Marine Le Pen, la cassos institutionnelle typique

Dans un autre billet, je proposais une redéfinition de l’insulte « cassos » afin de pointer du doigt les vrais profiteurs et profiteuses du « système ». Après un court rappel de la définition du ou de la cassos institutionnelle, je vais développer un exemple typique, à savoir Marine le Pen (MLP). Son cas est d’autant plus intéressant que son parti attire un vote « anti-système » (Marchand-Lagier, 2017 ; Mayer, 2002), alors qu’elle est objectivement la digne représentante de cette classe profiteuse de l’organisation politique qu’elle prétend combattre. Les contradictions n’épargnent en effet pas ce parti xénophobe, comme leur discours « anti-média » alors que ses différent-es membres développent des stratégies pour y passer (Dahani, 2017). Toutefois, je pense indispensable de casser l’image de faux-rebelles que le RN/FN se donne. Si ce parti pratiquait vraiment une politique dégagiste une fois au pouvoir, MLP en serait la première victime.

Ce billet s’inscrit dans une réflexion et une démonstration, en deux parties, à propos de la déjà candidate aux présidentielles de 2027 Marine Le Pen. Cette dernière n’est pas l’amie du peuple populaire, n’est pas non plus la présidente d’un parti respectable, débarrassé de toute forme de racisme et de discrimination. À l’aide de la littérature scientifique sur le FN/RN et sur Marine Le Pen, ainsi que des exemples tirés de sa biographie et de l’actualité politique, je vais démontrer ci-dessous en quoi Marine le Pen est une cassos institutionnelle dans toute sa splendeur. Et dans un prochain billet, je répondrai de façon critique aux raisons de voter le FN/RN.

C’est quoi une cassos institutionnelle ?

Une cassos institutionnelle correspond à ce que Gervais, Lemercier et Pelletier (2021) ont appelé une noblesse managériale publique-privée (NMPP). Celle-ci est composée principalement de hauts-fonctionnaires qui effectuent des voyages réguliers entre privée et public, mais aussi d’individus travaillant dans des ministères sans forcément être fonctionnaires. Les membres de cette NMPP possèdent des capitaux financiers et/ou sociaux importants ; la plupart héritent ces capitaux de leurs parents. Ils et elles sont de plus imprégnées d’une culture managériale. Certain-es pourraient me rétorquer ici que MLP ne sort pas d’une grande école de haut fonctionnaire, qu’elle n’a pas été formée en tant que manageuse mais avocate. C’est vrai, mais son discours contient lui de nombreuses traces de cette culture managériale, à commencer par une orientation en direction de l’économie, avec des chiffres, des mesures évaluées, etc. (Alduy, Wahnich, 2015) – cette direction correspond par ailleurs à la volonté de s’afficher comme un parti de gouvernement.

La définition que je propose des cassos instituonnel-les ressemble donc à la NMPP, mais s’en différencie par un accent mis sur la dimension parasitaire, profiteuse. Il s’agit d’une domination dommageable pour l’« intérêt général », des personnes qui se servent en nous demandant de serrer la ceinture, désignant des individus fragiles comme profiteurs et profiteuses, créant une atmosphère conflictuelle. Quatre éléments caractérisent les cassos institutionnel-les :

  • A° ils et elles profitent de l’organisation politique pour leur enrichissement personnel, aussi bien financier que social, en tissant un réseau dont ils et elles tireront des avantages plus tard (exemple typique, le pantouflage) ;

  • B° ils et elles sont dépendantes de l’État et de la société. Ils et elles retirent du premier une légitimité institutionnelle et une autorité qui leur permet de reproduire leur domination. De la société, tout comme l’État qu’ils et elles représentent, ils et elles retirent principalement des énergies vives pour faire – par exemple, construire un hôpital ou éduquer des enfants – et croire – le jour où nous arrêterons totalement de croire en l’autorité de l’État, ce dernier s’effondrera sur place. Sans la société qu’ils et elles dominent, les cassos instituonnel-les ne font rien et ne sont rien.

  • C° ils et elles méprisent les normes communes admises. Le mensonge, la manipulation, la violence sont mal vues, mais sont monnaie courante chez les cassos instituonnel-les. Le plus gênant ici réside dans le fait que les cassos instituonnel-les, pros de la politique, s’autorisent justement parce qu’ils et elles sont censées se sacrifier au nom de l’intérêt général. L’exemple typique ici est bien entendu Manu Macron et toute sa clique, dont les nombreux procès et mensonges en sont la parfaite démonstration.

