Pourquoi voter pour le FN/RN ? Réponses critiques au choix de l’extrême droite

Ce billet s’inscrit dans une réflexion en deux parties sur Marine Le Pen (MLP) et son parti. Dans le premier, j’ai examiné les éléments prouvant le caractère de cassos institutionnelle de la cheffe du Rassemblement national. Ci-dessous, je vais examiner les trois grandes raisons, telles qu’elles se dégagent dans les analyses que j’ai pu lire, qui semblent expliquer le vote FN/RN. J’opposerai à chacune de ces raisons des arguments pour démontrer qu’elles sont infondées politiquement.

Le FN/RN n’est pas un parti « anti-système »

Certains électeurs et électrices du FN/RN choisissent ce parti parce qu’ils et elles ne supportent plus les pros de la politique, vu comme des êtres uniquement intéressés par leurs intérêts, corrompus par des grandes puissances et incapables de les aider (Marchand-Laguier, 2017 ; Mayer, 2002). Cette partie de l’électorat du FN/RN se caractérise par une méfiance voire une défiance vis-à-vis des institutions de l’État (Mayer, op. cit.). Le Front national a pu profiter de cette critique citoyenne du fait de sa situation à la marge, situation qu’il devient de plus en plus difficile de tenir tant le parti occupe désormais une place centrale dans la vie politique française. Pour Gaxie (2017), il s’agit d’un paradoxe ; les citoyen-nes ne supportent plus les partis politiques de gouvernement mais se tournent vers des partis perçus comme étant plus extérieurs au jeu politique. Le rejet de la politique n’est donc pas définitif et vise surtout les partis politiques ayant échoué à montrer leur capacité à défendre les intérêts des personnes concernées. Dès lors, il semblerait évident pour les électeurs et électrices, qui en ont marre de la politique politicienne, de donner leur voix un parti qui la critique ouvertement.

Pourtant, dans le premier billet, j’ai prouvé que le FN/RN et sa représentante première MLP n’était pas anti-système. Bien au contraire, sa position pro-système se justifie par le fait que les deux s’enrichissent grâce à lui. La discussion peut vite devenir compliqué parce que le terme « système » désigne beaucoup trop de choses, et rien de concret à la fois (pour une réflexion sur la notion de système, lire ce billet). Si, ici, par « système » on entend la politique politicienne, alors non, le FN/RN n’est pas un parti qui lutte contre le système. L’exemple le plus frappant est sans doute sa position critique vis-à-vis de l’Union européenne, tout en utilisant ses institutions pour faire des profits. Le FN/RN risque gros dans un procès retentissant où pas moins de 27 de ses membres sont concernées dans une affaire de détournement de fonds publics européens entre 2004 et 2016 (France Info, AFP, 2023). En dehors de l’illégalité, Jean-Marie Le Pen, adversaire acharné de l’Union européenne, profite largement de sa retraite de député européen – plus de 13000 euros mensuel – après avoir cotisé dans un fonds de pension destiné à compléter la retraite des eurodéputés (Ricotta, 2023). On voit que chez les cassos institutionnel-les, que sont assurément les Le Pen, la logique qui prévaut est toujours celle de se servir au prétexte de la défense d’une idéologie ou d’un idéal.

La stratégie de dédiabolisation du FN/RN peut même être perçue comme un signe de rangement du parti d’extrême droite dans le « système ». Le père Le Pen était un habitué des sorties racistes et anti-sémites, notamment pour occuper l’espace médiatique (Igounet, 2014). MLP a elle lissé son discours, si bien que les électeurs les plus radicaux de l’extrême droite la trouvent trop modérée (Gaxie, op. cit.).

Enfin, toujours au niveau de l’évolution du discours frontiste, MLP a pris un virage étatiste (Alduy, Wahnich, 2015). Son père, en bon poujadiste, détestait l’État, alors que MLP se fait plus mesurée avec ce dernier. Elle défend un État total, qui contrôle tout, un État fort qui maîtrise les minorités (surtout de couleur) et assure la sécurité de toutes et tous, au sacrifice de l’égalité et de la liberté. Cet étatisme, au premier regard surprenant pour une membre de l’extrême droite, correspond à une compréhension claire de ce que peut faire et fait déjà l’État en matière d’autoritarisme.

Le FN/RN n’est pas le parti des classes populaires

En 2002, il existe deux types principaux d’électeurs et électrices qui ont choisi Jean-Marie Le Pen aux présidentielles : les ninistes et les droitistes (Mayer, op. cit.). Les premier-es se disent ni de droite, ni de gauche, ont une vision désenchantée de la politique et une forte méfiance envers les classes dirigeantes. Les second-es se situent clairement à l’extrême droite et sont xénophobes. Les ninistes sont d’origine modeste et peu diplômé-es. Les droitistes sont aisé-es et instruit-es.

