiratif ». Il garde « une oreille attentive, bienveillante, même affectueuse pour Jean-Marie le Pen ». Et quand je lui demande ce qui lui plaît chez Philippe de Villiers, la liste est longue :

« Alors [rires] beaucoup de choses. En fait ce qui me plaît chez Philippe de Villiers, c’est le fond, la forme, la méthode, la posture, ce qu’il a fait dans le concret, dans le pragmatique. […] Et puis même, le côté brillant, au-delà de son côté anti-système… le côté pragmatique et le le… lui ne connaît pas par exemple le « faites ce que je dis pas ce que je fais », c’est pas quelque chose qui est visible chez Philippe de Villiers. »

Affirmer que Benoît est conquis par Philippe de Villiers ne serait pas une exagération et la proximité qu’il ressent va au-delà d’un partage d’idées et de visions de la société. Il s’agit d’une identification au niveau de ce qu’il considère comme important, des comportements qu’il valorise et qu’il adopte au quotidien. En effet, Benoît déclare ne pas vouloir faire partie du « système » :

« Vraiment ce côté, ne pas vouloir être dépendant de qui que ce soit, autant de sa famille, que du système, que de l’oligarchie que… comment dirais-je que de de… ‘fin oui de faire de la combine, d’être assimilé à la combine. C’est un truc qui est assez marqué chez moi, je veux surtout pas de ça. »

Pour cette raison, Philippe de Villiers, qu’il considère comme « anti-système » suscite chez lui un vif intérêt.

L’identification sur le plan politique est plus simple à expliquer parce que je pense que tout le monde a pu la ressentir au moins une fois en écoutant un ou pro assistée. Elle découle de la proximité d’idées politiques, on s’accorde avec un ou une pro sur son combat et ses luttes jusqu’à lui apporter un soutien au moment des élections, voire la défendre quand elle est attaquée. Je donnerai alors qu’un seul exemple, où j’ai cherché une réaction de défense en posant une question dans laquelle je caricaturais un peu la position d’un candidat à la présidentielle – et j’espère que l’enquêté concerné saura me pardonner, en tous cas je le remercie d’avoir su répondre sans s’agacer. Sylvain a été rapidement séduit d’abord par le « personnage » d’Emmanuel Macron, candidat qui se présentait comme en dehors des considérations dogmatiques, découlant de posture partisane de droite ou de gauche. Après consultation du programme, Sylvain décide d’adhérer à LREM afin de « vérifier » par lui-même si ce parti était si différent, notamment vis-à-vis de ce qu’il avait connu dans le Parti radical de gauche. Durant l’entretien je sens qu’il est attaché au président de la République – et c’est une constante chez les membres de LREM que j’ai interrogé-es, Macron étant d’ailleurs souvent plus attirant que le mouvement En marche lui-même. Pour Sylvain, Macron a apporté « une modification incontestable », une modification qui est certes insuffisante mais qui constitue un premier pas décisif dans des changements nécessaires à apporter dans l’organisation politique – Sylvain est particulièrement attaché à l’inclusion des citoyen-nes dans la vie politique. Alors quand il formule des critiques négatives à l’encontre du marketing politique, je saisis la perche et évoque l’utilisation par Emmanuel Macron de ses techniques marketing, d’un discours confus en disant « je suis de droite, puis je suis de gauche, puis je suis ni de droite ni de gauche »5, Sylvain prend la défense du président :

« Ca m’intéresse votre propos parce qu’il a jamais dit je suis de gauche, je suis de droite. Il a toujours dit, je suis ni de gauche, ni de droite. C’est différent. Il a toujours dit « arrêtons sur les dogmes, etc., regardons la bonne idée et mettons là en œuvre ». Le programme était basé là-dessus. Qu’il soit fait d’un certain nombre de leviers marketing, là oui. »

Et d’ajouter ensuite la distinction entre l’aspect moral et technique de la communication politique. Macron utilise donc le marketing politique à raison, parce que c’est comme ça que se font les campagnes politiques d’après Sylvain :

« avec les webmasters, et avec la capacité de pouvoir en effet, générer le plus possible d’informations, auprès du plus possible de personnes. Et ensuite, les débats, éventuellement… les meetings, etc. De faire en sorte qu’il y ait un propos qui soit affiné, affirmé, etc. »

Mais ce marketing politique développé par Emmanuel Macron se justifie parce qu’il est au service d’un projet politique approuvé par Sylvain, parce qu’il ne compte pas en faire une utilisation récurrente. Dès lors, l’exemple de Sylvain m’amène au constat suivant : quand on soutient un-e pro assisté-e, on prendra sa défense, et cela d’autant plus qu’on s’identifie à elle ou lui, que ses combats politiques nous correspondent et qu’on les porte à notre tour.