  • D° ils et elles sont des farouches défenseurs et défenseuses de l’ordre politique et social. Sans surprise, la dépendance vis-à-vis de l’État est si forte qu’ils et elles se mobilisent pour justifier sa domination.

Ci-dessous, je vais décliner chacun de ces points afin de prouver que MLP y correspond tout à fait.

Marine la profiteuse

L’histoire du Front national est l’histoire de la famille Le Pen. En effet, dès le début, dans la décennie 1970, Jean-Marie s’impose comme le chef. Il prend les reines du Front national pour l’union française (FNUF), quitte à se mettre à dos certains membres d’Ordre nouveau, dont est issu le FNUF. Au congrès de Strasbourg de 1997, MLP échoue à se faire élire aux instances de direction du parti. Son père hurle au complot et l’impose. Rebelote au congrès de 2004 où MLP finit 34ème aux élections pour le bureau politique ; son père s’énerve, dénonce un nouveau complot et désigne sa fille vice-présidente (Igounet, 2014). MLP n’est donc pas arrivée à une telle position dans le champ politique à la sueur de son front ; il s’agit d’une héritière d’une fortune et d’un parti. On ne peut pas nier qu’elle a travaillé pour redresser son parti, qui se trouvait dans une situation presque catastrophique avec les échecs à répétition aux différentes élections entre 2007 et 2012. Cependant,  il n’existe aucun doute possible quant au fait que si elle ne s’était pas appelée Le Pen, elle n’aurait eu aucune carrière politique.

MLP n’a eu qu’une seule expérience professionnelle en dehors de la politique. Elle a du rejoindre l’activité familiale parce qu’elle n’arrivait pas à s’en sortir seule. D’après un article de l’Express (Catalano, 2015), MLP a eu une courte carrière d’avocate pendant six ans. Sans surprise, elle a bénéficié du réseau familial en intégrant le cabinet d’un proche, Georges-Paul Wagner, pour lequel elle a travaillé pendant deux ans avant d’être à son compte. Durant ces années, elle a fait l’objet d’un ostracisme de la part de ses collègues, du fait de son nom de famille mais aussi parce qu’elle défendait des membres de l’extrême droite et qu’elle ne prenait pas ses distances vis-à-vis de son père. Finalement elle lâcha l’affaire pour rejoindre le service juridique du FN (créé pour l’occasion), afin de toucher une paie très confortable de 30000 francs par mois.

Il faut que dire l’argent obsède les Le Pen. Cette famille entretient un rapport avec très particulier avec lui (Turchi, 2016). Jean-Marie Le Pen n’a pas gagné sa fortune seul et a pu commencer sa carrière grâce à un généreux héritage de plusieurs millions d’euros. D’autres héritages arrivent et il s’avère que le papa du FN avait la fâcheuse tendance à intégrer directement dans son patrimoine des legs donnés au parti. Pire encore, les comptes du FN sont si difficiles à comprendre, que lors d’une commission d’enquête de l’assemblée nationale, les comptables du parti ne sont parvenus à transmettre un bilan des comptes de campagne de la présidentielle 1988 (Le Monde, cité par Turchi, 2016). Jean Marie et Marine Le Pen ont toutes les deux « mis en place un système financier hypercentralisé, tenant fermement les cordons de la bourse, et plaçant des proches au poste de trésorier » (Turchi, op. cit. : 6). Dit autrement, chez les Le Pen, on se sert abondamment au prétexte d’un sacrifice pour une lutte politique.

À cela s’ajoute la création de micro-structures qui prêtent au parti, endetté jusqu’au cou. Par exemple, MLP crée en 2011 son micro-parti, « Jeanne », dont elle confie les rênes à des anciens du GUD (Groupe union défense, un organisation étudiante néo-fasciste). L’objectif pour MLP est de s’effacer du micro-parti, tout en laissant des personnes de confiance qui sauront servir ses intérêts. Via cette structure, elle vend des « kits » de campagne aux candidat-es FN pour la modique somme d’environ 16000 €. Toutefois, comme il s’agit de frais de campagne, les candidat-es FN peuvent prétendre à un remboursement par l’État s’ils ou elles dépassent 5 % de voix. À noter que cette escroquerie a été reconnue comme telle par la justice et que pas moins de 7 personnes et trois personnes morales, dont le FN/RN, ont été condamnées par la justice.