Vingt ans plus tard, la situation semble demeurer la même au niveau de ces types, mais c’est en quantité que les choses changent. Pour les présidentielles de 2022, MLP a bénéficié d’un soutien de la part des catégories supérieures diplômés et des professions intermédiaires, ainsi que des fonctionnaires (Lehingue, 2023 ; Rouban, 2022). Le score élevé du FN/RN s’explique non pas par un ralliement massif des classes populaires, mais par un basculement de tranches d’électorats auparavant réfractaires à l’extrême droite. A noter par ailleurs, qu’à l’extrême droite, le RN reste un des partis les plus populaires, avec Debout la France, loin devant Éric Zemmour, ce dernier représentant une frange bourgeoise, identitaire et libérale de l’électorat de l’extrême droite.

L’électorat du FN/RN est volatile et très hétérogènes. Il peut être qualifié en ce sens de conglomérat (Gaxie, op. cit.), c’est-à-dire que le FN/RN attire des individus de différents bords qui partagent certaines idées, mais pas nécessairement les mêmes objectifs voire s’opposent sur ces derniers. Gaxie a raison quand il souligne qu’il faudrait attaquer le FN/RN sur ce point, plutôt que son racisme puisqu’il s’en sort très bien pour se « dédiaboliser ». En effet, comment le parti compte faire cohabiter les intérêts frontalement opposés des indépendant-es qui dénoncent le trop d’aides sociales et les classes populaires qui souhaitent plus d’État-providence ? Dans ce sens, les réflexions de Rouban (op. cit.) et de Guilly (2015) me paraissent pertinentes. Les électorats volatiles, comme ceux du RN, ne sont pas composés d’individus sans boussole politique, mais au contraire d’individus cherchant une solution politique et pragmatique à leurs problèmes quotidiens, une solution destinée à améliorer leurs conditions de vie et de travail. Le vote FN/RN serait alors un vote stratégique et rationnelle, de la part d’individus qui font l’analyse objective de l’échec des politiques libérales et de leurs effets délétères sur leur quotidien.

En revanche, ce qui est plus sûr, c’est que le choix de MLP comme présidente s’inscrit dans un axiomatique particulier. Le RN est un parti qui brasse très large, avec des propositions approximatives et changeantes en fonction de l’auditoire (Gaxie, op. cit.). Dans certaines circonscriptions, il peut être un soutien des salarié-es quand dans d’autres, il sera celui des patron-nes. En outre, son vocabulaire euphémisé et ses discours par métaphores (ibid. ; Alduy, Wahnich, op. cit.) lui permet de laisser aux intéressé-es le travail interprétatif, multipliant ainsi les significations. Ces dernières s’insèrent dans un axiomatique central (Pinto, 2017). L’avantage de celui-ci est d’être plus général qu’une doctrine, donc moins susceptible d’exclure et plus enclin à rassembler des personnes différentes. Cet axiomatique tourne autour de la promotion d’un ordre moral, dont découle principalement une conception théorique de la récompense, notamment financière, des efforts individuels. C’est pourquoi les électeurs et électrices du FN/RN critiquent sévèrement l’assistanat et les privilèges des classes supérieures, bénéficiant d’avantages considérés injustes. Ces électorats du premier parti de l’extrême droite possèdent une vision spécifique de l’équité, refusant le principe égalitaire, et reposant sur l’idée du « travailler plus, donc gagner plus ». L’autre particularité de cet axiomatique réside dans le fait d’engendrer des réflexions simplistes, manichéennes, favorisant des sentiments négatifs – c’est le propre des discours populistes.

Cet axiomatique répond à une inquiétude générale qui concerne les électorats du FN/RN. Comme le met en lumière Rouban (op. cit.), les parties les plus « aisées » ou issues des classes moyennes de ces électorats sont probablement peu dotées en capitaux, donc craintives par rapport à l’avenir. Il en ressort que le rejet de l’immigration et de l’Islam, même si elles sont des préoccupations plus importantes pour ces électorats, ne sont pas la priorité principale. Le principal problème demeure dans les questions économiques et sociales. Dans les présidentielles 2022, les électorats du FN/RN sont composés d’individus pessimistes, qui ont l’impression de voir leurs conditions de vie se dégrader et qui aimeraient enfin plus de reconnaissance de leurs efforts individuels.