En résumé et une conclusion sur l’anarchisme

L’envie d’être représenté-e existe, malgré les critiques négatives envers la communication politique et l’organisation politique, parce que :

  • dans notre organisation, les citoyen-nes qui veulent prendre part au jeu politique n’ont pas le choix. La délégation forcée et automatique de notre souveraineté à des représentant-es nous contraint à chercher la représentation politique. (C’est le propre du fétichisme politique : créer une créature politique qui échappe à notre contrôle, parce qu’on en oublie les mécanismes sociaux à la base ; c’est parce qu’on l’a créé qu’elle a du pouvoir, et on l’a créé en adhérant au fonctionnement de l’organisation politique et en acceptant ces différents rites qui désignent légitiment, dans les limites définies par l’institution et ses représentan-es (nous sommes là dans une magnifique mise-en-abîme), les représentant-es du peuple. On oublie alors au passage que le représentant ou la représentante n’est pas le groupe, mais bien qu’il ou elle devrait son obligé-e.).

  • Cette contrainte peut s’exprimer dans des volontés politiques, inscrites plus ou moins clairement dans une optique de lutte des classes, de se voir son groupe social représenté-e et défendu-e sur la scène politique nationale.

  • Les citoyen-nes investissent des émotions dans le fonctionnement politique, et les pros de la politique qui arrivent à susciter des émotions chez nous attirent notre attention. Plus encore, quand ces émotions deviennent des affects, elles peuvent développer chez les citoyen-nes une forme d’engagement, qui se traduit, dans notre organisation politique, par l’expression d’une envie d’être représenté-es par un ou une pro de la politique en particulier.

  • Ils et elles s’investissent également par l’intermédiaire d’une identification, qui sera d’autant plus forte que le ou la pro assistée de la politique nous ressemble et défend des idées ou prend part à la lutte politique qu’elles et eux. Dans un sens, il est clair que cette identification a une part de rapport obligé, quand on veut voir sa lutte portée sur la scène politique nationale. Par ailleurs, dans l’identification, on retrouve la proximité, le fait de se sentir proche d’un ou d’une pro assistée de la politique pour différentes raisons (un métier en commun ou le partage d’une caractéristique physique par exemple). Il y a tout lieu de croire que les citoyen-nes peuvent apprécier ce rapprochement avec une personnalité politique, évaluée positivement et bénéficiant d’un prestige certain. Cette identification et cette proximité amène les citoyen-nes à défendre le ou la pro assisté de la politique, si cette dernière est remise en question.

Dès lors, il est difficile de nier l’attrait qu’exerce la représentation politique sur les citoyen-nes, même sur celles et ceux qui formulent des critiques envers l’organisation politique. Cet attrait constitue un véritable crève-cœur pour l’anarchiste que je suis car je ne parviens pas à comprendre comment il peut objectivement et subjectivement exister. Nous disposons de tellement de preuves contredisant le caractère symétrique de la relation tissée dans la représentation, qu’il me semble, désormais et depuis bien longtemps, incontestable qu’un ou une élue est une dominante, mal-attentionnée car désirant avant tout reproduire une organisation politique qui soumet les citoyen-nes.

Je pourrais reprocher à mes camarades dans la domination leur manque de rationalité, mais je serai un sacré menteur si je disais que je n’appréciais pas certain-es pros assisté-e de la politique parce qu’il ou elle suscite de l’émotion chez moi ou que je m’identifie à leur combat. De plus, cette question de la rationalité perd tout son sens quand, dans notre organisation politique, la majorité des éléments utilisables – charisme, proximité, identification, émotion – pour désigner un-e élu-e repose sur des impressions, sur des appréciations subjectives. Plus encore, le marketing politique n’est pas là pour susciter des vocations d’électeurs ou d’électrices rationnelles, bien au contraire. On peut donc évacuer la rationalité de la discussion.