Marine la dépendante de l’État et de la société

MLP est une bourgeoise, de par ses origines, sa formation et ses relations. Il faut se figurer que grâce à ses capitaux hérités, aussi bien sociaux que financiers, MLP assure son enrichissement et le maintien de sa positon dominante. Elle investit par exemple dans des sociétés civiles immobilières (Turchi, 2016) et ses différentes postures ne laissent aucunement voir qu’elle accepterait un-e leader autre qu’elle à la tête du RN. La candidate préférée des sondages n’a donc rien du peuple populaire dont elle se réclame. C’est une nantie, qui profite au mieux pour maintenir sa position et augmenter la quantité de ses différents capitaux, opération qu’elle prend soin de cacher à la fois à ses électeurs et électrices, mais au reste de la société également. C’est pourquoi la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), en 2022 et en 2015, a souligné l’inexactitude et la sous-évaluation des déclarations de patrimoine de MLP.

Malgré la soit-disant cabale qui serait menée contre le FN/RN, l’État ne fait plus peur à l’extrême droite. Celle-ci comprend tout l’intérêt d’utiliser la machine à violence qu’est l’État pour s’imposer. Il suffit de jeter un coup d’œil du côté de la Bulgarie pour avoir un exemple de ce qui est réalisable. Il existe donc une correspondance de « destin » et de volonté entre l’État et le FN/RN : contrôler, dominer, tenir la société dans une main de fer. La position de MLP diffère de celle de son père, qui détestait l’État (Alduy, Wahnich, op. cit). Je dirais qu’il s’agit sans doute d’une actualisation idéologique de l’extrême droite, qui a saisi que l’État avait à sa disposition tout un panel d’outils utiles et efficaces pour maintenir et développer une organisation politique autoritariste.

Comme expliqué plus haut, cette dépendance est aussi financière. MLP est une professionnelle de la politique, c’est-à-dire une personne dont la profession consiste à mener une compétition pour le contrôle de l’appareil étatique (la politique). L’affaire des kits de campagne laisse peu de place à l’imagination ; si la politique était affaire de sacrifice, pourquoi les Le Pen ne cessent de s’enrichir ? Entre 2017 et 2022, le patrimoine de la représentante de l’extrême droite a plus que doublé, passant de 600 000 euros à presque 1,3 millions d’euros. Malheureusement, la véracité de ses chiffres est difficile à estimer, mais il paraît impensable qu’une personne ayant autant de patrimoine immobilier puisse perdre de l’argent sur ce dernier. La politique rapporte donc gros à MLP. Rien qu’en tant que présidente du FN/RN, elle touche 60000 euros par an. Et même si elle en n’est plus la présidente, elle n’oublie pas d’en conserver la rémunération (Le Point, 2022).

En outre, MLP dépend évidemment des capacités de croyances de ses électeurs et électrices qui lui confient un pouvoir qu’elle n’a pas.  Elle n’est pas capable de changer la société, de sauver la nation, d’incarner le peuple et la France éternelle, de renvoyer la société dans son entiéreté à un temps mythique (où ça ? quand ça ? comment ? on ne sait pas mais c’est ça un mythe) où la France aurait été la plus incroyable des créations de l’histoire humaine. C’est parce que ses électeurs et électrices, adhérents et adhérentes y croient que ce pouvoir existe. Comme l’a souligné Bourdieu (1994), il y a là une forme de fétichisme, c’est-à-dire que nous créons des êtres qui nous représentent par des actes de croyance, actes dont nous ignorons l’existence. Ces actes sont fondés socialement et prennent leur source dans des institutions, ce qui explique que monsieur ou madame tout le monde ne peut pas se déclarer candidat-e crédible à une élection. Ainsi, MLP, candidat-e crédible, légitimée par des nombreux capitaux hérités qu’elle a su faire fructifier, bénéficie d’une croyance et d’une adhésion de ses électeurs et électrices. En tant que pro de la politique, elle en est totalement dépendante.

Marine l’irrespectueuse

Si MLP n’a pas le même goût que son père pour les insultes et provocations racistes, elle n’en demeure pas moins une pro de la politique, habituée à mentir et cadrer la réalité de façon à toujours se donner raison ou apparaître innocente. Le bilan de l’étude du discours de MLP par la chercheuse Alduy (op. cit.) laisse peu de place au doute ; MLP a lissé son discours, à travers sa stratégie de normalisation et de dédiabolisation, en évitant soigneusement les références religieuses et racites et en modernisant le vocabulaire. Toutefois, les bases restent les mêmes : association de l’immigration à un danger, préférence nationale, rappel – plus subtil que le père – du caractère biologique de l’appartenance à la nation française, renvoi fréquent à un complot d’élites corrompues à l’origine du délitement de la France, etc.