En conséquence de la réflexion entamée ici, il surgit une question déterminante ; comment peut-on définir un parti politique ? En prenant une extrémité, en l’occurrence l’électorat, on peut penser que le FN/RN est un parti populaire, compte tenu que c’est un des partis politiques qui attire le plus le vote des classes populaires, et qu’il répond à un besoin de sécurité – à la fois sociale et identitaire – et de reconnaissance de cet électorat. Toutefois, caractériser un parti uniquement à partir de son électorat, c’est faire l’impasse sur l’autre grosse moitié du problème, à savoir le parti lui-même. Deux raisons m’amènent à faire pencher la balance du côté du parti, de son fonction, de son organisation et du « vécu » des personnes qui s’y engagent, plutôt que de son programme, de ses activités de communication et éléments de langage. Déjà, ça serait tomber dans le « piège de sa stratégie », une sorte de raccourci d’analyse, succomber à un « il dit donc il est », répétant bêtement la communication du parti. Bien entendu, dans le cas du FN/RN, il est indéniable que le parti attire les classes populaires. Mais est-il populaire pour autant ? Donne t-il sa chance à des membres de ces classes ? Met-il en valeur l’ethos populaire ? Ensuite, deuxième raison, il faudrait être sacrément naïf pour imaginer qu’il existe un lien contraignant fort entre les engagements et promesses de campagne, et les actions qui suivent l’élection d’un parti. Notre organisation politique favorise l’autonomie des parties politiques et la fameuse « sanction des urnes » est une fable qu’on se raconte pour croire qu’on a un semblant de pouvoir sur nos représentant-es. Pour ces deux raisons, il me semble nécessaire d’analyser maintenant le FN/RN dans ses manifestations concrètes.

Tout d’abord, concernant le recrutement, il faut souligner les efforts faits par le premier parti de l’extrême droite pour inclure des membres des classes populaires dans les législatives de 2022 (Lehingue, op. cit.). Néanmoins, sur ses 89 député-es, 57 sont cadres ou issu-es des professions intellectuelles supérieures (Février, 2022), 8 issues des professions intermédiaires, 2 ouvriers, 2 agriculteurs, 1 sans emploi. N’y a t-il pas un souci de représentativité des classes populaires ? Un élément de réponse peut être assez trompeur sur ce point. En effet, le FN/RN a su s’illustrer en étant perçu comme un outil de promotion sociale, en témoigne la forte présence de candidat-es FN/RN aux élections issues des classes populaires. Néanmoins, ces militant-es vivent mal le catapultage des technocrates à des postes importants au sein du parti, passant devant des militant-es de longue date (Crépon, Lebourg, 2015). Dans son recrutement, le FN/RN reproduit donc des logiques sociales de domination, à l’avantage de celles et ceux bien dotés en capitaux sociaux et symboliques.

Quant au fonctionnement du FN/RN, le constat est tout aussi négatif. A partir de l’analyse de la trajectoire de deux jeunes personnes issues des classes populaires (Dahani, 2023) et de deux candidat-es aux départementales de 2015 (Letourneur, 2023), il apparaît que le FN/RN ne donne pas sa chance aux membres des classes populaires. Le mépris de classe et la survalorisation des caractéristiques bourgeoises (bien se comporter, bien parler, avoir des diplômes, connaître les bonnes personnes, surtout au sein du parti, etc.) jouent contre ces membres et en faveur de celles et ceux qui ont les bons codes. (On m’opposera peut-être la réussite de Jordan Bardella, dont les origines populaires sont très souvent mises en avant. Mais faut-il rappeler que le numéro 2 du FN est également en couple avec la nièce de Marine Le Pen et qu’avant cela il sortait avec la fille d’un proche du parti ?) De plus, en étant confronté-es à la réalité du parti, certains membres des classes populaires vivent mal le népotisme et la bureaucratie centralisée, deux éléments au cœur de la critique populaire de la politique politicienne. La désillusion surgit donc quand le FN/RN apparaît comme ce qu’il est ; une machine à favoriser le maintien d’un ordre social au détriment des classes populaires et aux bénéfices des catégories supérieures, comme les cadres, surreprésentés dans le parti. On pourrait m’opposer que les cadres du FN/RN peuvent très bien se sentir proches des classes populaires et sensibles à propos de leurs conditions difficiles de vie et de travail difficiles. En guise de réponse, je reformulerais ce que j’ai écrit plus haut ; cette croyance, aveugle et maintes fois démentie, en la capacité empathique du lien de représentation est totalement dépassée. Cela interroge également la conception de l’intelligence des classes populaires, vues comme trop bêtes pour se défendre elles-mêmes.

Admettons que le FN/RN soit le parti populaire par excellence. Que ferait-il une fois au pouvoir ? Pour avoir une réponse, on peut se pencher sur le programme. En 2017, MLP mettait en avant une proposition désormais centrale dans le quotidien des Français-es : l’abaissement de l’âge de départ à la retraite à 60 ans. En 2022, cette proposition a disparu, au nom d’une « réforme réaliste » –vocabulaire technocratique quand tu nous tiens. Une des mesures « sociales » phares du programme de MLP pour les dernières présidentielles était la hausse des salaires. Malheureusement, cette hausse passerait par une baisse des cotisations, autrement dit, par un affaiblissement de la solidarité entre travailleurs et travailleuses. Et pas de doute ici, le FN/RN est bien droite – si on accepte, comme moi, la distinction faite entre gauche et droite sur la base, pour la première, d’une insertion dans des groupes sociaux, et d’un primat, pour la seconde, de l’individualité (Mendel, 1983). La lecture très intéressante de Godin (2022) du programme de MLP souligne que cette dernière reprend des nombreuses théories et propositions néolibérales (soutien à l’offre et au capital, épargne avant investissement, intervention de l’État pour garantir le bon fonctionnement de l’économie guidée par les marchés, etc.). S’il serait trompeur de qualifier MLP de libérale dure à la sauce Thatcher, il serait tout aussi faux de prétendre qu’elle est une socialiste excitée parfum Lula. L’éloignement de MLP des classes populaires est particulièrement frappant sur les questions de patrimoine, lorsque, par exemple, elle propose d’exonérer les impôts de succession jusqu’à 300 000 euros de biens immobiliers.