Et si seulement quelque part, si seulement je pouvais rationnellement exposer pourquoi la représentation politique ne fonctionne pas et est une illusion bien pratique pour justifier la reproduction de rapports de domination. Mais bon, l’abandon de notre souveraineté constitue un acte si naturel, qu’il suffirait d’un meeting, d’une vidéo, pour faire ressurgir l’envie de représentation. En cela, je trouve l’exemple de François Ruffin parlant, un pro de la politique qui parvient à convaincre des individus situés (vraiment) à gauche, portés à critiquer, assez fortement, l’organisation politique et la communication politique.

L’anarchie m’apparaît ainsi comme une pensée niche, extrêmement minoritaire, alors même que certains constats qu’elle pose sont indémontables. J’en prendrai seulement deux. Nous sommes toutes et tous capables de décider pour nous-même et n’importe quelle personne mise dans les bonnes conditions sait proposer des actions dont l’application bénéficierait à l’intérêt de toutes et tous. La conférence citoyenne pour le climat l’a montré. En revanche, prenez des pros de la politique, inséré-es dans un espace social dans lequel ils et elles sont sans cesse en concurrence, sans être soumis-es à un contrôle de la part de leurs électeurs et électrices, et vous obtenez de la triche, des mensonges, des exagérations, des personnes prêtes à abandonner leurs valeurs et leurs engagements pour un poste, prêtes à se laisser influencer pour d’innombrables raisons (financières, symboliques). Il ne s’agit pas de dire que les pros de la politique sont des êtres intrinsèquement corrompus et mauvais, mais plutôt qu’ils et elles monopolisent des potentialités (en premier lieu celle de décider de l’avenir de la communauté), tout en faisant partie d’un jeu (politique) qui favorise une utilisation détrimentaire aux intérêts de la plus grande partie d’entre nous.

Deuxième constat ; le capitalisme, ou plus exactement, les personnes qui profitent d’une organisation de la société tournée vers la profitabilité, sans cesse augmentée, d’un travail commun dont les productions et manifestations sont privatisées, produit un monde fondamentalement et essentiellement inégalitaire, injuste et violent. Ce monde nécessite un ordre social et politique, maintenu par différentes institutions, principalement étatiques (police, école, parlement principalement). Cet ordre est promu par d’autres institutions, principalement médiatiques et intellectuelles, comme étant la voie naturelle de l’humanité ou le bon système qui donne sa chance aux méritant-es. Or, l’histoire humaine est  trop riche pour la résumer à une posture naturaliste, à la téléologie mortifère, comme si le capitalisme était l’aboutissement de notre espèce. Nous pouvons et devons même voir au-delà. Qui peut croire aujourd’hui qu’un « système » autorisant l’esclavagisme et ayant poussé le réchauffement climatique soit la fin de l’humanité ? L’anarchie cherche à replacer l’être humain dans l’histoire, plutôt qu’à constater, à l’aide d’un pas de côté d’autant plus facile qu’on ne souffre pas trop, que la société, même si elle n’est pas parfaite, pourrait être pire et qu’on ne peut plus rien faire pour changer la situation, ou alors juste à la marge.

Sur la base de ces deux constats, je pense qu’il y a assez d’éléments pour au moins envisager la fin de la représentation politique, et donc réfléchir à une autre manière de faire du politique. Je crains pourtant que l’envie de représentation nous empêche de voir plus loin.

Bibliographie

ALDRIN Philippe, « Des petits actionnaires du système. Dire sa condition d’électeur·trice au milieu et au bas du milieu de l’espace social ». Actes de la recherche en sciences sociales, n° 232-233, 2020, pp. 50-69

BLAIS André, « Y a t-il un vote stratégique en France ? », IN : CAUTRES Bruno, MAYER Nonna, Le nouveau désordre électoral. Les leçons du 21 avril 2002. Paris : Presses de la fondation national des sciences politiques, 2004, pp. 279-301

BOURDIEU Pierre, « la représentation politique [éléments pour une théorie du champ politique] » [Document en ligne] Actes de la recherche en sciences sociales, 36-37, 1981, pp. 3-24. Disponible sur : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1981_num_36_1_2105 (consulté en août 2014)