L’irrespect le plus franc est l’hypocrisie incroyable du discours dégagiste de MLP. Toute son organisation repose sur du népotisme et du favoritisme, sans oublier les nombreuses affaires judiciaires sur lesquelles je reviens plus bas. Si le FN/RN est un parti familial, c’est bien parce qu’on y trouve des gendres, des maris, des femmes, des sœurs, des frères, des ami-es de la famille. Prenons qu’un exemple, la sœur de MLP, Marie-Caroline ; celle-ci a placé ses deux maris dans le parti, le premier à la direction des grandes manifestations, et le suivant en tant que conseiller officieux de MLP (Turchi, 2016). C’est bien pour cette raison que les crises du parti sont des crises familiales. Certains membres du FN/RN donne au parti le doux surnom de Front familial.

Je ne développe pas plus d’exemples prouvant la contradiction totale entre les discours et les pratiques de MLP et de son parti sinon le billet serait beaucoup trop long. Voici tout de même un échantillon : critiquer l’Union européenne tout en allant se servir dans les caisses de l’institution en y plaçant des élu-es (plusieurs millions d’euros touchés pour l’année 2016 – Turchi, op. cit), se plaindre de la montée de l’insécurité tout en ayant des membres qui ont été condamnés pour des faits de violence grave (par exemple, Frédéric Boccaletti, condamné à un an de prison pour violence en réunion avec arme), dénoncer la corruption dans les autres partis alors qu’une enquête est en cours pour emploi fictif, défendre l’« écologie » tout en étant le parti du climato-scepticisme (la tendance à exagérer des experts du GIEC, dixit le député FN/RN Thomas Ménagé), critiquer la technocratie tout en adoptant son langage managérial et économique (Alduy, Wahnich, op. cit.), etc.

Enfin, dans l’irrespect vis-à-vis des normes communes, MLP s’illustre dans les nombreuses affaires judiciaires qui la concerne. En 2022, d’après un article du nouvel obs (R. G., 2022), MLP est visé par plusieurs enquêtes de la justice. La plus importante est une mise en examen pour détournements de fonds publics et complicité dans le cadre d’emplois fictifs au parlement européen. Elle et d’autres membres du RN auraient utilisé plusieurs centaines de milliers d’euros à des fins personnels. Tout récemment, MLP a fait le choix de rembourser au parlement européen la somme de 330 000 euros, afin d’éviter que ce soit le parlement lui-même qui récupère la somme (Libération, AFP, Chez pol, 2023). Concernant son patrimoine personnel, MLP fait l’objet d’une enquête préliminaire pour fraude fiscale aggravée, blanchiment aggravé et déclarations inexactes à la HATVP. En 2016, le parquet national financier a ouvert une autre enquête préliminaire concernant le prêt de la banque russe FCRB. Pour cette affaire, MLP a été auditionnée devant le parlement. Une question demeure : pendant combien de temps l’excuse du complot dont serait victime MLP, à travers toutes ses affaires judiciaires, va tenir ? Et encore, je n’évoque que MLP, mais je pourrais m’arrêter sur les proches du parti qui ont été soit condamné-es (par exemple Frédéric Chatillon, ancien conseiller de MLP et condamné pour escroquerie et abus de biens sociaux concernant la campagne présidentielle de 2017) ou font l’objet d’autres enquêtes judiciaires (Louis Aliot, ancien partenaire de MLP, et assistant parlementaire visé dans le cadre des emplois fictifs). Bref, sur ce point là, le FN/RN et MLP n’ont pas fini d’avoir à s’expliquer devant la justice, comme en témoigne l’affaire des eurodéputé-es où pas moins de 27 membres du FN/RN (dont MLP et son père) vont être mis-es en examen.

Marine et l’ordre

MLP, disons le tout de suite, n’est pas une adepte de la démocratie. Elle reprend de son père le fonctionnement pyramidal du parti (Turchi, 2016). La seule cheffe à bord c’est elle. Cette position correspond au discours des leaders familiaux du FN/RN, qui se placent en sauveur messianique face aux forces décadentes qui délitent la nation française (Alduy, Wahnich, op. cit.). MLP, comme son père, incarne le peuple, plus qu’elle ne le présente. Par cette action, c’est elle qui décide ce que semble vouloir le peuple et, comme tout messie, elle se destine à gouverner le peuple (ou toute autre catégorie concernée par la mission messianique) vers la renaissance. En réalité, MLP est une drôle de républicaine, qui s’attache ouvertement aux valeurs de la République, en particulier celles de la liberté. Toutefois, sa version du républicanisme, telle qu’elle transparaît dans ses prises de parole, fait l’impasse sur l’égalité et le respect (Alduy, Wahnich, op. cit.).