Le FN/RN n’est plus un parti à la marge et il est possible de les voir ou de les avoir vu à l’œuvre, en particulier dans les municipalités où il a été élu. Ces victoires électorales constituent une occasion de vérifier si le FN/RN soutient effectivement les classes populaires. Plusieurs articles de médias (Basta!, 2022 ; Causit, 2020 ; Renaut, 2020) font le point sur ce sujet. Voici trois exemples parmi d’autres : à Mantes-la-Ville, le maire RN Cyril Nauth a effectué une coupe dans le budget social, au prétexte de bien gérer sa ville. À Hayange, le maire Fabien Engelman a privé le Secours populaire de gaz et d’électricité. À Fréjus, les associations ont vu leurs subventions diminuer. En bref, et sans surprise, les municipalités FN/RN font une surenchère autoritaire qui coûte cher à la ville et mènent des politiques discriminatoires. Plus étonnant pour un parti soit-disant populaire, la gestion austère et le souci de l’endettement, qui les rapprochent plus de macronistes que de (vrai-es) socialistes ou communistes ayant le souci du bien-être des classes populaires.

Enfin, sur ce dernier point, il reste une préoccupation importante des électorats du FN/RN, à savoir celui de la respectabilité ou de la reconnaissance. La partie populaire de ces électorats possède un vrai souci de la respectabilité, c’est-à-dire du fait d’être « bien vu » (Mauger, 2017). Et être « mal vu » revient à être un-e assisté, à profiter d’une situation sans travailler. En effet, plus généralement, les électorats FN/RN sont en quête d’une reconnaissance individualisée, et non catégorielle (Rouban, op. cit.). Ils souhaitent que leurs efforts individuels soient récompensées à juste hauteur, que les « assisté-es » ne bénéficient pas des mêmes aides ou récompenses qu’eux, ni que les classes supérieures soient plus récompensées sans pour autant fournir autant de travail. Rouban a raison de souligner qu’en répondant à ce besoin de reconnaissance individualisée, le FN/RN est pris dans une contradiction. D’un côté, il défend la cohésion nationale, derrière des conceptions xénophobes et ethnocentriques, appelant ainsi à une forme de solidarité entre Français et Françaises blanche ; et de l’autre, il promet de rétribuer de manière individuelle les efforts de chacun-e. Le programme identitaire et le programme social du FN/RN s’entrechoquent sur ce point. Toutefois, cette contradiction est résolue par la « préférence nationale », ce qui range définitivement le FN/RN dans la case du racisme. Pour le dire autrement, je pense que le FN/RN essaye de tenir le pari suivant : les Français-es et Français détestent plus leur voisin-e immigré-e que leur voisin-e richissime. Cela signifie qu’il serait possible de faire s’entendre des classes opposées, qui font partie des électorats du FN/RN, à partir d’une détestation commune des immigré-es, le plus souvent assimilé-es à des assisté-es.

Le FN/RN est un parti vraiment raciste

Cet élément renvoie à un point nodal de la stratégie du FN/RN de Marine Le Pen : la normalisation. Celle-ci n’est pas nouvelle et on en retrouve des traces dès l’origine du Front nationale, alors dépendant d’Ordre nouveau, mouvement néofascite et nationaliste de la fin des années 1960 (Dézé, 2015 ; Igounet, 2014). La dédiabolisation est l’expression consacrée pour désigner quelque chose que chacun-e peut constater dans son environnement proche ; voter FN/RN ne revêt plus comme auparavant l’aspect d’un stigmate. Ce changement s’explique notamment parce que le parti d’extrême droite fait tout ce qu’il peut pour faire oublier qu’il est vraiment d’extrême droite. Les médias ont tendance à créditer MLP de l’invention de cette stratégie, mais c’est sans aucun doute Mégret qui a le plus insisté dessus en premier, dès le début des années 1990.

De manière concrète, cette dédiabolisation se manifeste par le recours à un vocabulaire flou ou à des métaphores, qui ne frappent pas directement et ouvertement l’immigration par exemple (Alduy, Wahnich, op. cit.) – en tous cas pas comme pouvait le faire Jean-Marie Le Pen. En associant l’immigration et l’invasion dans la même phrase, MLP ne qualifie pas ces derniers de vermines, mais cette interprétation est tout à fait possible. Je sais qu’un procès en exagération me guette quand j’écris ses lignes ; pourtant l’analyse de la prosodie sémantique des discours de MLP (entre 2015 et 2019), soit la proximité entre certains termes, ce qui change le sens des termes en question, menée par Jamet et Lafiandra (2023), va dans ce sens. L’immigration est associée à une catastrophe naturelle, encore une fois à l’aide de métaphores (déferlante, submersion, torrent, etc.).