BOURDIEU Pierre, « La délégation et le fétichisme politique », Actes de la recherche en sciences sociales, volume 52-53, 1994, pp. 49-55

BOY Daniel, CHICHE Jean, « L’influence décisive des images », IN : CAUTRES Bruno, MUXEL Anne (dir.), Comment les électeurs font-ils leur choix ? Le Panel électoral français 2007. Paris : Presses de la fondation nationale des sciences politiques, 2009, 385 pp. 101-126

BRAUD Philippe, L’émotion en politique. Problèmes d’analyse. Paris : Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1996, 256 p. (Références inédites)

CHARAUDEAU Patrick, Le discours politique : les masques du pouvoir. Limoges : Éditions Lambert Lucas, 2014, 255 p.

DE BUJADOUX Jean-Félix, « Jacques Chirac ou la transgression en mouvement » [Document en ligne] Parlement[s], Revue d’histoire politique, n° 23, 2016, pp. 161-165. Disponible sur : https://www.cairn.info/revue-parlements-2016-1-page-161.htm (consulté en janvier 2021)

DESTERBECQ Joëlle, La peopolisation politique. Analyse en Belgique, France et Grande-Bretagne. Louvain-la-Neuve : De Boeck, 2015, 207 p.

GAXIE Daniel, « Front national : les contradictions d’une résistible ascension», IN : MAUGER Gérard, PELLETIER Willy (dir.), Les classes populaires et le FN. Explications de votes. Vulaines-sur-Seine : Croquant, 2017, pp. 43-66

LE BART Christian, LEFEBVRE Rémi, « Introduction. Une nouvelle grandeur politique ? », IN : LE BART Christian, LEFEBVRE Rémi, La proximité en politique. Usages, rhétoriques, pratiques. Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2005, pp. 11-30 (Res publica)

LE TALEC Jean-Yves, « Sortir des placards de la République : visages de l’homosexualité dans le monde politique français » [Document en ligne] L’Homme & la Société, n° 189-190, 2013, pp. 123-144. Disponible sur : https://www.cairn.info/revue-l-homme-et-la-societe-2013-3-page-123.htm (consulté en janvier 2021)

LORDON Frédéric, Les affects de la politique. Paris : Editions du Seuil, 2016, 194 p. (Points. Essais)

SPEL Les sens du vote. Une enquête sociologique (France 2011-2014). Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2016, 229 p. (Res publica)

1Je me sens obligé ici de vous informer que je ne suis pas un « fan » de Ruffin, ni membre ou sympathisant de LFI.

2J’utilise l’expression redondante de « peuple populaire » pour désigner les classes populaires, que parfois on résume sous l’appellation de « peuple ». Toutefois la confusion peut être grande autour de cette notion de peuple : est-ce l’ensemble de la population sur un territoire ? ou uniquement les électeurs et électrices ? ou encore la partie de la population qui n’accède jamais au pouvoir politique ?

3Lordon donne l’exemple de la dette, que les gouvernant-e-s transformer en réalité préoccupante dont les gouverné-es doivent se soucier.

4François Nyssen est la fille de Hubert Nyssen, fondateur de la maison d’Édition Actes Sud. Elle travaille pour la même maison d’édition et fait partie de la direction.

5Emmanuel Macron n’a jamais été aussi explicite que dans dans la question que j’ai posée à Sylvain. Il s’est déclaré plusieurs fois être de gauche mais a pu refuser l’étiquette de « socialiste », lors d’un point presse le 19 août 2016. C’est vraiment pendant la campagne présidentielle qu’il s’est collé l’étiquette « ni de droite, ni de gauche », mais aussi, au moins une fois, celle d’être « de droite et de gauche» dans une émission animée par Yann Barthès le 13 mars 2017. Le candidat Macron a donc bien cultivé l’ambiguïté mais il l’a fait de façon bien plus subtile que le laissait penser ma question à Sylvain.

 crédit photo


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu Fusi (7 décembre 2023). L’envie de représentation : paradoxe de la méfiance et la défiance envers les pros de la politique ou le crève-cœur de l’anarchie. Point-virgule. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/t25o


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.