Concernant l’ordre, une rapide lecture de son programme de 2022 devrait suffire pour signifier son attachement. Le point 3 de ce programme s’intitule « Faire de la sécurité partout et pour tous une priorité du quinquennat ». Elle souhaite donc rétablir les peines planchers, instituer une présomption de légitime défense pour les forces de l’ordre et supprimer les réductions de peine. Pour l’extrême droite, l’ordre n’est pas une composante anthropologique que l’on retrouve dans n’importe quelle société, mais une force presque divine, partiale et violente, indiscutable et intemporelle, sauf quand elle contredit son idéologie raciste et autoritariste – bien paradoxalement, l’extrême droite a beaucoup de mal à respecter l’autorité et l’ordre qu’elle vénère tant, quand l’autorité lui donne tort.

Conclusion

En guise de conclusion je propos un teaser pour le prochain épisode de cette réflexion. J’examinerai dans un prochain billet les raisons du vote FN, telles que déterminées par des analyses sociologiques. Et j’y répondrai sur un plan politique.

D’ores et déjà, je peux affirmer sans trembler, au regard des arguments développés plus haut, que MLP est incontestablement une cassos institutionnelle. C’est une profiteuse, héritière d’une fortune familiale et d’un parti tout aussi familial, qui s’est largement servi « dans les caisses de l’État ». C’est une dépendante de l’État et de la société, qui a absolument besoin de l’organisation politique pour maintenir sa richesse et sa position sociale. Plus encore, sans ses électeurs et électrices, elle ne serait rien et, même, sans l’existence des élections et de ses différentes règles, sa famille n’aurait jamais pu autant s’enrichir. Enfin, c’est une irrespectueuse, qui ment, triche, enfreint les lois pour ses propres intérêts.  Marine Le Pen est donc bien une cassos !

Bibliographie

ALDUY Cécile, WAHNICH Stéphane, Marine Le Pen prise aux mots. Décryptage du nouveau discours frontiste. Paris : Seuil, 2015, 304 p.

BOURDIEU Pierre, « La délégation et le fétichisme politique », Actes de la recherche en sciences sociales, volume 52-53, 1994, pp. 49-55

DAHANI Sofia, « Une médiatisation à plusieurs visages : le cas des dirigeants du Front National», IN : DESMURAUX Clément, NOLLET Jérémie, Un capital médiatique ? Usages et légitimation de la médiatisation en politique. Rennes : PUR, 2021, pp. 55-71

CATALANO Géraldine, « Quand Marine Le Pen portait la robe », Le Monde, 07 octobre 2015.

GERVAIS Julie, LEMERCIER Claire, PELLETIER Willy, La valeur du service public. Paris : La Découverte, 2021, 476 p.

LE POINT.FR, « Présidentielle : Marine Le Pen touche toujours son indemnité de présidente du RN », LePoint.fr, 04 février 2022. Disponible sur : https://www.lepoint.fr/presidentielle/presidentielle-marine-le-pen-touche-toujours-son-indemnite-de-presidente-du-rn-04-02-2022-2463413_3121.php (consulté en septembre 2023)

IGOUNET Valérie, Le Front national. De 1972 à nos jours. Le parti, les hommes, les idées. Paris : Seuil, 2014

LIBERATION, AFP, CHEZ POL, « Marine Le Pen a remboursé 330 000 euros au Parlement européen pour la rémunération indue de deux collaborateurs », 21 septembre 2023. Disponible sur : https://www.liberation.fr/politique/marine-le-pen-a-rembourse-330-000-euros-au-parlement-europeen-pour-la-remuneration-indue-de-deux-collaborateurs-20230921_AXB6I3RY3ZDY7NPQGE7BV4E5VY/ (consulté en septembre 2023)

MARCHAND-LAGIER Christèle, Le vote FN. Louvain-la-Neuve : De Boeck Supérieur, 2017, 221 p.

MAYER Nonna, Ces français qui votent Le Pen. Paris : Flammarion, 2002, 477 p.

R. G., « Où en sont les affaires judiciaires de Marine Le Pen », Nouvel obs, 2022. Disponible sur : https://www.nouvelobs.com/politique/20220426.OBS57681/ou-en-sont-les-affaires-judiciaires-de-marine-le-pen.html (consulté en septembre 2023)

TURCHI Marine, « L’argent du Front national et des le Pen. Une famille aux afffaires », Pouvoirs, n° 157, 2016, pp. 31-47. Disponible sur : https://www.cairn.info/revue-pouvoirs-2016-2-page-31.htm?contenu=article (consulté en septembre 2023)



Citer ce billet
Mathieu Fusi (2023, 8 octobre). Marine Le Pen, la cassos institutionnelle typique. Point-virgule. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t25m

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.