Il y a donc une forme de lâcheté et de vice dans les nouveaux discours racistes du FN/RN. La xénophobie et le racisme avancent en louvoyant, se cachant derrière des formules plus ou moins ambiguës ou des images péjoratives. Les activités de communication des membres du Rassemblement national, parti enfin « respectable » et normalisées, ne rompt donc pas avec ses origines racistes. Plus gênant, ces origines, fascistes notamment, ne sont jamais condamnées et explicitement mises à distances. Alors quand les représentant-es les plus hauts du FN/RN apparaissent propres et limitent les déclarations stigmatisantes, les membres de ce parti sont beaucoup plus virulents, en particulier sur internet, sans jamais être critiqué-es par leurs dirigeant-es (Boyadjian, 2015). Il n’est pas possible de maîtriser tous et toutes ses sympathisantes me répondra t-on. De la part d’un parti autoritariste, ça la fout mal non ? Est-ce que MLP est une cheffe de piètre qualité qui ne sait pas contrôler ses troupes ? Ou est-ce que la cheffe du premier parti d’extrême droite fait preuve de tolérance parce qu’elle partage, peu ou prou, le point de vue de ses éléments radicaux ?

La radicalité du FN/RN s’exprime aussi dans ses réseaux, dans lesquels se trouvent, entre autres, des identitaires et des gudars (Barreau, 2017 ; Lebourg, 2015). Si la direction mariniste du RN s’est rapidement et ostentatoirement éloignée de la mouvance la plus radicale de l’extrême droite, des membres de celle-ci ont pu se recycler facilement dans le parti. On citera les cas de Philippe Vardon, ancien responsable du Bloc identitaire (organisation d’extrême droite adepte du grand remplacement), qui a été conseiller régional PACA du FN/RN, de Damien Rieu, ancien porte-parole de Génération identitaire, qui a été collaborateur parlementaire de Gilbert Collard en 2019, d’Axel Loustau, miliant du GUD (Groupe union défense, organisation d’extrême droite), en charge des questions financières pour la campagne de 2017, de Nicolas Crochet, ancien expert-comptable au RN et ancien comptable du GUD.

Comme je l’ai indiqué plus haut, il est plus intéressant de voir le fonctionnement, l’organisation et les activités de communication d’un parti pour le définir, plutôt que se porter sur la manière dont il est perçu par ses électeurs et électrices. Néanmoins – et pour éviter de ne pas évoquer l’évidence –, le FN/RN bénéficie du vote des tranches de l’électorat dont l’immigration et l’islam constituent un problème, et ce encore aujourd’hui, et depuis longtemps (Mayer, 2002, 2015 ; Rouban, op. cit.). Dans les connaissances communes, ou – petit clin d’oeil à Berger & Luckmann – dans le stock social de connaissance, le FN/RN est un parti raciste. Ce qui est paradoxale quand on voit que le parti est en phase de remporter sa « bataille de la normalisation », à moins qu’il soit devenu normal d’être raciste ? Cette reconnaissance se manifeste, par exemple, dans le cas d’un jeune de banlieue, qui se dit ouvertement raciste, qui ne lit pas les programmes, ni n’écoute les discours de campagne et porte de façon spontanée son choix sur le FN/RN (Barrault-Stella, Berjaud, 2017).

Avec ce que j’ai décrit dans la précédente partie (sur la dimension populaire), il n’est pas possible de décrire le vote FN/RN comme étant uniquement un vote raciste. La majeure partie des électorats de ce parti sont inquiètes pour leur avenir et plus intéressées par les problèmes sociales et économiques, que d’immigration ou liés à la laïcité. C’est aussi un vote sanction ou dégagiste, un vote « anti-système ». Pourtant, il ne faut pas avoir peur de dire les choses : voter FN/RN est un vote raciste, non nécessairement de raciste. Il est raciste parce qu’il revient à apporter son soutien à un parti xénophobe, à l’ethnocentrisme crasse et retardé.

Conclusion

Ce billet n’avait pas pour but de culpabiliser les électeurs et électrices du FN/RN. A ce propos, je ne crois pas que la culpabilisation soit respectueuse (sur la culpabilisation concernant l’impératif de voter voir mon billet), ni politiquement adéquate. Je voulais attirer attention sur les implications du vote FN/RN. Ce n’est pas un vote anti-système, ce n’est pas un vote pour le parti qui défend le mieux les classes populaires et c’est un vote raciste. Mauger et Pelletier (2023) insistent sur la nécessité de ne pas se moquer des beaufs racistes que seraient tous les électeurs et électrices populaires du FN/RN. Toutefois, je ne crois non plus qu’il faille leur épargner les conséquences de leur vote. Sont-ils ou elles trop bêtes pour comprendre cela, ou trop lâches pour éventuellement assumer leur idéologie xénophobe ? Il y a une ligne, qui me semble plus juste, entre ne pas idéaliser les classes populaires et ne pas les prendre de haut. C’est ce que j’ai voulu faire dans cette série de deux billets en exposant clairement pour quel parti on vote quand on choisit FN/RN.

Et pour finir sur une note plus engagée, une des solutions envisageables pour lutter contre le FN/RN est de lui enlever toute attraction envers les classes populaires, notamment en valorisant leur ethos (Mauger, Pelletier, op. cit.). Il faut reconnaître ici l’échec lamentable de la gauche électoraliste ou dit de gouvernement, en particulier du parti socialiste, dont le quinquennat d’Hollande fut la quintessence du foutage de gueule envers les classes populaires. La politique libérale du PS a coupé définitivement le lien entre classes populaires et gauche de gouvernement, justement parce que cette gauche n’a pas compris les problèmes de cette « France périphérique » (Guilly, op. cit.). La gauche intellectuelle a aussi sa part de responsabilité, quand elle juge négativement des attitudes qu’elle ne comprend pas forcément, et qu’elle distribue des bons points comme une professeure. Pourtant, la gauche intellectuelle et les classes populaires peuvent se nourrir l’une de l’autre, dans une praxis à la Gramsci, pratique et théorie évoluant conjointement. Casser l’entre-soi universitaire et mettre plus de démocratie dans la recherche (en invitant par exemple les individus hors de l’université à choisir ou participer à la construction d’un sujet) me semblent prioritaire.

Une autre manière de lutter est de redonner à l’équivalence vote FN/RN = vote raciste son caractère évident. Au fond, la grande France éternelle défendue par le parti de MLP, et de son père avant elle, ne met pas en avant le peuple. Elle met en lumière un-e élu-e, guidant un peuple soumis. Les classes populaires ne seront jamais que des objets annexes à ce phantasme historique bourgeois et noble. D’autres évidences méritent aussi d’être répétées et soulignées. Le FN/RN est un parti institutionnalisé, établi dans le « système », et rongé par le népotisme et des individus qui se servent avant de servir. Le FN/RN est un parti bourgeois, bien avant, et pas qu’un peu, d’être un parti populaire. Dit autrement, le vote santion-dégagiste et le vote de défense des intérêts du « petit » peuple n’ont aucune chance d’aboutir. Au mieux verrait-on des procès politiques pour les adversaires du FN/RN, ainsi que des mesurettes pour acheter la « paix sociale », comme sait déjà très bien le fait un certain Macron. En revanche, en votant Rassemblement national, on donne le pouvoir à des personnes authentiquement racistes. En bref, si je devais résumer par une phrase : au FN/RN, on fait la lutte des races, pas la lutte des classes.

Le billet « en bref »

En bref, le FN/RN n’est pas un parti « anti-système » parce que premièrement ses représentant-es utilisent le dit « système » à leur profit, et que, deuxièmement, le nouveau discours frontiste traduit un assagissement. Ce dernier écarte ce parti d’une posture radicale vraiment « anti-système ». Il ne faut donc pas attendre de changement dans la vie politique par l’élection du FN/RN. Envoyer un message de contestation à l’encontre d’une organisation politique dominée par des partis politiques en votant MLP ne marchera pas. Le RN s’est institutionnalisé et est rentré dans les rangs. Pire encore, il possède toutes les tares qui exaspèrent les personnes détestant la politique politicienne : népotisme, avantage aux membres de l’intérieur, bureaucratie centralisée, survalorisation des normes bourgeoises (diplômes, connaissance technocratique, « bon » réseau, notabilité avant la compétence, etc.) et affaires juridiques fréquentes.

En bref, le FN/RN n’est pas le parti des classes populaires, même s’il possède une base électorale importante dans les classes populaires. Cette base n’est pas suffisante pour qualifier le premier parti de l’extrême droite de populaire. Il est facile pour le FN/RN de ratisser large sur la base d’un ordre moral aux contours pratiques indéterminés. Son électorat est donc pluriel et les classes populaires ne sont pas l’unique origine de son succès électoral. D’un autre côté, en s’interrogeant sur le fonctionnement et l’organisation du FN/RN, le constat est sans appel ; les chances ne sont pas données aux membres des classes populaires d’y réussir, et ils et elles peuvent finir repoussé-e par ce parti, où népotisme et avantages au code bourgeois en sont le ciment. Le recrutement des élu-es du FN/RN laisse peu de place également aux classes populaires, comme en témoigne le faible nombre de ces classes dans leurs députés et l’avantage donné à celles et ceux bien dotés en capitaux sociaux et symboliques. Malgré des mesures en guise de publicité pour défendre le caractère social du programme FN/RN, ce dernier s’inscrit plutôt dans du néolibéralisme classique, peu enclin au soutien des classes populaires. Quant à la façon dont les municipalités FN/RN sont gérés, il ressort des coupes budgétaires au niveau social. Enfin, si le parti répond au souci de reconnaissance ou respectabilité de ses électorats, c’est au prix d’un racisme non voilé via la préférence nationale.

En bref, le FN/RN est un parti vraiment raciste que sa stratégie de dédiabolisation ou normalisation ne parvient pas à cacher. Les nouveaux discours frontistes sont toujours entachés de xénophobie, même si les formules sont plus lâches et ambiguës. Ensuite, la direction du parti ne maîtrise pas ou mal ses militants les plus radicaux, particulièrement sur internet. Cette indulgence correspond mal à un parti soit-disant « comme les autres ». L’anormalité du FN/RN s’affiche de plus dans son réseau, constitué d’anciens membres d’organisations de la droite identitaire et radicale. Dans les connaissances communes, il semble bien que le FN/RN soit encore vu comme un parti raciste.

 

Bibliographie

Articles de presse

BASTA!, « Dans les villes gérées par le RN : budgets sociaux sabrés, démocratie entravée, indemnités des maires augmentées… », Basta!, le 10 mars 2022. Disponible sur : https://basta.media/RN-FN-Marine-Le-Pen-extreme-droite-municipales-2020-Henin-Beaumont-identitaires (consulté en octobre 2023)

CAUSIT Charlotte, «  Municipales 2020 : comment le Rassemblement national a géré les villes conquises en 2014 », France Info, le 11 février 2020. Disponible sur : https://www.francetvinfo.fr/elections/municipales/municipales-2020-comment-le-rassemblement-national-a-gere-les-villes-conquises-en-2014_3793865.html (consulté en octobre 2023)

FÉVRIER Renaud, « Qui sont les 89 députés RN ? On a épluché les CV de l’équipe de Marine Le Pen à l’Assemblée », L’Obs, le 22 juin 2022. Disponible sur : https://www.nouvelobs.com/elections-legislatives-2022/20220622.OBS60023/qui-sont-les-89-deputes-rn-on-a-epluche-les-cv-de-l-equipe-de-marine-le-pen-a-l-assemblee.html (consulté en octobre 2023)

FRANCE INFO, AFP, « Affaire des assistants du FN au Parlement européen : un procès requis contre Marine Le Pen et 26 autres personnes », 22 septembre 2023. Disponible sur : https://www.francetvinfo.fr/politique/front-national/affaire-des-assistants-fn-au-parlement-europeen/affaire-des-assistants-parlementaires-du-fn-le-parquet-de-paris-demande-un-proces-contre-marine-le-pen-et-23-autres-personnes-dont-son-pere-jean-marie_6077451.html (consulté en octobre 2023)

GODIN Romaric, « Non, le programme économique de Marine Le Pen n’est pas « de gauche », Mediapart, le 29 mars 2022. Disponible sur : https://www.mediapart.fr/journal/france/290322/non-le-programme-economique-de-marine-le-pen-n-est-pas-de-gauche (consulté en octobre 2023)

RENAUT Anne, « Villes RN: “ça marche” pour les maires, “effet d’optique” pour l’opposition », Public Sénat, le 30 janvier 2020. Disponible sur : https://www.publicsenat.fr/actualites/non-classe/villes-rn-ca-marche-pour-les-maires-effet-d-optique-pour-l-opposition-180325 (consulté en octobre 2023)

RICOTTA Julien, « Pourquoi la retraite dorée de certains eurodéputés français fait polémique », RTL, 25 mai 2023. Disponible sur : https://www.rtl.fr/actu/politique/pourquoi-la-retraite-doree-de-certains-eurodeputes-francais-fait-polemique-7900268227 (consulté en octobre 2023)

TISON Audrey, « Présidentielle 2022 : Marine Le Pen précise son projet de réforme des retraites », France Info, le 17 février 2022. Disponible sur : https://www.francetvinfo.fr/economie/retraite/reforme-des-retraites/presidentielle-2022-marine-le-pen-precise-son-projet-de-reforme-des-retraites_4967058.html (consulté en octobre 2023)

 

Articles et ouvrages scientifiques

ALDUY Cécile, WAHNICH Stéphane, Marine Le Pen prise aux mots. Décryptage du nouveau discours frontiste. Paris : Seuil, 2015, 304 p.
BARREAU Jean-Michel, Le Front national. Une identité antirépublicaine. Vulaines sur Seine : Editions du Croquant, 2017, 133 p.

BARRAULT-STELLA Lorenzo, BERJAUD Clémentine, « Sur quelques votes FN de jeunes de classes populaires en banlieue parisienne » », IN : MAUGER Gérard, PELLETIER Willy (dir.), Les classes populaires et le FN. Explications de votes. Vulaines-sur-Seine : Croquant, 2017, pp. 195-208

BOYADJIAN Julien, « Chapitre 6 : Les usages frontistes du web », IN : CRÉPON Sylvain, DÉZÉ Alexandre, MAYER Nonna, Les faux-semblants du front national. Sociologie d’un parti politique. Paris : Presses de la fondation nationale des sciences politiques, 2015, pp. 122-139

CRÉPON Sylvain, LEBOURG Nicolas, « Chapitre 19 : Le renouvellement du militantisme frontiste », IN : CRÉPON Sylvain, DÉZÉ Alexandre, MAYER Nonna, Les faux-semblants du front national. Sociologie d’un parti politique. Paris : Presses de la fondation nationale des sciences politiques, 2015, pp. 435-451

DAHANI Safia, « Un parti si peu populaire. Sous-représentation des classes populaires et ascensions limitées dans les groupes  » , IN : MAUGER Gérard, PELLETIER Willy (dir.), Pourquoi tant de votes RN dans les classes populaires ? Vulaines-sur-Seine : Croquant, 2023, pp. 273-288

GAXIE Daniel, « Front national : les contradictions d’une résistible ascension», IN : MAUGER Gérard, PELLETIER Willy (dir.), Les classes populaires et le FN. Explications de votes. Vulaines-sur-Seine : Croquant, 2017, pp. 43-66

GUILLUY Christophe, La France périphérique. Comment on a sacrifié les classes populaires. Paris : Flammarion, 2015, 185 p.

IGOUNET Valérie, Le Front national. De 1972 à nos jours. Le parti, les hommes, les idées. Paris : Seuil, 2014

JAMET Denis, LAFIANDRA Bérengère, « « Crise migratoire » et discours politique d’extrême droite en France : 2015-2019. Analyse sémantique des discours de Marine Le Pen » [Document en ligne] Mots. Les langages du politique, 2023, pp. 119-144. Disponible sur : https://www.cairn.info/revue-mots-2023-1-page-119.htm&wt.src=pdf (consulté en octobre 2023)

LEBOURG Nicolas, « Chapitre 5 : Le Front national et la galaxie des extrêmes droites radicales », IN : CRÉPON Sylvain, DÉZÉ Alexandre, MAYER Nonna, Les faux-semblants du front national. Sociologie d’un parti politique. Paris : Presses de la fondation nationale des sciences politiques, 2015, pp. 122-139

LEHINGUE Patrick, « Après les présidentielles et les législatives de 2022, quoi de neuf à l’extrême droite ? » , IN : MAUGER Gérard, PELLETIER Willy (dir.), Pourquoi tant de votes RN dans les classes populaires ? Vulaines-sur-Seine : Croquant, 2023, pp. 49-73

LETOURNEUR Guillaume, « (Dé)mobilisation des « petits-moyens » au FN de Marine Le Pen. Un binôme de candidats aux élections départementales dans l’Yonne  » , IN : MAUGER Gérard, PELLETIER Willy (dir.), Pourquoi tant de votes RN dans les classes populaires ? Vulaines-sur-Seine : Croquant, 2023, pp. 289-310

MARCHAND-LAGIER Christèle, Le vote FN. Louvain-la-Neuve : De Boeck Supérieur, 2017, 221 p.

MAUGER Gérard, « Vote FN et « souci de respectabilité » », IN : MAUGER Gérard, PELLETIER Willy (dir.), Les classes populaires et le FN. Explications de votes. Vulaines-sur-Seine : Croquant, 2017, pp. 171-181

MAUGER Gérard, PELLETIER Willy, « Introduction », IN : MAUGER Gérard, PELLETIER Willy (dir.), Pourquoi tant de votes RN dans les classes populaires ? Vulaines-sur-Seine : Croquant, 2023, pp. 7-21

MAUGER Gérard, PELLETIER Willy, « Que faire ? » , IN : MAUGER Gérard, PELLETIER Willy (dir.), Pourquoi tant de votes RN dans les classes populaires ? Vulaines-sur-Seine : Croquant, 2023, pp. 337-342
MAYER Nonna, Ces français qui votent Le Pen. Paris : Flammarion, 2002, 477 p.

MAYER Nonna, « Chapitre 13 : Le plafond de verre entamé, mais pas brisé », IN : CRÉPON Sylvain, DÉZÉ Alexandre, MAYER Nonna, Les faux-semblants du front national. Sociologie d’un parti politique. Paris : Presses de la fondation nationale des sciences politiques, 2015, pp. 299-321

MENDEL Gérard, 54 millions d’individus sans appartenance. L’obstacle invisible du septennat. Essai de psychopolitique. Paris : Robert Laffont, 1983, 224 p.

PINTO Louis, « La promotion d’un nouvel ordre moral », IN : MAUGER Gérard, PELLETIER Willy (dir.), Les classes populaires et le FN. Explications de votes. Vulaines-sur-Seine : Croquant, 2017, pp. 67-74

ROUBAN Luc, La vraie victoire du RN. Paris : Presses de la fondation nationale des sciences politiques, 2022, 164 p.





Citer ce billet
Mathieu Fusi (2023, 6 novembre). Pourquoi voter pour le FN/RN ? Réponses critiques au choix de l’extrême droite. Point-virgule. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t25n

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.